Les Bleues ouvrent leur saison au Canada

581

L’équipe de France féminine débute sa saison 2019-2020 en ce début de mois d’août par un stage à 7500 kilomètres de l’hexagone, un stage qui s’annonce particulièrement intense et forcément enrichissant.

Ces trois dernières années, Albertville était devenu le point de ralliement de l’équipe de France féminine pour lancer la nouvelle saison. Mais cette année, il y a entorse à la règle, avec une autre destination et non des moindres. Lors de cette première semaine d’août, les Bleues s’envolent vers Calgary pour y disputer cinq matchs, trois face à des sélections canadiennes avant de défier le Japon et la Russie U18.

Traverser l’Atlantique et rejoindre le Canada pour participer à un tournoi, c’est suffisamment rare pour être signalé, puisqu’il n’y a eu qu’un seul antécédent. C’était en 2012, les Françaises avaient rallié Montréal pour disputer une série de sept matchs (1 victoire, 6 défaites) contre des équipes québécoises, dont face aux deux grandes équipes montréalaises, les universitaires des Carabins et l’équipe « pro » des Stars (renommées ensuite « Canadiennes »).

C’est un bel honneur pour la France d’être conviée à ce tournoi alors que le Canada réalise une revue d’effectif à grande échelle, un « Summer Showcase » comme le nomme Hockey Canada, traduite en « vitrine estivale » par les Québécois. En marge de cette série de matchs, ce sont 89 joueuses de tout le pays qui ont été conviées à Calgary, 44 hockeyeuses U18, 45 hockeyeuses U22. Pour leur part, les Françaises affronteront le groupe U22 qui sera divisé en deux équipes, en plus d’une équipe U-Sports All-Star composée de pointures universitaires. L’objectif de toutes ces jeunes joueuses canadiennes, c’est d’être retenu pour voyager à Lake Placid et y disputer la série contre les États-Unis à partir du 14 août.

Autant dire que c’est un défi d’envergure qui attend la sélection tricolore entraînée par Grégory Tarlé, qui a démarré sa saison par des tests physiques à Chambéry. Mais ce début de saison relevé sera à l’image de l’exercice à venir, ce que nous a confirmé le manager de l’équipe de France Emmanuel Colliot : « Nous souhaitions jouer, dès cet été, un maximum de matchs (cinq sur ce tournoi) contre des équipes du calibre d’Élite mondiale. Les discussions ont été menées grâce à la collaboration que nous avons depuis plusieurs années avec l’équipe de direction de Team canada, notamment Gina Kingsbury. Ce niveau d’opposition nous permettra de préparer à la fois le projet de remonter dans l’élite mondiale mais aussi de gagner du temps pour la préparation pour le Tournoi de qualification olympique. »

Par rapport à l’effectif qui a évolué au dernier Championnat du monde d’Espoo, plusieurs jeunes joueuses ont été retenues pour ce stage qui s’annonce pointu : la gardienne Anaïs Aurard qui évolue sur le circuit universitaire américain ; en défense la Franco-canadienne Marie-Pierre Pélissou de Neuchâtel et Mia Väänänen qui évolue  depuis trois ans au Canada ;  les attaquantes Camille Coeuru et Julia Mesplede.

En 2019, les Bleues ont été reléguées à la suite du premier championnat du monde élite de leur histoire.

En 2020, à domicile (le lieu restant à déterminer), l’ambition sera de retourner illico en top division, avec toujours le rêve olympique en tête. Ce stage relevé est la première étape, histoire de se mettre de suite dans le grand bain.

Calendrier :
Lundi 5 août : Canada U22 – France
Mardi 6 août : France – Canada U22
Mercredi 7 août : Canada U-Sports – France
Vendredi 9 août : Japon – France
Samedi 10 août : France – Russie U18

Effectif convoqué :

Gardiennes :
Anaïs Aurard (St. Norbert College / USA), Caroline Baldin (Zurich / SUI), Caroline Lambert (Weinfelden / SUI).

Défenseures :
Gwendoline Gendarme (Neuchâtel / SUI), Raphaëlle Grenier (Lyon), Eloïse Juré (Université de Montréal / CAN), Athéna Locatelli (HIFK / FIN), Léa Parment (Evry-Viry), Marie-Pierre Pelissou (Neuchâtel / SUI), Mia Väänänen (Cegep Dawson / CAN), Léa Villiot (Briançon).

Attaquantes :
Marion Allemoz (MODO / SUE), Chloé Aurard (Northeastern University / USA), Lore Baudrit (MODO / SUE), Camille Coeuru (Chambéry), Margot Desvignes (Neuchâtel / SUI), Estelle Duvin (Université de Montréal / CAN), Lara Escudero (Lugano / SUI), Betty Jouanny (Leksand / SUE), Julia Mesplede (Bordeaux), Emmanuelle Passard (HIFK / FIN), Morgane Rihet (Chambéry), Clara Rozier (Morzine).

Remplaçantes : Margaux Mameri (G), Alexandra Harrison (D), Louanne Mermier (D), Lucie Quarto (D), Angelina Massot (A), Anaé Simon (A), Lucie Turcotte (A).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! AccepterEn savoir plus

mattis ante. venenatis, Nullam dolor quis