États-Unis – Allemagne (Jeux olympiques 2022, groupe A)

190

Les Américains n’ont pas souffert, pour le moment, du manque de joueurs NHL. Avec une équipe jeune et dynamique, ils ont pu vaincre le Canada et ainsi entamer le tournoi dans le bon sens. Ils ne font aucun complexe face au haut niveau international.

Du côté allemand, les objectifs de résultat ne correspondent pas vraiment aux prestations vues sur la glace. Battus nettement par les Canadiens, les joueurs de Söderholm ont eu des difficultés pour vaincre l’équipe nationale chinoise, la faute à du relâchement. Toni Söderholm a choisi le vice-champion olympique 2018 Danny aus den Birken pour garder les cages du l’équipe nationale malgré ses prestations déclinantes en club depuis deux ans.

Les deux équipes débutent avec un gros patinage et Brock Faber est poussé à la faute. Les Allemands n’ont pour le moment pas réussi à concrétiser leurs phases de supériorité numérique avec un 0 sur 6 depuis le début du tournoi. Cette fois-ci les passes tournent à merveille. Patrick Hager dévie le palet de Plachta juste devant le gardien Drew Commesso (2’00 : 0-1). L’Allemagne est bien disposée défensivement et remporte de nombreux duels pour capter les pucks et les sortir de sa zone défensive. Les Américains s’essaient aussi au jeu de puissance après une faute de Tom Kühnhackl et Kenny Agostino allume la première mèche avec une reprise devant Aus Den Birken. Dans la foulée, Kampfer envoie un puissant tir dans le trafic, avec O’Neill qui masque le gardien. Le palet s’infiltre dans la lucarne (4’26 : 1-1).

Par la suite plusieurs pénalités s’enchaînent. Alors que Brandt est à son tour en prison (pour retenir, comme les autres) Nico Krämmer est victime d’un coup de palette d’Agostino en plein visage (2’+2′). Mais les deux équipes sont bien organisées défensivement et on peut aussi saluer l’efficace pressing américain, très haut, qui gène constamment les remontées de palet allemands. Passé ce moment d’unités spéciales, Ben Meyers crée le danger avec un double tir dans la zone offensive (12’09). Lean Bergmann répond avec une interception du palet et une fuite vers la cage. En pleine course, son tir est dévié de la botte par Commesso (13’25). La partie est une longue bataille de conquête de la rondelle et le jeu s’équilibre entre les deux équipes. Ce sont les Américains qui ont la dernière grosse occasion avec un contre à deux. Arrivés dans le slot, Brendan Brisson transmet d’une passe dans le dos à Nathan Smith qui peut shooter sur le gardien (17’05).

2022 02 13 usa all3

Les deux équipes ont joué à un niveau égal. Dès l’entame de la deuxième période, les Allemands ne peuvent exploiter un rebond anodin de Commesso sur un tir de Noebels (21’33). Le jeu est sérieux de part et d’autre et personne ne laisse d’espace. Les défenses sont appliquées. Les joueurs américains se créent un temps fort en augmentant le rythme. C’est sur un tour de cage qu’Abruzzese, tombé au sol, parvient à transmettre le puck que Knies reprend devant Aus den Birken (24’50 : 2-1).

Toni Söderholm prend son coach challenge pour dénoncer la validité du but. Perdu ! Les Allemands subissent donc deux minutes de pénalités pour cette décision. Arrive à ce moment une longue période de domination américaine. Le jeu des jeunes joueurs est parfaitement exécuté, et la bataille territoriale se déroule en partie dans la zone allemande. Même la pénalité de Brisson ne provoque pas un quelconque danger. Il faut attendre 32’28 pour que Leo Pföderl parvienne à s’insérer dans le dispositif défensif et placer un tir sur Commesso. Le palet laissé libre provoque un regroupement devant le gardien, sans conséquence. La pénalité suivante de Cates provoque cette fois des tirs. Mais les Américains sont solides en infériorité, les joueurs se sacrifient comme Kampfer. Commesso est bien en place. Les Allemands ont subi dans ce deuxième tiers et n’ont jamais pu mettre en danger leur adversaire. La justesse et l’intensité des Américains en a été une lourde conséquence.

Dès le début de troisième période, les Américains installent leur jeu de puissance, Knies entre dans la zone et envoie un tir tendu. Kampfer en ajoute un autre, de loin cette fois (41’29). Le match se déroule dans le même sens. La pression américaine est de plus en plus forte et un palet laissé libre, dans le slot, est exploité par Smith (42’47 : 3-1).

Cette fois les Allemands réagissent et accentuent le patinage. Ils se créent un temps fort. Les palets envoyés à la cage se multiplient mais Commesso est solide et la défense nettoie tous les déchets. La seule occasion notable est un revers en pleine course de Rieder. Les États-Unis contrôlent le match mais les Allemands redonnent encore un coup de collier pour revenir dans la partie. Et c’est Tom Kühnhackl qui redonne espoir à son équipe sur un tir lointain (57’31 : 3-2). Söderholm sort son gardien et il reste 1’41 à faire mais sans résultat. Les Américains continuent sur leur voie du succès. L’Allemagne s’est beaucoup dépensée mais cette énergie n’a pas été productive pour créer suffisamment de danger.

Les jeunes Américains sont directement qualifiés pour les quarts de finale, mais les Allemands vont devoir passer par un rattrapage à élimination contre la Slovaquie, une équipe qui apparaît comme une belle surprise. Les Allemands n’auront pas le droit à l’erreur. Le retour à la maison serait bien loin des objectifs de médaille et une sévère déconvenue.

2022 02 13 usa all2

Commentaires d’après-match :

Sean Farrell (attaquant des États-Unis) : « Nous avons obtenu ce que nous voulions aujourd’hui et nous sommes prêts pour le prochain tour. C’est bien de jouer dans des matchs serrés comme celui-là, surtout au début. Je pense que les matchs vont simplement être plus serrés, plus défensifs à l’avenir, et nous allons devoir persévérer et être en mesure de traverser la tempête à la fin des matchs, que ce soit à cinq contre six ou sur un jeu de puissance tardif. »

Steven Kampfer (défenseur des États-Unis) : « L’Allemagne a extrêmement bien joué aujourd’hui. C’est une grande équipe physique. Leur jeu de puissance avait l’air bien. Ils vont très bien au filet. Si nous les rejouons, c’est quelque chose que nous examinerons et nous serons prêts. Il y a une raison pour laquelle ils ont terminé finalistes des Jeux olympiques et ils l’ont montré ce soir contre nous en jouant dur pendant les 60 minutes, nous mettant un peu de pression à la fin. »

Patrick Hager (attaquant de l’Allemagne) : « Nous nous sommes améliorés. C’est un processus. Nous jouons sur une patinoire plus petite ici, et la formation, même si nous nous connaissons, n’est pas ensemble depuis si longtemps que-cela. Les joueurs nés en Amérique du Nord peuvent avoir un avantage ici. Mais aujourd’hui, nous avons pris de meilleures décisions. Je me suis habitué à jouer plus vite, plus fort, et parfois à dégager la rondelle pour évacuer la pression. Nous devons bâtir là-dessus, mais si nous voulons avancer, nous devons changer de vitesse. J’attends notre meilleur match mardi. Les Slovaques sont connus comme une équipe coriace avec de gros défenseurs. Ils ont également eu un début difficile et ils ont maintenant obtenu leur première victoire contre les Lettons. Ils ont également dû se trouver. Maintenant, c’est le match 4 pour les deux. Soit vous culminez en équipe, soit vous rentrez chez vous. Maintenant, nous avons le défi de nous régénérer et alors nous surveillerons les Slovaques de plus près. »

 

États-Unis – Allemagne 3-2 (1-1, 1-0, 1-1)
Dimanche 13 octobre 2022 à 14h10 au Centre sportif de Wukesong. 708 spectateurs.
Arbitres : Evgeni Romasko (RUS) et Maxim Sidorenko (BLR) assisté de David Obwegeser (SUI) et Jiří Ondráček (TCH).
Pénalités : États-Unis 12’ (8’, 4’, 0’), Allemagne 10’ (6’, 4’, 0’).
Tirs : États-Unis 32 (8, 14, 10), Allemagne 26 (9, 7, 10).

Évolution du score :
0-1 à 02’00 : Hager assisté de Plachta et Kahun (sup. num.)
1-1 à 04’26 : Kampfer assisté de Miele et O’Neill (sup. num.)
2-1 à 24’50 : Knies assisté d’Abruzzese et Ness
3-1 à 42’47 : Smith
3-2 à 57’31 : Kühnackl assisté de Bergmann et Müller

États-Unis

Attaquants :
Kenny Agostino (4′) – Andy Miele (C) – Brian O’Neill (-1)
Matt Knies (+1) – Matty Beniers (+1) – Nick Abruzzese (+2)
Noah Cates (A, 2′) – Ben Meyers (-1) – Sean Farrell
Brendan Brisson (2′) – Nathan Smith (+1, 2′) – Sam Hentges
Nick Shore

Défenseurs :
Aaron Ness – Steven Kampfer (A, -1)
Brian Cooper (+1) – Brock Faber (+2, 2′)
David Warsofsky – Nick Perbix
Drew Helleson

Gardien :
Drew Commesso

Remplaçant : Strauss Mann (G). En réserve : Pat Nagle (G), Jake Sanderson (D), Justin Abdelkader (A), Marc McLaughlin (A).

Allemagne (2′ de retard de jeu)

Attaquants :
Tobias Rieder (-1) – Dominik Kahun (-1) – Matthias Plachta (-1)
Marcel Noebels (-1) – Stefan Loibl (-1) – Leo Pföderl (-1)
Yasin Ehliz – Patrick Hager (A) – Frederik Tiffels
Lean Bergmann (+1, 2′) – Nico Krämmer (+1) – Tom Kühnhackl (+1, 2′)

Défenseurs :
Moritz Müller (C) – Marcel Brandt (2′)
Fabio Wagner (2′) – Korbinian Holzer (A, -1)
Jonas Müller (-1) – Konrad Abeltshauser (+1)
Dominik Bittner (-1)

Gardien :
Danny aus den Birken [sorti à 58’11]

Remplaçant : Felix Brückmann (G). En réserve : Mathias Niederberger (G), Marco Nowak (D, épaule), Daniel Pietta (A), David Wolf (A).

Les commentaires sont fermés.