Rouen – Salzbourg (CHL, huitième de finale aller)

860

Après avoir réussi l’exploit de se qualifier pour la seconde phase de CHL, Rouen a obtenu le meilleur tirage possible parmi les premiers de poule en tombant sur Salzbourg. Il s’agit bien sûr du meilleur tirage relatif : les Autrichiens restent évidemment favoris, et la défaite subie contre cette équipe est un des souvenirs les plus douloureux des Dragons en Coupe Continentale.

La formule est maintenant différente puisque Rouen découvre cette formule au cumul des deux manches. Salzbourg la connaît bien, mais plutôt à ses dépens : l’équipe sponsorisée par la multinationale des boissons énergétiques s’est déjà qualifiée quatre fois pour cette phase à élimination directe de CHL, mais elle a jusqu’ici toujours été éliminée !

Les premières minutes font comme un choc pour Rouen. Les quatre lignes de Salzbourg se créent toutes des situations dangereuses sur la cage normande, la plus grosse occasion pour Peter Hochkofler. Une pénalité de Koivisto pourrait concrétiser cette forte poussée autrichienne, mais le danger est retardé par Nicolas Ritz puis écarté par deux arrêts décisifs de Pintaric. Alors que Rouen est sous pression depuis six minutes, Nicolas Deschamps marque à mi-hauteur sur ce qui est le premier tir cadré des Dragons ! Mais l’arbitre derrière la cage fait immédiatement signe que le but n’est pas valable, car le hors-jeu de ligne bleue est net.

À défaut d’avoir marqué, les champions de France défendent mieux et interdisent l’accès à leur enclave. La partie s’est rééquilibrée. Rouen finit donc pas ouvrir le score pour de bon. Servi par une très belle relance de Kévin Dusseau, Marc-André Thinel déborde le défenseur Martin Štajnoch et marque côté plaque de Steve Michalek, comme Deschamps sur le but invalidé (1-0).

C’est presque trop beau… et ça ne va pas le rester. Salzbourg réplique d’abord par sa quatrième ligne. Mario Huber devance au coup de patin Chakiachvili sur un palet excentré et réussit une passe levée par-dessus Mathieu Roy pour servir au poteau opposé Peter Hochkofler qui reprend avec un peu de réussite en lucarne. Puis, sur un palet non sorti de la zone par Rouen et après une superbe séquence de passes, Bobby Raymond – qui avait commencé sa carrière professionnelle à Strasbourg – attire deux joueurs et redirige le palet vers Chris Vandevelde au poteau gauche (1-2).

Les Autrichiens paraissent alors remettre la main sur le match. Mais, après une occasion manquée par Guttig dans le slot, les Dragons récupèrent le palet en zone neutre : la transition est immédiate pour Alex Aleardi sur le flanc droit, et celui-ci centre pour Nicolas Deschamps qui égalise du revers sous les bottes du gardien (2-2).

Hughes ayant bêtement accroché Thinel à une seconde de la pause, les Dragons peuvent reprendre le jeu en supériorité numérique. Et ils transforment cette occasion grâce à un Nicolas Ritz insistant dans le slot avec l’aide de Loïc Lampérier (3-2). Hormis une phase difficile dans laquelle Rouen n’arrive pas à sortir de sa zone, ce qui « crame » la paire Brodeur-Mäkinen, les Dragons sont bien dans leurs patins dans cette deuxième période.

Juste après la mi-match, Raphael Herburger accroche Chad Langlais en zone neutre. En jeu de puissance, un missile de Juha Koivisto frappe le poteau ! Après une bonne séquence rouennaise, Chakiachvili se jette sans pouvoir se saisir du palet puis est pénalisé pour obstruction car il gêne la contre-attaque en se relevant. Le duo Aleardi-Deschamps se crée encore une occasion à 4 contre 4, et Nicolas Deschamps est si intenable que Brent Harris prend deux minutes de prison en le retenant, juste avant que l’avantage numérique ne se renverse. On revient à 4 contre 4 : c’est au tour de Dominique Heinrich de tirer sur le poteau, et le rebond de Vandevelde manque de peu le cadre ! La menace se rapproche car Herburger tire sur le haut de la transversale. Guttig est sanctionné sur cette action, mais c’est Nesa qui part à 2 contre 1 en infériorité. Pintarič signe un arrêt-réflexe exceptionnel de la mitaine, à bout portant devant Huber, pour finir de tuer la pénalité.

Rouen semble mieux finir la période… mais se laisse peut-être un peu trop emporter par son élan. À trente secondes de la sirène, Salzbourg place une contre-attaque fatale, où Martin Štajnoch arrive sans oppoosition au second poteau pour réceptionner le centre de Brant Harris et feinter Pintarič avant de marquer en angle (3-3). Sur l’engagement, Alex Aleardi se retrouve en breakaway, mais le gardien Michalek remporte ce face-à-face en tenant sa jambière ferme face à la feinte de l’Américain.

Le troisième tiers-temps est un peu moins intense et spectaculaire entre deux équipes bien en place. Pintarič a le plus de travail mais les tirs lui arrivent souvent en pleine poitrine. Il signe quand même de nouveau un splendide arrêt de la mitaine face à Bobby Raymond. Pour sa part, Rouen a peu d’ouvertures mais défend bien et préserve ses chances avec ce résultat de parité somme toute logique. La moitié des matches aller se sont d’ailleurs soldés par un score nul ce soir (voir résultats de CHL).

On repartira donc de zéro dans deux semaines à Salzbourg pour 60 minutes décisives. C’est dans la cité de Mozart que les Dragons devront donc écrire la suite de la partition de leur symphonie européenne. Comme le dit une banderole déployée par les supporters normands : « No limit… »

Commentaires d’après-match :

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « C’est un bon résultat quand même. On respecte énormément cette équipe de Salzbourg. Ils ont commencé très fort, ils ont eu des temps forts, mais on a su tenir. Au deuxième tiers, c’était le contraire, on a eu le momentum, mais on a pris un but à la fin qui est dommage. Les joueurs ont à cœur de continuer cette compétition. Ils ont fait un bel effort ce soir, ils auront une petite trêve pour récupérer avant de revenir au championnat et être prêt pour le match retour à Salzbourg. »

Marc-André Thinel (attaquant de Rouen) : « On doit s’habituer à un jeu plus rapide qu’en championnat. Nous nous satisfaisons du 3-3 même si une victoire aurait été formidable. Nous devons être meilleurs dans notre zone et sortir le palet. »

 

Rouen – Salzbourg 3-3 (2-2, 1-1, 0-0)
Mardi 6 novembre 2018 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitrage de Marc Wiegand et Thomas Urban (SUI) assisté de Clément Goncalves et Nicolas Constantineau (FRA).
Pénalités : Rouen 6′ (2′, 4′, 0′) ; Salzbourg 6′ (2′, 4′, 0′)
Tirs : Rouen 24 (8, 11, 5) ; Salzbourg 31 (10, 8, 13).

Évolution du score :
1-0 à 13’24 : Thinel assisté de Dusseau et Langlais
1-1 à 14’55 : Hochkofler assisté de Huber
1-2 à 15’38 : Vandevelde assisté de Raymond et Feldner
2-2 à 18’35 : Deschamps assisté d’Aleardi et Brodeur
3-2 à 21’49 : Ritz assisté de Lampérier et Guttig (sup.num.)
3-3 à 39’32 : Štajnoch assisté de Raymond et Harris

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A, 2′) – Alexander Aleardi
Joël Caron (-1) – Juha Koivisto (-1, 2′) – Michel Miklik (-1)
Loïc Lampérier (A, +1) – Nicolas Ritz (+1) – Marc-André Thinel (+1)
Joris Bedin – Fabien Colotti (-1) – Vincent Nesa (-1)

Défenseurs :
Florian Chakiachvili (-1, 2′) – Mathieu Roy (C, -2)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen (-2)
Kévin Dusseau (+1) – Chad Langlais (+1)

Gardien :
Matija Pintarič

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Enzo Cantagallo, Julien Msumbu.

Salzbourg

Attaquants :
Raphael Herburger (2′) – Ryan Duncan – John Hughes (2′)
Dario Winkler (-1) – Alexander Rauchenwald (-1) – Brant Harris (2′)
Dustin Gazley (+1) – Christopher Vandevelde (+1) – Nico Feldner
Peter Hochkofler (+1) – Michael Schiechl (+1) – Mario Huber (+1)
Christof Wappis [6 secondes]

Défenseurs :
Dominique Heinrich (+1) – Layne Viveiros
Martin Štajnoch – Robert Raymond (+2)
Alexander Pallestrang (-1) – Matthias Trattnig
Daniel Jakubitzka

Gardien :
Stephen Michalek

Remplaçant : Lukas Herzog (G). En réserve : Thomas Raffl, Alexander Cijan.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

%d blogueurs aiment cette page :