La Suisse satisfaite de ses nouveaux venus

98

La Suisse est contente d’avoir battu des adversaires plus expérimentés (Slovaquie et Allemagne) avec une équipe de 24 ans de moyenne d’âge. Elle alignait en effet cinq débutants, dont la révélation du début de saison Jérôme Bachofner, étonnant meilleur marqueur de Zurich. Pour son dernier match, elle affronte cependant une autre jeune équipe, puisqu’il s’agit de la Russie « olympique ». Les Suisses n’avaient pas encore affronté cette sélection B recréée il y a six ans, mais ils devraient être amenés à la croiser plus souvent.

Comme les deux équipes ont 5 points, le vainqueur de ce match remportera la Deutschland Cup. Mais la Suisse a le désavantage de ne pas pouvoir aligner quatre lignes. Elle a en effet eu quelques petits blessés, et il était prévu que les Zougois Lino Martschini et Dario Simion soient reposés pour ce dernier match, sinon ils auraient joué quatre fois en six jours avec la CHL.

La Nati, à la recherche de la relève des « vieux » Berra et Genoni dans les cages (31 ans), a aligné trois jeunes gardiens différents en trois rencontres. C’est au tour de Gilles Senn de prendre place dans les cages. Il était le troisième gardien au dernier Mondial et a reçu une médaille d’argent, mais a été désavoué par son club de Davos pour n’avoir pas prolongé son contrat parce qu’il rêve de NHL. Il est rarement entré en jeu cette saison, et les rares fois où il est apparu, il a accumulé les plus mauvaises statistiques de la ligue suisse. Autant dire que sa sélection s’interprète comme une marque de confiance importante dans une période de doute pour lr gardien de 22 ans.

Le match ne commence pas de la meilleure de manière pour lui. Christoph Bertschy part en prison après 34 secondes pour une charge avec le genou, et en avantage numérique, Daniil Ilyin dévie un tir lointain de Rushan Rashikov juste devant la cage. Mais la Suisse convertira elle aussi la première pénalité russe, un cinglage de Svetlakov : le défenseur Roger Karrer s’impose dans le slot pour prendre un rebond et marquer son premier but international. Lorsque Pavel Padakin se fait retenir sur une échappée, les Russes obtiennent un tir de pénalité, mais Senn prend le meilleur sur Konstantin Okulov. Et deux minutes et demie plus tard, c’est la Nati qui prend l’avantage. Samuel Kreis passe la ligne bleue et laisse le palet à Christoph Bertschy, qui marque d’un tir puissant en lucarne. Pour lui aussi, c’est son premier but en équipe nationale, et en l’ajoutant à ses quatre assists, cela en fait le meilleur marqueur du tournoi !

La Suisse commence le deuxième tiers-temps à 3 contre 5, et se sort de cette situation. Le jeu devient plus rude, et les arbitres sévissent après la mi-match. Fabien Heldner est expulsé pour une charge à la tête sur Svetlakov, mais Padakin est lui aussi expulsé pour avoir provoqué une bagarre. La Russie n’a plus quatre lignes complètes, mais la Nati tourne maintenant à cinq défenseurs. Lorsque le jeu reprend, le palet file de crosse en crosse et Artyom Zemchyonok se retrouve seul face à la cage, où il bat Senn entre les jambière et égalise.

La troisième période reprend encore sur un jeu de puissance russe, mais Senn signe un arrêt décisif face à un solo de Nikolaï Prokhorkin. Cela ne fait que retarder l’échéance de trois minutes. Damien Riat pénalisé pour crosse haute, Roman Abrosimov marque de la ligne bleue. Et lorsque Riat retourne en prison pour un cinglage alors que son équipe jouait en supériorité numérique, la Russie ne met que cinq secondes à marquer à 4 contre 4, sur un rebond de Dmitri Yudin (4-2).

Le week-end aura donc été parfait pour les Russes, vainqueurs sur tous les tableaux : la « grande » Sbornaïa a remporté le tournoi Karjala face aux grandes nations, et sa petite sœur a battu les autres équipes européennes qui comptent à la Deutschland Cup, qu’elle remporte pour la seconde année consécutive.

Commentaires d’après-match

Patrick Fischer (entraîneur de la Suisse) : « Nous aurions bien voulu gagner ; je l’aurais souhaité pour les joueurs, ils ont travaillé fort toute la semaine, ils ont bien joué jeudi et hier. Nous avons eu 6 occasions de but à 1 contre la Russie et nous avons chuté. Ce qui me plaît, c’est que nous essayons de jouer vite, que les défenseurs sortent bien. Offensivement, les joueurs vont sans peur dans les duels, notamment la ligne de Rod et Bertschy qui a pris les rênes. Nous avons en tête le rôle que chacun pourrait jouer à un championnat du monde, par exemple Bertschy avec Rod. C’est l’idée que nous cherchons à vérifier. Tactiquement, nous sommes bons. Les joueurs se sont très bien adaptés. Il y a des gagnants et des perdants. Martschini peut décider d’un match, il est plus souvent dans le slot sur les rebonds. Dario Simion a eu un très bon tournoi, il avait de la confiance et était très présent en powerplay. Il y a des joueurs qui n’avaient jamais joué à ce niveau et qui ont été très bons. Bachofner avait une très bonne intensité, il est rapide au forecheck, mordant dans les duels, et il prend de bonnes décisions avec le palet. À Zurich il s’impose dans un effectif très fort, cela parle pour lui. En défense, Glauser a su jouer avec sérénité sous la pression, et il est fort physiquement. Quant à Karrer, j’aime sa façon de jouer, il cherche à trouver des solutions en zone défensive. »

 

Suisse – Russie olympique 2-4 (2-1, 0-1, 0-2)
Dimanche 11 novembre 2018 à 11h00 au Königpalast de Krefeld. 3665 spectateurs.
Arbitrage de Stefan Bauer et Andre Schrader (ALL) assistés de Jakub Klima et Patrick Laguzov (ALL).
Pénalités : Suisse 41′ (6′, 6’+5’+20′, 4′) ; Russie B 45′ (2′, 4’+10’+5’+20′, 4′).
Tirs : Suisse 20 (9, 5, 6) ; Russie B 33 (14, 8, 11).

Évolution du score :
0-1 à 02’11 : Ilyin assisté de Rafikov et Kayumov (sup. num.)
1-1 à 11’54 : Karrer assisté de Riat et Kreis (sup. num.)
2-1 à 17’05 : Bertschy assisté de Kreis
2-2 à 31’16 : Zemchyonok assisté de Tkachyov
2-3 à 43’20 : Abrosimov assisté Chibisov et Prokhorkin
2-4 à 51’38 : Yudin assisté de Prokhorkin et Rafikov

Suisse

Attaquants :
Inti Pestoni (-1) – Jason Fuchs (-1) – Damien Riat (-1, 6′)
Christoph Bertschy (+1, 2′) – Noah Rod (C, 4′) – Jérôme Bachofner
Yannick Herren – Tanner Richard – Killian Mottet
Yannick-Lennart Albrecht, Marco Miranda

Défenseurs :
Roger Karrer (-1) – Lukas Frick (-1)
Samuel Kreis (2′) – Andrea Glauser (2′)
Claude-Curdin Paschoud – Fabian Heldner (5’+20′)

Gardien :
Gilles Senn [sorti à 58’26]

Remplaçant : Lukas Flüeler (G). En réserve : Gauthier Descloux (G), Michael Fora (adducteurs), Christian Marti (légèrement blessé), Samuel Walser (légèrement blessé), Lino Martschini (au repos), Dario Simion (au repos).

Russie B

Attaquants :
Vladimir Tkachyov (2′) – Nikolai Prokhorkin (+1) – Andrei Chibisov (+1)
Pavel Padakin (5’+20′) – Andrei Svetlakov (2′) – Konstantin Okulov
Maksim Kazakov – Daniil Ilyin (2’+10′) – Artur Kayumov (2′)
Mikhaïl Maltsev – Nikita Mikhaïlov – Artyom Manukyan (2′)

Défenseurs :
Roman Abrosimov (+1) – Artyom Zemchyonok (+1)
Nikolaï Demidov (-1) – Igor Isayev (-1)
Dmitry Yudin (+1) – Rushan Rafikov (+1)
Damir Sharipzyanov – Andrei Ermakov

Gardien :
Igor Bobkov

Remplaçant : Vasily Demchenko (G). En réserve : Roman Rukavishnikov, Aleksei Kruchinin, Denis Alekseev.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :