Une superstar à Montréal

401

Jeudi, le jour de la Journée internationale des droits des femmes, le club des Canadiennes de Montréal a annoncé une nouvelle qui a fait l’effet d’une bombe : le recrutement de Hilary Knight, superstar américaine du hockey qui débarque dans la Mecque du hockey. Un tour de force tant sportif que médiatique.

De Boston à Montréal

C’est bien plus qu’un simple joker que Montréal a récupéré pour tenter de conserver son titre en Canadian Women’s Hockey League (CWHL), l’un des deux circuits majeurs du hockey féminin avec la National Women’s Hockey League (NWHL). Hilary Knight, attaquante athlétique et redoutable, est une personnalité majeure du hockey féminin, et du hockey tout court. Meg Hewings, Directrice Générale des Canadiennes de Montréal, ne cachait pas sa satisfaction en conférence de presse : « Hilary Knight est l’une des meilleures joueuses de hockey au monde, et une championne parmi toutes les athlètes féminines à travers le monde. Nous sommes excitées de l’accueillir dans notre équipe, qui est un alignement de prestige, et de la faire évoluer dans un marché passionné de hockey. C’est une joueuse d’impact qui nous permettra de demeurer un club de renommée internationale.« 

Boston / Montréal, la rivalité entretenue depuis des lustres par les Bruins et les Canadiens en NHL ne laisse personne indifférent au nord-est du continent américain. Alors une joueuse qui quitte Boston, où elle avait pris racine ces dernières années, pour Montréal, c’est un événement. Knight justifiait son choix ainsi : « Je suis très excitée par cette opportunité de retrouver la glace et de jouer à Montréal devant les fans des « Fabs« . C’est toujours un honneur de promouvoir le hockey féminin, et mon objectif est d’aider Montréal à défendre leur titre de champions de la Coupe Clarkson.« 

Une surdouée du hockey

Hilary Knight est née en Californie mais, à 5 ans, elle déménage avec sa famille à Chicago, où elle débutera rapidement le hockey. La Californienne rejoindra ensuite l’Université du Wisconsin où elle laissera un souvenir impérissable. 143 buts en quatre saisons NCAA avec les Badgers : aucune joueuse, ni aucun joueur de « UW » n’a fait mieux, le record est encore d’actualité et semble totalement hors de portée. Hormis ces statistiques individuelles impressionnantes, Knight a mené l’Université du Wisconsin à deux titres NCAA.

L’ouverture des portes de l’équipe nationale ne sera qu’une formalité, Knight a débuté sous le maillot des États-Unis à 17 ans. Elle gagnera sa première médaille, en argent, aux Mondiaux 2007. Au total, elle a disputé neuf championnats du monde conclus de sept médailles d’or pour deux d’argent. Et elle a donc remporté son premier titre olympique à PyeongChang le mois dernier. En 60 matchs, Mondiaux et JO, l’attaquante de 28 ans totalise 42 buts et 38 passes, soit 80 points. Dont ce but en or ci-dessous en finale des Championnats du monde 2017 face aux rivales canadiennes.

Après l’Université du Wisconsin, la star du hockey US est restée cinq ans à Boston, en CWHL puis en NWHL. En trois saisons avec les Boston Blades, elle a remporté deux Coupes Clarkson, compilant 80 points (39 buts, 41 assistances) en 52 matchs CWHL, saison régulière et playoffs. Elle fut d’ailleurs la première joueuse américaine nommée « MVP » en CWHL, en 2013. A ses deux Coupes Clarkson, elle a ajouté en 2016 une Coupe Isobel, le titre suprême en NWHL, avec le Boston Pride, équipe avec laquelle elle a comptabilisé 62 points en 33 rencontres.

Un emblème du hockey féminin

Ses titres s’entassant et ses performances subjuguant, elle a gagné une incroyable popularité à travers le milieu du hockey. En octobre 2014, elle avait participé à un entraînement NHL avec les Ducks d’Anaheim. Une chance qu’elle reconnaissait auprès de Sports Illustrated : « Je suis simplement ce genre de femmes qui aiment tout simplement pousser les barrières. Je sais que j’ai le calibre et la stature nécessaires pour me fondre dans le peau de certains gars. C’est la chance d’une vie de venir ici et de patiner avec eux.« 

Le 27 janvier dernier, Hilary Knight était l’invitée du All Star Game NHL lors du concours d’habilité. La précision et la vitesse de ses tirs ont particulièrement impressionné le public de Tampa, la Californienne a terminé troisième devant un certain Sidney Crosby.

Talentueuse, charismatique, prestigieuse, populaire, et aussi ultra-connectée, Hilary Knight est un renfort de luxe, sportivement et médiatiquement, pour les Canadiennes mais aussi pour la ligue canadienne, qui doit s’accommoder d’un antagonisme dans le hockey féminin nord-américain avec la National Women’s Hockey League (NWHL). Bien des joueuses militent d’ailleurs pour une seule et même ligue féminine, dont une autre hockeyeuse très populaire, Amanda Kessel, qui souhaiterait voir une ligue unique de 8 à 10 clubs.

Toujours sous le feu des critiques en raison de l’absence des joueurs NHL aux derniers JO de PyeongChang, Gary Bettman a glissé des propos intéressants concernant le hockey féminin. Cette semaine, le  Commissaire de la NHL a annoncé à CBC qu’il laissait une porte ouverte pour la création d’une seule et même ligue féminine majeure : « Nous allons voir comment tout cela va tourner. Si ces deux ligues n’existaient pas, nous aurions probablement lancé notre propre ligue féminine en travaillant avec nos clubs existants. Il n’y a pas assez de talents pour trois ligues en ce moment et nous ne cherchons pas à entrer dans une compétition avec les deux ligues féminines existantes. Mais, si à un moment donné, elles veulent toutes deux travailler avec nous vers des recoins qui ne sont pas encore exploités, nous sommes ouverts aux propositions. » Bettman est donc intéressé par la croissance du hockey féminin. Rappelons toutefois qu’il existe des accords entre des équipes NHL et des équipes féminines. Les Canadiennes sont par exemple affiliées aux Canadiens de Montréal.

Un renfort de choix

En attendant davantage d’avancée pour une éventuelle mutualisation de la CWHL et la NWHL, les playoffs approchent. Et le joker Hilary Knight tombe à pic. Les « Fabs » savent déjà qu’elles ne pourront pas compter sur leurs trois olympiennes canadiennes. La capitaine Marie-Philip Poulin et la MVP des JO 2018 Mélodie Daoust ont annoncé qu’elles ne reviendraient pas pour le restant de la saison. Il est vrai que la longue préparation pour les Jeux olympiques des Canadiennes et des Américaines, plus de six mois au total, sollicite beaucoup les joueuses, dont la majorité décident de finir leur saison au lendemain du tournoi olympique.

Une signature à cette date, pour une joueuse de ce calibre, est donc d’autant plus surprenante, surtout que les autres joueuses de la sélection américaine préfèrent prêter allégeance à la NWHL, pour celles qui auraient fini leur cursus universitaire.

En tout cas, les Canadiennes de Montréal, co-leaders de la CWHL avec le Kunlun Red Star, peuvent se frotter les mains à l’approche des playoffs. Le match de dimanche contre Calgary, le premier de Knight avec les « Fabs », sera le dernier de la saison régulière. Son arrivée a de quoi réjouir également les deux Françaises qui évoluent avec les Canadiennes. Depuis la rentrée 2017, Lore Baudrit effectue sa première saison en CWHL où elle a rejoint sa complice Marion Allemoz, actuel capitaine de l’équipe de France. Après « une saison découverte » du très haut niveau, Allemoz s’est totalement imposée dans l’effectif des « Fabs » avec 13 points (4 buts, 9 assistances) en 26 matchs. D’ailleurs, en fin d’année 2017, la Savoyarde de 28 ans avait connu une séquence de 9 points en 5 matchs. Le 6 janvier, Marion Allemoz avait même inscrit le tir au but décisif face à Calgary.

La venue de Knight est une aubaine, ce que nous confirme Lore Baudrit : « Hilary Knight est une joueuse incroyable, qui fait partie des meilleures joueuses au monde, elle peut faire basculer une rencontre, donc ce sera un gros atout pour nous à l’approche des séries. Elle est maintenant une de mes coéquipières, et c’est une belle opportunité pour moi de côtoyer une récente championne olympique. » Les Bleues pourront donc bénéficier des conseils avisés d’une coéquipière de luxe, fraîchement championne olympique.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :