France – Lettonie (qualif olympique féminine à Cergy)

34

L’équipe de France féminine aborde la dernière marche de son tournoi de qualification olympique, dans une Aren’Ice un peu mieux remplie. Elle est favorite et en position théoriquement confortable, mais sa marge est réduite – un but – et il faut toujours se méfier du piège.

La Lettonie a certes été battue 7-0 par la France au Mondial 2015, mais elle garde un profil dangereux d’équipe de contre-attaque, surtout avec sa redoutable première ligne. Le danger est d’ailleurs identifié dès la première présence quand Liga Miljone s’infiltre jusqu’à la cage, sans parvenir à tirer.

2016 12 18 France Lettonie2Mais des espaces doivent s’ouvrir dans les autres blocs, et les Bleues savent devoir en profiter. Dès son entrée en jeu, Soline Fohrer signe un mouvement individuel de toute beauté sur le côté droit en amenant le palet sur son revers avant de changer de côté devant la gardienne pour la battre au niveau de la plaque (1-0, 01’46 »).

La première ligne française trouve elle aussi l’ouverture à l’issue d’une bonne séquence en zone offensive. La gardienne Kristiana Apsite perd sa crosse lorsque Chloë Aurard tire sur le poteau, et s’incline ensuite quand un lancer de la ligne bleue de Léa Parment est dévié entre ses bottes par Emmanuelle Passard (2-0, 05’48 »).

Lolita Andrisevska est déjà contrainte d’utiliser son temps mort ! Rien n’y fait, car les Bleues ne desserrent pas leur emprise. C’est au tour de Chloë Aurard de marquer à bout portant (3-0, 08’06 »). Le premier trio est déchaîné : Emmanuelle Passard sert d’abord une passe de derrière la cage à sa capitaine Marion Allemoz, avant de venir convertir le rebond en angle (4-0, 11’12 »).

Le compteur de tirs cadrés affiche un impressionnant 14 à 0, avant que la Lettonie ne réagisse à la faveur des premières pénalités françaises contre Bouché et Leclerc. Alignée en infériorité numérique, la remplaçante Audrey Lager Lacombe écope à son tour d’une obstruction et les Bleues se retrouvent à 3 contre 5 pendant une minute et demie. Le travail de Marion Allemoz maintient un instant les Baltes dans leur zone, et Caroline Baldin réussit deux parades consécutives sur les deux seules tentatives adverses. La France ajoute ainsi cette belle résistance défensive à son efficacité offensive initiale : un tiers-temps parfait !

La France continue son festival en deuxième période. Lara Escudero parvient encore à surprendre la gardienne (5-0, 23’25 »). Dans la foulée, Betty Jouanny, dans le cercle gauche, reprend de volée une passe de Jade Vix dans le haut du filet (6-0, 23’52 »).

Une frayeur vient troubler l’euphorie française : Betty Jouanny reste au sol et se tient le coude gauche dans un choc avec une coéquipière (27’31 »). C’est heureusement juste un coup, et la joueuse de centre revient sur la glace en n’ayant sauté qu’une présence.

2016 12 18 France Lettonie3

La mi-match passée, Grégory Tarlé fait participer une troisième gardienne à la compétition en faisant rentrer Jeanne Morin. La gardienne dijonnaise – formée à Morzine – est tout de suite mise à contribution par une infériorité numérique, car Estelle Duvin est sanctionnée pour une obstruction sur la gardienne adverse qui a perdu sa crosse. La pénalité est tuée, mais les Bleues laissent ensuite partir Liga Miljone en échappée. La finisseuse patentée Liga Miljone – soeur de l’ex-vedette Inesa Gica-Miljone aujourd’hui entraîneuse-adjointe – tente de placer la rondelle entre les jambières de Morin, mais cette dernière ferme la porte.

La France repart directement à l’attaque après ce bel arrêt, Kublina charge alors une Française dans la bande et écope de deux minutes. Gwendoline Gendarme tire de la bleue et Soline Fohrer est au rebond pour lever le palet en lucarne (7-0, 34’55 »).

Le score de 2015 est déjà atteint, et la Lettonie aborde la dernière période avec l’intention évidente de sauver l’honneur. Elle y parvient rapidement sur un lancer dévié d’Agnese Apsite (7-1, 42’57 »). L’efficacité fuirait-elle les Bleus dans ce dernier tiers-temps ? Emmanuelle Passard écrase trop sa reprise sur un décalage parfaite de Marion Allemoz. C’est finalement la capitaine Allemoz elle-même qui rouvre la voie sur passe de Bouché en avantage numérique (8-1, 52’47 »).

Une victoire sans bavure, et une explosion de joie pour des spectateurs enthousiastes qui ont pu apprécier une belle démonstration de hockey féminin. Les filles leur offrent comme avant-hier une Marseillaise chantée (photo ci-dessous) pour communier en savourant un peu plus ce beau succès.

2016 12 18 France Lettonie

Ce tournoi confirme que la Lettonie n’est plusune rivale majeure. Elle vit encore sur quelques vestiges de l’école soviétique avec deux arrières – Aija Apsite et Olita Liepina – de… 42 et 41 ans ! Son cinq majeur 100% expatrié est de bon niveau, mais le reste des joueuses féminines, même maintenues dans le rythme par la participation au championnat letton U16, est limitée pour le haut niveau mondial.

La France, elle, peut regarder plus haut, même si le challenge qui s’annonce au tour suivant au Japon sera autrement plus difficile. Les Autrichiennes, et surtout les Japonaises et les Allemandes, sont d’un tout autre calibre. Il faudra peut-être s’inspirer des Italiennes qui ont joué crânement leur chance en étant qualifiées via un tour préliminaire. Les Bleues ont les moyens de jouer les trouble-fête et de poursuivre leur rêve olympique.

Désignées joueuses du match : Gwendoline Gendarme pour la France et Iveta Koka pour la Lettonie.

Commentaires d’après-match

Vincent Peltier (entraîneur-adjoint de la France) : « On était un peu déçu des deux premiers matches, pas du résultat mais du contenu. Tout s’est bien goupillé ce soir, les filles ont pu entrer dans le match, faire du spectacle, proposer le jeu dont elles sont capables. Le début de match a fait la différence. Contre la Chine et l’Italie, on avait dominé mais pas marqué, cela nous avait emmenés dans un match plus compliqué. On a travaillé pas mal ces dernières années sur les débuts de match. On crée beaucoup de situations où toutes les filles peuvent marquer. En février, les équipes seront mieux organisées avec plus de talent individuel. On sera plus à l’aise dans un statut d’outsider, on est une équipe compliquée à jouer pour les adversaires. On a joué le Japon fin août, c’est une équipe très rapide, organisée, bien préparée physiquement, mais elle a un souci important d’efficacité offensive. L’Allemagne, c’est… germanique. Pas génial, mais grand, physique, solide, ça travaille tout du long. Ce sont des équipes qu’il faut arriver à perturber. »

Emmanuelle Passard (attaquant de la France) : « On était venues pour ça, obtenir la première place et partir pour le Japon. Il fallait qu’on prenne confiance en nous. Ces équipes sont moins regroupées au centre, on peut plus jouer nous jeu. Ce tour-là était plus facile, on devait le gagner. On ne sera pas favori en février, mais on peut leur mettre la pression. Elles ne nous attendent pas, mais on est capable de rivaliser avec elles. »

Léa Parment (arrière de la France) : « On était toutes super-contentes, on sautait partout. Ça fait du bien de finir sur une victoire comme ça. Dès le début, on a joué à fond, on a mis des palets à la cage, on a patiné, et ça a payé. On a mis un but assez rapidement, on a enchaîné, on était en confiance. On va souffler un peu à Noël et profiter de nos familles, puis on va tout donner pour faire un bon tournoi en février. Les JO, j’en rêve depuis que je suis toute petite. On ne pense qu’à ça, on a envie d’y être. »

2016 12 18 France Lettonie4

Photos du match : ©FFHG / Régis Godec

 

France – Lettonie 8-1 (4-0, 2-0, 2-1)
Dimanche 18 décembre 2016 à 19h30 à l’Aren’Ice de Cergy-Pontoise. 928 spectateurs.
Arbitrage de Melissa Szkola (USA) et Katarina Timglas (SUE) assistées de Bettina Angerer (AUT) et Magdalena Cerhitova (SVK).
Pénalités : France 12′ (6′, 6′, 0′), Lettonie 6′ (0′, 2′, 4′).
Tirs : France 49 (16, 20, 13), Lettonie 22 (8, 10, 4).

Évolution du score :
1-0 à 01’46 » : Fohrer assistée de Baudrit
2-0 à 05’48 » : Passard assistée de Parment
3-0 à 08’06 » : Aurard assistée de Passard
4-0 à 11’12 » : Passard assistée d’Allemoz
5-0 à 23’25 » : Escudero assistée de Bouché
6-0 à 23’52 » : Jouanny assistée de Vix
7-0 à 34’55 » : Fohrer assistée de Gendarme (sup. num.)
7-1 à 42’57 » : Ag. Apsite assistée de Miljone
8-1 à 52’47 » : Allemoz assistée de Bouché (sup. num.)

France

Attaquantes :
Chloë Aurard (+4) – Marion Allemoz (C, +4) – Emmanuelle Passard (+3)
Lara Escudero (+2) – Betty Jouanny (+1) – Jade Vix
Estelle Duvin (+1, 2′) – Lore Baudrit (A) – Soline Fohrer
Amandine Cuasnet – Morgane Rihet – [Escudero ou Vix]

Arrières :
Anouck Bouché (A, +4, 4′) – Léa Parment (+4)
Gwendoline Gendarme (2′) – Léa Villiot (+1)
Sophie Leclerc (+1, 2′) – Athéna Locatelli (+1)
Audrey Lager Lacombe (-1, 2′)

Gardienne :
Caroline Baldin (13/13) puis à 31’32 » Jeanne Morin (8/9).

En réserve : Caroline Lambert (G).

Lettonie

Attaquantes :
Ilze Bicevska (A) – Liga Miljone – Iveta Koka (C, -1)
Anna Katrina Lagzdina (-1) – Ieva Petersone (-1) – Julija Mihejenko (-3)
Laila Dekmeijere-Trigubova (-3) – Baiba Kurme (-3) – Ivita Krumina (-3)
Kitija Voitkevica (-1)

Arrières :
Agnese Apsite – Anna Kublina (2′)
Aija Apsite (-2) – Beate Zagare (-3)
Ilze Kronberga (A, -3) – Olita Lepina (-1, 4′)

Gardienne :
Kristiana Apsite

Remplaçantes : Evelina Nikolajeva (G), Eliza Plata, Ilona Abola.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

dolor mi, quis efficitur. nec ipsum risus Sed venenatis, commodo