Hradec Králové – Rouen (CHL 2018/2019, Groupe F, 2e journée)

507

Hradec Králové, deuxième de la saison régulière mais battu en demi-finale, avait l’équipe la plus âgée de l’Extraliga tchèque, autour du vétéran Jaroslav Bednář (41 ans), devenu directeur sportif à l’intersaison. Le style de jeu reflétait l’an passé cet effectif de métier. Le nouvel entraîneur Tomáš Martinec a annoncé qu’il changerait de système en mettant en place un hockey plus actif, avec plus de patinage.

Et c’est effectivement ce qu’on constate dès le début de match avec des actions plutôt à l’avantage des Tchèques. Des entrées de zone rapides qui permettent des tirs, heureusement plutôt en périphérie grâce au bon pressing rouennais. Ces cinq premières minutes sont à l’avantage des locaux, bien en place grâce à des sorties de zone rapides et efficaces. Rouen tente de mettre une plus grande pression sur les cages mais c’est souvent sans danger pour Maxwell. Les Dragons prennent leurs marques et laissent passer l’orage. On remarque beaucoup le capitaine Petr Koukal, toujours bien placé en bas de la zone d’attaque, qui distribue passe sur passe à ses coéquipiers pour tester le gardien rouennais Pintarič. Sans réel danger en ce début de match, mais le ton est donné. L’équipe tchèque, rapide, fait peu d’erreurs dans la transmission du palet. Le jeu est fluide mais Rouen tient bon, la défense est en place et se laisse finalement assez peu déborder.

Les Dragons ont pris la mesure de l’adversaire et tentent peu à peu d’inquiéter cette solide équipe. Cette montée de Florian Chakiachvili jusqu’en bas de la zone d’attaque à la huitième minute du match, puis la récupération du palet par ce même numéro 62 revenu défendre à la bleue, permettent à Mathieu Roy d’armer un slap côté opposé. Nicolas Ritz avait bien suivi l’action en se plaçant devant Maxwell et dévie le palet entre ses jambes. 1-0 pour Rouen malgré le bon rythme qu’avait donné l’équipe du HK sur ces 10 premières minutes.

Rouen continue de faire un gros pressing sur l’équipe tchèque, jusqu’à réellement inquiéter leur dernier rempart par l’intermédiaire de Fabien Colotti (10’20). Malheureusement, ce bon travail est arrêté net par la faute du capitaine rouennais Mathieu Roy, envoyé au cachot pour deux minutes (retenir). L’infériorité numérique qui suit est bien maîtrisée par les Dragons. Le HK a beaucoup de mal à s’installer dans la zone offensive et c’est seulement à une seconde de la fin de la pénalité qu’un contre vient inquiéter Pintarič. Une minute plus tard, la situation est inversée avec Jan Berger emprisonné pour un retenir lui aussi. Malgré cela, son équipe se procure plusieurs contres grâce à sa vitesse et empêche Rouen de tirer parti de cette prison. Rouen pousse ensuite en fin de tiers, bien illustré par cette échappée de Caron, parti seul face à Maxwell mais gêné in extremis par la défense bien revenue pour l’empêcher d’armer son tir. Nicolas Deschamps (faire trébucher) à 18’25 puis un surnombre à 19’09 forcent les Rouennais à défendre à trois jusqu’au début du prochain tiers. Koukal rate la cage vide puis se heurte à Pintarič dans les dernières secondes.

Et c’est tout de suite en rentrant des vestiaires, que Mountfield HK met la pression sur Rouen. Et il ne faut que trente secondes à Tomáš Vincour pour remettre les équipes a égalité en glissant le palet entre les bottes du portier rouennais après un tir d’un Lukáš Cingel très en vue et en jambes ce soir. Retour à cinq, mais il ne faut que quelques secondes au HK pour enfoncer le clou. Sur une passe lumineuse de Lukáš Vopelka qui passe devant tout le monde, Daniel Rákos ne rate pas le cadre à l’opposé de Pintarič. Les Tchèques ont clairement accéléré et les Dragons n’arrivent plus à construire et à inquiéter Maxwell. Même si Kevin Dusseau tente sa chance (23’20), les occasions sont rares coté normand. Même lors de la supériorité numérique offerte par le buteur Daniel Rákos (24’24), Rouen n’y arrive pas et ne se montre pas dangereux, sauf par de timides essais de Marc-André Thinel. Au retour à 5 contre 5, le HK remet la pression et tente de prendre de vitesse la défense rouennaise.

C’est bien le Mountfield HK qui a la maîtrise du match. Et le nombre de tirs tentés s’accroît toujours en faveur des Tchèques (19-11). À force de défendre, Rouen est poussé à la faute et Fabien Colotti prend 2’+2′ pour une charge contre la bande (31’43). Cela met Rouen en mauvaise posture, surtout que le gardien Brandon Maxwell relance parfaitement son équipe, comme l’illustre cette très belle passe pour un tir de Lukáš Cingel (32’15). Sur l’action suivante, Oskars Cibulskis fixe bien son défenseur et Pintarič pour placer un tir en pleine lucarne, alors que Cingel était sans marquage de l’autre côté (3-1). La vitesse du HK en relance et en maîtrise du palet a encore fait la différence. Il reste encore deux minutes à faire à 4 contre 5. Moins tranchant cette fois, le HK voit passer cette double opportunité avec un score qui ne bouge plus. La fin du tiers voit plusieurs prisons sifflées de chaque côté, seul moment dangereux pour le HK, lors de la sortie de Loïc Lampérier de prison où il se retrouve lancé seul vers le portier tchèque. Mais sans soutien et solution de tir, cela ne donne rien. À 43 secondes de la fin du tiers, Matěj Chalupa fait la même erreur que Colotti et se voit punir de 2’+2′ pour une charge contre la bande au niveau de sa ligne bleue.

Rouen rentre dans le troisième tiers en supériorité numérique sans pouvoir vraiment s’installer et faire douter l’équipe tchèque. Un cafouillage devant la cage de Maxwell aurait pu donner quelque chose, mais c’est surtout la cage elle-même qu’il faut vérifier, son ancrage n’étant plus fixé dans la glace. Les tentatives de tirs pour Rouen sont souvent lointaines et Maxwell n’a pas de mal a voir partir les palets. Au retour à 5 contre 5, le HK reprend l’initiative par l’intermédiaire de Graňák, et tente tout de suite de prendre en défaut Pintarič (44’16). Dominateur, le HK tente beaucoup mais finalement sans se montrer réellement dangereux. Hormis la perte de palet de Florian Chakiachvili juste devant sa cage, qui permet a Matěj Chalupa de se retrouver seul devant Pintarič (47’12), heureusement sans conséquence. Enfin si, Chakiachvili voulant se rattraper à retenu le bras de l’attaquant adverse. Tir de pénalité (position de dernier défenseur). Chalupa tente sa chance côté mitaine, mais Pintarič détend bien sa botte et sort le palet. On a d’ailleurs cru à la blessure du gardien des Dragons sur ce tir de pénalité (la cuisse semblait touchée) mais finalement le portier reste sur la glace.

Le tournant du match ? Sébastien Piché charge durement Joël Caron au niveau de la tête et sans le palet (48’23). Caron reste au sol quelques minutes, et Piché est expulsé (5’+20′). Quelques minutes plus tard et sans actions notables des Rouennais, c’est Graňák qui se retrouve à son tour en prison alors qu’Alex Aleardi tentait de passer entre deux joueurs pour continuer vers le gardien. Après plusieurs tentatives, Anthony Guttig trouve enfin la faille en reprenant son propre rebond, que Brandon Maxwell avait perdu de vue entre ses jambières (3-2). Enfin, car ce n’est pas faute d’avoir les opportunités en supériorité numérique. Rouen était jusque là impuissant et laisse passer ici l’occasion de faire douter les Tchèques, et peut-être perd aussi la chance de passer devant au score.

La suite du match voit d’ailleurs Hradec Králové redevenir dangereux à 5 contre 5, toujours en étant extrêmement rapide dans la transition défense / attaque. Tout particulièrement en vue, Tomáš Vincour tente plusieurs fois sa chance (54’30, 54’40 et 57’12). Quelques accrochages dont Kevin Dusseau qui ne se laisse pas impressionner par Pavlík mais le HK tient le match jusqu’à cette dernière minute où Pintarič voit une erreur de relance de sa part se retrouver dans le gant de son remplaçant sur le banc (Quentin Papillon). Banc où il va le rejoindre pour que les Dragons jouent le tout pour le tout à 6 contre 5. Cela ne donnera rien et Rouen s’incline 3-2 contre une solide équipe tchèque qui aurait pu sûrement creuser l’écart si elle n’avait pas passé une bonne partie du troisième tiers au cachot.

Commentaires d’après-match

Tomáš Martinec (entraîneur de Hradec Králové) : « C’était un match difficile contre un très bon adversaire. Ils ont beaucoup de joueurs d’expérience et nous le savons. Nous sommes contents d’avoir gagné, même si nous étions nerveux à la toute fin. Nous devons éviter les pénalités inutiles. Nous devons en tirer les leçons pour moins jouer en infériorité numérique, même si nous avons tenu. »

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « Je suis déçu par le score. On a eu un départ un peu lent mais une bonne fin de première période en inscrivant le premier but. Mais nous commis trop de pénalités en deuxième période. Contre une équipe comme Mountfield, on l’a payé cash. On a commis trop d’erreurs. On a eu la place pour revenir durant la troisième période car eux aussi ont eu des pénalités. La différence aura été le powerplay ce soir. »

 

Mountfield Hradec Králové – Rouen HE 3-2 (0-1, 3-0, 0-1)
Dimanche 2 septembre 2018 à 17h30 à la ČPP Arena. 2448 spectateurs.
Arbitrage de Liam Sewell (GBR) et Jan Hribik (TCH) assistés de Tomáš Brejcha et Daniel Hynek (TCH).
Pénalités : Hradec Králové 39′ (2′, 8′, 4’+5’+20′), Rouen 14′ (6′, 6′, 2′).
Tirs : Hradec Králové 38, Rouen 24.

Évolution du score :
0-1 à 08’57 : Ritz assisté de Roy et Chakiachvili
1-1 à 20’33 : Vincour assisté de Cingel (sup. num.)
2-1 à 20’56 : Rákos assisté de Vopelka et Zámorský
3-1 à 32’43 : Cibulskis assisté de Vincour (sup. num.)
3-2 à 52’27 : Guttig assisté d’Aleardi (sup. num.)

Hradec Králové

Attaquants :
Daniel Rákos (+1, 2′) – Petr Koukal (C, +1, 2′) – Lukáš Vopelka (+1)
Radovan Pavlík – Lukáš Cingel – Tomáš Vincour (2′)
Matěj Chalupa (-1, 4′) – Māris Bičevskis (-1) – Patrik Miškář (-1)
Radek Pilař – Jan Berger (2′) – Juraj Bezúch
Matej Paulovič

Défenseurs :
Tomáš Linhart – Petr Zámorský
Dominik Graňák (2′) – Oskars Cibulskis
Filip Pavlík – Sébastien Piché (5’+20′)
Štěpán Havránek

Gardien :
Brandon Maxwell

Remplaçant : Daniel Dvořák (G). Absents : Radim Šalda, Richard Nedomlel, Roman Kukumberg (choix du coach).

Rouen (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Nicolas Deschamps (-1, 2′) – Anthony Guttig (-1) – Alex Aleardi (-1)
Michel Miklík (+1) – Nicolas Ritz (+1) – Juha Koivisto (+1)
Marc-André Thinel – Joël Caron – Loïc Lampérier (2′)
Joris Bedin – Fabien Colotti (4′) – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili (+1, 2′) – Mathieu Roy (+1, 2′)
Mathieu Brodeur (-1) – Atte Mäkinen (-1)
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintarič [sorti à 59’10]

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Enzo Cantagallo, Joran Reynaud.

Les commentaires sont fermés.

fringilla Praesent dolor accumsan ut sem, ipsum tempus eleifend nec Lorem