La Corée du Sud (et l’Autriche) en élite mondiale

22

Le Championnat du monde Division 1A disputé en Ukraine a rendu son verdict en dévoilant ses deux gagnants : un revenant (l’Autriche) et une surprise (la Corée du Sud).

South Korea national ice hockey team logo.svgOn ne pouvait rêver meilleur timing. À un an des Jeux olympiques de PyeongChang, la Corée du Sud s’est qualifiée pour la première fois de son histoire en élite mondiale. Elle disputera donc, non pas un, mais deux tournois majeurs en 2018.

Les Coréens avaient débuté ce tournoi en Ukraine avec trois victoires, face à la Pologne (4-2), le Kazakhstan (5-2), et la Hongrie (3-1) reléguée l’an passé du top-16. Les Asiatiques étaient retombés sur terre jeudi, corrigés par l’Autriche (0-5), il leur restait néanmoins une cartouche, l’Ukraine, pour espérer réaliser un exploit retentissant.

Mise sous pression par la victoire kazakhe plus tôt dans la journée contre la Hongrie, la Corée du Sud a dû batailler jusqu’au bout pour obtenir son précieux sésame. Jin Hui Ahn a ouvert le score pour les Asiatiques à la 25e minute mais Sergi Babynets est parvenu à égaliser huit minutes plus tard. La prolongation inutile, la décision s’est faite aux tirs au but. Michael Swift et Sangwoo Shin ont inscrit leur essai, permettant la qualification de la Corée du Sud. 

Cette réussite, la sélection la doit à la mobilisation générale qu’a entraînée l’organisation des JO 2018 et à la naturalisation de cinq Nord-Américains : l’attaquant Michael Swift, les défenseurs Alex Plante, Eric Regan et Bryan Young, et le gardien Matt Dalton. Elle la doit bien sûr aussi à son staff, dont l’entraîneur Jim Paek et son assistant Richard Park, tous deux anciens joueurs de NHL et natifs de Seoul. En 2018, la Corée du Sud sera la deuxième nation de l’Extrême-Orient à participer à un Championnat du monde élite mais c’est la première à avoir obtenu ce ticket sportivement. En plein effet Nagano, le Japon avait participé aux Mondiaux élite de 1998 à 2004, à la différence que le Pays du Soleil Levant, résident du Groupe C en 1997, profitait à l’époque d’une dérogation de l’IIHF comme participant de l’Extrême-Orient, qualifié d’office. 

Avec cet exploit de la Corée du Sud, on en oublierait presque l’autre qualification, celle de l’Autriche, qui a devancé d’un point ses surprenants dauphins. Déjà larges vainqueurs des Coréens, les Autrichiens n’ont fait qu’une bouchée de la Pologne, 11-0. Brian Lebler, Konstantin Komarek et Lukas Haudum ont marqué à eux trois sept des onze buts. Reléguée en 2015 à cause de la France et sa victoire contre la Lettonie, l’Autriche, habituée à l’ascenseur, obtient une sixième promotion en élite depuis 2005. Autrichiens et Sud-Coréens seront donc du voyage au Danemark pour les Championnats du monde 2018.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

elementum Nullam ut mi, sed porta. ipsum non libero suscipit luctus