Division 3 – huitièmes de finale : le quasi carton plein des têtes de série

566

Les huitièmes de finale de Division 3 ont rendu leur verdict… à une exception près. La confrontation entre Caen 2 et Tours 2 s’est retrouvée décalée dans le temps, et tandis que les matchs retours se jouaient hier, il ne s’agissait ici que du match aller sur la glace tourangelle. Et à cette occasion, les Drakkars ont fait ce qu’il fallait pour s’offrir une grande chance de se qualifier : rapidement Adam Maheut, Alexandre Palis et Lucas Hacala donnèrent l’avantage aux Normands, mais Tours réagissait en fin de deuxième période par un doublé de Pablo Maltas. Hélas pour les Remparts, Caen repartait de l’avant dans la dernière période sur des buts de Jules Renault, Maheut, Raphaël Mazie et Paul Nassivet. Le but en fin de match de Yoann Coubret allégeait quelque peu la note, mais c’est en ballotage très défavorable que les Tourangeaux se rendront à Caen le week-end prochain (3-7).

Commençons par voir le parcours des vainqueurs de poule en saison régulière.

Le gagnant de la poule A, la Roche sur Yon, n’avait toujours pas perdu le moindre match de championnat en 2021-2022 avant d’affronter Cergy 2. Dans cette série inversée avec l’occupation de la glace de l’Aren’Ice par l’équipe élite samedi dernier, les Jokers se sont d’abord rendus en Vendée sans n’avoir rien à perdre. Et bien que Jonathan Manon ouvrait le score pour les locaux, c’est Cergy qui entrait aux vestiaires devant au tableau grâce à Kévin Loto et Tristan Lemaire. Face à une adversité inattendue, le HOGLY dût attendre la fin du deuxième acte pour égaliser, grâce à Mathias Lalanne. Il fallait se sortir du piège tendu, et les Aigles y parviendront finalement sur des buts d’Andrew Donald et Kamil Rajnoha, mais l’avance à l’issue de ce premier match n’était finalement pas très importante, laissant de vrais espoirs aux Jokers de créer l’exploit dans la confrontation (4-2).

La Roche se devait donc de trouver plus d’efficacité en déplacement en Ile de France, et ils ont rapidement annihilé les espoirs val d’oisiens en menant de trois buts à l’issue du premier tiers, par Valentin Jacques, Mathias Lalanne et Bohus Farkasovsky. Cergy avait sans doute pour ambition de faire douter l’adversaire le plus longtemps dans la partie, mais ce scénario ne s’étant tenu, elle ne sut stopper la vague qui l’a finalement submergée. Kamil Rajnoha, Farkasovsky, Lalanne et Jonathan Manon creusèrent l’écart, et l’unique but francilien dans la rencontre, par Idriss Blanchet n’intervint que bien trop tard. Les Aigles continuèrent de leur côté à faire parler la poudre par Lalanne, Rajnoha, Manon et Farkasovsky (1-11). À l’issue d’un premier match délicat, les hommes de Juraj Ocelka ont su réagir de la plus directe des manières pour accéder aux quarts de finale.

Amiens 2 pour sa part devait affronter l’invité surprise Boulogne-Billancourt, qui avait crée la surprise en barrages face à Orléans, sur la sirène finale du match retour. L’adversité était donc d’un calibre supérieur pour les Tigres, qui était dans la même poule que les Gothiques et contre qui ils s’étaient inclinés deux fois en saison régulière (4-6 et 7-3). Pour le match aller en région parisienne, l’ACBB avait décidé d’en faire une fête avec notamment l’invitation du célèbre journaliste Bruno Salomon, passionné de hockey sur glace et père d’un petit Tigre, qui s’est chargé pour l’occasion de l’animation des tribunes. Cela n’empêcha pas les locaux de concéder l’ouverture du score par Yassine Soubra, et le deuxième but du match par Léo Manigault. Adam Rusnak creusait l’écart avant que Boulogne ne débloque son compteur par Marius Joinet puis Matti Prevost. Toujours au contact, les locaux finiront par subir la loi samarienne grâce à l’expérience du haut niveau de Baptiste Bruche et Guillaume Roussel. Le dernier but sera en revanche l’oeuvre du jeune nordiste Yaïno Adamczak (2-6).
Il fallait donc un exploit à l’ACBB pour remonter un écart de quatre buts sur la glace du Coliseum, et l’espoir fut camisolé par de sérieux Gothiques, qui menaient rapidement de deux buts par Yannick Offret et Mattéo Orme-Lynch. Thomas Darras fut pour sa part le premier but boulonnais. À mi-match, Boulogne vire en tête sur des buts de Lucas Charland et Florent Bissonnier, mais Antonin Plagnat remettait les deux équipes à égalité avant le dernier tiers. Celui-ci vit Bissonnier redonner l’avantage à une équipe des Tigres qui a joué sa chance, mais Amiens signera finalement la victoire en fin de partie grâce à Adam Rusnak, Offret, puis Guillaume Roussel à deux secondes de la sirène (6-4). Fin de parcours pour Boulogne qui aura vécu une belle saison, et Amiens continue l’aventure.

 

Parmi les grands favoris de cette saison de Division 3, on retrouve bien évidemment Lyon pour qui le chemin vers les quarts de finale passait par Dijon, dans un remake d’une affiche de la poule C. En Bourgogne, il fallut un tiers aux Lyonnais pour prendre la mesure, puis Rémi Mouret et Alexandre Estienne tirèrent les premiers. Les Ducs resteront sans solution dans la partie, sans même possibilité de tromper Sidney David une seule fois. À l’inverse, les hommes de Gérald Guennelon se sont employés à signer une belle victoire à l’extérieur, en ajoutant les buts de Xavier Carrichon, Martin Kulha et Hugo Petrozzi (0-5).

On ne voyait trop par quel miracle Dijon pouvait renverser la vapeur à la patinoire Charlemagne, d’autant que le premier but de la soirée d’hier fut l’œuvre d’un Lyonnais en toute fin de premier tiers, avec Frédéric Figon-Gage. Au cumulé, 98 minutes furent nécessaires aux Dijonnais pour tromper la défense lyonnaise, pour un but signé du défenseur Marek Bais. Pas résolu à perdre leur premier match de la saison, d’autant plus à domicile, Lyon s’imposera finalement dans le dernier tiers grâce à Léo Filippi et un nouveau but de Figon-Gage (3-1). Il y a de l’ambition à Dijon, mais tout au long de la poule C l’adversité aura été plus importante, et cela les aura poursuivi jusqu’au tableau des play-offs.

Le dernier vainqueur de poule, Gap 2, était fermement attendu par Avignon qui lui a longuement disputé le commandement de la poule D. Et la confrontation fut à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre de ces deux formations, un combat se jouant sur des détails : si dans le Vaucluse Killian Gaudin ouvrait le score après onze minutes du match aller, le reste de la partie allait être fermé et plus rien ne sera marqué, malgré plusieurs situations de jeu de puissance (0-1).

Cette victoire des Rapaces à l’extérieur, mais sur une marge infime, augurait d’une nouvelle bataille hier soir à l’Alp’Arena. Dans le premier acte, c’est de nouveau Gap qui prit le leadership sur un but de Loris Chauvin. Au retour des vestiaires, Léo Faure doublait la mise, avant le premier but des Castors dans la série, inscrit par Eric Martel. Il restait alors bien du temps aux Avignonnais pour inverser le cours de la série, mais malgré de très nombreuses pénalités appelées contre Gap allant jusqu’à offrir des double supériorités aux visiteurs, la défense des Rapaces ne craquera plus et l’équipe des Hautes-Alpes se qualifie dans la douleur (2-1).

L’ancien adversaire de Gap et Avignon, Toulon, trouvait sur sa route la très bonne équipe de Metz, pour un huitième de finale qui s’annonçait indécis. Les Mosellans mesurèrent rapidement le besoin de s’imposer à domicile, et s’y employèrent dès le coup d’envoi avec des buts de Yannick Hamri, Nolan Eriksson et de nouveau Hamri. Les Boucaniers devaient stopper l’hémorragie pour ne pas que les Graoullys s’envolent, et Steven Brodeur inscrit le premier but toulonnais, avant un but messin d’Alexandre Baron. L’importance de la différence de buts est connue, et c’est ainsi que les Varois donnèrent le meilleur d’eux mêmes dans le dernier vingt. S’ils ne surent remporter ce match, ils ramenèrent l’écart à un but seulement grâce à Roman Novotny et Thibaut Frachon (4-3).

Metz allait-elle pouvoir conserver cet avantage sur la glace de La Garde ? Cela démarrait mal en tout cas pour les Mosellans, qui subirent dans le premier tiers-temps un doublé d’O’Bryan Brodeur et un but de Roman Novotny. A mi-match, le buteur Lukas Zeliska permettait à Metz d’y croire, mais O’Bryan Brodeur intenable complétait son triplé deux minutes plus tard. Le but d’Hervé Harivel, à la reprise du dernier acte, scella le sort des Messins qu’un but tardif de Bryan Leheron ne fit basculer (5-2). Au terme de cette belle opposition, c’est Toulon qui file en quarts de finale.

Dans ce qui semblait aussi indécis, Asnières qui loupa de peu les matchs d’interclassement pouvait croire en ses chances face à Anglet 2. Les Castors auraient été bien inspirés de s’imposer à la maison pour démarrer la confrontation, mais c’est bien Logan Giner qui ouvrait le score pour l’Hormadi. Alors que les équipes revenaient sur la glace pour la troisième période, Nicolas Mariage doublait la mise pour les Basques, puis Nathan Ferreira-Reis portait la marque à trois pour les visiteurs. En fin de match, Asnières marquait enfin par Quentin Vial, mais dut s’incliner tout de même avant d’aborder le long voyage vers le sud-ouest (1-3).

Les deux équipes se sont donc retrouvées hier sur les bords de l’océan, et Anglet prit de nouveau les commandes sur un but de Sébastien Rousselin. Il sera imité à mi-partie par Robin Bouney, mais les Castors restèrent dans la rencontre suite au but de Valbert Contat. Les Basques contenaient bien l’adversaire et portèrent le coup de grâce dans les deux dernières minutes par Théo Larroque, notamment servi par son père Jean-Michel. Le dernier but d’Asnières par Robin Stalin, sur la dernière seconde, est anecdotique (3-2). Sans que ce ne fut simple, Anglet a fait le travail pour s’ouvrir les portes des quarts.

Jusqu’alors pour les séries achevées, les équipes terminées à la première et deuxième place de leur poule se sont toutes qualifiées. Il fallait bien une exception pour confirmer la règle, et cette exception est venue du derby d’Ile de France, entre Dammarie-lès-Lys et Champigny-sur-Marne. Les Caribous ont crée de nombreuses surprises tout au long de leur parcours, en décrochant la deuxième place de la relevée poule C, puis en battant Gap 2 en match d’interclassement. Mais face à l’épouvantail Champigny, Romain Danton et ses joueurs ne s’attendaient pas à une balade de santé. Dans le Val de Marne et après un premier tiers de mesure, les Élans prenaient les devants grâce au suédois Lukas Viklander et au hongrois David Jancso. À dix minutes du terme, Yann Guyot permettait à Dammarie d’y croire, mais l’ultime réalisation du match sera l’œuvre de Christophe Jolly (3-1).

Les Caribous devaient trouver les solutions à domicile, mais ils butèrent un moment sur la défense des Élans. Florian Levillain trouvait bien la faille, mais quatre minutes plus tard Harond Litim lui répondait. Tout allait se jouer dans le dernier tiers, et Dammarie reprit la mène grâce à Damien Rosello. À dix minutes du terme, le but d’Yvan Kerneis pour les locaux portait la série à l’égalité parfaite, mais sur le coup d’envoi, Litim marquait un but précieux pour Champigny. Après les efforts consentis, celui-ci vint précipiter la chute des Cabs qui ne s’en remettront pas et concéderont six buts supplémentaires dans une fin de match lâchée, par Litim qui s’offre un quadruplé, Antoine Veglia, Christophe Jolly, Ronan Muller et Eric Blossier (3-8). C’est cruel pour Dammarie, mais l’équipe ne pourra qu’être fière de sa saison incroyable. Sauf renversement de situation de Tours à Caen, Champigny devrait être la seule équipe rescapée des barrages en quarts de finale de Division 3.

Le programme des quarts de finale :
La Roche sur Yon – Gap 2
Amiens 2 – Toulon
Lyon – Anglet 2
Champigny sur Marne – Caen 2 ou Tours 2

(Illustration : Roger Sauvageot)

Les commentaires sont fermés.