Straubing – Färjestad (groupe F, 4e journée)

photo Stefan Eriksson, Färjestad BK
81

Pour cette quatrième journée, la lumière est portée sur le club de Straubing dans cette CHL. Le club bavarois des Straubing Tigers a enfin l’occasion de côtoyer le plus haut niveau du hockey européen. Déjà qualifié en 2020, avec une troisième place historique en championnat, le club n’avait pu jouer la compétition suite à son annulation pour raison de crise Covid. Mais les hommes du solide coach américain Tom Pokel ont réitéré la performance en se qualifiant, une nouvelle fois, pour la CHL. Les joueurs de « Niederbayern », la Basse-Bavière, ont devancé Mannheim et capté la dernière place qualificative.

Dans le groupe F, si les Allemands ont écarté Cracovie (0-4 et 3-2), le choc en Suède à Karlstad fut rude avec une défaite 6-1. Le match retour à domicile contre Färjestad s’annonce encore périlleux. Straubing ne fait pas partie des clubs légendaires de l’histoire du hockey bavarois. Cette organisation est arrivée au plus haut niveau sur le tard et est devenue un outsider compétitif en DEL. Les dirigeants ont toujours su trouver les joueurs pour constituer une équipe de haut niveau. Créé en 1941, le club a seulement intégré l’élite en 2006, après un titre de champion de Bundesliga 2. Depuis son accession en DEL, l’équipe a atteint les demi-finales en 2012, ce qui constitue son meilleur parcours en séries éliminatoires. Cette année-là, Laurent Meunier faisait partie du groupe. L’international français s’est montré très solide dans ce club de 2010 à 2015 (160 points en 231 parties).

Depuis 2017, c’est avec l’Américain Tom Pokel que le groupe se qualifie régulièrement pour les play-offs. Cette saison, si l’offensive a perdu de fines lames comme Andreas Eder, 3e marqueur de l’équipe avec 41 points (départ vers Munich), le Canadien Kael Mouillerat et l’Américain Chase Balisy, le club a compensé avec l’arrivée des Américains Travis Turnbull (Schwenningen) et Mark Zengerle (Eisbären Berlin) ainsi que du Canadien Luke Adam (30 points avec Iserlohn). Straubing su garder de solides défenseurs avec Marcel Brandt, Benedikt Kohl, Stephan Daschner et des scoreurs redoutables avec Jason Akeson, Taylor Leier et Mike Connolly.

akesonjasonL’adversaire du soir, Färjestad, est un sacré calibre au niveau européen. Le FBK est une référence dans le championnat suédois et dans la formation des jeunes. Le club vient de remporter son 10e titre de champion et a atteint 11 fois la finale dans son histoire. Sur le terrain européen, l’équipe de Karlstad a atteint deux fois la finale du European Trophy, le tournoi européen précurseur de la création de la CHL, en 2012 et 2013.

Le titre national 2021 a été un sursaut après plusieurs saisons compliquées en championnat. L’effectif a été retouché. Le très bon gardien tchèque Dominik Furch a été remplacé par l’international canadien, Matt Tomkins de Frölunda. En défense, le jeune Gustav Rydahl, formé au club, a trouvé un nouvel employeur en NHL avec les New York Rangers. Par contre, les dirigeants se sont attaché les qualités du champion du monde finlandais Ville Pokka qui arrive de KHL (Omsk). Il doit compenser le départ de Jesse Virtanen parti en Suisse à Ambrì. Le solide et expérimenté Mikael Wikstrand est blessé de longue durée. Les principaux pointeurs sont toujours là avec Joakim Nygard, Daniel Viksten, Per Åslund et Marcus Nilsson.

Enfin, le point commun entre les adversaires du jour est le passage-éclair de Sacha Treille, dans l’effectif de Färjestad entre 2008 et 2009, puis à Straubing en 2014-15.

Färjestad arrive à Straubing après une difficile victoire en Autriche (1-2 à Villach). Parker Tuomie part en échappée le premier après un duel gagné dans la bande et défie Tomkins (0’31). Karlstad répond avec un une-deux conclu par Per Åslund (1’15). Les deux équipes sont dans de bonnes dispositions et Straubing en remet une couche. Une belle action collective partie de la zone défensive permet à Lipon de lancer, et le palet est dégagé dans les airs par la mitaine de Tomkins (2’30). Ce départ en fanfare est plaisant, mais après la pause publicitaire et un débordement suédois, les défenses se resserrent et obligent les deux équipes à tirer de loin. C’est en jeu de puissance que le score est défloré. Un malheureux surnombre suédois provoque un 4 contre 3 et Akeson transperce le trafic (1-0 à 15’00). Sur la lancée, Parker Tuomie nous gratifie d’un but de la tête, ou plutôt du casque, juste devant Tomkins. Le but est refusé. Il n’en faut pas plus pour que Färjestad réagisse. Sur une mise au jeu en zone offensive, le palet est conquis et le jeu en triangle est conclu par une déviation de Remi Elie (1-1 à 17’19). Straubing ne compte pas lâcher la pression et maintient son pressing sur le porteur du palet jusqu’au buzzer.

Dès le début du deuxième tiers, Straubing est décidé à imposer sa puissance avec Manning qui entre dans le slot à pleine vitesse et percute Tomkins. Les tirs se multiplient, les Allemands veulent forcer leur chance. L’intensité des Bavarois est payante car Marcus Nilsson part en prison pour crosse haute. Les Suédois tuent la pénalité malgré un missile de Marcel Brandt (25’22). Clairement, Färjestad est gêné par le défi physique proposé par les joueurs de Tom Pokel. Straubing profite d’une situation de 4 contre 4. Scheid lance à la cage dans une attaque rapide et Luke Adam est là pour reprendre le rebond (2-1 à 27’14).

Cela se complique encore avec un tir de Manning qui est mal négocié par Tomkins. Sandro Schönberger, qui était à l’initiative dans la bande pour la passe initiale, revient devant la cage et envoie le puck dans les filets (3-1 à 32’20). Les Suédois paraissent au plus mal, mais il ne leur faut pas bien longtemps pour revenir. Linus Johansson, derrière la cage, effectue un bon travail et conserve le palet pour le délivrer devant la cage. Joakim Nygård est à la reprise (3-2 à 32’49). La partie devient alors une bataille des nerfs. Färjestad envoie des charges tous azimuts et place des coups réguliers. Cela explose entre Brandt et Elie qui jettent les gants et sont renvoyés aux vestiaires. Une pénalité de Per Åslund en zone offensive est utilisée par Luke Adam pour un tir précis en pleine lucarne (4-2 à 38’14). Les Suédois ont souffert et c’est bien le défi physique qui les a considérablement déstabilisés durant cette période.

schonbergersandroEn troisième période, les joueurs suédois reviennent avec de bonnes dispositions et attaquent la partie tambour battant, mais encore une fois les pénalités s’en mêlent avec un cinglage de Michael Lindqvist. le FBK tient le choc et envoie de la vitesse de patinage pour tuer l’infériorité. Au retour à égalité, le shoot de Lindroth est relâché par Miska (47’38). Mais Straubing est bien dans son match, contrôle la situation. Il en faut peu pour que Luke Adam ne pousse le palet dans les filets suite à un nouveau rebond laissé par Tomkins (53’10).

Les minutes passent, Färjestad ne semble pas trouver de solution pour surpasser l’intensité allemande. Le sixième homme allemand est bien là, car derrière la cage de Tomkins, le puissant kop de supporters est déchaîné. Le jeu suédois est inopérant et ne comporte aucune occasion dangereuse. C’est même Lipon qui croise une passe latérale, plein axe, et part pour aller défier Tomkins (56’30). Un peu plus tard, Zengerle entre dans le slot comme dans du beurre, sans pouvoir placer de tir cadré. Le coach Tomas Mitell décide de sortir le gardien (57’31). Mais sur un puissant tir de Ville Pokka, le palet est nettoyé par la défense, relancé et Schönberger parachève la victoire en cage vide (5-2 à 57’59).

Straubing tient sa revanche à domicile et a parfaitement tenu son adversaire. Les Suédois ont subi un défi physique perturbateur et ont laissé trop de pénalités favorables à l’équipe-hôte (alors que Tom Pokel avait déploré l’effet de la pénalité majeure de Travis Saint-Denis au match aller). Leur gardien canadien n’a pas donné tous les gages de sécurité. Mauvaise soirée pour Färjestad, mais le chemin vers les séries éliminatoires est encore long. Et plus tard le FBK montrera sûrement un autre visage et un jeu plus efficace. Par contre, pour le démarrage en championnat de DEL, il s’agit là pour Straubing d’une performance qui ne peut que donner confiance.

Commentaires d’après-match :

Tom Pokel (entraîneur de Straubing) : « Nous avons respecté le plan de match, avons joué simple et vite. Nous avons affronté une très bonne équipe, très habile. Mais nous avons une équipe avec beaucoup de talent. Mais je pense que la différence a été faite dans les conquêtes de puck et dans les bandes. En face, il y avait une équipe très dangereuse devant notre filet et je pense que nos défenseurs ont fait un bon boulot pour protéger Miska. […] Jouer la CHL donne à nos joueurs la reconnaissance qu’ils méritent pour leur réussite au cours de la dernière saison de DEL, et cela donne à notre équipe l’opportunité d’affronter les meilleures équipes internationales que nous ne verrions normalement jamais. »

Tomas Mitell (entraîneur de Färjestad) : « Nous savions qu’ici se serait plus difficile avec une telle ambiance. Ils ont tout simplement joué un meilleur match que nous. Mais c’était un match serré, tout de même. Il nous reste deux matchs à jouer. On veut les gagner car nous visons la première place du groupe. »

 

Straubing – Färjestad 5-2 (1-1, 3-1, 1-0)
Dimanche 11 septembre 2022 à 14h35 au Eisstadion am Pulverturm. 3415 spectateurs.
Arbitres : Michał Baca (POL) et Sirko Hunnius (ALL) assistés de Tim Heffner et Andreas Hofer (ALL).
Pénalités : Straubing 33′ (4′, 2’+5’+20′, 2′) ; Färjestad 39′ (4′, 6’+5’+20′, 4′).
Tirs : Straubing 33 ; Färjestad 35.

Évolution du score :
1-0 à 15’00 : Akeson assisté de Zengerle et Manning (sup. num.)
1-1 à 17’19 : Elie assisté de Lennström et Nyström
2-1 à 27’14 : Adam assisté de Scheid et Akeson
3-1 à 32’20 : Schönberger assisté de Manning
3-2 à 32’49 : Nygård assisté de Johansson et Lindqvist
4-2 à 38’14 : Adam assisté de Manning et Turnbull (sup. num.)
5-2 à 57’59 : Schönberger assisté de Turnbull et Scheid (cage vide)

Straubing Tigers

Attaquants :
Taylor Leier – Mark Zengerle – Travis St. Denis
Sandro Schönberger (+1) – Tim Brunnhuber (+2) – Travis Turnbull (+1, 2’)
Bastian Eckl (+1) – Luke Adam – Jason Akeson
Parker Tuomie – Joshua Samanski – J.C. Lipon

Défenseurs :
Marcel Brandt (2’+5’+20’) – Stephan Daschner (2’)
Brandon Manning (+2, 2’) – Ian Scheid (+2)
Trenton Bourque – Benedikt Kohl
Adrian Klein – Cody Lampl

Gardien :
Hunter Miska

Remplaçant : Florian Bugl (G). Absents : Mario Zimmermann, Tim Brunnhuber, Mike Connolly, Garrett Festerling, Yannic Valenti.

Färjestad BK (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Joakim Nygård (-1) – Linus Johansson (-1, 2’) – Michael Lindqvist (-1, 2’)
Marcus Nilsson (+1, 2’) – Remi Elie (5’+20’) – Per Åslund (-1, 2’)
Carl Jakobsson (-1) – Victor Ejdsell (-1, 2’) – Daniel Viksten (-1)
Oscar Lawner – Marcus Westfält – Henrik Björklund

Défenseurs :
Max Lindroth (-2) – Ville Pokka (-3)
Theodor Lennström – Joel Nyström (+1)
Mattias Göransson (2’) – August Tornberg
Axel Bergqvist – Lucas Forsell

Gardien :
Matt Tomkins [sorti de 57’31 à 57’59]

Remplaçant : Dennis Hildeby (G). Absents : Jens Westin, Mikael Wikstrand et Patrik Lundh (blessés).

 

 

 

Les commentaires sont fermés.