Norvège – Slovaquie (tournoi EIHC à Hamar)

108

Venue en Norvège avec un effectif mêlant jeunesse et expérience (particulièrement en défense), la Slovaquie n’aborde pas son dernier match de préparation avant les JO de la façon la plus sereine. La défection du capitaine Tomáš Surový, incommodé depuis la rencontre contre les Russes la veille, oblige Craig Ramsay à revoir ses schémas : Tomáš Hrnka arrive en première ligne tandis que Michel Miklík fait son apparition sur la glace de Hamar.

Mais c’est surtout l’éviction de Vladimír Dravecký, qui a enfreint les règles de savoir-vivre (il serait arrivé en état d’ébriété à l’entraînement), qui fait jaser au moment où la Double-Croix s’apprête à affronter l’équipe locale pour la deuxième place du tournoi, privée, donc, de deux atouts en attaque.

Si les Slovaques montrent un élan offensif légèrement supérieur aux Norvégiens en entame de rencontre, la partie s’équilibre très rapidement. Branislav Konrád, le troisième gardien slave testé en Scandinavie, se met en condition sur un premier jeu de puissance norvégien qui aurait d’ailleurs pu faire mouche sur la tentative de Ken André Olimb. Peu d’occasions franches sont à signaler, hormis la puissante frappe d’Ivan Baranka en fin de période alors que la Slovaquie évolue à son tour en supériorité numérique.

Lars Haugen, dans les premières secondes de la reprise, est battu sur le tir d’Andrej Kudrna à droite mais le palet, qui flotte vers la ligne de but, est repoussé in extremis par la crosse du portier norvégien. Les Ours blancs encaissent une nouvelle pénalité qu’ils arrivent à tuer sans difficulté en se créant même quelques opportunités en zone adverse, notamment par Patrick Thoresen qui tente de placer son revers au poteau droit. Le match se joue ensuite sur un faux rythme, les quelques spectateurs assistent à un jeu heurté marqué surtout par des luttes sur la bande. La percée d’Andrej Meszároš, qui frappe à côté, ou le slap de Mats Rosseli Olsen, difficilement contenu par Konrád, sont les rares alertes à noter.

Rebelote dans le troisième acte. Hormis le double arrêt de Haugen devant Miklík, l’activité offensive des deux équipes est soporifique et les deux jeux de puissance (un chacun) n’aboutissent sur aucune combinaison efficace. Mathis Olimb, à l’entrée du cercle gauche, croit réveiller la petite assistance qui referme toutefois les yeux après que Konrád a stoppé le danger. On en est quitte pour la prolongation.

Dominik Graňák est coupable d’un cinglage sur Thoresen, qui filait au but, et la Norvège hérite d’un tir de pénalité après quarante secondes de jeu en prolongation. L’attaquant du SKA ne parvient pas à transformer et comme Peter Čerešňák, seul devant le but, ne fait pas preuve lui non plus de précision deux minutes plus tard, la rencontre se jouera donc aux tirs au but. La Slovaquie marque deux fois, par Kudrna et Ölvecký, contre aucune pour la Norvège.

Classement final : 1. Russie B 7 points (+6), 2. Slovaquie 6 pts (+2), 3. Norvège 5 pts (+4), 4. France 0 pt (-10)

Commentaires d’après-match

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Je suis très fier de cette équipe. Je constate qu’elle s’améliore à chaque match. Mais le plus important c’est que les joueurs en veulent. Je suis satisfait du comportement de l’équipe en Norvège tout comme je l’étais lors de la Deutschland Cup mais je préfèrerais de ne pas les comparer. »

Miroslav Šatan (manager général de la Slovaquie) : « Les équipes étaient différentes (ndlr : à la Deutschland Cup et en Norvège), nous voulions un nouveau système et tester également de nouveaux joueurs. Beaucoup d’entre eux ont agréablement surpris. L’effectif final sera choisi entre les deux équipes. Je pense que la moitié des joueurs présents en Allemagne et la moitié qui sont ici iront aux Jeux olympiques. En ce qui concerne les gardiens, nous nous fierons également à l’avis de Ján Lašák (ndlr : entraineur des gardiens). »

 

Norvège – Slovaquie 0-1 t.a.b. (0-0,0-0,0-0 / 0-0)
Samedi 16 décembre 2017 à 17h00 à l’Amphithéâtre olympique de Hamar (Norvège)
Arbitrage de Johan Magnusson (SUE) et Robert Hallin (SUE) assistés de Rune Solholm Bakken (NOR) et Tobias Norlander (SUE)
Pénalités : Norvège 8′ (2′, 2′, 2′ / 2′) ; Slovaquie 6′ (2′, 2′, 2′ / 0′)
Tirs : Norvège 23 (10, 5, 4 / 4) ; Slovaquie 20 (5, 8, 6 / 1)

Tirs au but
Norvège : M. Olimb (raté), Reichenberg (raté), K-A. Olimb (raté), Bastiansen (raté)
Slovaquie : Miklík (raté), Hudáček (raté), Kudrna (réussi), Cingel (raté), Ölvecký (réussi)

 

Norvège

Attaquants :
Ken André Olimb – Mathis Olimb – Patrick Thoresen
Aleksander Reichenberg – Anders Bastiansen (2′) – Mats Rosseli Olsen (2′)
Eirik Salsten – Kristian Forsberg – Tommy Kristiansen
Martin Røymark – Niklas Roest (2′) – Ludvig Hoff
Thomas Valkvæ Olsen

Défenseurs :
Jonas Holøs – Christian Bull
Johannes Johannesen – Daniel Sørvik (2′)
Stefan Espeland – Henrik Ødegaard
Erlend Lesund

Gardien :
Lars Haugen

Remplaçant : Henrik Haukeland (G). En réserve : Henrik Holm (G), Christian Kåsastul (D), Robin Dahlstrøm (A), Mathias Trettenes (A).

Slovaquie

Attaquants :
Lukáš Cingel – Tomáš Hrnka (2′) – Patrik Lamper
Andrej Kudrna – Miloš Bubela – Libor Hudáček
Matej Paulovič – Michal Krištof – Matúš Sukeľ
Michel Miklík – Peter Ölvecký – Pavol Skalický

Défenseurs :
Dominik Graňák – Peter Čerešňák (2′)
Tomáš Starosta – Ivan Baranka
Andrej Meszároš – Adam Jánošík (2′)
Ivan Švarný – Oldrich Kotvan

Gardien :
Branislav Konrád

Remplaçant : Denis Godla (G). En réserve : Július Hudáček (G), Tomáš Surový (A)