Rouen – Épinal (Ligue Magnus, 27e journée)

34

Vous reprendrez bien une part de bûche ?

Ne cherchons plus, les Dragons n’ont plus l’âme de tueurs. Malgré des stats souvent à leur avantage, les Normands laissent les parties à leurs adversaires.

Atone, sans fondamentaux, sporadiquement constructif, stérile et sur la réserve pendant au minimum 30 minutes, Rouen n’a pu venir à bout d’une équipe d’Épinal amputée de quatre titulaires, ni même à sa hauteur.

Avec force et abnégation, Épinal a obtenu logiquement la victoire qui aurait pu lui échapper à quelques secondes de la fin du match lorsque François-Pierre Guénette a réduit la marque à un seul petit but. Il restait aux Spinaliens cinquante-six secondes à tenir, d’abord à 5 contre 6, Sabourin n’était plus devant sa cage, puis à 4 contre 6, Mulle était contraint de s’asseoir en prison !

ILLUS201612235962

Leur victoire, les ex-hommes de Stéphane Barin, remplacé par Brad Gratton il y a à peine une semaine, ont surtout été la chercher avec aplomb dans les 30 premières minutes. Épinal a fait plier les Rouennais en s’appuyant sur son envie et son agressivité. Après, ils ont résisté face à l’armada rouennaise avec trois lignes seulement !

Les premières minutes voyaient l’ouverture du score de Robin Soudek, involontairement du patin, déviant un lancer de loin de Susanj, après une relance hasardeuse et frivole, sans prise d’information (0-1 à 1’13). Fort de mener, les visiteurs accéléraient avec Florian Sabatier souvent dans les bons coups. À deux reprises le joueur de centre se heurtait au cuir (1’44) et au casque de Sabourin (3’26). Pierre-Charles Hordelalay ne cadrait pas alors qu’il avait profité d’une erreur de Dame-Malka (2’52).

ILLUS201612235735

Rouen tentait bien des offensives mais sous un train de sénateur. Il n’y avait rien à se mettre sous la dent. Beaucoup plus volontaire, Épinal doublait la marque en power-play. Danick Bouchard profitait d’un déplacement un peu lent de Sabourin et d’un confort au tir (décroisé) en haut du cercle gauche pour frapper la rondelle dans la lucarne (0-2 à 9’08).

Le RHE76, par ailleurs magnanime, va faire illusion sur un avantage numérique lorsque Guénette sera formidablement frustré d’un but par Hocevar lors d’un jeu en surcharge (10’34). Ensuite, les Rouennais, énervants, vont s’empêtrer dans la maraude orange.

ILLUS201612235577

Au début du deuxième tiers, les locaux se montrent un peu plus enthousiastes à jouer. Ils n’ont pas connu de moments forts parce qu’ils misent sur des exploits individuels, comme celui de Sacha Treille (23’49) qui demeurent aléatoires et vains tant les joueurs des Vosges, avec deux buts d’avance au tableau, sont accrocheurs et déterminés. Surtout, les Normands restent sous la menace de contres en jouant plus haut sans grande maîtrise. Pierre-Charles Hordelalay est redoutable. À deux reprises, le nouveau capitaine des bords la Moselle part en breakaway. Si le premier est gâché (21’40) photo ci-dessous, il faut toute la maestria d’un poke-check de Sabourin pour entraver le second (24’23).

ILLUS201612235896

Alors, sur le contre suivant, quand le repli défensif est encore plus inachevé et toujours embryonnaire, Danick Bouchard, débarrassé de son marquage devant la cage, se fait un plaisir de reprendre la passe délivrée de la gauche par Mulle (0-3 à 26’12).

Ce but vexera un peu les joueurs du président Chaix qui cette fois réagissent vraiment et travaillent. Thinel (ou Miller ?) dévie un tir de Sacha Treille (27’09). Coutumier du fait, Matt Hussey vendange son occasion et tout le travail de Bedin (27’55) qui obtient tout de même une faute de ses adversaires. Mais les Rouennais ne sont pas entreprenants en attaque à cinq.

ILLUS201612235649

À parité, les Spinaliens recouvrent leur second souffle et un peu d’élan. Arnaud Faure frappe un peu trop à droite un tir de loin (32’30).

Rouen poussait depuis trente secondes lorsque Loïc Lampérier dans le slot dévie un lancer de Chakiachvili dans les filets d’Hocevar. Un but contesté par Hocevar et ses partenaires mais jamais remis en question par M.Bourreau (1-3 à 34’05). Le jeu s’emballe. Les attaques, sans occasions nettes, se succèdent de part et d’autre jusqu’à la fin du vingt médian.

ILLUS201612235704

Dans la dernière période, les Dragons, remplis de bonne volonté, sont d’abord agaçants. Steven Cacciotti doit être bloqué en contre surnuméraire (42’14) et Sabourin devra s’opposer à Susanj (42’56). Quand Yorick Treille ira en prison sur une faute évitable, le gardien rouennais sera imparable sur un lancer de Bouchard (44’31). Adam Miller n’est pas précis dans une passe qui pouvait être décisive pour Sacha Treille (45’58). Loïc Lampérier ne peut pas faire plus du revers pour inquiéter Hocevar à la parade (46’27). Matt Hussey est nonchalant et trop débonnaire en n’ajustant pas un lancer qui devait faire mouche (47’18).

Devant Steven Cacciotti parti en contre-attaque sur un palet libre, Sabourin tente une sortie risquée et aventureuse pour finir les patins dans le tapis. Comme personne n’a pu faire l’effort de se replier, Alexandre Mulle, sans opposition, n’a aucun mal à être le plus prompt pour glisser le palet, récupéré derrière la ligne de but et adressé en retrait par Cacciotti, dans les filets déserts (1-4 à 49’29).

ILLUS201612235982

Après un temps-mort pris par Brad Gratton (51’20), les Lorrains ont subi toute la fin de match. Mark Matheson, hormis celle d’Hussey, aura la plus belle des occasions mais, amorphe, l’arrière n’est pas assez vif de près pour tromper Hocevar (53’18). Sacha Treille est trop de dos pour avoir une meilleure possibilité mais tente tout de même le coup du revers (54’37). Sous pression, Épinal se met à la faute. En avantage d’un homme, Loïc Lampérier malgré un délit d’Hordelalay non réprimandé, n’est pas loin d’enfiler une seconde fois (56’25).

À force d’abnégation, les Dragons finiront par marquer grâce à une obstination de Jordann Perret qui culbute tout, gardien, défenseur et surtout palet dans le but (2-4 à 57’00).

ILLUS201612235654

Dans les tribunes, on veut croire à l’égalisation. Loïc Lampérier saute, en vain, sur un retour de tir de Dame-Malka (57’28). Le temps passe. Fabrice Lhenry demande son temps-mort et après un contre surnuméraire des Spinaliens, le coach rouennais remplace son gardien par un attaquant supplémentaire. François-Pierre Guénette, devant la cage et avec beaucoup de lucidité, arrache un troisième but à mi-hauteur après un retour de tir de Matheson (3-4 à 59’04).

Pour terminer la rencontre, comme pour un coup de chance, les Normands héritent d’une supériorité numérique. Mais malgré la nouvelle sortie de Sabourin, cela ne sera pas suffisant puisque à son tour Sacha Treille ira s’assoir en prison après avoir exprimé son mécontentement sur un piquage d’Hordelalay. Épinal a tenu bon sur la fin et remporte un succès mérité sur la glace rouennaise.

ILLUS201612236005

Étoiles du match : Danick Bouchard *** (Épinal), Alexandre Mulle ** (Épinal) et Andrej Hočevar * (Épinal).

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur du RHE) : « Je ne parlerais pas de rechute car, collectivement, on a quand même fait de bonnes choses. On a dominé le match. Je ne trouve pas qu’on puisse dire qu’on ait mal joué. Quand on termine avec 37 tirs cadrés, c’est qu’on a quand même fait des choses. On a commencé doucement, c’est vrai, on a été un peu lent à se mettre dans le rythme. On savait qu’ils partiraient fort, c’est toujours comme ça quand il y a un changement d’entraîneur, mais on a quand même manqué d’agressivité. On l’a retrouvée dans la deuxième partie du deuxième tiers. Hocevar a ensuite fait un très bon match et on a manqué de réussite et d’un peu de chance, comme sur ce premier but d’Épinal qui tape une jambière pour rentrer. Je pense que ce match, si on le joue quatre ou cinq fois, on ne le perd pas souvent. Ce soir, j’ai envie de rester positif. »

 

Rouen – Épinal 3-4 (0-2, 1-1, 2-1)
Vendredi 23 décembre 2016 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitres : M. Alexandre Bourreau assisté de MM. Jérémie Douchy et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Rouen 6′ (2′, 0′, 4′) ; Épinal 8′ (2′, 2′, 4′)
Tirs : Rouen 37 (8, 15, 14) ; Épinal 21 (8, 9, 4)
Chances : Rouen 8 (2, 3, 3) ; Épinal 7 (4, 2, 1)

Évolution du score :
0-1 à 01’13 » : Soudek assisté de Susanj et Leblond
0-2 à 09’08 » : Bouchard assisté de Scalzo et Cacciotti (sup.num.)
0-3 à 26’12 » : Bouchard assisté de Mulle et Kloz
1-3 à 34’05 » : Lampérier assisté de Chakiachvili
1-4 à 49’29 » : Mulle assisté de Cacciotti et Scalzo
2-4 à 57’00 » : Perret (sup.num.)
3-4 à 59’04 » : Guénette assisté de Matheson et S.Treille
 

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Dan Koudys
Sacha Treille – Adam Miller – Marc-André Thinel
Joris Bedin – Matt Hussey – Jordann Perret
Fabien Colotti – Damien Raux – Yorick Treille (A)

Arrières :
Chad Langlais – Olivier Dame-Malka
Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Patrick Coulombe (C) – Patrick Koudys

Gardien :
Dany Sabourin (17 arrêts), sorti de 58’42 à 59’04, de 59’14 à 59’39 et de 59’44 à 60’00.

Remplaçants : Julien Gaubert (G), Aurélien Dorey et Vincent Nesa. Absents : Quentin Papillon (fracture du pouce gauche).

Épinal

Attaquants :
Steven Cacciotti (A) – Alexandre Mulle – Danick Bouchard
Pierre-Charles Hordelalay (C) – Matthieu Le Blond (A) – Robin Soudek
Anthony Rapenne – Florian Sabatier – Romain Chapuis
Maxime Martin

Défenseurs :
Mario Scalzo – Tomáš Klouček
Gašper Sušanj – Jiří Klimíček
Martin Charpentier ou Arnaud Faure – Vojtěch Kloz

Gardien :
Andrej Hočevar (34 arrêts)

Remplaçants : Isaac Charpentier (G) et Julien Vogt. Absents : Lucas Savoye et Romain Gutierrez (blessés), Keven Veilleux, Dominik Fujerik et Hugo Vinatier (?), Raphaël Girard et Nicolas Arrossamena (non conservés).

Les commentaires sont fermés.

odio ut at ut ut venenatis massa id non