Coup d’arrêt pour la Suisse

38

Tout allait peut-être trop bien pour la Suisse, qui dominait cet Euro Challenge avec une seule défaite (en prolongation) en France.

GENONI Leonardo 150503 570La Nati a désormais tout son effectif à disposition avant d’effectuer les derniers choix. Contrairement au gardien Leonardo Genoni, les trois joueurs de champ du champion Berne sont encore au repos pour ce match à La Chaux-de-Fonds et toute la question est de savoir qui devra leur céder la place.

Il y a déjà eu une substitution inattendue mardi dernier quand le jeune espoir Damien Riat a dû faire ses valises en prévision de l’arrivée inattendue de Tanner Richard : meilleur marqueur de sa formation d’AHL de Syracuse l’an passé, ce joueur formé à Rapperswil (fils du professionnel canadien Mike Richard) y était dernièrement en disgrâce, en froid avec son entraîneur Benoît Groulx (ancien joueur du championnat de France pendant dix ans). Il ne jouait même pas en play-offs et a donc quitté l’équipe pour saisir cette opportunité de tenter sa chance en équipe de France. Ce joueur hargneux et bon aux engagements peut faire un bon centre de 3e ou 4e ligne, même s’il est réputé pour ses mauvaises pénalités. Néanmoins, Richard n’a pas pu arriver à temps pour ce match à cause d’un retard dans son vol.

Face à un adversaire présumé moins fort, l’enjeu pour la Suisse est de réussir à peser sur le jeu offensivement et à être tranchante. À la huitième minute, Damien Brunner à la ligne bleue et sert Fabrice Herzog pour une ouverture du score en pleine lucarne. Mais Cody Almond a été pénalisé dans la foulée et le jeu de puissance danois, après un essai infructueux en début de match, fait mouche : Patrick Russell reprend la passe transversale de Nichlas Hardt.

Le Danemark se tire une balle dans le pied par son indiscipline : alors que Jacobsen est déjà en prison, Oliver Lauridsen commet un cinglage et y ajoute deux minutes de pénalité supplémentaires pour comportement anti-sportif. La Suisse en profite pour marquer deux buts, à 5 contre 3 puis à 5 contre 4. Après avoir converti la passe d’Anders Ambühl, Damien Brunner – placé à la ligne bleue en jeu de puissance – lui rend la pareille en cherchant sa crosse pour une déviation gagnante.

Ces deux buts auraient pu assommer le Danemark, il reste au contraire combatif et met toujours de l’engagement physique. Morten Poulsen réussit à contourner Raphael Diaz, pourtant attendu comme le leader de la défense suisse, pour réduire la marque. Sur l’action suivante, Diaz commet encore une erreur, à la ligne bleue offensive, et Hardt part ainsi dans un breakaway arrêté par Leonardo Genoni.

KRISTENSEN Emil 160518 034Le gardien suisse se fait pourtant surprendre dans la lucarne par un lancer d’Emil Kristensen. Rejointe à la marque, la Suisse va reprendre l’avantage avant la pause en exploitant une obstruction sifflée contre Mathias Lassen. La première unité de powerplay ne concrétise pas cette fois car Almond échoue sur Dahm après une passe de derrière la cage d’Ambühl. La deuxième unité prend le relais et Romain Loeffel sert Denis Hollenstein qui tire sur le poteau avant de convertir le rebond (4-3).

La troisième période est plus avare en pénalités… et c’est le Danemark qui retourne le match à cinq contre cinq. La Suisse a trop de déchets, y compris dans sa zone. Le buteur Nikolaj Ehlers se mue en passeur et effectue une belle passe transversale en direction de Markus Lauridsen. À deux minutes de la fin, Peter Regin dévie devant la cage un tir de Jesper Jensen et donne la victoire aux Danois. Une ultime faute de Jesper B. Jensen permet à la Suisse de finir le match à 6 contre 4, mais les deux derniers tirs dangereux de Damien Brunner sont arrêtés par Dahm.

La Suisse n’avait jamais perdu contre le Danemark (hormis une fois aux tirs au but il y a six ans). Il faut un début à tout, et c’est une nouvelle étape dans le développement du hockey danois.

La défense suisse a été inquiétante ce soir, trop lente et incapable de subir le pressing danois. Christian Marti a raté son match, et si Kukan a fait une bonne entrée, Diaz n’était pas à son niveau. L’autre défenseur zougois Dominik Schlumpf a fait son travail et sera sans doute de la sélection définitive. L’ajout de Reto Suri en attaque n’a pas été très notable car il a semblé peu en forme malgré ses efforts.

Le problème supplémentaire est que Denis Malgin s’est blessé au genou. Rappelons que c’est le seul joueur de NHL de l’équipe suisse, puisque les forfaits d’Andrighetto et Bärtschi ont été confirmés cette semaine.

Commentaires d’après-match

Leonardo Genoni (gardien de la Suisse) : « C’était un mauvais match de ma part, ni plus ni moins. »

Damien Brunner (attaquant de la Suisse) : « Ils étaient meilleurs à cinq contre cinq, ils ont plus patiné, ils avaient plus le palet. Nous avons trop mal protégé le palet en zone offensive. Dans ces cas-là on se retrouve le plus souvent en défense. Et là, nous avions souvent un temps de retard. Cela montre peut-être aux yeux de tous que tout n’est pas si facile. »

 

Suisse – Danemark 4-5 (3-1, 1-2, 0-2)
Mercredi 26 avril 2017 à 19h45 à la patinoire du Forum de La Chaux-de-Fonds. 3027 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Wehrli et Mark Wiegand (SUI) assistés de Nicolas Fluri et Simon Wüst (SUI).
Pénalités : Suisse 12′ (4′, 8′, 0′), Danemark 16′ (6′, 8′, 2′).
Tirs : Suisse 29 (8, 10, 11), Danemark 32 (9, 13, 10).

Évolution du score :
1-0 à 07’24 » : Herzog assisté de Brunner
1-1 à 08’18 » : Russell assisté de Hardt et Ehlers (sup. num.)
2-1 à 15’12 » : Brunner assisté d’Ambühl et Almond (double sup. num.)
3-1 à 16’36 » : Ambühl assisté de Brunner et Malgin (sup. num.)
3-2 à 27’46 » : Poulsen assisté de Meyer et J.B. Jensen
3-3 à 36’19 » : Kristensen assisté d’Ehlers et Regin
4-3 à 38’36 » : Hollenstein assisté de Loeffel et Romy (sup. num.)
4-4 à 47’41 » : M. Lauridsen assisté d’Ehlers
4-5 à 58’19 » : Regin assisté de J.B. Jensen et Ehlers

Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein – Gaëtan Haas – Vincent Praplan (+1, 2′)
Fabrice Herzog – Kévin Romy (+1) – Damien Brunner (-2, 2′)
Pius Suter (-1) – Denis Malgin (-1, 2′) – Andres Ambühl (-1)
Reto Suri (-1) – Cody Almond (-1, 6′) – Chris Baltisberger

Défenseurs :
Dean Kukan – Raphael Diaz
Christian Marti (-1) – Dave Sutter (-1)
Joël Genazzi (-1) – Dominik Schlumpf
Claude-Curdin Paschoud (-1) – Romain Loeffel (-1)

Gardien :
Leonardo Genoni [sorti de 58’33 » à 60’00 »]

Remplaçant : Niklas Schlegel (G). En réserve : Jonas Hiller (G), Philippe Furrer, Ramon Untersander (D), Reto Schäppi, Simon Bodenmann, Thomas Rüfenacht (A), Tanner Richard (non arrivé).

Danemark

Attaquants :
Nichlas Hardt (+3) – Peter Regin (+3) – Nikolaj Ehlers (+3)
Frederik Storm – Julian Jakobsen (2′) – Mads Christensen
Patrick Russell – Morten Green (C, -1) – Morten Madsen (-1)
Morten Poulsen – Steffen Klarskov Nielsen – Nicolai Meyer

Défenseurs :
Jesper B. Jensen (+1, 6′) – Nicholas B. Jensen (+1, 2′)
Emil Kristensen (+2) – Markus Lauridsen (+1)
Matias Lassen (2′) – Oliver Lauridsen (-1, 4′)
Nicolai Weichel – Phillip Bruggisser

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : George Sørensen (G). En réserve : Simon Nielsen (G), Mathias Bau Hansen (A).

Les commentaires sont fermés.