Brest – La Roche sur Yon (Division 1, 8e journée)

51

Les ailes coupées des Albatros 

Après une nouvelle défaite à l’extérieur samedi (à Tours, 3-2), les Albatros ne pointent qu’à la septième place avant cette rencontre jouée un mardi soir de Toussaint. En face se présente le HOGLY, entraîné par l’ancien attaquant brestois Juraj Ocelka. Une équipe qui joue les trouble-fête avec quatre succès consécutifs en championnat et seulement deux défaites contre les ténors Briançon et Anglet. Les Vendéens sont donc devant au classement avec une inattendue quatrième place.

Konstantin Mikhaïlov n’aura fait qu’une rencontre avec l’équipe professionnelle brestoise. Le talent de l’attaquant russe n’est pas en cause, mais plutôt son profil. Sylvain Codère est à la recherche d’un buteur et non pas d’un fabriquant de jeu selon ses déclarations dans la presse quotidienne régionale. La réserve pourra donc continuer à bénéficier de ce joueur bien au-dessus du niveau de Division 3.

Le début de rencontre est timide avec le premier tir qui n’intervient qu’à la quatrième minute par l’intermédiaire de Charlie Doyle. Les Albatros dominent et Dana tape même le montant de Peksa (7’50’’) mais le HOGLY fait preuve d’une belle efficacité. Le duo en vue Machacek-Linet trouve la faille malgré peu de temps passé en zone offensive. Le Tchèque Machacek fait une très belle remise au premier poteau pour son coéquipier slovaque oublié de manière totalement anormale par la défense locale dans l’enclave. Dubé-Rochon ne peut empêcher le palet de nettoyer sa lucarne gauche (0-1 à 14’09’’).

Brest rentre aux vestiaires avec ce déficit après un tiers poussif joué sur un faux-rythme vraiment peu intense. Le HOGLY démontre au retour sur la glace que cette avance ne doit rien au hasard. Ce sont bien les visiteurs qui pressent et dominent le tiers médian jusqu’à une prison d’Andrew Donald (27’45’’).

Mécontent de son jeu de puissance, le coach Codère a fait travailler ses joueurs sur ce point et annonçait même de manière présomptueuse dans la presse « trois ou quatre buts » dans cette situation. Il faut se contenter d’un seul, et encore, à l’issue d’un jeu de puissance qui manque singulièrement de vivacité. Un lancer de Gyesbreghs en toute fin de pénalité est dévié par Bernard dans le haut du but de Marek Peksa jusque-là impeccable (1-1 à 29’43’’).

Le duo d’entraîneurs slovaques Ocelka-Himler semble avoir déniché une sacrée recrue en la personne de Marek Peksa, gardien de but spectaculaire et quasi imbattable côté mitaine ce soir. On ne compte plus les parades du gant effectué par ses soins durant la rencontre. L’une d’elles est un peu plus magistrale que les autres lorsqu’il annihile d’un quasi « grand écart-mitaine » un lancer de Jonathan Avenel (34’48’’). L’obstination brestoise à tirer côté gant tout au long du match surprend car il est clair que ce n’est pas le point faible du portier.

Le gardien visiteur en feu empêche toute prise en main du match par les locaux et permet au sien de conserver leur sang-froid. Les Vendéens s’avèrent redoutables sur les contre-attaques et profitent des largesses défensives adverses. Farkasovsky (33’20’’) et Linet (38’04’’) bénéficient de duels face à Dubé-Rochon, mais soit le gardien s’interpose, soit le lancer passe au-dessus.

Il reste vingt minutes aux deux équipes pour faire la différence en temps réglementaire. Encore une fois l’entame de la période est visiteuse. Dubé-Rochon joue les pompiers de service face à Ranalli (42’), Linet (43’ et 46’). N’ayant visiblement pas retenu la leçon du premier but encaissé, la défense brestoise laisse Andrew Donald seul dans l’enclave un petit instant qui s’avère suffisant pour l’intenable Linet. L’attaquant slovaque transmet la rondelle à son coéquipier démarqué qui trompe Dubé-Rochon en reprise à bout portant (1-2 à 46’25’’).

Manquant singulièrement de vivacité et d’intensité, le collectif brestois sombre peu à peu. Seule la ligne emmenée par Erwan Pain apporte un peu de vitesse ce soir dans un effectif qui souffre globalement de lenteur. Ce déficit de vitesse s’illustre sur les offensives et les jeux de puissance « plan plan » et la vulnérabilité sur les contres adverses qui laissent souvent Dubé-Rochon bien seul. Farkasovsky offre une ultime opportunité aux Bretons en commettant un accrocher sanctionné (55’14’’). Le jeu de puissance local n’aboutit qu’à un seul tir sur Peksa. C’est bien trop peu pour des séquences travaillées à l’entraînement.

La Roche et Peksa tiennent le coup et empochent de manière fort méritée les trois points pour leur plus grande joie et celles des supporters ayant fait le déplacement. Les voici qui pointent à la troisième place au classement. L’homme du match est incontestablement Marek Peksa auteur de 37 arrêts souvent spectaculaires. Offensivement le duo Machacek-Linet s’est également démarqué.

Pour les Albatros il y a une grosse remise en question à faire. Huitième seulement après un tiers du championnat disputé, voilà qui est très décevant pour un relégué de Magnus qu’on est en droit d’attendre dans le top 4. Cholet, Neuilly, Mulhouse, Tours sont tous devant Brest avec un match en moins disputé ! Espérons pour eux que le buteur recherché soit également doté d’une bonne vitesse de patinage car ce soir les patins semblaient très lourd sur la glace. L’équipe n’a écopé que d’une seule prison durant le match… Point positif ? Ou illustration du peu d’intensité de l’équipe ce soir ?

Brest – La Roche sur Yon 1-2 (0-1, 1-0, 0-1)
Mardi 1er novembre 2016 à 18h30 au Rïnkla Stadium.  709 spectateurs
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Vincent Villard et Jérémie Douchy.
Pénalités : Brest 2′ (0’, 0’, 2’), La Roche-sur-Yon 6′ (2’, 4’, 2‘).
Tirs : Brest 38 (15, 12, 11), La Roche-sur-Yon 23 (6, 7, 10)

Évolution du score :
0-1 à 14’07’’ : Linet assisté de Machacek et Magne
1-1 à 29’43’’ : Bernard assisté de Gyesbreghs et Power (sup. num.)
1-2 à 46’22’’ : Donald assisté de Linet et Klejna

Brest

Attaquants :
Jonathan Avenel (C) – Bryan Kolodziejczyk – Graham Avenel
Benjamin Lagarde – Erwan Pain (A) – Benjamin Power
Alex Dulude – Jessyko Bernard – (rotation d’ailiers)
Jérémy Cormier (une présence)
 
Défenseurs :
Vadim Gyesbreghs – Aleksi Laine
Aurélien Gréverend (A) – Charlie Doyle
Gaëtan Cannizzo – Alan Dana

Gardien :
Sébastien Dubé-Rochon (sorti de 59’16’’ à 60’)
 
Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Thibaut Chatellard, Bastien Lardière, Thibault Kervella.

La Roche-sur-Yon

Attaquants :
Bohus Farkasovsky – Erick Piatak – Josh Ranalli
Michal Klejna – Petr Machacek – Jakub Linet
Cyril Selin – Andrew Donald – Valentin Jacques
Quentin Durand – Antoine Mony – Mathias Lalanne

Défenseurs :
Justin Viennau – Hugo Laporte
Marek Bais – Robin Maly
Gaëtan Magne – Benoît Barreteau
Louis Boucherit

Gardien :
Marek Peksa

Remplaçants : Quentin Dubois (G), Emmeran Letac. Absent : Kamil Rajnoha.

Les commentaires sont fermés.

massa dictum Nullam elementum consequat. commodo nec Sed ut