Amiens – Mulhouse (quart de finale, match 5)

488

Dernière série en cours, Gothiques et Scorpions se livrent une bataille sans merci depuis déjà une semaine. Qui aurait cru que les Gothiques seraient de retour dans ce quart de finale après deux défaites en prolongation sur leur glace du Coliseum ? Les hommes de Mario Richer n’ont jamais rien lâché et se présentent ce mardi soir à Amiens à égalité dans la série. Face à eux, des Scorpions de Mulhouse qui n’ont pas su profiter du double avantage pris en terres picardes. La tâche sera évidemment compliquée pour s’imposer une troisième fois en une semaine à l’extérieur pour les Alsaciens, d’autant plus que les Scorpions vont devoir composer sans l’un de leurs joueurs phares, Rolands Vigners, qui sera absent pour le reste des play-offs. Le vainqueur de ce match prendra une très sérieuse option sur une qualification en demi-finale puisqu’il s’offrira une première balle de match ce vendredi à l’Illberg. Gothiques et Scorpions sont en place, place au résumé du match !

Dès le début du match, les charges sont appuyées. Andrei Esipov est le premier à être envoyé au cachot pour faire trébucher (2’35). Romand est bien trouvé par Halley au second poteau mais ne cadre pas face à Papillon (3’14). Mais alors que la fin de la pénalité approche, Lucien Onno est à son tour pénalisé et offre même à Amiens 7 secondes de double supériorité numérique avec cette crosse haute (4’27). Le jeu d’infériorité des Scorpions est bien en place et arrive à se dégager à plusieurs reprises. La seule grosse occasion est un tir en entrée de zone d’Edwards qui passe de peu à côté. Mulhouse réussit à tuer cette pénalité. Sur un très bon pressing de Babcock, Sabatier est trouvé seul au slot, Papillon repousse difficilement ce palet mais fait l’arrêt. À nouveau Romand est trouvé seul au second poteau par Giroux, mais Papillon remporte son duel (10’44). Sur la phase suivante, Bault envoie un lourd lancer frappé, Verrier masque bien le gardien qui bloque cette rondelle (11’07). Lehtinen déborde sur la droite, prend de la vitesse et repique au centre, il est déstabilisé par Quentin Papillon qui est pénalisé de deux minutes (11’55).

Amiens domine nettement cette entame de match, mais à l’image de cette série, bute sur le dernier rempart des Scorpions. Philippe Halley réalise un dribble de grande classe en entrée de zone et provoque la faute de Jerry Laakso. Amiens va évoluer pendant 1’05 en double supériorité numérique. Mais les Scorpions, très solides défensivement, tuent ces pénalités sans prendre de but. Suire est trouvé seul face à Papillon, héroïque depuis le début de match, et sort le tir de l’avant amiénois (15’42). À nouveau, Romand se débarrasse de son vis-à-vis et s’ouvre un angle de tir, mais est stoppé par Papillon. Cette première période se termine sur un score vierge, notamment grâce à un Quentin Papillon tout simplement exceptionnel qui a stoppé les 19 lancers amiénois.

Début de la seconde période toujours dans le même rythme, avec des Amiénois qui contrôlent le palet. Sur un tir initial de Jérôme Verrier, Spencer Edwards surgit, prend le rebond et glisse le palet au fond des filets, Amiens ouvre (enfin) le score (1-0, 22’31). Les Scorpions réagissent et forcent la cage de Buysse qui reste solide. Ce dernier fait un gros arrêt sur une échappée de Laakso bien servi par Downey (24’42). Amiens est pénalisé pour la première fois dans ce match, Axel Prissaint est sanctionné pour cinglage (26’23). Sur un bon décalage de Kévin Hecquefeuille, Tommy Besinger met en danger Buysse qui se déplace bien et fait l’arrêt. En bloquant de nombreux lancers, Amiens tue cette prison, mais en prend une autre, une charge avec la crosse de Thomas Roussel (29’46). Malgré quelques situations confuses devant son filet, Henri-Corentin Buysse est solide devant son filet.

Les Alsaciens sont pénalisés à leur tour, juste avant la fin de pénalité amiénoise, Julien Munoz écope de deux minutes de dureté. Cette fois-ci, les Gothiques sont efficaces sur leur power-play, Jérémie Romand prend le rebond d’une déviation de Giroux (2-0, 32’22). Pas le temps de savourer, Amiens est pénalisé avec une charge incorrecte de Kai Lehtinen (32’35). Le portier amiénois est acclamé par son public après un arrêt mitaine de très grande classe. Mulhouse peine à s’installer durablement dans la zone adverse, et les Gothiques tuent à nouveau cette pénalité. Le jeu s’équilibre peu à peu, les Scorpions se procurent la plupart de leurs occasions en contre. Amiens est solide défensivement et ne laisse pas beaucoup de place à son adversaire. Thomas Roussel défend superbement face à Tommy Besinger qui partait au but (38’45). Fin du second acte. Même s’il a été plus équilibré que le premier, les Gothiques ont pris les devants et mènent désormais 2 buts à 0 dans ce match 5 des quarts de finale.

Il reste vingt minutes dans le temps réglementaire. Les hommes de Yorick Treille vont-ils réussir à remonter cet écart de deux buts et accrocher une quatrième prolongation en cinq matchs ? Tommy Giroux se procure une grosse occasion d’entrée, mais son lancer n’est pas cadré. Après une sortie difficile de Buysse, Coulaud bloque un lancer qui partait dans le but vide du gardien amiénois qui n’était pas replacé, grosse occasion pour Mulhouse ! Après une perte de palet de Roussel, Buysse stoppe la tentative de Jurik qui était seul ! Le jeu s’échauffe quelque peu quand Edwards et Papillon s’échangent quelques coups devant le but alsacien. Juste après, Michael Babcock est pénalisé pour un cinglage (46’42). Les Gothiques tiennent et se dégagent à trois reprises, tout en empêchant les lancers dangereux des Mulhousiens. Moins de 10 minutes à faire, et ça va d’un but à l’autre entre les deux équipes. Buysse est impérial dans sa cage est arrête sur sa ligne la tentative de Josh Bowes (50’36).

Le coach amiénois prend un temps mort pour remotiver ses troupes qui sont à quelques minutes de prendre l’avantage pour la première fois dans cette série. Sur une très belle construction offensive, Jérémie Romand, encore lui, est au rebond (3-0, 52’11). Le public est debout pour ces dernières minutes, et on ne voit pas comment Mulhouse pourrait revenir tant Henri-Corentin Buysse semble intraitable ce soir. Yorick Treille prend à son tour un temps mort (55’18). Il décide de sortir Quentin Papillon alors qu’il reste plus de quatre minutes à jouer. Jérémie Romand passe proche du tour du chapeau avec une cloche qui passe à quelques centimètres du poteau ! Le bloc amiénois est très resserré et empêche les tentatives alsaciennes. Henri-Corentin Buysse est solide sur un tir à mi-hauteur de Bowes  qui partait bien (57’50). Milan Jurik se fait voler un but par Buysse qui réalise le match parfait pour l’instant (58’46).

Le match se termine sur le score de 3 buts à 0 pour Amiens qui prend les devants pour la première fois dans ce quart de finale, notamment grâce à un Henri-Corentin Buysse de gala ! Les Gothiques s’offrent donc une balle de match dans cette série et se rendront à Mulhouse dans l’espoir d’enchaîner une quatrième victoire de suite.

 

Amiens – Mulhouse 3-0 (0-0, 1-0, 2-0)
Mardi 3 mars 2020 à 20h15 au Coliseum d’Amiens. 2400 spectateurs.
Arbitrage de Pierre Dehaen et Alexandre Hauchart assistés de Thomas Caillot et Gwilherm Margry.
Pénalités : Amiens 8′ (0′, 6′, 2′) ; Mulhouse 10′ (8′, 2′, 0′)
Tirs : Amiens 29 (19, 5, 5) ; Mulhouse 38 (5, 18, 15).

Évolution du score
1-0 à 22’31 : Edwards assisté de Verrier et Coulaud
2-0 à 32’22 : Romand assisté de Bélisle et Giroux (sup. num.)
3-0 à 52’11 : Romand assisté de Lehtinen et Hauchart

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Jérémie Romand
Florian Sabatier – Joey West – Michael Babcock
Thomas Suire – Jérôme Verrier – Spencer Edwards
Antonin Plagnat – Francis Drolet

Défenseurs :
Dan Gibb – Louis Bélisle
Axel Prissaint – Kaï Lehtinen
Romain Bault – Yohan Coulaud
Thomas Roussel

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Baptiste Bruche (choix du coach), Evan Richardson (choix du coach), Rudy Matima (choix du coach).

Mulhouse

Attaquants :
Arturs Sevcenko – Milan Jurik (A) – Teemu Loizeau
Colin Downey – Damien Raux (A) – Connor Wilson
Julien Munoz – Josh Bowes – Tommy Besinger
Corentin Cruchandeau – Samuel Rousseau – Lauric Convert

Défenseurs :
Kévin Hecquefeuille (C) – Jerry Laakso
Vincent Melin – Lucien Onno
Hubert Genest – Andrei Esipov

Gardien :
Quentin Papillon

Remplaçant : Olivier Richard (G). Absents : Ivan Esipov (choix du coach), Bryan Ten Braak (choix du coach), Rolands Vigners.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

venenatis Praesent id, fringilla quis quis, accumsan risus. porta. nec elit.