Tours s’impose sans forcer

Raphaël Garnier (Tours) - photo de Jean-François Battaglini
295

Après avoir fait tomber le leader Neuilly chez lui, Tours remet le couvert à domicile face à la lanterne rouge, Chambéry.

Un début poussif

On ne joue que depuis douze secondes que le capitaine chambérien Roehl laisse ses coéquipiers à un de moins, pour un faire trébucher en entrée de zone. Le pressing de Joanette gêne quelque peu l’avance tourangelle. L’installation est laborieuse. Il y a tout de même des essais dangereux de Mugnier, Bourgaut et Honka. La pénalité est tuée mais la possession ne change pas de camp.

Sur une rare incursion chambérienne, Roehl est pris en sandwich par deux Tourangeaux dans un contact spectaculaire. Altidor concède deux minutes dans l’affaire. La défense bleue, bien en place, empêche l’installation adverse mais se fait surprendre à quelques secondes du terme, sur un tir de la bleue flottant en hauteur de Moravcik à travers le trafic, dévié par Roehl – les officiels validant le but, estimant que la crosse était à la hauteur légale (0-1). Coup de froid sur les Remparts.

Chambéry prend confiance et s’octroie une occasion de Munoz, seul devant le gardien après une série de contres favorables. Le score a le mérite d’ouvrir le jeu : Tours part à l’abordage et laisse quelques espaces en contre aux Éléphants.

Raphaël Garnier (Tours) – photo de Jean-François Battaglini

Tours frôle l’ouverture du score lorsque Downey dévie un tir de Nechala. Le palet percute le poteau, Downey lève les bras mais le palet échappe à la ligne de but et est dégagé à temps. Ce manque de réussite aurait pu coûter cher dans la continuité, où, sur un changement de ligne hasardeux des Remparts, Franzini se retrouve seul devant Garnier pour une déviation et un rebond. Le portier local ne tremble pas.

Un cinglage de Nechala place Chambéry en supériorité, avec l’opportunité de faire planer le doute. McSween expédie d’entrée un joli slap de la bleue, mal maîtrisé par le gardien, et dégagé par sa défense. Samson tente pour sa part un slalom, bloqué par Garnier. Il y a le feu sur la présence suivante, où Lavrov et Joanette, près du poteau, sont tout près de creuser l’écart.

Tours s’en sort et reprend le chemin de la défense adverse, avec quelques combinaisons de passe risquées. Sur un centre de Downey, Durand est victime d’une crosse haute et décroche une supériorité en faveur des Remparts. Après une entrée en zone tout en vitesse de Downey, les Tourangeaux s’installent. Leveillé entre en piste et son tir de la bleue transperce la défense et le gardien (1-1).

Une joie de courte durée : un palet perdu en entrée de zone offre à Joanette une passe en profondeur, déviée… et cela aide à devenir une passe parfaite pour Lavrov. En échappée, le vétéran gagne son duel (1-2).

L’égalisation ne tarde pas. Chambéry récupère et tente de relancer, mais se fait contrer à la bleue par Kolodziejczik. Torres récupère et sert Mugnier, qui perfore la défense d’un slalom magnifique, avant de tromper Patrick Spano en hauteur (2-2).

À une minute de la pause, Jakub Hierman est puni pour une charge sur Crosnier. Leveillé, servi au cercle gauche, expédie une volée en force, qui trouve la cible face à un gardien en retard sur son déplacement latéral (3-2). Tours prend donc l’avantage sur le fil, et mène au retour au vestiaire.

Tours accélère

Dès la reprise, une percée de Mugnier crée la panique dans le slot. Downey ne parvient pas à reprendre dans une cage ouverte. L’action se poursuit avec un gardien aux abois. Tours rate le coche sur cette action, et la cage est dessoclée volontairement : retard de jeu contre Spano, et supériorité tourangelle. Une cage qui bouge encore dès la première combinaison des Remparts…

Tours choisit alors la simplicité. Honka remonte le palet et écarte à gauche vers Kolodziejczik, qui déborde sans opposition le long de la bande et centre dans le slot. Fomin y devance la défense et dévie au fond (4-2).

Chambéry décline mentalement et physiquement. Junnila commet un cinglage et le jeu de puissance des Remparts revient en jeu. Tours combine bien et Spano réalise un double arrêt de près au point d’en perdre son masque. Au retour à cinq-contre-cinq, l’enclave prend feu. Leveillé échoue sur le gardien, et le palet échappe au bout de la crosse de plusieurs joueurs… Crosnier enchaîne avec un tir dans l’axe, servi par Fomin, et le compteur de tirs grimpe. Sur l’engagement suivant, il est servi en bonne position mais son tir est trop croisé.

Tours déroule : un beau mouvement de gauche à droite finit sur Kolodziejczik, pour une mitaine de Spano. La vitesse de Downey met la défense au supplice : Altidor est à un souffle de reprendre au deuxième poteau.

Ce jeu vers l’avant, trop enthousiaste, donne parfois des prises de risques inutiles. Une relance bloquée à la bleue remet le palet sur Junnila, tout seul devant Garnier. Le portier tourangeau ne mord pas à la feinte et s’impose de la botte.

Une percée d’Altidor pousse Samson à la faute. Vingt secondes plus tard, Fomin se mue en sniper avec un maître-tir au cercle droit, en pleine lucarne (5-2). Un festival Fomin, tant le Finlandais secoue la défense dans tous les sens dès la présence suivante. Mugnier est tout aussi intenable et provoque une nouvelle faute chambérienne, de Junnila. Bourgaut, dans le slot, se heurte à Spano, et les Éléphants survivent à cette nouvelle infériorité. 5-2 après deux périodes : Tours est passé à la vitesse supérieure, et Chambéry a bien du mal à suivre.

Un certain manque de réalisme

La reprise est un peu poussive côté tourangeau, et il faut attendre deux minutes pour une incursion offensive. Fomin, très en jambes, provoque une obstruction de Lavrov. Déjà buteurs à quatre reprises ce soir en avantage numérique, les Remparts insistent avec une lourde frappe d’Altidor, avec Mugnier en écran. La pénalité est tuée mais Tours reste en zone offensive et Fomin, excentré, manque une cage ouverte.

L’écart de niveau reste évident. Joanette se rend coupable d’une crosse haute dans la neutre, et la pression s’accentue. Kolodziejczik échoue de près sur un rebond, pour la seule chance de l’avantage. Nouvelle occasion en supériorité pour une pénalité sévère contre Hierman, au duel avec Bourgaut. Le jeu de puissance touche le poteau gauche sur un tir de Downey. Les autres tirs manquent le cadre et Chambéry revient au complet, avec une contre-attaque de Joanette, que Garnier capte de la mitaine. Ce sera l’un des rares tirs de Chambéry dans ce tiers.

Le rythme a baissé. Les occasions demeurent à sens unique : Tours domine, à sa main. Une interception de Downey décale Altidor, pour un centre vers Crosnier auprès du but. Spano sauve de justesse. Joanette commet ensuite un retenir : nouvel avantage numérique. Munoz récupère et déboule en contre, son tir percutant l’extérieur du poteau. Tours n’est plus trop dedans et se montre bien trop imprécis. L’ultime accélération de Bourgaut et Kolodziejczik se heurte aux jambières de Spano. Il reste une poignée de secondes, avec une nouvelle pénalité chambérienne, contre McSween.

Victoire logique de Tours, qui n’aura joué à fond que le deuxième tiers. Bien suffisant contre une équipe de Chambéry au banc bien trop réduit pour ne pas être usée physiquement par la vitesse adverse. L’indiscipline en fut la conséquence logique et n’a évidemment rien arrangé.

Commentaires d’après-match :

Rodolphe Garnier (entraîneur de Tours) : « On commence par un prendre un but en infériorité, derrière on a couru après le score, on égalise… On a commencé de travers et cela nous a mis dans le trou pendant vingt minutes. On fait la différence sur les jeux de puissance. L’arbitrage n’a pas aidé à la fluidité : d’avoir autant de pénalités engendre forcément un faux rythme, ça nous dessert en nous enlevant la possibilité de jouer notre jeu avec vitesse. On avait oublié les bases du hockey. Chambéry est venu travailler fort, et nous on a été un poil hautains au début, on a pas fait les efforts nécessaires pour les laisser derrière nous. Notre chance c’est que la supériorité a bien fonctionné. Il y a eu une petite mise au point entre les deux périodes, les joueurs ont compris le message. J’aimerai que l’on soit plus réactif en début de match pour ne pas avoir ce genre de situation.
À la fin du match, il n’y a pas une explosion de joie car les joueurs eux-mêmes ne sont pas satisfaits. Cela engendre de la frustration car on aurait voulu mieux faire, mieux se préparer et prendre plus de plaisir. Les joueurs eux-mêmes méritaient de prendre plus de plaisir après les semaines d’entrainement qu’ils font. J’espère que cela va nous servir de leçon. Nous sortions d’un match compliqué contre Nantes et je voulais qu’ils fassent une belle prestation, avec de l’engagement, du plaisir. Je n’ai pas eu ce ressenti à la fin, mais on commence à devenir exigeant par rapport à notre jeu ! Satisfait du résultat, il y a trois points à domicile. Mais on prépare des choses, et il y a de l’ambition par rapport à ce que l’on peut travailler dans la semaine et on souhaite viser encore plus haut. On a un beau groupe, tout le monde a joué aujourd’hui. Un groupe homogène, avec des joueurs qui bossent. On fait notre saison et on comptera les points à la fin. Cergy sera un gros rendez-vous. »

 

Tours – Chambéry 5-2 (3-2, 2-0, 0-0)
Samedi 10 novembre 2018, 20h30. Patinoire municipale de Tours. 1220 spectateurs.
Arbitrage de Adrien Popa assisté de Tom Léonard et Thomas Honoré.
Pénalités : Tours 4′ (4′, 0′, 0′), Chambéry 20′ (6′, 4′, 10′)
Tirs : Tours 61 (20, 18, 23), Chambéry 26 (13, 7, 6)

Récapitulatif du score
0-1 à 05’30 : Roehl assisté de Moravcik et Joanette (sup. num.)
1-1 à 16’20 : Leveillé assisté de Fomin et Nechala (sup. num.)
1-2 à 16’49 : Lavrov assisté de Joanette et Junnila
2-2 à 17’53 : Mugnier assisté de Torres et Kolodziejczik
3-2 à 19’17 : Leveillé assisté de Honka et Fomin (sup. num.)
4-2 à 21’48 : Fomin assisté de Kolodziejczik et Honka (sup. num.)
5-2 à 35’12 : Fomin assisté de Honka et Leveillé (sup. num.)

Tours

Attaquants :
Colin Downey – Kevin Altidor (A) – Alexis Crosnier
Bryan Kolodziejczik (A) – Karl Leveillé – Peter Bourgaut (C)
Jordan Mugnier – Antoine Torres – Henri Fomin
David Camy-Sarty – Timothée Franck
Yoann Coubret

Défenseurs :
Aleksi Honka – Camil Durand
Tomas Nechala – Michal Pichnarcik
Maxime Ritz – Gasper Susanj
Maxime Martin

Gardien :
Raphaël Garnier

Remplaçant : Jean-Philippe Fontaine (G).

Chambéry

Attaquants :
Dmitri Lavrov – Jonathan Joanette – Iiro Junnila
Derek Roehl – Julien Munoz – Maxence Leroux
Romain Broyer – Justin Samson – Marto Cardinal
Tanguy Franzini – Gaétan Villiot

Défenseurs :
Jakub Hierman – Gabriel Caratini
Clément Guennelon – Matej Moravcik
Romain Sadoine – Guillaume McSween

Gardien :
Patrick Spano

Remplaçant : Steven Catelin (G)

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :