Bulletin NHL : Le point, Thanksgiving et les playoffs, la valse des coachs, explication du ballottage, échanges et blessures

244

Le Bulletin NHL fait chaque lundi le tour des nouvelles les plus marquantes de la ligue. Signatures, blessures, échanges, on vous résume le plus important.

 

Dernière minute, du ménage à Philly

Les Flyers et leur président Paul Holmgren ont pris la curieuse décision ce matin de se séparer du DG Ron Hextall, pour « divergences philosophiques », tout en gardant en poste l’entraîneur Dave Hakstol. Hextall avait pourtant fait du bon travail de reconstruction depuis des années, alors que Hakstol subit à juste titre les foudres des fans pour ses décisions très controversées. Avec une équipe sans profondeur derrière son top6, Hakstol s’évertue pourtant à donner beaucoup de temps de jeu à des vétérans sans grand talent et les résultats collectifs sont chancelants. Mais visiblement, ce n’était pas à lui de payer les pots cassés.

 

Le point sur la ligue

Les meilleurs d’entre vous l’auront reconnue : LA YAKULINE EST DE RETOUR ! Pour rappel, cette ligne délimite la frontière historique à franchir pour espérer se qualifier pour les séries. Depuis 10 ans, 80% des équipes au nord de la ligne ont joué au printemps. Ce qui montre bien que les Islanders seront en danger le jour où leur PDO redescendra sur terre. Comme Anaheim jouait avec le feu en début de saison et montre son vrai visage maintenant que Gibson vit moins sur son nuage. Que Washington joue avec le feu, exactement au même endroit que l’an passé sur la carte. Que Winnipeg doit améliorer son niveau de jeu à 5 contre 5. Que San José, Vegas et Carolina jouent bien mais doivent voir remonter leur réussite pour voir l’avenir sereinement même si les Knights profitent enfin de leur niveau de jeu pour intégrer le top3 de la Pacifique.

 

L‘histoire de Thanksgiving

Chaque année c’est le même refrain repris par les médias : les équipes en playoffs à Thanksgiving le sont encore en avril, tout est joué. Et chaque année, nous avons envie de comprendre le mécanisme derrière cette légende urbaine. Légende plutôt vraie, sur les cinq dernières saisons, 78% des équipes qualifiées à Thanksgiving ont participé aux séries. Voyons ce que disent les donnes.

Corsica était hors ligne à ce moment, donc je n’ai pas pu travailler avec les buts anticipés comme d’habitude mais le principe reste similaire à ce que vous êtes habitués de voir. Tout d’abord, être IN à Thanksgiving se joue parfois à la différence de buts, sachant que le nombre de matchs joués varie de 21 à 26, ce qui change tout au classement. Donc tout le principe du truc est bancal à la base. Tu peux être hors des playoffs à Thanksgiving car t’as joué 2 matchs de moins. Mais passons…

Si on regarde les équipes IN à Thanksgiving ET qualifiées en avril, la majorité jouait déjà bien fin novembre, donc pas étonnant de les retrouver en playoffs. Et celles qui ne dépassaient pas la ligne étaient pour la plupart bonnes mais malchanceuses.

Les équipes qui étaient IN à Thanksgiving mais ont raté les playoffs étaient pour la plupart bonnes. 16 ont donc raté le coche et plusieurs exemples d’équipes brisées par les blessures viennent tout de suite en tête, Montréal 2015, Tampa 2016, St-Louis 2017, LA 2014 et 2016, Boston 2014…

Les équipes qui étaient OUT à Thanksgiving mais qui ont fait les playoffs présentent un visage dans la moyenne fleurtant avec la ligne. Le seul point très éloigné en bas c’est Anaheim 2015 qui avait un PDO de 96,5 à l’époque.

Enfin, les équipes qui étaient OUT à Thanksgiving et qui ont en effet raté les playoffs étaient… ben déjà mauvaises… Donc 0 surprise ici.

Donc conclusion ? Pas de conclusion. Si t’es bon sur les 25 premiers matchs de la saison tu as des chances de l’être le reste de l’année. Si t’es moyen, tu lutteras jusqu’au bout. Si t’es mauvais t’es mauvais, c’est juste que ça commence à se voir au classement.

 

La valse des coachs

Plusieurs coachs ont fait leur valise ces derniers temps, alors que la saison dernière était restée vierge de licenciement durant la saison. Le sujet mérite un approfondissement et le collègue Pierre Gouguet s’attardera dessus dans un article à paraître demain.

 

Le ballotage : utile ou non ?

Le 23 novembre, le Slovaque Marko Dano a (encore) changé d’adresse. Surnuméraire à Colorado, il a été placé au ballottage en vue de l’envoyer en ligue américaine. Les 30 autres équipes ont alors le droit de le récupérer et de l’utiliser dans leur alignement : Winnipeg a choisi de reprendre Dano, un joueur que la franchise connaît bien. Les Jets avaient en effet placé Dano au ballottage le 15 octobre ! Retour à l’envoyeur pour l’ex-premier choix de Columbus, également passé par Chicago… L’attaquant fêtera ses 24 ans le 30 novembre et on se demande bien où il jouera à ce moment-là : Winnipeg ? Manitoba en AHL ? Ailleurs ? 27e de la draft 2013, il compte 138 matchs en carrière pour 19 buts et 45 points.

L’occasion de se pencher sur l’efficacité du ballottage. Depuis les camps d’entraînement de septembre, 9 joueurs ont été recrutés par ce biais, avec des fortunes diverses.

DateJoueurDeAGPGAPtsPIM
22/09Danick MartelPHITB10002
28/09JS DeaPITNJ193556
01/10Pontus AbergEDMANA186288
02/10Remi ElieDALBUF50000
02/10Dmitrij JaskinSTLWSH170220
02/10Curtis McElhinneyTORCAR82,25 GAA91,9 %
02/10Calvin PickardTORPHI114,01 GAA86,3 %
15/10Marko DanoWPGCOL80007
17/10Jacob De La RoseMTLDET111124

On le voit, réclamer un joueur au ballottage, c’est un peu espérer dénicher un diamant dans la poubelle du voisin. Toronto a perdu deux gardiens par ce biais à la fin du camp d’entraînement, et seul McElhinney produit une performance honnête en tant que remplaçant à Carolina. En attaque, les Devils font confiance à Jean-Sébastian Dea sur leur troisième ou quatrième ligne, avec un résultat modeste. Anaheim a connu un peu plus d’efficacité avec Pontus Aberg, ex-Predator et Oiler. Le reste fait figure d’anecdote…

Ce n’est pas nouveau : bien peu de joueurs pris au ballottage ont connu du succès ou relancé leur carrière. Parmi les réussites, citons des joueurs comme Pierre-Alexandre Parenteau, Kyle Quincey, Michael Grabner ou David Schlemko. Le record ? Ilya Bryzgalov, lâché par une équipe d’Anaheim à la grande profondeur au poste de gardien, qui est devenu par la suite le numéro 1 à Phoenix pendant plusieurs années. Un cas rare et circonstanciel. La plupart du temps, l’objectif est surtout de récolter un joueur utile pour l’équipe réserve.

 

Les Oilers font encore affaire, les Coyotes et les Blackhawks s’entendent aussi

Après l’échange de la semaine dernière avec les Rangers qui a vu Ryan Spooner et Ryan Strome déménager,  c’est avec les Senators d’Ottawa qu’un accord a été trouvé cette fois ci. Chris Wideman s’en va à Edmonton alors que les Sens récupèrent un choix de sixième tour au repêchage de 2020. Avec l’émergence de jeunes défenseurs tels que Thomas Chabot ou Maxime Lajoie, le temps de jeu de Wideman avait grandement diminué depuis le début de la saison et le défenseur n’a amassé que deux buts et trois assistances en 19 matchs. Le choix de sixième tour appartenait initialement aux Saint Louis Blues qui l’avaient cédé en retour de Jakub Jerabek le 1er octobre dernier.

En difficulté au classement, les Chicago Blackhawks et les Arizona Coyotes se sont entendus sur un échange pour essayer de relancer la machine. Du côté de Chicago c’est Nick Schmaltz qui doit faire ses cartons alors que du côté de l’Arizona ce sont Dylan Strome et Brendan Perlini qui effectuent le chemin inverse. L’objectif annoncé par le directeur général des Coyotes John Chayka est de faire de Schmaltz le centre du premier trio sur le long terme, puisqu’il ne faut pas oublier que l’attaquant n’a que 22 ans. À voir donc si cela va pouvoir relancer l’équipe qui continue d’occuper les bas fond de la division Pacifique. Strome, lui, avait été choisi au troisième rang par les Coyotes en 2015 mais n’a jamais été capable de confirmer les espoirs placés en lui.

 

Vesalainen ira s’aguerrir en KHL, Comtois en junior, Puljujärvi retrouve la NHL

Max Comtois avait réussi à se trouver une place dans l’effectif des Anaheim Ducks suite aux nombreuses blessures qui avaient touché la brigade offensive du club. À son tour blessé à un genou le 23 octobre dernier, il a effectué son retour dans le club AHL des San Diego Gulls pour évaluer son état de forme depuis le 12 novembre. Mais avec son âge, il ne peut dépasser les 14 jours autorisés pour conditionnement en AHL. Les Ducks ont décidé de renvoyer leur espoir de 19 ans en QMJHL chez les Voltigeurs de Drummondville pour s’aguerrir malgré un début de saison intéressant. Mais nous reverrons à n’en pas douter le jeune attaquant en NHL dans un futur plus ou moins proche.

Autre joueur de 19 ans, Kristian Vesalainen va retrouver la Finlande pour jouer en KHL avec Jokerit. Depuis le début de la saison, l’espoir naviguait entre les Winnipeg Jets et le club AHL du Manitoba Moose mais une clause dans son contrat autorisait les Jets à l’envoyer en Europe. Une fois la saison KHL terminée, Vesalainen pourra jouer à nouveau avec les Jets, ajoutant de la profondeur à la franchise au printemps prochain.

Dans le sens inverse, c’est Jesse Puljujärvi qui retrouve la NHL avec les Edmonton Oilers. Alors qu’il avait été renvoyé en AHL chez les Bakersfield Condors en même temps que Kailer Yamamoto le 10 novembre. Après seulement quatre matchs et un changement de coach chez les Oilers plus tard, Puljujärvi se voit offrir une nouvelle possibilité de prouver sa valeur.

 

La casse continue chez les gardiens, des joueurs étoiles aussi se retrouvent sur la touche.

Alors qu’on évoquait déjà des blessures chez de nombreux gardiens numéro 1 dans les différentes équipes de la ligue, un de leurs confrères rejoint lui aussi l’infirmerie. Le nouveau pensionnaire n’est autre que Matt Murray qui était en grande difficulté depuis le début de la saison. Le gardien des Pittsburgh Penguins a été placé sur la liste des blessés pour une blessure au bas du corps et son coach  Mike Sullivan a même annoncé une absence à long terme et qu’il était gêné depuis quelques semaines par des petites blessures. Cette annonce explique peut être les statistiques catastrophiques de Murray depuis le saison qui tournait à une moyenne de 4,08 buts encaissés par match et un taux d’efficacité de 87,7% pour une fiche de 4-5-1. En l’absence du double vainqueur de la Coupe Stanley, ce sont Casey DeSmith, déjà au travail depuis plusieurs matchs, et Tristan Jarry qui essayeront d’aider les Penguins à remonter au classement pour accrocher une place en séries éliminatoires dans une division Métropolitaine très relevée. Pour ne rien arranger à une situation déjà bien compliquée, Patric Hornqvist rejoint l’infirmerie à cause d’une commotion cérébrale. Avec cette blessure très délicate, aucun planning de retour n’a encore été avancé. Dur début de saison pour les Penguins.

Toujours à l’Est, on se dirige aussi dans une équipe en difficulté qui risque de l’être encore plus puisque les Florida Panthers viennent de perdre les services de Vincent Trocheck. L’attaquant a dû se faire opérer pour réparer une fracture de la cheville. Cette blessure a eu lieu suite à une mauvaise chute en étant à la lutte pour le palet près de la balustrade lors de la rencontre face aux Senators d’Ottawa. Cependant le Directeur Général Dale Tallon reste optimiste quant à un retour de son joueur de centre d’ici la fin de la saison. Et pour ne rien arranger,  Roberto Luongo s’est blessé en cours de match face aux Carolina Hurricanes en tentant de sauver un tir de Jordan Martinook qui a tout de même fini au fond de ses filets. Déjà blessé au genou lors du match d’ouverture, Luongo n’a disputé que neuf matchs cette saison. Son état sera réévalué quotidiennement laissant espérer un retour rapide.

Du côté des Canadiens de Montréal, on perd pour une durée indéterminée les services du défenseur Noah Juulsen qui souffre d’une fracture au visage. Cette blessure est due à un palet reçu au visage lors de la rencontre face aux Washington Capitals où le défenseur n’a pas hésité à se sacrifier. Heureusement pour les Canadiens, le capitaine Shea Weber serait proche d’un retour qui est espéré pour ce mardi et viendrait combler cette absence de long terme. Weber n’a plus disputé un match depuis décembre dernier et serait un renfort de poids pour la brigade défensive de son équipe.

Chez le rival des Boston Bruins, déjà confrontés à de nombreuses absences en défense, l’hécatombe continue. Zdeno Chara s’ajoute à la longue liste des blessés. Touché à un genou, le géant slovaque manquera quatre à six semaines d’action. Son temps de glace important face aux meilleurs trios adverses semble l’user et ce vide sera très difficile à combler surtout que, comme évoqué dans un bilan précédent, cinq défenseurs manquent déjà à l’appel.  Pour ne rien arranger, c’est une absence à l’avant et pas des moindres que subissent aussi les Bruins puisque Patrice Bergeron va manquer au moins quatre semaines d’action. La raison ? Une blessure aux côtes et à la clavicule. Et c’est une absence de poids pour la production offensive de Boston puisque le centre connaissait un excellent début de saison avec pas moins de 9 buts et 17 assistances en 19 rencontres.

Direction Détroit maintenant puisque Darren Helm n’est pas attendu avant 2019 sur les patinoires. Blessés à l’épaule en cours de match face aux New Jersey Devils, l’ailier manquera six à huit semaines d’action et a été placé sur la liste des blessés en conséquence. Avec seulement un but et cinq assistances en 20 rencontres, le début de saison est assez poussif pour Helm.

Pour le champion en titre c’est en défense qu’on perd un homme puisque Brooks Orpik a dû passer sur la table d’opération. Blessé au genou, il a du subir une opération qui le tiendra éloigné des terrains entre quatre et six semaines. Initialement le défenseur avait été annoncé day to day, laissant espérer un retour plutôt rapide. Cette fois le défenseur a donc été placé sur la liste des blessés.

Maintenant à l’Ouest, les Calgary Flames vont devoir faire face à deux absences simultanément. Michael Frolik est sur la liste des blessés à cause d’une blessure au bas du corps et ratera le road trip de deux matchs des Flames. Pas plus de précision pour l’attaquant mais son absence ne devrait pas être longue. Pour Michael Stone en revanche la situation est bien plus délicate. Le défenseur qui n’a disputé qu’un seul match depuis le 26 octobre souffre d’un caillot de sang  et aucune planification de retour n’a été évoqué pour le moment.

Pour les Nashville Predators, c’est la perte d’un homme en forme de ce début de saison qu’il va falloir combler. Kyle Turris a été placé sur la liste des blessés ce dimanche. La nature de la blessure n’a pas été révélée mais celle-ci a eu lieu lors du match face aux Saint Louis Blues après que l’attaquant a reçu une charge de Brayden Schenn contre la balustrade. Le centre des Predators a pourtant bien démarré sa saison avec 16 points en 23 rencontres et manquera donc un minimum de trois matchs.

Toujours dans la division Centrale, les Saint Louis Blues ont placé Jaden Schwartz sur la liste des blessés à cause d’une blessure au haut du corps. Déjà absent depuis le 16 novembre, la situation est donc plus inquiétante que prévue initialement pour l’attaquant de 26 ans. Cette blessure permet dans l’autre sens à Patrick Maroon de quitter cette même liste des blessés pour retrouver l’effectif des Blues. Un perdu pour un gagné, donc, pour la franchise de Saint Louis qui aurait pourtant besoin de tous les renforts possibles suite à un début de saison très poussif.

Chez les Dallas Stars, Ben Bishop a également été placé sur la liste des blessés à cause d’une blessure musculaire contractée en cours de match face aux New York Rangers. Avec une absence d’abord évaluée à une semaine, le gardien n’avait pas été initialement placé sur la liste. On est désormais certain que Bishop manquera deux matchs supplémentaires. En attendant son retour c’est Anton Khudobin qui assure la relève et qui affiche de belles moyennes avec 2,37 buts encaissés et un pourcentage d’arrêts de 92,5%.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :