Le Kazakhstan fait sa part de travail et croise les doigts

50

Le Kazakhstan aura déçu dans ce Mondial de D1A avec un niveau de jeu qui a semblé décliner au fil de la semaine. Auparavant, il était toujours dominant à ce niveau pour remonter en élite, et c’était avant la naturalisation de sa ligne nord-américaine.

KOLESNIK Vitali 120505 002La victoire de l’Autriche sur la Corée hier soir a été une très mauvaise nouvelle pour lui, puisqu’elle a lui enlevé la maîtrise de son destin. Il ne lui reste plus qu’à faire sa part du boulot en battant la Hongrie (qui terminera cinquième quoi qu’il arrive et jouera pour l’honneur), puis à attendre les autres résultats.

Comme ils en ont pris un peu trop l’habitude (répétant le mauvais pli pris au sein du club du Barys Astana), les Kazakhs se reposent beaucoup sur leurs naturalisés pour faire la différence. Ils la font d’ailleurs rapidement dans ce dernier match. Le bon travail de poison de Bochenski devant la cage permet à Kevin Dallman d’armer un slap précis sans opposition de la ligne bleue, à travers le trafic. Cette même première ligne n’est pas loin de doubler la mis : Dustin Boyd est plus vif que Varga sur palet en zone neutre, réussit un une-deux avec Bochenski et se retrouve face au gardien Miklos Rajna qui pare.

La Hongrie passe du temps en zone offensive et domine la première période aux tirs, mais on sait que le Kazakhstan adore jouer les contre-attaques. Nikita Mikhailis se fait oublier à la ligne bleue offensive, reçoit une longue relance d’Anton Sagadeyev et utilise le défenseur comme écran pour inscrire le 2-0. La Hongrie doit attendre une situation de 4 contre 3 pour arriver à tromper Kolesnik, masqué sur le tir du poignet du défenseur naturalisé Kalvin Sagert.

C’est encore Sagert qui a la meilleure chance d’égaliser, encore en avantage numérique, quand son lancer de la ligne bleue est détourné par le bâton de Kolesnik… sur la barre transversale (32’19 »). Les nombreux supporters hongrois ne se découragent jamais et continuent leurs chants, mais ce Mondial de Kiev restera une déception pour eux après la belle prestation de l’an passé en élite.

GALLO Vilmos 160507 096La Hongrie essaie jusqu’à la fin et sort son gardien, mais dans les dernières secondes, Brandon Bochenski dégage via la bande et la fusée Nigel Dawes est plus rapide que Dansereau pour remporter la course au palet et marquer en cage vide (3-1). Le Kazakhstan s’adjuge donc un succès et a fait ce qu’il pouvait. Ce résultat élimine du même coup la Pologne de la lutte pour la montée.

Néanmoins, l’Autriche (face à la Pologne) et la Corée du sud (face à l’Ukraine) ont toutes les cartes en mains pour passer devant le Kazakhstan et prendre leur billet pour l’élite mondiale. Si c’était le cas, ce serait la première fois depuis dix ans que le Kazakhstan ne réussirait pas la remontée immédiate…

Désignés joueurs du match : Vilmos Gallo pour la Hongrie et Kirill Polokhov pour le Kazakhstan.

Commentaires d’après-match

Rich Chernomaz (entraîneur de la Hongrie) : « C’était un match sans enjeu, mais je suis content de la combativité des gars. Nous aurions pu égaliser mais le gardien adverse a été excellent. Quand on regarde l’effectif, on voit trois ou quatre nouveaux, parce que notre meilleur défenseur offensif, notre capitaine Márton Vas, a pris sa retraite internationale, que Balázs Sebők était occupé en club [avec KalPa dans les play-offs finlandais], que Gergő Nagy était blessé et qu’István Sofron n’a pas pu venir non plus. Le résultat est bien sûr un échec. Nous avons eu une chance de gagner à chaque match. La division était équilibrée. Dans ce cas, ce sont l’efficacité offensive et les unités spéciales qui décident, et nous n’avons pas été performants dans ces secteurs. C’est au premier match que nous avons marqué le plus de buts, mais c’était dû à la grosse pression que subissait l’équipe d’Ukraine à domicile. Nous allons dans la bonne direction. Nous n’avons pas réussi mais nous étions l’équipe la plus jeune. Il y a évidemment une corrélation. »

 

Hongrie – Kazakhstan 1-3 (1-2, 0-0, 0-1)
Vendredi 28 avril 2017 à 13h30 au Palais des sports de Kiev (UKR). 2323 spectateurs.
Arbitrage d’Andreas Harnebring (SUE) et Vladimir Pesina (TCH) assistés de Maxime Chaput (CAN) et Daniel Hynek (TCH).
Pénalités : Hongrie 8′ (2′, 4′, 2′), Kazakhstan 10′ (4′, 2′, 4′).
Tirs : Hongrie 32 (15, 10, 6), Kazakhstan 27 (10, 9, 8).

Évolution du score :
0-1 à 02’48 : Dallman assisté de Dawes et Boyd
0-2 à 10’25 : Mikhailis assisté de Sagadeev
1-2 à 17’34 : Sagert assisté de Gallo (sup. num.)
1-3 à 59’47 : Dawes assisté de Bochenski (cage vide)

Hongrie

Attaquants :
Vilmos Gallo (-1) – Andrew Sarauer (-1) – Csanad Erdely (-1, 2′)
Keegan Dansereau (-1, 2′) – Janos Hari (A, -1) – Daniel Koger (-1)
Karol Csanyi – Istvan Bartalis (C) – Istvan Terbocs (-1)
Balint Magosi (A, -2) – Krisztian Nagy (-1, 2′) – Andras Benk (-1)

Défenseurs :
Kalvin Sagert (-1) – Bence Sziranyi (-1)
Kevin Wehrs – Bence Stipsicz
Arnold Varga (-1, 2′) – Zsombor Garat (-1)

Gardien :
Miklos Rajna [sorti de 58’18 à 59’47]

Remplaçant : Bence Balizs (G). Non alignés : Balazs Goz, Janos Vas.

Kazakhstan

Attaquants :
Nigel Dawes (+2) – Dustin Boyd (+2) – Brandon Bochenski (C, +2)
Konstantin Pushkaryov – Martin Saint-Pierre – Nikita Mikhaïlis (+1)
Roman Starchenko – Anton Sagadeev (+1) – Vladimir Markelov
Maksim Khudyakov (2′) – Ivan Kuchin (+1) – Nikita Ivanov

Défenseurs :
Maksim Semyonov (A, +1, 2′) – Kevin Dallman (A, +1)
Roman Savchenko (+1, 4′) – Dmitri Stepanov
Kirill Polokhov (+1, 2′) – Aleksandr Lipin (+2)
Artemi Lakiza

Gardien :
Vitali Kolesnik

Remplaçants : Sergei Kudryavtsev (G), Kirill Panyukov.

Les commentaires sont fermés.