Jason Bourne abat les Suédois de sang-froid

249

La relation entre la Suède et le Bélarus a connu un nouveau rebondissement quand le club de Leksand a annoncé avant-hier qu’il ne se rendrait pas dans ce pays pour le match de CHL prévu à la fin de l’été face au Yunost Minsk, citant les précédents de la délocalisation des championnats du monde de hockey sur glace et de l’ouverture de la prochaine saison de biathlon.

Néanmoins, ce contexte politique est relégué au second plan par l’urgence sportive entre deux équipes nationales aux abois après leur défaite au premier match. Après l’échec retentissant face au Danemark, l’entraîneur Johan Garpenlöv n’a pas introduit de nouveaux joueurs. Il a changé de gardien (Adam Reideborn remplace Viktor Fasth) et substitué Magnus Nygren, pourtant son défenseur le plus expérimenté, par Jonathan Pudas. Tout au contraire, le Bélarus, privé de Shane Prince pas en état, fait entrer deux débutants, Aleksei Protas et Vladislav Kodola. Mikhaïl Zakharov a même changé toutes ses lignes offensives, sauf une.

2021 05 23 sue blr2Une crosse haute de Sharangovich oblige rapidement le Bélarus à – bien – défendre quatre minutes en infériorité numérique. Il se procure ensuite la meilleure occasion de la première période. Au rebond d’un lancer de la ligne bleue, Mikhail Stefanovich tire dans une cage grande ouverte… et est contré de manière incroyable par la crosse du défenseur Viktor Lööv (ci-contre). Très critiqué par les supporters suédois pour son positionnement approximatif, l’arrière des Jokerit est le sauveur sur cette action !

Le match est ensuite longuement arrêté par un accident, comparable à celui de John Tavares récemment en NHL. Sur une entrée de zone de Carl Klingberg, le défenseur biélorusse Evgeni Lisovets se met en opposition mais a sa tête percutée par le genou de l’attaquant. Il reste inconscient de longues minutes, mais on le voit heureusement lever le pouce lors de son évacuation sur civière.

S’agit-il d’une volonté de revanche ? En tout cas Klingberg est lui-même sorti du match par une mise en échec légale mais rude de Lisovets juste avant la pause. L’attaquant de Zoug a le genou un peu chancelant en quittant la glace et on le reverra pas. Son coach l’avait sélectionné comme le meilleur joueur suédois au premier match et il tenait un rôle important sur la « ligne de neutralisation ». La star de NHL Rickard Rakell – qui reste beaucoup dans le périmètre aujourd’hui – prendra sa place. Johan Garpenlöv a un treizième attaquant sur le banc (la vedette de la saison de SHL Pontus Holmberg) mais il ne l’utilisera même pas ! Il réduira rapidement son alignement à trois lignes panachées (Lindberg-Lindholm-Rakell, A.Kempe-Lundeström/Wingerli-Olofsson, M.Kempe-Rasmussen-Sörensen) avec quelques présences éparses pour Friberg.

nils lundkvist
Nils Lundkvist

La Suède a encore moins d’impact offensif en deuxième période et se rajoute une difficulté en commettant des fautes. Oscar Lindberg donne un coup de crosse à Stefanovich et Klas Dahlberg fait tomber le casque de Kostistsyn en le rudoyant devant la cage. Le Bélarus a ainsi un long avantage numérique avec 23 secondes à 5 contre 3. Le jeu de puissance organisé l’essentiel du temps par Nick Bailen récolte 4 tirs, mais aucun décalage vraiment dangereux. Bailen joue un rôle capital un peu plus tard : alors qu’il est pris à revers par une longue passe de Nils Lundkvist pour Marcus Sörensen, il réussit à attraper la crosse de l’ailier puis le palet. Ce n’est pas lui qui se fait pénaliser, mais son coéquipier Khenkel qui accroche Sörensen dans la continuité de l’action. Le marathonien Bailen (11’23 » de temps de glace dans ce deuxième tiers-temps !) joue aussi pendant l’infériorité numérique et il n’est pas loin de marquer involontairement contre son camp quand un palet revient dans les patins, mais Danny Taylor a un réflexe salutaire de la botte.

La quatrième ligne biélorusse – la seule qui avait été conservée intacte pour ce deuxième match – est alignée au coup d’envoi du troisième tiers-temps. Stanislav Lopachuk gagne alors le palet par deux fois : d’abord dans sa zone face à Rickard Rakell, puis dans le coin de la zone suédoise. Il envoie à la cage une rondelle que Pär Lindholm intercepte sans l’arrêter, et Mikhail Stefanovich sert alors en retrait Herman Nesterov seul face à la cage (0-1). On guette en vain la réaction de la Tre Kronor. Au contraire, l’espoir biélorusse de 20 ans Aleksei Protas met dans le vent Tömmernes dans une belle action individuelle conclue dans le petit filet extérieur. Protas intercepte aussi un palet joué par Reideborn derrière sa cage pour le donner instantanément en retrait à Nikita Komarov, que Jonathan Pudas revient couvrir juste à temps. Garpenlöv prend son temps mort et sort son gardien à deux minutes et demie de la fin, mais le tir le plus dangereux – d’Olofsson – arrivera en pleine poitrine du gardien Danny Taylor.

danny taylor2
Danny Taylor

Comme face au Danemark, la Suède perd pour la première fois en championnat du monde contre le Bélarus. Elle est maintenant en grand danger de rater les quarts de finale, alors qu’elle n’a figuré en dehors du top-8 mondial qu’une seule fois, en 1937 (l’année où elle a perdu contre la France). Avec comme prochains adversaires les Suisses et les Tchèques, la Tre Kronor est vraiment au pied du mur.

Désignés joueurs du match : Nils Lundkvist pour la Suède et Danny Taylor pour le Bélarus.

Commentaires d’après-match

Danny Taylor (gardien du Bélarus) : « C’est énorme. Après une défaite décevante, on est revenu à ce ce qui faisait notre force. Quand les choses vint bien, il faut savoir apprécier, ce n’est pas toujours le cas. Il y avait beaucoup de corps devant moi, j’ai essayé de faire mon mieux pour voir le palet. Je pense juste à l’arrêt suivant. [Sur son parcours de sa naissance en Angleterre et son éducation au Canada avant de représenter le Bélarus] Je suis un peu un Jason Bourne (personnage de fiction sans patrie, sans passé ni mémoire). On joue au hockey pour gagner sa vie, on aime jouer et les choses se font. »

Rikard Rakell (attaquant de la Suède) : « Ce sont deux défaites dures. On doit commencer à gagner pour avoir un futur dans le tournoi. On a mieux joué aujourd’hui, avec plus d’intensité. Nous avons eu la possession tout le match mais nous n’avons pas trouvé le fond des filets. Il faut trouver un moyen, peu importe comment. »

Suède – Bélarus 0-1 (0-0, 0-0, 0-1)
Dimanche 23 mai 2021 à 16h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos.
Arbitres : Lassi Heikkinen et Kristian Vikman (FIN) assistés de Lauri Nikulainen (FIN) et Davis Zunde (LET)
Pénalités : Suède 4′ (0′, 4′, 0′) ; Bélarus 8′ (4′, 4′, 0′).
Tirs : Suède 32 (11, 10, 11) ; Bélarus 22 (4, 11, 7).

Évolution du score :
0-1 à 40’33 : Nesterov assisté de Stefanovich et Lopachuk

Suède

Attaquants :
Victor Olofsson – Isac Lundeström – Rickard Rakell (A, -1)
Adrian Kempe – Andreas Wingerli – Max Friberg
Mario Kempe – Dennis Rasmussen – Marcus Sörensen
Oscar Lindberg (-1, 2′) – Pär Lindholm (-1) – Carl Klingberg [blessé à 19′]

Défenseurs :
Henrik Tömmernes (C, -1) – Nils Lundkvist (-1)
Lawrence Pilut – Jonathan Pudas
Klas Dahlbeck (A, 2′) – Viktor Lööv

Gardien :
Adam Reideborn [sorti à 57’34]

Remplaçants : Samuel Ersson (G), Magnus Nygren, Pontus Holmberg. En réserve : Viktor Fasth (G).

Bélarus

Attaquants :
Andrei Belevich – Egor Sharangovich (C, 4′) – Sergei Kostitsyn
Nikita Komarov – Sergei Drozd – Aleksei Protas
Francis Paré – Vladislav Kodola – Geoff Platt (A)
Stanislav Lopachuk (+1) – Herman Nesterov (+1) – Mikhail Stefanovich (+1)

Défenseurs :
Evgeni Lisovets [blessé à 10′] – Kristian Khenkel (A, +1, 2′)
Dmitri Korobov – Nick Bailen
Dmitri Znakharenko (2′) – Andrei Antonov
Stepan Falkovsky (+1) – Vladislav Yeryomenko

Gardien :
Danny Taylor

Remplaçant : Aleksei Kolosov (G). En réserve : Konstantin Shostak (G), Ilya Solovyov, Ilya Shinkevich (D), Shane Prince, Artyom Demkov, Danila Klimovich (A).

Les commentaires sont fermés.