La Russie ne brille pas mais elle gagne

164

S’il y a eu une surprise dans ce week-end, c’est bien le retour en équipe nationale de Vassili Koshechkin. Il n’avait plus joué de match dans une grande compétition depuis sa défaite contre l’équipe de France à Helsinki en 2013. Depuis trois ans, le staff semblait couver le jeune duo Sorokin/Shestyorkin pour en faire sa paire olympique, et au dernier moment, le vétéran a bouleversé les pronostics, notamment en blanchissant Le Canada. Dur à vivre pour Ilya Sorokin, qui doit réagir avec cette titularisation au dernier match.

La Russie doit beaucoup à ses gardiens car elle a peu brillé offensivement. Ses stars sont très discrètes à l’instar d’Ilya Kovalchuk (qui n’a pas bénéficié de son centre attitré Pavel Datsyuk blessé au dernier moment). C’est le duo à haute intensité Telegin-Andronov, réputé pour son travail de sape, qui a fait la plus forte impression. Leur trio avec a multiplié les bonnes présences en zone offensive, et Sergei Andronov a ouvert le score par un tir du cercle droit masqué par Mikhaïl Grigorenko.

Même s’il a terminé le tournoi à zéro point, l’espoir Kirill Kaprizov n’a pas eu une contribution nulle : c’est lui qui a d’abord contré Jarmo Koskiranta dans sa zone, permettant à Maksim Shalunov de se saisir du palet dans le dos du centre finlandais pour partir en 2 contre 0 avec Nikita Gusev (2-0).

La Finlande n’a pas vu le jour pendant vingt minutes, mais elle passe à l’offensive en deuxième période. Lauri Korpikoski (médaille de bronze aux JO 2014 qui joue sa place après être rentré de NHL à Zurich cette saison) centre pour la déviation de Veli-Matti Savinainen, mais la botte de Sorokin est ferme. Dans leur nouveau maillot bleu foncé, les Finlandais restent à la merci de contres : Ville Lajunen semble collé sur la glace par rapport à la vitesse d’Evgeni Ketov, qui part seul, feinte le gardien mais manque sa conclusion du revers. Les attaques nordiques se poursuivent jusqu’à la pause, mais le rebond pris du revers par Teemu Hartikainen entre dans les filets après la sirène.

Le danger s’éteint peu à peu et les tirs de moins en moins précis confortent Sorokin dans l’assurance de réussir lui aussi un blanchissage. Le joueur russe majeur reste Ivan Telegin véritable poison par son activité et sa puissance quand il est lancé à pleine vitesse. Telegin tire en angle sur la transversale, et quand il fait une passe de derrière la cage pour Lyubushkin, le défenseur trouve lui aussi le métal. Il faut donc attendre la sortie du gardien Koskinen pour que la Russie inscrive le 3-0 par un but en cage vide de Nishuchkin.

La Russie compte donc six victoires dans cet Euro Hockey Tour, paradoxalement sans totalement convaincre. Hormis Datsyuk, des attaquants de talent renforceront-ils cette équipe ou bien Znarok s’obstinera-t-il à piocher dans les deux mêmes clubs ? Le vieux buteur Mozyakin et le jeune centre Tkachyov – qui avait beaucoup patiné même si son jeu reste irrégulier – ont peut-être laissé passer sa chance en novembre. Au moins, les lignes arrières ont rassuré dans un système familier. Gavrikov et Voïnov semblent des piliers défensifs, Zub et Nesterov ont marqué des points pour leur sélection.

La Finlande a peu de satisfactions avec une seule victoire sur la Corée, mais n’oublions pas qu’elle était venue sans ses deux défenseurs majeurs Lepistö et Hietanen, ni ses deux vedettes juniors.

Commentaires d’après-match

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : « Le résultat, bien sûr, est satisfaisant. Mais je ne dirais pas que tout a fonctionné. Nous avons encore failli en supériorité numérique. Mais nous avons été bons en infériorité. »

Jere Lehtinen (manager de la Finlande) : « Sur les deux tournois, nous avons joué 5 bons matchs sur 6. Nous devons essayer de jouer un peu plus vite et de mieux concrétiser nos occasions. Pour mieux jouer en équipe, nous avons besoin de plus de temps. L’équipe se réunira deux semaines avant le tournoi olympique. Nous partirons le 7 février en Corée, et nous y jouerons notre seul match de préparation, le 11 contre les Tchèques. Je pense que de 15 à 20 joueurs de cette équipe iront aux JO. Nous avons des jeunes qui patinent vite et peuvent renforcer l’équipe. Eli Tolvanen et Miro Heiskanen joueront le Mondial junior, mais nous les avions testés au tournoi Karjala et ils ont prouvé leur niveau face à des adultes. »

 

Russie – Finlande 3-0 (2-0, 0-0, 1-0)
Dimanche 17 décembre 2017 à 17h00 au Palais de glace VTB de Moscou. 12481 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Anton Jerabek (TCH) assistés de Dmitry Shishlo et Nikita Shalagin (RUS).
Pénalités : Russie 6′ (0′, 6′, 0′) ; Finlande 4′ (0′, 4′, 0′).
Tirs : Russie 28 (10, 12, 6) ; Finlande 20 (3, 9, 8).

Évolution du score :
1-0 à 08’06 : Andronov assisté de Zub
2-0 à 12’19 : Shalunov assisté de Gusev
3-0 à 59’43 : Nichushkin assisté de Grigorenko et Yakovlev (cage vide)

Russie

Attaquants :
Ilya Kovalchuk (C) – Sergei Kalinin (2′) – Sergei Plotnikov (2′)
Ivan Telegin (+1) – Sergei Andronov (A, +1) – Mikhail Grigorenko (+2)
Nikita Gusev (+1) – Maksim Shalunov (+1) – Kirill Kaprizov (+1)
Valeri Nichushkin (+1) – Ilya Kablukov (2′) – Evgeni Ketov
Sergei Shirokov (A, +1)

Défenseurs :
Vladislav Gavrikov – Vyacheslav Voinov
Dinar Khafizullin (+1) – Artyom Zub (+1)
Nikita Nesterov (+1) – Aleksei Marchenko (+1)
Yegor Yakovlev (+1) – Ilya Lyubushkin (+1)

Gardien :
Ilya Sorokin

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G). En réserve : Igor Shestyorkin (G), Bogdan Kiselevich (D), Vadim Shipachyov (suspendu).

Finlande (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Julius Junttila – Joonas Kemppainen – Teemu Hartikainen
Lauri Korpikoski (-2) – Petri Kontiola (C, -1) – Sakari Manninen (-2)
Veli-Matti Savinainen (-1) – Mikael Ruohomaa – Juuso Ikonen (-1)
Antti Pihlström (-1, 2′) – Jarno Koskiranta (A, -1) – Marko Anttila (-2)
Juuso Puustinen

Défenseurs :
Niko Mikkola (-1) – Ville Lajunen
Juuso Riikola (-2) – Atte Ohtamaa (A, -1)
Jesse Virtanen – Jani Häkanpää
Jyrki Jokipakka (-1)

Gardien :
Mikko Koskinen [sorti de 57’42 à 59’43 »]

Remplaçant : Karri Rämö (G). En réserve : Juha Metsola (G), Mikko Lehtonen, Miika Koivisto (D), Jukka Peltola, Jani Lajunen (A).