Valeri Bragin nouvel entraîneur de la Russie et du SKA

202

C’était un secret de polichinelle depuis plusieurs semaines, mais c’est aujourd’hui que la nouvelle a été confirmée : Valeri Bragin est à la fois le nouvel entraîneur du SKA Saint-Pétersbourg et le nouveau sélectionneur de la Russie. Il remplace dans ces deux fonctions Alekseï Kudashov, qui occupait les deux postes depuis l’été 2019, à la place d’Ilya Vorobyov, qui avait lui-même succédé en avril 2018 à Oleg Znarok, parti sur un succès après le titre de champion olympique. Cela fait donc quatre sélectionneurs en l’espace de trois ans. Le fait de lier l’encadrement de son équipe nationale à la stratégie d’un club semble donc rendre difficile la continuité en équipe de Russie. Le malheureux Kudashov aura eu le triste privilège historique d’avoir dirigé la Sbornaïa pendant un an… sans avoir eu l’occasion de faire ses preuves dans la moindre compétition officielle ! Dès sa nomination, il avait été soupçonné de devoir son poste à des réseaux d’influence plus qu’à ses mérites, mais il n’a pas pu prouver le contraire avec l’équipe nationale.

Les destins du SKA Saint-Pétersbourg et de la sélection sont si liés que l’on ne fait même pas semblant. Les communiqués de la fédération et du club n’ont été espacés que de quelques minutes. Dans ses explications sur le site du club, le vice-président du SKA Roman Rotenberg mélange même ses casquettes en parlant en partie en tant que responsable de l’équipe nationale : « Nous voulons que le SKA ne domine pas sur des séquences séparées,  mais sur tout un match, en exerçant une pression active et constante sur l’adversaire et en contrôlant le palet. Le hockey moderne signifie du mouvement constant, des présences courtes,  défendre et attaquer à cinq – c’est ainsi qu’on voit le futur du SKA. Nous utilisons à la fois nos propres développements et les techniques les plus avancées au monde avec une approche individuelle sur chaque joueur pour accroître son efficacité. […] Maintenant il est particulièrement important de traiter de manière responsable l’entraînement des hockeyeurs pour l’équipe nationale. Aux derniers Jeux olympiques, 15 joueurs du SKA ont gagné l’or, et nous espérons le même résultat aux prochains JO. Le contrat de Valeri Bragin est de deux ans, notre but commun est de gagner l’or à Pékin. »

Avec l’instauration du plafond salarial en KHL, l’idée d’un club de base de l’équipe nationale est toutefois moins réaliste, et il semble très improbable que 15 joueurs du SKA intègrent l’équipe olympique, même sans joueurs de NHL. L’argument peut toutefois aider en cette période de recrutement.

Valeri Bragin a une bonne réputation de formateur grâce à son long travail (de 2010 à 2012 puis depuis 2014) avec l’équipe de Russie des moins de 20 ans. Il l’avait conduite à l’or en 2011 à Buffalo. Aux derniers Mondiaux juniors en République tchèque, les Russes avaient perdu le titre de très peu après un incroyable scénario.

Ce qui est aussi intéressant dans la promotion de Bragin , c’est qu’elle ouvre le poste de sélectionneur des moins de 20 ans russes à Igor Larionov. Son recrutement comme adjoint de Bragin il y a un an avait déjà fait sensation, et son passage comme entraîneur-chef en est la conséquence naturelle attendue. Mais avec Larionov, c’est une voix souvent très critique (envers la KHL et le hockey russe) qui est nommée à un poste à responsabilité. Et ça, c’est inhabituel et nouveau.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

luctus neque. amet, porta. dapibus libero. leo Sed elementum