Les Tchèques reconnaissent ne pas être au niveau

111

Ce match oppose les deux perdants de la première journée, qui n’ont toutefois pas rougi de leur première performance. Les Finlandais ont buté sur une bonne équipe de Russie mais ont souvent fait le jeu. Les Tchèques ont échoué de peu contre la Suède dans le match délocalisé à Prague.

Deux Tchèques sont restés au pays et n’ont pas fait le voyage en Finlande. Le défenseur Vojtěch Mozík a des douleurs récurrentes au dos, et le gardien Jakub Kovář souffre d’une inflammation d’un os du pied gauche. Il est sous antibiotiques et porte des béquilles. Le nouveau sélectionneur tchèque Miloš Říha n’a gardé que sa première ligne Sekáč-Nestrašil-Kubalík et a modifié tout le reste. Deux joueurs font leurs grands débuts en équipe nationale : Jan Štencel, défenseur de Brno, et Radovan Pavlík, attaquant de Hradec Králové. Mais dans le camp finlandais, ce sont carrément quatre attaquants, remplaçants ou réservistes jeudi, qui vivent leur premier match : Arttu Ruotsalainen, Ville Leskinen, Teemu Turunen et Juhani Tyrväinen.

La rencontre débute avec 25 minutes de retard en raison d’une longue cérémonie pour hisser le maillot de l’ancien joueur Kimmo Timonen, qui reçoit un bel hommage des 11350 spectateurs. Les Finlandais semblent mieux gérer cette attente qui laisse les équipes refroidies. Après seulement une minute, un lancer de la ligne bleue de Teemu Kivihalme – Américain de naissance qui a choisi le pays de ses ancêtres mais parle encore assez mal le finnois – fait résonner le poteau.

La Finlande est l’équipe la plus active, et concrétise après douze minutes. Pour ses débuts en équipe nationale, Arttu Ruotsalainen, bien trouvé par Harri Pesonen, marque entre les jambières de Bartošák. Une grosse erreur de l’équipe locale en supériorité numérique permet à Robert Kousal de s’échapper : son premier tir échoue sur le gardien Vehviläinen et le second manque le cadre.

Hormis cette occasion offerte, la République tchèque peine à se procurer des munitions offensives. Bartošák ne capte pas le tir de Pesonen, et le défenseur Jakub Krejčík ne voit pas Joonas Nättinen derrière lui qui n’a plus qu’à conclure dans la cage ouverte. Krejčík commet une seconde erreur coupable en perdant le palet en zone neutre, les Finlandais partent en surnombre et Sakari Manninen inscrit le 3-0.

Les Tchèques cherchent au moins à sauver l’honneur, mais Veini Vehviläinen préserve aisément son blanchissage. Ils ne sont jamais vraiment arrivés à engendrer la moindre pression face à une défense finlandaise très efficace. Ils vont terminer à la dernière place du tournoi, que la Russie est sûre de remporter avant même la dernière journée. De quoi se poser des questions pour Říha, qui fait déjà le constat du retard pris par son équipe…

Désignés joueurs du match : Sakari Manninen pour la Finlande et Petr Zámorský pour la Tchéquie.

Commentaires d’après-match

Miloš Říha (entraîneur de la Tchéquie) : « Les Finlandais nous ont surpris. Ils ont poussé dans cette ambiance et nous avons été incapables de réagir. Ils étaient meilleurs en tout, dans le patinage, dans les combinaisons. Je dois dire qu’ils ont une défense beaucoup plus sophistiquée. Nous n’avons pas suivi les consignes au deuxième tiers. Nous ne voulions pas faire comme contre les Suédois et avoir trois joueurs trop haut, mais les gars ont voulu croire qu’ils auraient des palets comme à Prague, alors que les Finlandais ont très bien joué. Le gardien mérite des compliments, nous avons amené les buts nous-mêmes. Sinon, les défenseurs d’Extraliga ont bien joué. Et les attaquants ? Difficile de citer un nom, nous avons eu une seule occasion… Ces équipes sont un peu plus loin que nous. Nous devons nous rapprocher, par le travail et pas en renonçant. Mais il faut reconnaître leurs qualités, que ce soient les Suédois, les Finlandais ou les Russes. »

 

Finlande – Tchéquie 3-0 (1-0, 2-0, 0-0)
Samedi 10 novembre 2018 à 17h30 à la Hartwall Areena de Helsinki. 11350 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Holm et Mikael Nord (SUE) assistés de Samuli Niskanen et Niko Jusi (FIN).
Pénalités : Finlande 6′ (0′, 4′, 4′) ; Tchéquie 6′ (4′, 0′, 2′).
Tirs : Finlande 26 (13, 8, 5) ; Tchéquie 18 (8, 7, 3).

Évolution du score :
1-0 à 12’24 : Ruotsalainen assisté de Pesonen et Kivihalme
2-0 à 26’28 : Nättinen
3-0 à 32’16 : Manninen

Finlande

Attaquants :
Sakari Manninen (A, +1) – Miro Aaltonen – Teemu Hartikainen (+1)
Harri Pesonen (+1) – Arttu Ruotsalainen (+1) – Ville Leskinen (+1)
Toni Rajala – Oula Palve (+1, 2′) – Iiro Pakarinen (A)
Teemu Turunen (+1) – Juhani Tyrväinen (+1) – Joonas Nättinen (+1)

Défenseurs :
Veli-Matti Vittasmäki – Teemu Eronen (+1)
Teemu Kivihalme (+1, 2′) – Jani Hakanpää (+1)
Atte Ohtamaa (C) – Ville Pokka
Mikko Lehtonen (+2) – Petteri Lindbohm (+1, 2′)

Gardien :
Veini Vehviläinen

Remplaçant : Juha Metsola (G). En réserve : Miika Koivisto, Marko Anttila, Mika Niemi, Mikkel Ruohomaa, Juuso Puustinen.

Tchéquie

Attaquants :
Jiří Sekáč – Andrej Nestrašil – Dominik Kubalík
David Tomášek – Robert Kousal – Hynek Zohorna
Radovan Pavlík (-2) – Robin Hanzl (-2) – Michal Řepík (A, -1)
Patrik Zdráhal (-1, 2′) – Roman Horák (-1) – Radan Lenc (-2)

Défenseurs :
Jakub Nakládal (C, 2′) – Jan Kolář (A)
Jakub Krejčík (-2) – Milan Doudera (-2, 2′)
David Musil (-1) – Petr Zámorský (-1)
Michal Jordán – Jan Štencel

Gardien :
Patrik Bartošák

Remplaçants : Simon Hrubec (G), Radim Zohorna. En réserve : Rudolf Červený, Tomáš Vincour.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :