Wasquehal – Évry/Viry (Division 2, poule nord, 12e journée)

Photographie : Christophe Mafranc
402

17-0. Ce score est sur beaucoup de lèvres autour de la glace de Serge-Charles, dont les habitués sont encore ébahis par l’issue de la rencontre disputée sur la glace des Comètes de Meudon nouvelle version. Certes, depuis leur retour en Division 2, les Lions avaient déjà vu leurs adversaires atteindre la barre symbolique de la dizaine de filets, comme Valence en 2017 (2-10) ou Cergy en 2015 (2-11) et avaient même subi une claque 11-0 à Châlons récemment en Coupe, mais il faut remonter à une visite à Brest le 13 décembre 2008 pour voir 17 palets terminer leur course dans le but nordiste, gardé à l’époque par un certain Fabien Chardon…

Les Jets d’Évry/Viry, auteurs eux aussi d’un festival offensif la semaine précédente face à Châlons, ne constituent pas forcément l’adversaire idéal pour se relancer… d’autant que dès la première minute Jérémy Pigeot récupère un palet laissé libre dans la zone fatidique pour ajuster Antoine Gilbert (0-1 à 00’41″). Sans Tomas Simonsen, sélectionné en U18 et buteur le midi face à l’Ukraine, Wasquehal réagit ; Christophe Tiramani accélère pour servir Trambouze, déjoué par un Smik encore bien présent pour s’opposer à l’ancien Valenciennois isolé par Lejeune. Le jeu se muscle également : Martin Domian secoue un adversaire, Guirado est renversé par Thomas Gautron et le premier coup de sifflet sanctionne le capitaine Radolanirina, dont l’intervention met fin illicitement à une action de Lagrise.

Le jeu de puissance nordiste balbutie, obligeant Martin Domian à jouer les solistes, d’un tir tendu à mi-hauteur écarté par son compatriote, qui se couche ensuite sur un essai de Tonéatto. L’Entente reprend des couleurs au retour à égalité, gagne des duels, lance et presse, mais subit des contre-attaques : Smik écarte du bras l’incartade de la paire Domian – Matej et sort une parade spectaculaire, à la renverse, pour empêcher Benjamin Lejeune, très en vue, de convertir le rebond provoqué par son défenseur Guirado. Une charge incorrecte de Benjamin N’Guyen, surpris par l’intervention de Monsieur Bornais, met fin à cette séquence et permet à Micke Niemelä d’allumer la mèche à trois reprises, pour autant d’arrêts de Gilbert. Un cinglage d’Herbet remet les Jets en selle ; ils optent désormais pour le jeu collectif, avec succès car l’ancien Valenciennois Veijola conclut de près une action parfaitement exécutée (0-2 à 15’42″).

Menés sans démériter, les Wasquehaliens pensent réduire l’écart avant le premier coup de sirène, aux dépens d’un portier qui laisse plusieurs rebonds, mais tour à tour Martin Domian et Marek Matej n’en profitent pas. Monté à droite, Mathias Thomas ne peut que faire vaciller le gant de Pavol Smik. À quelques secondes du terme, deux anciens Dunkerquois sont impliqués dans un but crucial pour la suite de la soirée… L’éphémère corsaire Damien Bourguignon chipe en effet le palet au capitaine Louf, alerte Jancso sur le côté du but, pour un caviar converti face à la cage ouverte par Bérardet (0-3 à 19’49″).

Ce troisième filet est de trop pour des Lions fragilisés, et en difficulté à la reprise face aux efforts de Charles Radolanirina. Antoine Gilbert résiste au numéro 3 essonnien, mais les coups de sifflet sanctionnent exclusivement ses partenaires au cours de la période intermédiaire. Alors que ses partenaires Domian et Tiramani gâchent une occasion en contre-attaque, faute de pouvoir cadrer, le jeune Amiénois fait preuve de brio, face à Thomas Gautron et Benjamin Tellier, au rebond, puis va capter l’essai de Clément Radolanirina en lucarne. Suite à un cinglage de Lejeune, le nouveau venu David Jancso, servi par Williams, se casse à son tour les dents sur le dernier rempart, finalement impuissant face au coup de semonce de Niemelä (0-4 à 28’56″). Abandonné sur des rebonds convertis par Sadlon (0-5 à 30’26″) et Pigeot (0-6 à 32’07″), il ne peut empêcher l’écart de s’accentuer.

23 tirs sont dirigés vers la cage des représentants des Hauts-de-France, réduits un instant à trois à cause de deux charges de Besson et Tonéatto. Après avoir bloqué l’essai de Clément Radolanirina, Gilbert ne peut que dévier le nouveau slap de Niemelä, décalé par son compère connu à Toulouse Veijola (0-7 à 34’50″). Le suspense tué depuis un moment et le jeu totalement décousu, Benjamin Louf s’offre une incursion dont il a le secret, ponctué d’un dribble audacieux pour passer le dernier défenseur et, s’il prend le temps de chercher une faille dans la muraille Smik, le premier but attendra.

En totale confiance, les visiteurs, par un revers inspiré de Thomas Gautron en hauteur (0-8 à 38’57″) et un tir en pivot de Sadlon ras glace (0-9 à 39’46″), mettent fin à la soirée d’Antoine Gilbert, suppléé par le local Maurad Laamel à l’abord de la désormais anecdotique ultime période, au cours de laquelle la pression est moindre sur des Lions plus offensifs. En récupérant le palet sur une mise au jeu, Martin Domian se heurte encore à Pavol Smik, vigilant lorsque Tiramani fait parler la puissance, mais dont les espoirs de blanchissage s’envolent, la faute à un service de Lagrise, à l’œuvre dans son dos pour centrer vers François Piquet (1-9 à 47’42″). Et la tribune de s’enflammer pour encourager ses favoris à sauver (un peu plus) l’honneur, d’autant qu’une reprise de Germain Guirado est repoussée par un défenseur francilien au secours d’un gardien battu.

Quant à Maurad Laamel, il réussit une entrée assez inspirée, faisant front à une échappée de Mikolasek et aux deux derniers assauts de Cody Williams. Hélas, il ne put rien entre-temps sur le missile de Marouillat (1-10 à 52’22″) et la feinte de Niemelä, qui dans une position avancée préfère servir Jancso seul devant la cage ouverte (1-11 à 57’47″), pour empêcher la troupe de Francis Larivée de regagner l’Essonne avec son plus large succès de la saison… et sa défense de passer derrière celle des Gaulois de Châlons.

 

Wasquehal – Évry/Viry 1-11 (0-3, 0-6, 1-2)
Samedi 14 décembre 2019 à 18h40 à la patinoire Serge Charles.
Arbitrage d’Armand Bornais assisté de Thomas Simon et Christophe Moncozet.
Pénalités : Wasquehal 16′ (6′, 8’, 2′), Évry/Viry 8′ (4’, 0′, 4′).
Tirs : Wasquehal 29 (11, 8, 10), Évry/Viry 44 (14, 23, 7).

Évolution du score :
0-1 à 00’41″ : Pigeot assisté de Marouillat
0-2 à 15’42″ : Veijola assisté de Mikolasek et Williams (sup. num.)
0-3 à 19’49″ : Bérardet assisté de Jancso et Bourguignon
0-4 à 28’56″ : Niemelä assisté de Veijola et Jancso (sup. num.)
0-5 à 30’26″ : Sadlon assisté de Bérardet et Ledoux
0-6 à 32’07″ : Pigeot assisté de Veijola
0-7 à 34’50″ : Niemelä assisté de Veijola et Williams (sup. num.)
0-8 à 38’57″ : Gautron assisté de Bérardet et Tellier
0-9 à 39’46″ : Sadlon
1-9 à 47’42″ : Piquet assisté de Lagrise et Besson
1-10 à 52’22″ : Marouillat assisté de Gautron et Pigeot
1-11 à 57’47″ : Jancso assisté de Niemelä (sup. num.)

Wasquehal
Attaquants :
Martin Domian – Benjamin N’Guyen (A) – Marek Matej
Martin Lagrise – François Piquet – Lucas Besson
Alban Teytaud – Benjamin Lejeune – François Grenier ou Thomas Trambouze

Défenseurs :
Germain Guirado – Marc-Antoine Herbet (A)
Mattéo Toneatto – Benjamin Louf (C)
Christophe Tiramani – Mathias Thomas

Gardien :
Antoine Gilbert puis Maurad Laamel 40’00″

Absents : Thibault Verschaeve, Aurélien Zajac (suspendu), Ernest et Arthur Delbecque (blessés), Tomas Simonsen (équipe de France U18)

Evry/Viry
Attaquants :
Alexis Gautron – Michaël Marouillat (A) – Jérémy Pigeot
Martin Mikolasek – David Jancso – Damien Bourguignon
Cody Williams – Charles Radolanirina – Kevin Ledoux
Geoffrey Bérardet – Benjamin Tellier – Thomas Gautron

Défenseurs :
Juraj Sadlon – Clément Radolanirina (C)
Toomas Veijola – Micke Niemela
Edwin Gamiette – Guillaume Jeannette
Gardien :
Pavol Smik puis Gaétan Melin à 49’47″

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

venenatis Praesent nunc libero diam Donec luctus sed