Anglet renverse Bordeaux (Ligue Magnus, 4e journée)

408

Deuxième réception de la saison pour les Boxers après leurs victoires contre Briançon et à Mulhouse. Deux succès probants au niveau du score avec notamment le premier blanchissage de Clément Fouquerel. Mais si les coachs pensent surtout à gagner et peu aux « à-côtés » de ces rencontres, ce derby, un dimanche en fin d’après-midi en bords de Garonne, permet une petite transhumance de supporters d’Anglet, venus encourager les leurs, et voir leur ancien coach à l’œuvre à Bordeaux, pour la première fois en match officiel.  

Une entame rouge et noire

Bordeaux évolue sans Félix Petit (protocole commotion) et Mitch Ferguson blessé à la main après Mulhouse. Cela n’ empêche pas les Boxers d’effectuer une belle entame avec du jeu court, et une pression constante sur la cage basque. Les Angloys tentent des contres bien stoppés par Clément Fouquerel, mais sur un avantage numérique, c’est Jonathan Lessard qui ouvre logiquement le score en trouvant la lucarne d’Eric Schierhorn. Le gardien d’Anglet a pour autant été excellent dans ce premier tiers et a stoppé plusieurs tentatives bordelaises. L’ouverture du score du numéro 97 fait d’ailleurs pousser un gros « enfin » dans les tribunes de Mériadeck.

Mais comme l’aura souligné Pierre Maxime Poudrier après la rencontre, ce début de match « s’est déroulé en deux temps ». Après le but bordelais, l’Hormadi est revenu dans le jeu, et a moins subi. Sans se procurer de vraies chances de revenir à la marque, à une ou deux banderilles près, les Basques ont commencé à investir un peu plus la zone offensive, et ont commencé à obliger les défenseurs bordelais à dégager quelques palets chauds en catastrophe.

Pénalités et chassé-croisé

La deuxième période commence sur un faux rythme, et l’Hormadi continue de sortir la tête de l’eau. Après un 10-2 au niveau des tirs en première période, le compteur s’équilibre un peu en deuxième période. Depuis le milieu du premier tiers, les minutes de pénalités se multiplient cependant pour les deux équipes.

Sur la première prison de cette seconde période, Anglet égalise en infériorité numérique. Pourtant en surnombre, les Boxers ne parviennent pas à contrôler le puck à la ligne bleue, et Yannick Riendeau part seul battre Clément Fouquerel au-dessus de son épaule gauche. L’Hormadi égalise grâce à l’opportunisme et au sang-froid de son numéro 17, et aurait même pu doubler la mise dans les secondes suivantes, toujours en désavantage numérique.

Les Boxers réagissent et voient un nouveau double arrêt d’Eric Schierhorn face à un raid de leur nouvel ailier Alex Ranger qui parvient à enchaîner un grand pont et un crochet pour finir par tirer sur le gardien. Dans les minutes suivantes, la prison angloye se remplit avec les arrivées coup sur coup de Vojtech Kloz et Mathieu Pons. Un 5 contre 3 salvateur, pense-t-on côté bordelais, mais Alex Ranger vient réduire l’avantage numérique avant son terme. Le gardien d’Anglet sauve la mise plusieurs fois, avec notamment une parade face à Bestjan Golicic, esseulé au second poteau avec une cage bien ouverte.

À une quarantaine de secondes de la fin du tiers, à la suite d’un très bon travail de Jonathan Lessard derrière la cage, le puck est dans le trafic et revient sur Felix-Antoine Poulin qui l’envoie dans la lucarne basque. Les Boxers reprennent l’ascendant à la marque. Le nouveau défenseur canadien Poulin, résolument très offensif et gérant également la distribution dans les supériorités, semble être une vraie bonne pioche pour Bordeaux.

Malgré tout, les troupes d’Olivier Dimet commencent à se montrer indisciplinées. Jonathan Lessard, Jules Gallet, et Aina Rambelo se montrent consécutivement à leur désavantage, et donnent des billes à l’Hormadi pour revenir dans le match. La partie s’est maintenant bien équilibrée, et tendre le bâton a souvent des conséquences à ce niveau-là. Anglet ne se fait pas prier et égalise par une lucarne en angle fermé de Thomas Decock au bout d’une minute de jeu dans le troisième tiers.

Pris à froid, les Bordelais envoient au fond pour mettre de la pression et Bostjan Golicic met le 3e but (du patin) sur un palet traînant en retrait. Le but est logiquement refusé par la révision vidéo. Jules Gallet et Aina Rambelo passent donc par la case prison, Nicolas Arossamena profitant de la pénalité de ce dernier pour tripler la marque à mi-tiers. De 1-2 à 3-2, l’Hormadi a renversé la tendance dans un match où la dynamique a bien changé de camp.

Les Boxers tentent leur va-tout mais sont trop imprécis à l’image de cette occasion de Jonathan Janil, seul face aux buts et tirant à côté, ou en mettant une pression un peu désorganisée. « Pas assez méchants dans l’enclave, pas toujours premiers dans les coins », les Boxers tentent tout mais en vain. La fin du match est un peu houleuse, quand, à deux minutes du terme, un Bordelais est crocheté, provoquant une échauffourée. Lionel Tarantino et Alex Ranger tombent les gants, histoire de régler  un joli contentieux qu’ils entretenaient depuis le début de la partie.

Verdict des arbitres, Charles-Éric Légaré (obstruction) et Mathieu Pons (dureté) vont s’asseoir sur le banc des pénalités, alors que les deux « boxeurs » terminent au vestiaire. Bordeaux fait le siège du but angloye sans réussite dans une enceinte surchauffée. Après un temps mort d’Olivier Dimet à 48 secondes de la fin, le siège du but d’Eric Schierhorn continue sans que Bordeaux n’égalise. Le score ne bouge pas et le gardien basque obtient l’étoile de meilleur joueur du match de manière on ne peut plus logique.

Une victoire au courage

Malgré une domination globalement bordelaise, Anglet ne s’est pas laissé décrocher au score, grâce surtout à la performance de son gardien mais aussi à une formation cinglante en contre, et assez propre en défense. Pour Pierre-Maxime Poudrier, l’Hormadi n’a « jamais lâché, jouant les coups à 100% » malgré un premier tiers compliqué, « abordant le match avec beaucoup d’intensité et beaucoup de vouloir, soucieux de « bien jouer le système »

Propos confirmés par Charles-Eric Légaré qui a déploré que les Boxers n’aient pas assez « remporté les un contre un » et admet également que le renversement de situation les a « affectés mentalement » Même son de cloche auprès du coach Olivier Dimet qui a trouvé son équipe « pas assez tranchante devant le but, pas capable de tuer le match, et mentalement affaiblie par une équipe d’Anglet qui avait plus faim en fin de match, et qui est rentrée dans le slot trop facilement »

La semaine va être compliquée à gérer puisqu’arrivent un déplacement à Rouen mardi, et la réception de Grenoble vendredi soir. Pour Félix Antoine Poulin, « il faudra jouer à fond pendant soixante minutes » et si Olivier Dimet a vu malgré tout de « belles phases de jeu », il souligne le même état de fait que son défenseur canadien. Début de saison mitigé donc pour les Boxers après deux défaites à Gap et contre Anglet, et deux victoires contre Briançon et à Mulhouse. L’heure est au travail pour les Boxers.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! AccepterEn savoir plus

consectetur nunc Aliquam felis in dictum