National League – Place aux quarts de finale !

211

Exception faite de la série avancée entre Zürich et Bienne qui a débuté mercredi, les quarts de finale de National League commencent ce soir. L’occasion de faire le point sur les pré-playoffs et de présenter le tableau des quarts :

Résultats des pré-playoffs

Dans ce format de pré-playoffs où la qualification se joue en 2 matchs gagnantes, le premier match revêt une importance capitale : une victoire et c’est deux « balles de match », une défaite et c’est se retrouver au pied du mur. Rappelez-vous qu’en 2020-2021, pour l’introduction de ce format, Berne et Rapperswil-Jona, pourtant classés respectivement 9e et 10e de la saison régulière étaient sortis vainqueurs de leur série (face à Davos et Bienne).

Lausanne (7e) contre Ambrì-Piotta (10e)

Match 1 – Lausanne – Ambrì-Piotta 1-2 (1-1, 0-0, 0-1) (Ambrì-Piotta mène 1-0 dans la série)

Pour Lausanne, c’est le pire scénario qui s’est réalisé dans ce premier match  une domination sur l’ensemble de la partie (36 tirs à 18, 68,8% d’engagements gagnés et plus de buts escomptés) et pourtant c’est Ambrì-Piotta qui remporte le match.

En manque d’efficacité face à un Janne Huvonen impérial (sauvé par son poteau sur un tir de Benjamin Baumgartner en début de T1), les Vaudois ont d’abord encaissé le 1-0 de la canne d’Inti Pestoni à 5 contre 4 (sur un service de Jusso Hintanen). L’égalisation est venue de Ken Jäger (assisté par Lukas Frick) mais c’est Brandon McMillan (aidé de Pestoni) qui marquera le but décisif à la 52e minute.

2122 ambri

Match 2 – Ambrì-Piotta – Lausanne 1-2 (1-1, 0-0, 0-1) (les 2 équipes sont à 1-1 dans la série)

Au pied du mur, Lausanne y va d’une petite surprise en titularisant Luca Boltshauser (habituel gardien n°2) devant le filet et auteur d’une grosse fin de saison (trois blanchissages). Comme au premier match, Lausanne domine dans les statistiques (38 tirs à 24, 56,1% contre 43,9% aux engagements et de nouveau plus de buts escomptés), mais remporte cette fois la victoire grâce au doublé de Jiří Sekáč (contre une réussite de Brandon McMillan). Le match fut tendu avec plusieurs pénalités pour dureté excessive et l’exclusion de Fabian Heldner pour une charge open-ice (qui ne donnera pas lieu à une suspension) sur Dominic Zwerger.

Match 3 – Lausanne – Ambrì-Piotta 5-1 (1-1, 0-0, 4-0) (Lausanne remporte la série 2-1)

Le match décisif commence de la pire des manières pour Lausanne puisque c’est Ambrì qui, par l’intermédiaire de Noele Trisconi ouvre le score à la sixième minute. Grâce à un bon pressing de Tim Bozon sur Pestoni (qui l’oblige à une passe risquée), Martin Gernát intercepte le palet et ramène les siens à égalité sur un maître-tir depuis le haut du slot. En deuxième tiers, aucun but n’est marqué. Boltshauser en profite pour s’illustrer en frustrant Dario Bürgler à bout pourtant.

En dernière période, Sekáč récupère un palet le long de la bande et le remet à Damien Riat oublié dans le dos de la défense. D’une feinte, il oblige Huvonen à se compromettre et s’ouvre le but pour donner l’avance à Lausanne. Les Léventins s’offrent une belle occasion à quatre minutes du terme mais Sekáč, dans un filet désert, s’offre le 3-1, puis le 4-1 avant que Ronalds Kenins n’inscrive le 5-1. Lausanne sort ainsi du piège des pré-playoffs et rejoint Fribourg-Gottéron en quart de finale.

Genève-Servette (8e) contre Lugano (9e)

Match 1 : Genève-Servette – Lugano 1-2 (1-1, 0-1, 0-0) (Lugano mène 1-0 dans la série)

Le match est globalement équilibré. Si Genève-Servette domine aux tirs (44 tirs à 34) et aux engagements (63,5% des mises au jeu gagnées dont 69,2% en zone offensive), les expected goals penchent en faveur de Lugano.

La rencontre bascule sur une erreur du portier genevois Gauthier Descloux au premier tiers-temps. Évoluant alors en box-play, le défenseur Alessandro Chiesa récupère un palet et lance Marc Arcobello en échappée. Sur le tir en angle de ce dernier (probablement pas cadré), Descloux apprécie mal la trajectoire, tente un arrêt de la mitaine. Le puck frappe son gant et retombe derrière lui. Sami Vatanen égalisera en supériorité numérique en fin de période. Le but de la victoire est l’œuvre de Daniel Carr, à l’origine et à la conclusion de l’action décisive. Au départ, l’attaquant canadien récupère la rondelle en mettant en échec Mike Völlmin derrière le but de Descloux. Il transmet son puck à Calvin Thürkauf qui prend deux tirs arrêtés par Descloux. Et c’est Carr qui sera le plus prompt pour placer le palet derrière la ligne de but sur le deuxième rebond accordé par le gardien.

2122 geneveservette supporters

Match 2 : Lugano – Genève-Servette 4-3 après prolongation (1-0, 1-2, 1-1, 1-0) (Lugano remporte la série 2-0)

Le deuxième match aura vu les équipes s’échanger le commandement à plusieurs reprises. Justin Abdelkader ouvre la marque pour Lugano en fin de premier tiers. En deuxième période, Servette égalise par l’entremise de Mike Völlmin et prend même l’avantage par Noah Rod (en infériorité numérique) avant que Thürkauf ne renvoie les deux équipes dos-à-dos. Dans le dernier acte, le défenseur luganais Elia Riva score le 3-2 puis Tanner Richard nivèle le score à 3-3 à huit minutes de la fin du match. En prolongation, c’est le défenseur international Santeri Alatalo qui envoie les siens en quart de finale contre Zoug et Genève en vacances anticipées. On notera que Genève-Servette aura perdu très tôt dans le match Tömmernes (touché au bras).

Présentation des quarts de finale des play-offs de National League

Zoug (1er) contre Lugano (9e mais requalifié 8 e suite aux pré-playoffs)

Forts de leur victoire « en costaud » dans leur série contre Genève-Servette, les Tessinois peuvent-ils endosser le costume d’épouvantail (qu’ils ont ravi à leurs adversaires de pré-playoffs), créer la surprise face à Zoug et ainsi faire oublier leur décevante saison ?

Après tout, Zoug est moins dominant que l’année dernière à la même époque et a terminé la saison régulière sur une dynamique négative (cinq défaites). Qui plus est, les joueurs de Suisse Centrale n’auront pas joué depuis onze jours entre la fin de la saison régulière et le début des playoffs et seront peut-être un peu « rouillés ».

2122 lugano

Mais la plus grande des erreurs serait de négliger les Zougois. Ils sont champions en titre et ont terminé la phase régulière en haut du classement. Leur effectif présente toutes les garanties en matière de talent et de profondeur. Le retour de Grégory Hoffman (revenu en fin de saison d’une expérience frustrante et avortée dans la NHL, à Columbus) permet au coach Dan Tagnes de reconstituer la ligne Hoffman – Kovář – Simion qui avait martyrisé la ligue helvétique en 2020-2021. Enfin, Zoug dispose en la personne de Leonardo Genoni d’un gardien d’expérience toujours performant en séries (champion avec trois équipes différentes !) capable d’emmener les siens vers un doublé.

Les duels en saison régulière : cinq victoires pour Zoug contre une victoire pour Lugano

 

Fribourg-Gottéron (2e) contre Lausanne (7e)

Le duel romand va opposer deux équipes aux dynamiques contraires. Dominants et en tête du classement pendant une grande partie de la saison, les Fribourgeois ont terminé leur saison dans le doute avec six défaites consécutives. Pour Lausanne, c’est tout l’inverse. Très inconstante en début de saison, l’équipe de John Fust est sur l’année 2022 tout simplement la meilleure équipe de National League (2,3 points/match). De plus, les pensionnaires de la Vaudois Aréna peuvent capitaliser sur leur victoire contre Ambrì-Piotta en pré-playoffs.

2122 lausanne2

Les clés de la série sont multiples. Les Lausannois seront certainement tentés d’imiter ce qu’avait fait Genève-Servette l’année passée au même stade face au même adversaire en usant du jeu physique. Mais les Lions devront ne pas tomber dans l’excès et rester le plus possible loin du banc des pénalités tant le jeu de puissance fribourgeois fut impressionnant durant la saison (21% soit le deuxième plus efficace de la National League). À l’inverse, le power-play de Lausanne, sujet d’inquiétude en phase régulière (dixième de la ligue 17,9% d’efficacité) n’a pas rassuré face à Ambrì-Piotta (seulement une réussite en quinze tentatives). Enfin, rappelons que Fribourg-Gottéron compte l’un des meilleurs bilans de la ligue en saison régulière : 21 victoires pour quatre défaites et un différentiel de buts de +36. L’avantage de la glace pourrait se révéler l’élément déterminant de cette série.

Les duels en saison régulière : trois victoires pour Lausanne (dont la dernière 2-0 le 11 mars dernier) contre deux victoires pour Fribourg-Gottéron

 

Zürich (3e) contre Bienne (6e)

Au regard des renforts arrivés à l’été 2021 (entre autres Denis Malgin, Yannick Weber, Justin Azzevedo ou encore John Quenneville), Zürich était désigné en début de saison comme le principal contradicteur de Zoug pour le titre suprême. Las, après trente matchs leur bilan est à peine équilibré (15 victoires, 15 défaites) et il se murmure que le poste de coach de Rickard Grönborg est menacé. Et puis la Mannschaft zurichoise s’est réveillée au point de terminer la saison dans le rythme de Lausanne avec en moyenne 2,24 points acquis par rencontre. Leur bonne série correspond également avec l’arrivée de Jakub Kovář (le frère de Jan, le centre de Zoug) devant le filet (neuf victoires en quatorze matchs, 2,15 buts encaissés en moyenne et 93,2% d’arrêts).

2122 bienne

Les Biennois ont en revanche commencé la saison sur les chapeaux de roues (huit victoires en autant de matchs) avant de ralentir et de lentement glisser au classement. Sur l’année 2022, Bienne tourne à 1,44 point/match ce qui, rapporté sur l’ensemble de la saison, ne lui aurait offert que la dixième place au classement. À la décharge de Bienne, l’équipe aura payé un lourd tribut aux blessures et à la maladie : Damien Brunner, Gaëtan Haas, Luca Cunti, Fabio Hofer, Yannick Rathgeb ou encore Kevin Fey (pour ne citer qu’eux) auront tous été un temps éloignés des patinoires au cours de la saison.

Les duels en saison régulière : trois victoires pour Zürich contre une victoire pour Bienne

Note : la première rencontre de la série a eu lieu ce mercredi et s’est conclue par une victoire surprise de Bienne à Zürich (4-5).

 

Rapperswil-Jona (4e) contre Davos (5e)

Rapperswil-Jona présente cette saison son meilleur classement en saison régulière depuis 2005-2006 ! Après un début de championnat que l’on peut qualifier de poussif (quatre défaites pour entamer l’exercice), les Saint-Gallois ont proposé un rythme soutenu (1,91 point/match en moyenne jusqu’à la pause de Noël) avant de quelque peu ralentir en 2022 (1,59 point/match). Les Lakers compteront notamment sur Roman Červenka, meilleur marqueur de la National League avec 64 points (20 buts et 44 assists).

De son côté, Davos a capitalisé sur un très bon début de saison pour solidement s’installer en haut de tableau jusqu’à la mi-parcours. Puis l’équipe grisonne a lentement glissé au classement au point de sentir le souffle de Lausanne et Genève-Servette dans son cou. Elle a sauvé sa place en playoffs grâce à un dernier rush (quatre victoires) pour conclure la saison. Davos s’appuiera sur son trio étranger en attaque Matej Stransky (46 points : 26+20), Dennis Rasmussen (36 points : 10+26), Mathias Bromé (49 points : 14+35) ainsi que les internationaux Enzo Corvi (32 points : 7+25) et Andres Ambühl (31 points : 13+18).

2122 davos

L’un des intérêts de la série résidera dans le duel entre les gardiens Sandro Aeschliman (Davos) et Melvin Nyffeler (Rapperswil-Jona). Le premier cité présente des statistiques tout simplement hallucinantes : 1,78 but encaissé en moyenne, 94,2% d’arrêts pour 22 victoires (dont sept blanchissages) ! Quant à Nyffeler, c’est le deuxième gardien avec le plus grand nombre de victoires (26) cette saison (derrière les 28 victoires de Reto Berra de Fribourg-Gottéron), dont quatre blanchissages, pour des moyennes globales de 2,23 buts encaissés en moyenne et 92,1% d’arrêts.

Les duels en saison régulière : trois victoires pour Davos contre deux victoires pour Rapperswil-Jona

 

(Un article de Nicolas Puccio, illustrations de Pierre Maillard)

Les commentaires sont fermés.