Grenoble – Angers (Ligue Magnus, 41e journée)

49

Grenoble se fait peur

La dernière trêve internationale passée, place désormais à la dernière ligne droite vers les play-offs puisqu’il ne reste plus que 4 matchs à disputer en SaxoPrint Ligue Magnus. Cinq éléments des Brûleurs de Loups ont joué avec leur sélection nationale (Alexandre Texier, Teddy Trabichet et Aziz Baazzi avec l’équipe de France, David Rodman et Boštjan Goličič avec la Slovénie). À peine de retour, ils n’ont eu le temps de ne faire qu’un entraînement avant d’affronter Angers, une équipe qui s’était imposée à Pôle Sud lors de la toute première journée de la Saxo Print Ligue Magnus (1-0). Depuis, les Isérois ont remis les « pendules à l’heure » avec deux victoires en Anjou (2-1 après prol. et 4-2).

2017 02 14 Grenoble Angers1S’ils veulent maintenir leur place dans le quatuor de tête et ainsi avoir l’avantage de la glace pour les quarts de finale, les Brûleurs de Loups ne peuvent se permettre de laisser filer les points en route, surtout après brillamment gagné face à Lyon (2-1) puis Gap (6-5) juste avant la trêve.

Les Ducs, de leur côté, peuvent préparer tranquillement leurs play-offs. Sixièmes, largement distancés par les cinq équipes de tête, ils se sont assurés de leur place en play-offs à quatre journées de la fin en prenant un point face à Amiens avant la trêve (3-4 après prol.). L’affrontement entre les deux équipes ce soir pourrait même être une répétition générale des quarts de finale si d’aventure Grenoble, actuellement 2e ex-aequo avec Rouen, terminait la saison régulière à la troisième place.

Après un début de match équilibré, les Brûleurs de Loups sont les premiers à se mettre en action. Léo Bertein se fait même une grosse frayeur sur un palet cafouillé par ses défenseurs devant la slot. Une partie des Grenoblois croient même au but mais l’arbitre ne bronche pas. Plus présents offensivement, les Isérois donnent le tournis à la défense angevine avec une très belle combinaison entre Chouinard et Goličič, mais Bertein bloque le palet d’une belle mitaine. Une pénalité contre Texier en zone offensive vient briser cet élan. Obligés de défendre, les Brûleurs de Loups gèrent bien l’infériorité numérique mais il faut deux excellents arrêts de Bonvalot face à Gaborit puis Lessard pour éviter l’ouverture du score angevine.

2017 02 14 Grenoble Angers2Les esprits s’échauffent devant la cage angevine entre Arnaud et Tavželj et les deux joueurs sont invités à aller se calmer en prison. À quatre contre quatre, Bonvalot se montre de nouveau décisif face à Gagnon à bout portant suite à un bon décalage de Lacroix. Les Brûleurs de Loups peuvent remercier leur portier, encore décisif face à Gaborit puis Campbell. Après avoir beaucoup subi, les locaux, en manque d’automatisme, finissent par retrouver un certain allant offensif. Miettinen met le palet juste à côté de la cage puis c’est une grosse présence de la quatrième ligne qui permet à Baylacq de porter le danger sur la cage de Bertein. Finalement, c’est Gauthier qui trouve la solution en démarquant Goličič tout seul devant le slot. L’attaquant slovène marque dans un trou de souris (1-0, 10’12 »).

Après ce but, les débats sont nettement plus physiques entre des deux équipes. Quelques charges bien senties ici et là, mais c’est Angers qui se procure les meilleures occasions et qui s’installent durablement dans la zone grenobloise : Bonvalot doit s’employer pour préserver sa cage inviolée, notamment face à Levêque bien placé en embuscade devant le slot. Suite à une grosse charge de Kuralt sur Igier au milieu de la glace, Texier récupère le palet et part en face-à-face avec Bertein mais sa feinte échoue de quelques centimètres. Trop passifs en zone défensive, les Brûleurs de Loups ont du mal à se montrer dangereux avant la fin de la première période.

Angers commence fort la deuxième période avec un lancer de la bleue de Tavželj repoussé par Bonvalot qui parvient à contrer le rebond pris par Gagnon. Sur la contre-attaque, Grenoble obtient une pénalité de Lacroix. Sur leur premier power-play de la partie, les Brûleurs de Loups font bien circuler le palet et Bertein repousse difficilement un tir à bout portant de Goličič. Gauthier, présent au rebond, manque le cadre, et pour cause, la cage ayant été déplacée par Bertein. Le portier angevin se fait pénaliser, offrant ainsi une double supériorité numérique à Grenoble. Mais les coéquipiers de Chouinard ne parviennent pas à trouver le décalage et le gros travail du box play angevin permet de tuer les deux pénalités sans dommage. Malgré cette occasion manquée, les Isérois continuent de porter le danger en zone offensive. Bertein est tout heureux de dévier du patin le palet suite à un tir de Hardy qui avait trouvé le poteau.

2017 02 14 Grenoble Angers3Le rythme de la rencontre baisse un peu avec quelques imprécisions de part et d’autres et de nombreux dégagements interdits. Sur une contre-attaque, Hardy ne parvient à pas à cadrer son tir mais il subit un cinglage d’Igier sur l’action. Grenoble a encore l’occasion de prendre ses distances mais son power-play est écourté par une faute de Baazzi sur Albert qui avait récupéré le palet et s’apprêtait à partir en contre. Une décision qui ne plaît pas à Eric Chouinard, sanctionné par dix minutes de méconduite.

Angers en profite pour reprendre la main. La pression est forte sur la cage grenobloise et une nouvelle fois Bonvalot doit s’employer. Mais une obstruction de Campbell face à Arnaud à la ligne bleue écourte la supériorité angevine. Désormais, c’est Grenoble qui peut installer le power-play. Et à ce petit jeu des unités spéciales, Grenoble parvient à faire la différence sur un décalage parfait de Gauthier pour Rodman qui se retrouve seul face à la cage et ajuste Bertein à bout portant (2-0, 31’07 »).

Les affaires angevines se compliquent d’autant plus que Tavželj se fait pénaliser dans la foulée. Grenoble enchaîne donc une nouvelle supériorité numérique. Hardy parvient à se frayer un chemin jusqu’à la cage mais son tir du revers est repoussé par Bertein. Sur l’engagement, Hardy décale Bisaillon dont le one-timer à la ligne bleue finit dans la lucarne de la cage angevine (3-0, 32’16 »). Ces deux buts coup sur coup assomment les Angevins qui ont du mal à finir la période. Les sorties de zone angevines sont approximatives et les Grenoblois maintiennent en permanence le palet dans leur zone offensive. Baylacq puis Tartari ont l’occasion de mettre le quatrième but mais Angers parvient à la limiter la casse. La sirène libère les Ducs à l’agonie défensivement en cette fin de deuxième période.

2017 02 14 Grenoble Angers4Les Brûleurs de Loups se montrent prudents au début de la troisième période et semblent se contenter d’assurer défensivement. Mais ils se montrent trop attentistes et laissent l’initiative aux visiteurs. Sur un lancer du poignet qui semblait anodin dans le trafic, Robin Gaborit trouve la lucarne, surprenant Bonvalot, le palet ayant été dévié au passage involontairement par Hardy (3-1, 43’54 »). Le flottement qui suit permet à Angers de reprendre l’initiative. La défense grenobloise, trop passive, laisse Walls prendre un premier tir repoussé par Bonvalot mais sur le rebond Tavželj marque d’un tir croisé (3-2, 44’30 »). En moins d’une minute, les Ducs se sont complètement relancés dans cette rencontre alors qu’ils semblaient avoir abandonné tout espoir en fin de deuxième période.

Edo Terglav demande un temps mort pour relancer son équipe. Les Grenoblois repartent à l’offensive et mettent la pression avec un gros tir de Hardy puis sur une contre-attaque de Baylacq et Arnaud sur laquelle Bertein parvient à réaliser un arrêt in extremis. Mais Grenoble se retrouve de nouveau en difficulté après une pénalité pour surnombre. Une infériorité numérique bien gérée, mais Arnaud se fait sanctionner avant la fin de la pénalité.

2017 02 14 Grenoble Angers5Grenoble fait le dos rond pendant ces quatre minutes et ne concède pas de grosses occasion hormis sur une relance dans l’axe récupérée par Lacroix mais Bonvalot veillait. Sur une contre-attaque, Goličič se fait bloquer irrégulièrement par Gaborit. Les Brûleurs de Loups peuvent enfin souffler en supériorité numérique, mais malgré deux minutes passées intégralement dans la zone offensive, ils ne parviennent pas à trouver l’ouverture dans la défense angevine très compacte. Les Angevins se ruent à l’attaque dans la foulée et Henderson est contré in extremis par Bonvalot.

Angers obtient une dernière opportunité d’égaliser après une pénalité contre Trabichet en zone défensive. Mais encore une fois le box play grenoblois effectue un gros travail pour repousser les derniers assauts angevins. De retour à cinq contre cinq, Jean-François Jodoin n’a d’autre choix que de sortir son gardien. Mais Rodman récupère le palet à la ligne bleue et part en direction de la cage angevine. Plutôt que de marquer lui-même, il offre le palet à Eric Chouinard qui marque dans la cage vide (4-2, 59’23 »).

2017 02 14 Grenoble Angers6En difficulté en début de match après une longue trêve internationale, les Brûleurs de Loups menaient pourtant à la fin de la période, un score extrêmement flatteur au vu de la physionomie des vingt premières minutes. Au petit jeu des pénalités distribuées pendant la deuxième période, ils étaient parvenus à marquer deux buts coup sur coup, prenant une avance qui semblait définitive au tableau d’affichage, d’autant plus qu’Angers semblait en grosse difficulté. Mais un relâchement coupable en début de troisième période a complètement relancé la rencontre et il leur a fallu batailler dur, notamment en infériorité numérique, pour parvenir à décrocher un succès compliqué.

Une fois encore le gardien (cette fois Bonvalot) a été déterminant tout comme le box play grenoblois, toujours performant. La réussite en power-play (deux buts) a finalement fait la différence alors que le changement de lignes offensives n’a pas eu trop d’impact puisque Chouinard, Rodman et Goličič ont tous les trois marqué. Les Brûleurs de Loups vont maintenant prendre la direction d’Amiens avant de se retrouver à Bercy dimanche pour le premier grand objectif de leur saison : la finale de la coupe de France.

Les Ducs d’Angers se sont accrochés dans cette rencontre : pas récompensés de leurs efforts après un bon premier tiers-temps, ils cèdent sur deux buts en infériorité numérique au deuxième tiers. Deux buts qui feront la différence car les Angevins n’ont jamais réussi à refaire leur retard. C’est surtout le manque d’efficacité en supériorité numérique qu’ils peuvent regretter car ils n’ont pas su concrétiser leurs multiples opportunités en power-play, notamment au troisième tiers-temps. À défaut d’avoir pu repartir avec un point, les Ducs ont tout de même fait preuve d’une détermination prometteuse pour la fin de la saison alors que les deux équipes pourraient se retrouver en quart-de-finale.

Désignés meilleurs joueurs du match : Sébastien Bisaillon (Grenoble) et Andrej Tavželj (Angers)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Angers est une équipe d’expérience, qui peut faire basculer le match à n’importe quel moment. Mon discours en troisième période, c’était ça, il faut qu’on joue notre système, il ne faut pas se faire endormir avec leur système, il faut qu’on soit prudent. Et puis ils ont marqué deux buts très rapidement en troisième période, on s’est mis un peu en difficulté avec les punitions aussi. C’était le bon moment pour prendre un temps mort. Après, je pense qu’on a montré beaucoup de caractère, Antoine Bonvalot a été très solide devant la cage, ça nous a permis de gagner ce match. C’est dommage de ne pas avoir converti toutes les occasions qu’on a eues en fin de deuxième période, avec un ou deux buts de plus on aurait été plus tranquilles. Trois buts, c’est bien, mais le championnat est tellement égal, toutes les équipes poussent, elles veulent gagner leurs places pour les play-offs ou chercher les points, on savait qu’ils n’allaient pas abandonner. Et c’était le cas. »

Teddy Trabichet (défenseur de Grenoble) : « C’était sûr que ça allait être un gros match, c’est Angers, une belle équipe en face. C’est toujours délicat après une trêve, il y a eu des bonnes et des mauvaises choses. Au début du troisième, on a relâché et ça a payé cash pour eux. On s’est ressaisi, on s’est regroupé devant notre cage, on a joué un peu plus simple et on a tenu… et au final on a réussi à passer. C’est le premier match après la trêve, on va continuer en pensant aux bonnes choses pour vendredi. Le classement est serré, on peut rester deuxième, passer premier ou redescendre, on a les cartes en main, à nous de les saisir. Il nous reste deux matchs à domicile mais avant on a Amiens, ça va être chaud parce qu’eux aussi ils veulent des points et nous on veut rester en haut du classement. À nous de penser d’abord ce match-là et après à la finale. Ce n’est jamais évident de bien gérer ça. »

 

Grenoble – Angers 4-2 (1-0, 2-0, 1-2)

Mardi 14 février 2017 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3 220 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Nicolas Cregut assistés de Guillaume Gielly et Frédéric Peurière
Pénalités : Grenoble 22′ (4’, 2’+10’, 6’), Angers 14’ (2’, 10’, 2’)
Tirs : Grenoble 31 (10, 14, 7), Angers 34 (13, 4, 17)

Évolution du score :
1-0 à 10’12 » : Goličič assisté de Gauthier et Chouinard
2-0 à 31’07 » : Rodman assisté de Gauthier et Hardy (sup. num.)
3-0 à 32’16 » : Bisaillon assisté de Hardy et Goličič (sup. num.)
3-1 à 43’54 » : Gaborit assisté de Henderson et Levêque
3-2 à 44’30 » : Tavželj assisté de Walls et Campbell
4-2 à 59’23 » : Chouinard assisté de Rodman (cage vide)

 

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) (10’) – Sébastien Gauthier – Boštjan Goličič
Anže Kuralt – Alexandre Texier (2’) – David Rodman
Camilo Miettinen – Christophe Tartari (A) – Norbert Abramov
Julien Baylacq – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud (4’)
Antoine Torres

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Nicolas Favarin – Teddy Trabichet (A) (2’)
Aziz Baazzi (2’) – Stéphane Gervais
Quentin Scolari

Gardien :
Antoine Bonvalot

Remplaçant : Lukáš Horák (G). Absent : Rhett Bly (ligaments du genou)

Angers

Attaquants :
Braden Walls – Cody Campbell (2’) – Julien Albert (C)
Brian Henderson – Maxime Lacroix (2’) – Robin Gaborit (2’)
Jonathan Lessard – Mathieu Briand – Nicolas Arrossamena
Hugo Casini – Matthieu Frecon – Augustin Nalliod-Icazard

Défenseurs :
Mathieu Gagnon – Michael Busto (A)
Kevin Igier (2’) – Andrej Tavželj (4’)
Gary Lévèque (A) – Trevor Hendrikx

Gardien :
Léo Bertein (2’) [sorti de 58’56 » à 59’23 »]

Remplaçants : Alexis Neau (G), Paul Bahain. Absents : Yannick Riendeau, Gauthier Gibert.

Les commentaires sont fermés.

ut commodo felis in velit, diam