La Grande Bretagne récompensée de ses efforts

236

Si l’on cherche à voir au-delà des clinquantes affiches, cette rencontre entre la Grande-Bretagne et le Danemark présente bien des intérêts. Les joueurs de Heinz Ehlers peuvent se targuer d’avoir réussi leur entrée dans le tournoi. L’exploit réalisé en entame face à la Suède (4-3) a offert trois points inattendus sur la feuille de route. De quoi envisager se mêler à la lutte pour la qualification, là où des grosses écuries patinent, sans mauvais jeu de mots. Face à la Suisse (0-1), le Danemark a montré de très bonnes intentions mais a buté sur une défense de fer. D’aucuns retiendraient tout de même le positif d’avoir été compétitif face à cette équipe.

Pour les joueurs britanniques, les ambitions sont tout autres, mais les motifs de satisfaction de ce début de compétition sont multiples. L’épreuve russe est passée (1-7) avec un travail défensif salué en dépit du score. Le lendemain, les joueurs du duo d’assistants Keefe-Neilson furent dominés par la Slovaquie, mais ils ont su faire douter cette formation qui domine le groupe (1-2).

Les Britanniques n’ont pas oublié « l’affront » des Mondiaux 2019, où ils ont essuyé une cinglante défaite (0-9). À l’époque, le plan était de se focaliser sur le dernier match de poule face à la France. Aujourd’hui ils restent évidemment outsiders, mais sont plus en mesure d’éviter le match à sens unique.

La Grande Bretagne a fait tourner son effectif, et les joueurs de champ jusqu’alors réservistes prennent place dans les alignements, profondément remaniés. Quand les bleus s’installent dans la zone offensive, un lancer à la trajectoire flottante de Ben O’Connor depuis la ligne bleue surprend Dahm, pour la première ouverture du score des Britanniques dans le tournoi (1-0, 02’33). Les Danois tentent de répliquer sans délai en offrant un jeu rapide et Bødker est proche de tromper un Bowns vigilant sur sa ligne. Juste après, Hardt a une occasion en or devant la cage, mais il dévisse son lancer qui touche la barre. Les Britanniques exploitent leurs remontées de puck et Davies prend sa chance sans tromper Dahm. De l’autre côté, une belle opportunité est offerte à From puis à Olesen, mais le premier ne cadre pas et le gardien anglais s’interpose devant le second. Ce n’est que partie remise car à la suite d’une mise au jeu remportée, Jakobsen se retrouve avec le palet sur le revers de sa palette et dans cette position imprévisible, il vient tromper Bowns (1-1, 10’19).

La première pénalité est appelée contre Venus, et le Danemark installe patiemment son jeu de puissance. Sur la première trajectoire vraiment ouverte, Nicklas Jensen envoie un missile bas depuis l’axe qui finit au fond du filet (1-2, 13’44). La volonté est d’appuyer là où ça fait mal et Bowns doit s’employer une nouvelle fois devant Jesper Jensen. L’adversaire semble plus en délicatesse depuis quelques minutes, tout au plus Connolly cherche à inverser la vapeur mais sans cadrer son tir puissant. Cela a le mérite de sortir ses coéquipiers de leur torpeur, bien que Madsen bute deux fois sur le portier des Lions dans l’autre sens. En parlant de buter sur le gardien, Davies l’a fait au sens propre, déséquilibré par un défenseur danois. Impressionnant mais sans conséquence. Aussi les Britanniques doivent terminer le tiers à quatre, car Ben Lake est sanctionné. La défense souffre mais parvient à rentrer aux vestiaires avec toujours un seul but de retard.

L’encablure de supériorité restante pour le Danemark ne permet pas de s’installer en entame du deuxième acte. Ce sont les Britanniques qui se montrent les premiers dangereux et Ben Lake trébuche dans l’enclave ce qui aurait pu dévier un palet fuyant vers la ligne de but. Nickals Jensen regagne le banc en grimaçant sévèrement, une douleur contractée alors qu’il essayait de reprendre un palet au géant Tetlow, heureusement sans gravité. La Grande-Bretagne est plutôt bien revenue sur la glace, mais elle paye un peu son indiscipline : Connolly est sanctionné et remet ainsi le Danemark sur les rails de la domination. Bødker lance sur Bowns, et sur son deuxième lancer c’est bien le gardien qui fait le bon déplacement. Il tue ainsi l’infériorité, mais doit encore s’imposer devant Andersen bien servi devant la cage. Les choses peuvent changer avec la première pénalité danoise, de Jakobsen. Dowd voit son lancer bloqué par la défense, puis Myers bute sur Dahm après un bon travail de Kirk. Le Danemark revient au complet en ayant tenu la phase de jeu, mais la Grande-Bretagne accélère en fin de période. Robert Dowd et Ben Lake ont chacun une grosse opportunité mais Dahm réalise les arrêts nécessaires.

Les trois lions reviennent sur la glace avec les mêmes intentions et tentent de mettre une pression sur les Danois en remontant vite le palet et en pratiquant un fore-check énergique. Le palet circule dans les deux sens sans pour autant qu’il y ait de franches occasions  Et le Danemark trouve l’infortune car un lancer de Bruggisser qui partait plutôt bien a heurté… l’oreille de Bødker, obligé d’aller se faire recoudre aux vestiaires. Quelques minutes après, alors que Ben Lake travaille fort contre la bande, il est empêché dans son geste par Lassen qui part en prison. Le duo Hammond – Dowd se met en évidence, Hammond tentant un smash pour garder le palet dans la zone sur un dégagement danois. Malgré une dernière tentative de Connolly, le powerplay britannique reste vierge. Les bleus croient quand même en leur chance et accélèrent encore : O’Connor lance à la cage et Perlini dévie mais Dahm réalise un superbe arrêt de la botte. Et leurs efforts vont être récompensés : Lake prend un palet non maîtrisé au départ mais il a le bon réflexe de se retourner derrière la cage pour enrhumer son garde du corps. Il s’axe à nouveau et voit le buteur Mike Hammond en mouvement devant la cage, qui contrôle et signe l’égalisation (2-2, 56’18). Le Danemark désire faire le siège de la cage adverse pour la fin de rencontre, mais Nicklas Jensen se met grossièrement à la faute. Il a « la chance » que dans la même phase de jeu, Connolly fasse de même. À 4 contre 4, Bowns réalise un arrêt solide devant Lassen grâce à un déplacement rapide. C’est ensuite à Hammond de s’essayer suite à un numéro technique avant que le match ne file en prolongation.

Fredrik Storm a une chance importante de marquer en début de prolongation mais il est accroché par Kirk. Les joueurs d’outre-Manche sont solides dans cette infériorité, et de plus en plus à l’aise au fil du match, ils s’enhardissent, tentant même d’inquiéter Dahm sur certaines remontées. Bowns s’impose devant From. Un temps mort est demandé par Ehlers mais suite à un dernier arrêt du natif de Rotherham, la pénalité est tuée. Il n’en demeure pas moins que la pression danoise s’intensifie pousse une nouvelle fois les Britanniques à la faute, cette fois-ci par Lake. Cela fait beaucoup et sans doute un peu trop dans une phase aussi énergivore que la prolongation. Bowns capte encore un lance de Nicklas Jensen, les siens résistent encore de longues secondes mais à 25 secondes du terme, un palet qui circule bien permet à Lauridsen de prendre un lancer imparable, offrant la victoire aux siens au bout du suspense (2-3, 64’35).

C’est tout de même un « mauvais point » perdu par les Danois, point qui pourrait compter à l’issue de la phase de groupe. Et point qui vient au contraire récompenser l’équipe britannique, qui poursuit sa progression dans le tournoi, et qui pourra défier demain le Belarus, son adversaire à priori le plus accessible.

Désignés hommes du match : Josh Tetlow pour la Grande Bretagne et Julian Jakobsen pour le Danemark

Grande-Bretagne – Danemark 2-3 après prolongation (1-2, 0-0, 1-0, 0-1)
Mardi 25 mai 2021 à 15h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos
Arbitres : Christoph Sternat (AUT) et Michael Tscherrig (SUI) assistés de Jonas Merten (ALL) et David Obwegeser (SUI).
Pénalités : Grande-Bretagne 12′ (4′, 2′, 2′, 4’) ; Danemark 6′ (0′, 2, 4’, 0’).
Tirs : Grande-Bretagne 23 (6, 7, 8, 2) ; Danemark 32 (16, 6, 5, 5).

Évolution du score :
1-0 à 02’33 : O’Connor assisté de D. Phillips et Dowd
1-1 à 10’19 : Jakobsen assisté de Nicklas Jensen et Bødker
1-2 à 13’44 : Nicklas Jensen assisté de M. Lauridsen et Bødker (sup. num.)
2-2 à 56’18 : Hammond assisté par Lake
2-3 à 64’35 : M. Lauridsen assisté de Nicklas Jensen (sup. num.)

Grande Bretagne

Attaquants :
Ben Davies – Matthew Myers – Jonathan Phillips (C)
Liam Kirk (+1, 2’) – Brendan Connolly (+1, 4’) – Robert Dowd (A, +1)
Ben Lake (4’) – Brett Perlini – Mike Hammond
Rob Lachowicz – Ciaran Long – Oliver Betteridge
Ross Venus (2’)

Défenseurs :
Mark Richardson (A) – Joshua Tetlow
David Phillips (+1) – Ben O’Connor (+1)
Paul Swindlehurst – David Clements
Sam Jones

Gardien :
Ben Bowns

Remplaçant : Jackson Whistle (G). En réserve : Jordan Hedley (G), Dallas Ehrhardt, Mark Garside (D), Lewis Hook, Luke Ferrara (A).

Danemark

Attaquants :
Mikkel Bødker – Julian Jakobsen (2’) – Nicklas Jensen (2’)
Nichlas Hardt – Jesper Jensen – Fredrik Storm
Nick Olesen (-1) – Mathias From – Alexander True (-1)
Morten Poulsen (A) – Morten Madsen – Niklas Andersen (-1)
Nicolai Meyer

Défenseurs :
Markus Lauridsen (-1) – Mattias Lassen (-1, 2’)
Oliver Larsen – Jesper Jensen Aabo (C, -1)
Oliver Lauridsen (A, +1) – Emil Kristensen
Phillip Bruggisser

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : Frederik Dichow (G). En réserve : Nicholas B. Jensen (blessé), Anders Krogsgaard (D), Mathias Bau Hansen (A).

Les commentaires sont fermés.