Tychy – Mannheim (CHL, groupe F, 2e journée)

141

Mannheim entame sa cinquième participation consécutive à la CHL. Le club du Bade Wurtemberg est une référence du hockey allemand avec 8 titres de champion accumulés depuis quarante ans. A contrario, sur la scène européenne, Mannheim n’a jamais réussi à atteindre le plus haut niveau. Concernant la CHL, les cinq participations n’ont abouti qu’à une qualification pour les 1/16e et pour les 1/8 de finale. La saison dernière, Mannheim a impressionné par sa puissance en championnat et son niveau de hockey. Munich n’a d’ailleurs pas pu résister en finale avec deux blanchissages de Dennis Endras et un record de DEL avec l’ouverture du score en 5 secondes de Plachta dans le match 3 !

Le groupe n’a que peu évolué et a compensé les départs de Chad Kolarik et Brendan Mikkelson (Salzbourg) sur le point qualitatif. Vers l’avant, les talents ne manquent pas et Mannheim pourra s’appuyer sur le sens du but de deux ex-NHLers Andrew Desjardins (57 points) et Ben Smith (49 points). Ensuite le danger peut provenir de partout, mais aussi par deux internationaux, le solide mais « limite » David Wolf (43 points) et Matthias Plachta (44 points). Au niveau de l’apport de points, Mannheim est allé chercher le Finlandais Jan Mikael Järvinen qui a placé 45 points avec Tappara Tampere. De plus sur la scène européenne, il a marqué 34 points en 28 matchs de CHL en carrière.

La construction du jeu et l’impact en zone offensive sont dévolues à plusieurs joueurs talentueux comme l’expérimenté Marcel Goc qui revient d’une saison blanche suite à une blessure. Tommi Huhtala apportera sa vision du jeu (34 points) associé au gros travailleur Brent Raedeke et au solide prospect croate Borna Rendulic qui arrive de KHL.

La défense est dynamique, intense et apporte beaucoup vers l’offensive avec le physique et très rapide Mark Katic (46 points), le très complet et grand patineur Lehtivuori (34 points et meilleur fiche à +22) ou l’international Sinan Akdag (29 points). L’arrière compte le renfort de l’Américain Chad Billins (21 points à Linköping). Les blocs sont très solides et puissants avec le « Big Bad » Denis Reul (193 cm et 112 kg), Thomas Larkin (196 cm et 103 kg) avec une fiche de +18, Bjorn Krupp et l’efficace mais plus modeste en gabarit Cody Lampl (+8 en saison).

À noter une pointe jeunesse talentueuse. Après le départ du phénomène Moritz Seider pour la NHL, restent tout de même Phil Hungerecker et Samuel Soramies. Tim Stützle vient de marquer son premier but au premier match de CHL à Vienne. Par contre, Markus Eisenschmid, « Mister Play-off », est blessé en ce début de saison.

Le célèbre ambassadeur du club Dennis Endras, qui n’a jamais eu de résultat en dessous de 90% depuis son entrée en DEL en 2008, est titulaire dans les cages ce soir, préféré à Johann Gustafsson qui a remporté trois fois la CHL au sein du Frölunda Göteborg.

Tout ce petit monde est dirigé sous la houlette du déterminé et gagneur Pavel Gross qui a démontré ses qualités pour amener l’équipe de Wolfsburg au plus haut niveau et vient de remporter le Graal allemand dés sa première saison à Mannheim. Les Adler ont le talent et les moyens de faire une belle campagne européenne et peut-être de s’immiscer parmi les meilleurs équipes du continent. Le coach a précisé que l’objectif était de bien s’y préparer pour avoir des résultats à la clé.

Le club, à la fin des années 90, par le biais de l’arrêt Bosman a recruté des joueurs français qui ont fait la gloire des Adler, Christian Pouget et Philippe Bozon. Ils ont ouvert la voie et pu donner sa chance à Denis Perez par la suite. Enfin le lock-out NHL de 2005 à permis à Cristo « the Wall » Huet d’évoluer une saison sous le maillot des aigles.

Mannheim, pour la 2e journée, se déplace en Pologne chez le double champion en titre Tychy. Là encore, le club a vu des internationaux français évoluer dans cette équipe avec Teddy Da Costa et Nicolas Besch. Le GKS Tychy est doté d’un gardien américain John Murray. La défense peut s’appuyer sur les internationaux Mateusz Bryk (22 points), Bartosz Ciura et Bartlomiej Pociecha (34 points), ainsi que le Slovaque Peter Novajovsky (28 points). Les principaux dangers offensifs tournent autour de l’Américain et naturalisé Mike Cichy (62 points), le Russe Gleb Klimenko (50 points) et ses 400 parties en KHL. L’équipe nationale fournit aussi le renfort de Filip Komorski (56 points). Enfin l’ex international Polonais Jaroslaw Rzeszutko (42 points) a été vu à Amiens en 2012 dans le groupe des Gothiques.

Mannheim arrive sur la glace du Stadion Zinowy en tant que solide favori et compte s’imposer pour engranger les points en voyage, comme les joueurs l’ont fait à Vienne (1-6). Tychy de son côté a essuyé une défaite contre Djurgården lors de la 1e journée (2-6).

Mannheim est « chaudement » accueilli par le kop de supporters allemands mais la patinoire polonaise est bondée et le public chaud bouillant ! La partie est déjà engagée et Reul envoie un bon tir de la bleue (1’46). Il sonne la charge et Mannheim envoie trois gros shoots successifs sur Murray. Le duo Raedeke / Plachta conclut avec un tir appuyé (4’10) mais déjà les Polonais réagissent, augmentent la pression et se projettent vite à l’avant. Komorski reprend un palet dans l’enclave qui rebondit sur l’épaule d’Endras. Il n’en fallait pas plus pour que le public augmente considérablement les chants assourdissants (6’10). Le jeu offensif des blancs provoque la faute et Lehtivuori part sur le banc des prisons. Tout en mouvement, Komorski parvient à tromper Endras sur un tir voilé pour conclure ce power-play (7’10 : 1-0).

Mannheim réagit et impose son jeu autour de la cage, mais sans trouver d’ouverture. Reul place un nouveau shoot dans le trafic, suivi de Lehtivuori, dont le tir est dévié de la crosse par Rendulic. But ! Non, l’arbitre siffle une crosse haute et annule ce but (10’23). Mannheim est gêné, les pénalités se succèdent. Akimoto envoie un palet vers la cage et Yafimenka reprend dans un angle fermé. Il faut le rapide déplacement d’Endras pour fermer la cage et dévier la rondelle (11’16). Ben Smith répond avec une belle interception sur Cichy mais, parti seul, il est repris en zone offensive par Szczechura et ne peut shooter. Les Polonais sont dans l’incapacité d’installer un jeu de puissance et c’est Mannheim qui trouve des débordements, par exemple avec le duo Järvinen/Bergmann. Par contre, lors du box-play suivant, Witecki s’échappe avec Stützle et Krämmer dans les patins. Il parvient à lever le palet qui va rebondir sur le casque du portier allemand. Mannheim n’est donc toujours pas à l’abri d’une aggravation du score. Quant à John Murray, il est bien en place et parvient à fermer les derniers espaces.

Tychy est parvenu à ouvrir le score, à dresser un rideau défensif solide et à jouer le contre. Malgré tout c’est Mannheim qui domine dans le jeu posé sur la glace.

En deuxième période, Mannheim reprend le jeu là où il en était et campe dans le camp adverse. Goc envoie une belle reprise sur Murray (23’18). Quelques combinaisons sont tentées avec Bergmann et Rendulic mais sans succès. Pire, le patinage des Polonais est incisif en contre attaque et Katic est obligé de retenir. Mannheim subit des pertes continuelles de palets à cause d’erreurs de contrôle. Billins est sous pression en zone défensive et perd encore la rondelle. Le repli défensif polonais engendre un blocage immédiat des offensives allemandes et Murray confirme toujours son bon niveau. Il tire le rideau !

Ce harcèlement permanent permet une interception et Szmatula fait un tour le cage pour le replacer sur la botte d’Endras (29’33). Le harcèlement des blancs continue sur le porteur du palet tandis que, en défense, Kogut sauve une action chaude devant ses buts (31’40). Les bleus sont tellement en difficultés pour traverser le rideau, que quatre hors-jeux successifs pénalisent les attaques allemandes. Mais Murray ne fait que repousser un lancer puissant au loin et la récupération permet de construire. Hungerecker conclut avec une reprise juste devant le portier américain (34’25 : 1-1).

Mannheim continue sur sa lancée ; après une bataille gagnée dans la bande, derrière la cage polonaise, Smith transmet à Stützle qui reprend avec rage la rondelle (36’13 : 1-2). Le débutant en senior de Mannheim, âgé de 17 ans et 7 mois, inscrit son 2e but en 2 matchs de CHL.

Rien n’est terminé car sur un nouveau power-play, les joueurs de Tychy se jettent à l’avant et Yafimenka envoie un long palet de la bleue offensive jusque dans le slot. Szmatula percute la rondelle depuis le second montant dans les cages (36’53 : 2-2). L’action s’est jouée à pleine vitesse et le public est en délire. Le tiers se termine sur ce score de parité. Les Polonais ont construit un dispositif défensif extrêmement efficace. Mannheim domine encore et toujours mais le tableau d’affichage ne reflète pas le nombre de tirs expédiés sur Murray.

La troisième période débute par une nouvelle supériorité des bleus. Tychy est certes obligé de faire des fautes pour affronter les attaques de Mannheim, mais dans les duels les palets sont gagnés par les blancs. Mannheim bute une nouvelle fois sur le penalty killing adverse. Au retour à cinq, le top scorer de Tychy tire en pivot. Endras fait le geste rapide pour dévier la rondelle (45’41).

Mannheim continue avec l’énergie car les tirs nombreux sont non cadrés ou bloqués par Murray. Sur une situation de 4 contre 4, les Polonais démontrent leur vivacité de patinage et provoquent la faute. On entre dans une série successives de pénalités. Mannheim parvient à sortir tous les pucks de sa zone quand soudain, Reul envoie une lourde charge avec la crosse sur son adversaire devant la cage allemande. Le tiers se termine dans cette confusion avec un bel essai de Plachta en powerplay, mais Murray a encore une mitaine incroyable pour stopper l’action (56’19). Une dernière cage totalement ouverte est nettoyée en urgence par les blancs (56’50). Tychy est encore dans le match !

C’est une véritable bataille de tranchée qui se termine avec le temps réglementaire. Mannheim a eu les pires difficultés pour s’imposer. Le GKS Tychy est tout simplement héroïque dans cette partie. La mort subite est lancée, Mroczkowski avance tout droit sur Endras pour lui adresser un tir. Arrêt propre et net du gardien natif de Bavière. Mais Matthias Plachta – fils de l’international polonais Jacek Plachta mais international allemand – va mettre tout le monde d’accord. Une action collective rapide de 2 contre 1 est déviée par les bottes de Murray. Le palet est récupéré et les défenseurs polonais sont pris de vitesse. Plachta contourne le gardien et place un revers astucieux à l’opposé. Le match est terminé (60’53 : 2-3). Murray est en rage !

Mannheim est tombé dans un piège hallucinant et il faut féliciter la continuelle détermination à jouer vers l’avant des Allemands. Mais les joueurs de Tychy ont été très solides pour tenir le niveau. Ils n’étaient pas très loin de l’exploit. Cette CHL est vraiment passionnante et révèle de belles équipes européennes. Sans aucune star, la force d’un groupe peut soulever des montagnes ou tout du moins les bloquer un bon moment !

 
Tychy – Mannheim 2-3 après prolongation (1-0, 1-2, 0-0, 0-1)
Dimanche 1er septembre 2019 à 17h00 – Stadion Zinowy – 2342 spectateurs.
Arbitrage de Roman Mrkva (TCH) et Michael Baca (POL) assistés de Rafal Noworyta et Mateusz Buck (POL).
Pénalités : Tychy 16′ ; Mannheim 20′.
Tirs : Tychy 17 ; Mannheim 42.
Mises au jeu : Tychy 30 ; Mannheim 36.

Évolution du score :
1-0 à 07’10 : Szczechura assisté de Komorski and Cichy (sup. num.)
1-1 à 34’25 : Hungerecker
1-2 à 36’13 : Stützler assisté de Smith
2-2 à 36’53 : Szmatula assisté de Yafimenka et Novajovský (sup. num.)
2-3 à 60’53 : Plachta assisté de Goc et Katic

 
GKS Tychy

Attaquants :
Aliaksei Yafimenka (-2) – Michael Szmatula (-1) – Christian Mroczkowski (-1)
Adam Bagiński (-1, 4′) – Radosław Galant (-1) – Jakub Witecki (-1)
Gleb Klimenko (-1, 2′) – Michael Cichy – Alex Szczechura
Bartłomiej Jeziorski – Filip Komorski (4′) – Patryk Kogut

Défenseurs :
Aliaksandr Yeronau (-1) – Peter Novajovský (-1, 2′)
Michał Kotlorz (-1, 2′) – Mateusz Bryk (-1)
Bartłomiej Pociecha (-1, 2′) – Bartosz Ciura
Michael Kolarz – Denis Akimoto

Gardien :
John Murray

Remplaçant : Kamil Lewartowski (G). Absent : Jarosław Rzeszutko.

Mannheim

Attaquants :
Nicolas Krämmer (+1, 2′) – Ben Smith (+1) – Tim Stützle (+1)
Borna Rendulic (2′) – Jan Mikael Järvinen – Lean Bergmann (4′)
Samuel Soramies – Marcel Goc (+2) – Phil Hungerecker (+1, 2′)
Matthias Plachta (+2) – Brent Raedeke

Défenseurs :
Denis Reul (+1, 2′) – Sinan Akdag (+1)
Cody Lampl – Chad Billins (+1, 2′)
Joonas Lehtivuori (4′) – Mark Katic (+2, 2′)
Björn Krupp

Gardien :
Dennis Endras

Remplaçant : Johan Gustafsson (G). Absents : Thomas Larkin (dos), Janik Möser (bas du corps), David Wolf (problèmes musculaires), Andrew Desjardins (infection grippale), Markus Eisenschmid (épaule).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

libero dolor. eget eleifend vulputate, Praesent ipsum sit