Le Bélarus cale, soir de première pour les Britanniques

211

Il aurait été sportivement admis que la Grande Bretagne et le Bélarus se rencontrent à mi-parcours sans point au compteur, et que le résultat de cette partie désigne la lanterne rouge finale du groupe et l’équipe qui la devancerait. Cette seconde affirmation demeure réaliste, mais les deux formations ont su prendre des points dans l’entame de tournoi. Pour le Bélarus, la victoire surprise face à une Suède qui n’était pas encore bien entrée dans sa compétition constitue un exploit (0-1), et la sélection ne s’est pas arrêtée là en conduisant les Tchèques en prolongations (3-2 a.p). En sachant qu’il demeure sur le chemin la Grande-Bretagne du jour et le Danemark, qui sait si les ambitions ne peuvent être plus importantes ? Après tout, la Biélorussie fait actuellement l’actualité internationale pour des raisons tout sauf sportives, cela pourrait aider l’équipe à avancer en toute discrétion.

Pour les Britanniques, les avancées sont bien plus modestes. Après deux rencontres où ils auront su montrer de belles choses, ils décrochèrent hier leur premier point pour une défaite bonifiée face au Danemark (2-3 a.p). Le match du jour semble sur le papier être le plus accessible, et il ne fait aucun doute qu’il sera joué à fond par les joueurs d’Outre-Manche.

Le premier gros lancer est au crédit de Paré, qui touche la barre après deux minutes de jeu. Platt s’essaye ensuite mais Bowns capte le palet. Les Biélorusses sont les plus dangereux avec un nouvel essai de Drozd, puis Prince qui coupe un lancer de Bailen mais le palet file au-dessus. Les Britanniques ne parviennent pas à s’installer et la première (légère) opportunité est un lancer d’Ehrhardt, capté sans souci après près de dix minutes de jeu. La phase suivante, Connolly est plus vif, mais Taylor capte à nouveau. Le temps fort blanc est alors passé et le duo Hammond – Perlini est proche de l’ouverture du score. Komarov appuie une charge sur Clements qui heurte le plexiglas avec le visage et reste un temps au sol, les arbitres ont jugé le geste licite. Mais la minute suivante, le Bélarus est cette fois pénalisé, avec Solovyov qui rejoint le banc. La Grande-Bretagne s’installe et Taylor est vigilant sur un rebond pris par Perlini. Il réalise ensuite un superbe arrêt sur un tir puissant de O’Connor. Malgré plusieurs tentatives, la pénalité est tuée. Toutefois peu de temps plus tard, Liam Kirk se retrouve dans sa position préférentielle, une récupération du palet dans le mouvement et sans garde du corps immédiat. Son talent fait le reste, il dribble le défenseur pour ouvrir la marque (0-1, 13’38).

mikhail zaharovLa Grande-Bretagne capitalise en prenant le dessus alors qu’elle a subi durant les dix premières minutes. Khenkel prend sa chance mais bute sur le gardien britannique. Kirk, toujours lui, prend de la vitesse et complique la tâche de Taylor avec un lancer depuis l’aile à la trajectoire étrange car légèrement dévié, sans conséquence pour le gardien du Dynamo Minsk. Les joueurs de Zakharov sont gênés par le pressing haut des adversaires, et quand ils passent ils butent sur Bowns, à l’instar d’un tir de Protas. Pour la première fois dans la compétition, la Grande-Bretagne rentre aux vestiaires en menant à la fin d’une période.

Avec un jeu équilibré à la reprise, une passe manquée de Tetlow offre sur un plateau une chance de marquer au capitaine biélorusses Sharangovich, mais le gardien Bowns s’interpose. Les Britanniques ont des phases assez longues en zone offensive, mais ils peinent à porter le danger sur Taylor. Ils se mettent en revanche à la faute par Myers derrière la cage. Kostitsyn et consorts se précipitent un peu, mais ils marquent après le retour au complet. Bowns réalise un arrêt acrobatique mais n’est plus en place et Vladislav Kodola profite du rebond pour l’égalisation (1-1, 29’15).

Cela ne refroidit pas les joueurs de Neilson. Lake prend de la vitesse, évite le défenseur qui s’est couché mais Taylor brille devant lui. Plutôt dominés, les Biélorusses se montrent incisifs quand ils tiennent le palet, comme sur une double occasion de Sharangovich et Solovyov. Sur la phase qui suit, Taylor a énormément de chance : si bon depuis le début de la partie, il laisse un palet filer tout seul sans le contrôler. C’est converti mais les arbitres signalent un incompréhensible hors-jeu, au grand désespoir de Connolly qui avait fini le travail. L’arbitre que l’on entendra s’excuser platement pour son erreur auprès du joueur dans la vidéo embarquée. Reste que les Britanniques sont nettement plus mordants. Sur une bataille derrière la cage, Myers vole le palet à Falkovsky pour remettre à Ben Davies face au gardien. Le Gallois redonne l’avantage à sa sélection (1-2, 37’06). L’agressivité sur le puck est à sens unique. La Grande Bretagne s’installe une nouvelle fois en faisant tourner le palet. Le mouvement collectif est conclu par Kirk, pour son quatrième but dans la compétition (1-3, 38’35). Les rouges ont alors la tête dans le sac, dépassés par l’allant adverse.

Au pied du mur, les joueurs du Bélarus reviennent avec d’autres intentions. Shinkevich s’essaye sans succès. En revanche ils se découvrent et ont la chance de voir un lancer de Perlini fuir le cadre. Drozd prend un lancer depuis la bande, cela ne surprend pas Bowns, puis Swindlehurst se sacrifie sur un lancer énorme de Khenkel. Le danger se précise pour les Lions et Prince est proche de convertir par une déviation un lancer de Protas, sans y parvenir. La solution viendra peut être d’un jeu de puissance, David Phillips rejoint la prison pour une charge. Bowns intervient avec autorité sur une tentative de Bailen depuis la bleue, et cela ne s’arrange pas car sur une remontée des britanniques, ce même Bailen se met à la faute. La Grande-Bretagne se montre la plus dangereuse à 4 contre 4, et après deux bonnes occasions, Mike Hammond prend de la vitesse, masque jusqu’au dernier moment son geste pour tromper Taylor (1-4, 48’41).

La Biélorussie n’a d’autres choix que de réagir rapidement, Dallas Ehrhardt lui en donne l’occasion en loupant totalement sa remise à l’arrière alors qu’il n’y avait aucun danger. C’est en bout de course Platt qui en profite pour revenir à deux longueurs et entretenir l’espoir (2-4, 51’19). Le premier buteur de son équipe, Kodola, Bailen puis Sharangovich mettent tour à tour à contribution Bowns, qui ne craquent pas. Le gros temps fort biélorusse est compliqué par une pénalité appelée contre Antonov, qui fait une obstruction pour annihiler une sortie de palet britannique. Plus dans la gestion que dans la construction, la Grande-Bretagne gagne deux précieuses minutes, même si Platt a une chance inaboutie en infériorité. Mais le match est loin d’être terminé car les rouges convertissent à nouveau par Prince à l’entrée de l’enclave (3-4, 57’43).

gbr ben davies
Ben Davies

Bien décidés à faire le siège de la cage de Bowns pour les deux dernières minutes, Sharangovich prend de la vitesse mais touche le poteau. Sentant son équipe en danger, l’assistant coach Corey Neilson demande un temps mort pour les 56 secondes restantes. L’occasion pour Taylor de quitter sa cage pour le surnombre. La défense travaille très fort et sur la dernière tentative de Sharangovich, Bowns capte le dernier lancer de la partie, pour la victoire de son équipe.

La Grande-Bretagne remporte une victoire dans le temps réglementaire des Mondiaux Élite pour la première depuis… le 9 mars 1962 et une victoire face à la Finlande (5-7). La sélection britannique chante tout sourire le God Save the Queen et passe au classement avec l’adversaire du jour, à égalité de points.

Désignés hommes du match :  Vladislav Kodola pour le Bélarus et Liam Kirk pour la Grande Bretagne.

Commentaires d’après-match

Ben Davies (attaquant de la Grande-Bretagne) : « C’est un sentiment fantastique. Nous avons fait ce qu’il fallait pour obtenir cette victoire. Nous avons fait un bon match contre le Danemark, nous avons seulement été malchanceux en prolongation, nous étions un peu déçus. Ils jetaient tout à la fin, ils cherchaient des rebonds devant le filet et nous avons juste essayé de nous mettre devant et de repousser ces rebonds sur le côté. C’est un excellent effort de tout l’effectif. Je suis sûr que [Peter Russell] est chez lui devant l’écran pour nous regarder, nous aurons un meeting avec lui prochainement. Nous sommes excités de cette victoire et de passer au prochain match, la Suède. Nous sommes excités de jouer de nouveau une grande nation et de nous tester. »

Mikhail Zakharov (entraîneur du Bélarus) : « Nous nous étions préparés sérieusement. Nous connaissions l’effectif de la Grande-Bretagne, nous savions combien de naturalisés ils ont. Nous savions que ce ne serait pas facile. Après tout, cette équipe a bien joué contre le Danemark. […] Bien sûr que non, les défenseurs n’ont pas le droit de faire ces erreurs dans notre zone. Eryomenko a perdu son micromatch 0-3, je le comprendrais si nous jouions contre les Suédois et les Tchèques, pas contre les Britanniques. Le championnat du monde est une compétition majeure. Si un joueur arrive 10 jours avant le début du tournoi, il ne montrera rien. Il faut le dire tel que c’est. Nous avons déjà encaissé cinq buts avec Bailen, c’est beaucoup pour un leader. »

 

Bélarus – Grande-Bretagne 3-4 (0-1, 1-2, 2-1)
Mercredi 26 mai 2021 à 19h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos
Arbitres : Robin Sir (TCH) et Peter Stano (SVK) assistés de Jiri Ondracek (TCH) et Simon Synek (SVK).
Pénalités : Bélarus 6’ (2’, 0’, 4’) ; Grande-Bretagne 4′ (0′, 2′, 2′).
Tirs : Bélarus 36 (9, 5, 22) ; Grande-Bretagne 26 (10, 9, 7).

Évolution du score :
0-1 à 13’38 : Kirk
1-1 à 29’15 : Kodola assisté de Bailen et Prince
1-2 à 37’06 : Davies assisté de Myers
1-3 à 38’35 : Kirk assisté de O’Connor et Dowd
1-4 à 48’41 : Hammond assisté de Richardson
2-4 à 51’19 : Platt assisté de Paré et Kodola
3-4 à 57’43 : Prince assisté de Sharangovich et Protas

Bélarus

Attaquants :
Shane Prince (+1) – Egor Sharangovich (C) – Sergei Kostitsyn
Nikita Komarov (-1) – Sergei Drozd (-1) – Aleksei Protas (-1)
Francis Paré – Vladislav Kodola – Geoff Platt (A, -1)
Stanislav Lopachuk (-1) – Herman Nesterov (-1) – Mikhail Stefanovich (-1)
Danila Klimovich

Défenseurs :
Nick Bailen (2′) – Kristian Khenkel (A)
Stepan Falkovsky (-1) – Vladislav Eryomenko (-3)
Ilya Solovyov (+1, 2’) – Ilya Shinkevich
Andrei Antonov (2′, -1)

Gardien :
Danny Taylor [sorti à 59’04]

Remplaçant : Aleksei Kolosov (G). En réserve : Konstantin Shostak (G), Evgeni Lisovets (commotion), Dmitri Znakharenko, Dmitri Korobov (D), Andrei Belevich, Artyom Demkov (A).

Grande-Bretagne

Attaquants :
Rob Lachowicz (-1) – Lewis Hook – Oliver Betteridge
Liam Kirk (+2) – Brendan Connolly (+1) – Robert Dowd (A)
Ben Lake – Brett Perlini – Mike Hammond
Ben Davies (+2) – Matthew Myers (2’) – Jonathan Phillips (C, +2)
Ciaran Long

Défenseurs :
Dallas Ehrhardt (+1) – David Clements (+1)
David Phillips (2′, +1) – Ben O’Connor (+1)
Mark Richardson (A) – Joshua Tetlow
Paul Swindlehurst

Gardien :
Ben Bowns

Remplaçant : Jackson Whistle (G). En réserve : Jordan Hedley (G), Sam Jones, Mark Garside (D), Sam Duggan, Ross Venus, Luke Ferrara (A).

Les commentaires sont fermés.