Slovaquie – Allemagne (Jeux olympiques 2022, huitième de finale)

photos IIHF
302

Les matchs à élimination sont lancés et le droit à l’erreur est maintenant irrattrapable. L’Allemagne arrive dans ce contexte avec plus de questions que de réponses. Les difficultés de constance dans le jeu et dans le secteur offensif pèsent pour une équipe qui cherche toujours un match référence. Maintenant la Slovaquie est sur son chemin et cette équipe a démontré beaucoup de dynamisme et de fraîcheur avec une belle victoire sur la Lettonie.

Les Allemands sont décidés à prendre une sérieuse revanche et c’est bien ce qui se passe dès l’entame de la partie avec beaucoup de patinage. Mais les Slovaques développent immédiatement de belles combinaisons avec Jurčo pour conclure par un bon tir que Niederberger dévie (4’39). La machine slave est lancée et les meilleures occasions sont slovaques. Nico Krämmer parvient certes à passer la bleue en possession du palet mais bute sur le portier Patrik Rybár et l’attaquant finit dans la cage (8’42). Il faut bien reconnaître que le pressing bleu perturbe le jeu allemand. L’intensité des duels est impressionnante et sur une victoire slovaque dans la bande, Hudáček parvient à tirer dans le trafic et c’est le patin de Jonas Müller qui dévie le puck dans sa cage (11’05 : 1-0). Ce but concrétise une réelle domination dans le jeu.

Et c’est encore Krämmer qui se montre le plus dangereux avec un tir sur le gardien (12’13). Mais c’est l’arbre qui cache la forêt, l’Allemagne est bien en réelle difficulté. Les Slovaques mettent le feu en zone offensive avec un palet dévié qui part dans les airs. Cernés, les blancs ont le plus grand mal à sortir de leur camp. Le jeune Juraj Slafkovský (17 ans), qui évolue dans l’équipe junior du TPS Turku, démontre de sacrées qualités de vitesse et de technique devant Niederberger dans le cadre d’une supériorité numérique. Le tiers se termine sur cette sensation de contrôle du match par les joueurs de Craig Ramsay.

La deuxième période commence mal pour les joueurs de Söderholm, par un surnombre. Même si la pénalité ne donne pas de nouveau but, Niederberger a encore beaucoup de travail a effectuer. C’est au retour à cinq que l’alerte est encore plus intense avec une mise au jeu gagnée, un tir de Hudáček dans la foulée, et le palet qui percute le portier retombe libre, au sol. C’est Pföderl qui nettoie la zone du gardien en alerte rouge (25’11). Yasin Ehliz apporte un rayon de soleil avec un tir hors cadre qui percute la vitre arrière des buts. Le Bavarois reprend son rebond du revers (16’21).

Une pénalité slovaque est déjà sifflée que Plachta rejoint aussi le banc pour une faute dans le slot de Rybár. La sanction est immédiate avec un fabuleux tic-tac-toe conclu par Peter Cehlárik (27’01 : 2-0). La vivacité du jeu slovaque est saisissante et le jeu collectif bien huilé, car Kristof amplifie la crise avec une belle reprise directe (28’45 : 3-0, photo ci-dessous).

2022 02 15 svk all2

Les Allemands assommés sont pris à la gorge et il faut de longues minutes pour qu’ils digèrent cette claque. Le temps de remettre les idées en place, et Noebels tente de convertir une contre-attaque à deux en compagnie de Pföderl (36’04). Ensuite, David Wolf exécute un tour de cage mais le palet ne peut être exploité. Zuzin conclut les festivités de ce tiers sur un break en solo, que le portier berlinois remporte (39’50).

La douche slovaque est bien glacée, les Allemands doivent absolument réagir et renverser la vapeur. Mais l’attaque du troisième tiers est loin de ce cas de figure. C’est encore le pressing slovaque qui fait fureur et provoque deux tirs de la bleue sur Niederberger. Les Allemands ne produisent rien de bon et les échappées sont tuées dans l’œuf par des hors-jeu, passes ratées ou bien par l’efficacité du repli slovaque. Une pénalité de Gernat leur donne enfin une occasion de revenir au score. Mais les statistiques ne sont pas folichonnes avec un jeu de puissance à 9% (1 sur 11). Patrick Hager met, tout de même, Rybár en difficulté avec son puissant lancer de la bleue. Le palet est capté mais avec beaucoup de difficultés. Ensuite c’est Moritz Müller qui décoche un slap ravageur mais le palet laissé libre n’est pas concrétisé. C’est la meilleure séquence allemande, mais sans but !

Sur une pénalité différée, Kahun s’envole passe deux joueurs mais son revers arrive dans les bottes de Rybár (50’22). À 5 contre 4 pour les joueurs outre-Rhin, la supériorité débute mal avec une échappée, qui permet à Hrivik de tester Niederberger. Il y a bien quelques tirs allemands, mais Rybár semble bien dans son match. Au retour au complet, une erreur allemande dans le contrôle du palet permet à Regenda de partir, une nouvelle fois pour surchauffer le gardien allemand. Décidément, Matthias Niederberger tient la barraque pour stopper cette succession de dangers (53’07). Et le portier se démène totalement avec une prestation magnifique. Le surnombre final avec la sortie du gardien ne fait qu’amplifier le désastre avec un but en cage vide de Hrivik (57’56). Le match se termine mal avec un coup porté par Hudacek sur David Wolf. Mais le joueur de Mannheim explose avec une crosse au visage et un coup de poing à la tête. Tous deux pénalisés, Wolf termine avant ses coéquipiers en étant expulsé.

Très lourde défaite pour des Allemands qui échouent au pied des quarts de finale. Les beaux souvenirs de 2018 se sont envolés et la maxime « plus dure sera la chute » n’a jamais été aussi réelle. Atteindre le très haut niveau est une belle performance mais garder ce niveau est encore plus dure. La Slovaquie à présenté une copie parfaite, et une leçon de hockey avec de la vitesse, de l’intensité et des qualités techniques de haut niveau. Les Allemands ont donc buté, une nouvelle fois, sur une belle équipe jeune et intense (26 ans de moyenne d’âge pour 29 chez les Allemands) qui a balayé les certitudes basées sur l’expérience.

Les Slovaques affronteront les Américains, dans un quart de finale qui s’annonce explosif et intense.

2022 02 15 svk all3

Commentaires d’après-match :

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Je pense que c’est l’un des meilleurs matchs de 60 minutes que j’ai coaché. Nous leur avons mis beaucoup de pression avec notre vitesse et nous ne leur avons pas permis d’être aussi physiques qu’ils le sont normalement. Notre vitesse a été le fondement de la victoire. Ils sont gros et forts mais il leur était difficile de nous poursuivre. »

Martin Gernát (entraîneur de la Slovaquie) : « Ils ont essayé de jouer physique. Mais nous nous étions dit que nous devions jouer ensemble à cinq. Quand un joueur va dans un duel, un autre doit venir l’aider à prendre le palet. Nous avons commencé à bien le faire, nous étions meilleurs dans les deux premiers tiers, ensuite nous nous sommes un peu désorganisés. Demain, nous devrons démarrer activement, rapidement, être bons en zone défensive et forts en zone offensive. J’ai vu les Américains contre le Canada et un tiers-temps contre l’Allemagne. Ils ont une jeune équipe, il y a des universitaires rapides, complétés par des hockeyeurs de haut niveau en Europe. C’est donc un adversaire très fort, premier de la phase de groupes. C’est notre chance d’une vie. »

Toni Söderholm (entraîneur de l’Allemagne) : « D’abord il faut dire que les Slovaques étaient un adversaire très fort. Ils ont certainement fait leur meilleure performance dans ce tournoi. Au contraire, nous n’avons joué à notre meilleur niveau comme nous le devions. Les Slovaques ont donc mérité de gagner. Chacun est déçu, mais nous ne cacherons pas devant la situation, que nous analyserons pour en sortir plus forts. »

Tom Kühnhackl (attaquant de l’Allemagne) : « Bien sûr, nous sommes déçus. Nous n’avons pas vraiment trouvé notre jeu et la Slovaquie méritait de gagner aujourd’hui. Ils ont joué très agressivement partout sur la glace – en échec-avant, dans la zone défensive. Ils ont été durs avec nous, ils ont gagné plus de batailles et c’est comme ça qu’on gagne des matchs de hockey. Nous ne l’avons tout simplement pas fait assez régulièrement tout au long du match. »

Korbinian Holzer (défenseur de l’Allemagne) : « Nous n’avons tout simplement pas réussi à trouver notre jeu sur la petite glace tout au long du tournoi. Le seul match où nous avons joué au hockey nord-sud était contre les États-Unis (…). Aujourd’hui était encore différent. Nous ne pouvions pas exploiter nos atouts. On a concédé des buts faciles, on n’a pas réussi assez de tirs, on n’a pas mis assez de pression sur leur défense, et ça nous a coûté cher. À la fin de la journée, nous rentrons à la maison et c’est mérité. »

 

Slovaquie – Allemagne 4-0 (1-0, 2-0, 1-0)
Mardi 15 février 2022 à 12h10 au centre sportif de Wukesong. 926 spectateurs.
Arbitres : Tobias Bjork (SUE) et Mikael Nord (SUE) assisté de Gleb Lazarev (RUS) et Lauri Nikulainen (FIN)
Pénalités : Slovaquie 8’ (0’, 2’, 6’), Allemagne 33’ (2’, 4’, 2’+5’+20’).
Tirs : Slovaquie 34 (9, 14, 11), Allemagne 21 (5, 5, 11).

Évolution du score :
1-0 à 11’05 : Hudáček assisté de Pospíšil et Gernát
2-0 à 27’01 : Cehlárik assisté de Gernát et Hrivík
3-0 à 28’45 : Krištof assisté de Kňažko et Čerešňák
4-0 à 57’56 : Hrivík assisté Cehlárik et Takáč (cage vide)

Slovaquie

Attaquants :
Peter Cehlárik (A, +2) – Marek Hrivík (C, +3) – Samuel Takáč (+2)
Kristián Pospíšil (+1) – Libor Hudáček (+1, 2′) – Tomáš Jurčo (+1)
Peter Zuzin – Michal Krištof (+1) – Miloš Kelemen (2′)
Juraj Slafkovský – Miloš Roman – Pavol Regenda

Défenseurs :
Michal Čajkovský – Peter Čerešňák (A, +2)
Mislav Rosandić (2′) – Martin Marinčin (+1)
Samuel Kňažko (+3) – Martin Gernát (+2, 2′)

Gardien :
Patrik Rybár

Remplaçant : Branislav Konrád (G), Šimon Nemec (D), Marko Daňo (A). En réserve : Matej Tomek (G), Marek Ďaloga (D, blessure musculaire), Adrián Holešinský (A).

Allemagne (2′ pour surnombre)

Attaquants
Tobias Rieder (-1) – Dominik Kahun (-2) – Matthias Plachta (-2, 2′)
Marcel Noebels (-2) – Stefan Loibl (-1) – Leo Pföderl (-2)
Yasin Ehliz – Patrick Hager (A, -2) – Frederik Tiffels (-1)
David Wolf (2’+5’+20′) – Nico Krämmer – Tom Kühnhackl

Défenseurs :
Moritz Müller (C, -1) – Marcel Brandt (-2)
Fabio Wagner (-1) – Korbinian Holzer (A, -1)
Jonas Müller (-1) – Marko Nowak (-1)
Dominik Bittner (2′) – Konrad Abeltshauser

Gardien
Matthias Niederberger [sorti de 56’26 à 57’56]

Remplacant : Danny aus den Birken (G). En réserve : Felix Brückmann (G), Daniel Pietta (A), Lean Bergmann (A).

Les commentaires sont fermés.