Un match de 20 minutes devant 1 spectateur

photo FHR
248

La Russie pourrait-elle chercher à éviter la première place de la poule pour essayer d’esquiver le Canada ? La question semble un peu absurde et est vite évacuée. Même si son équipe a joué hier, Valeri Bragin ne cherche pas à reposer ses joueurs comme les Tchèques et les Slovaques cet après-midi. Le seul joueur préservé est Karnaukhov, ce qui redonne une chance à un Shalunov décevant en meneur de jeu. L’entraîneur veut absolument que ses lignes définitives trouvent la bonne alchimie.

Surtout, n’oublions pas une chose : pour que la Russie ne finisse pas première, il faudrait vraiment qu’elle le veuille très fort. Cela nécessiterait qu’elle perde dans le temps réglementaire contre un Bélarus en pleine déconfiture, qui a donné des signes d’écroulement moral, surtout depuis sa défaite contre la Grande-Bretagne.

Match prévisible donc, mais en ce jour de réouverture au public masqué et vacciné, un spectateur a appelé pour acheter un billet. Andrei Mikhailov, habitant de Riga et sympathisant de la Russie, est donc la personnalité du jour : il a payé 110 euros pour ce match sans grand enjeu, alors que le Lettonie-Allemagne décisif pour tout le monde (y compris pour connaître l’adversaire des Russes…) se déroule au même moment !

La surprise dans la composition biélorusse est la titularisation de Konstantin Shostak. Mikhaïl Zakharov, qui l’a remplacé deux fois en cours de match, lui fait confiance une troisième fois ! Mais est-ce vraiment un cadeau de l’envoyer face aux Russes ? A priori, pas vraiment. A posteriori… encore moins ! Le Bélarus n’a même pas touché le palet – hormis Sharangovich pour l’écarter péniblement vers la bande sans que Klimovich ne parvienne ensuite à le sortir de la zone – qu’il est déjà au fond des filets sur un lancer de la ligne bleue de Nikita Nesterov !

2021 06 01 rus blr4

À la cinquième minute, une passe d’Emil Galimov à destination de Gavrikov dans le slot est coupée et déviée contre son camp par Stanislav Lopachuk (2-0). C’est déjà fini pour Shostak qui peut vraiment remercier son entraîneur pour cette titularisation « express ». Avec un arrêt en trois tirs, ses statistiques désastreuses ont encore empiré. Il finit sa première compétition internationale avec 68% d’arrêts…

Que va-t-il advenir du junior Kolosov ? Il semble d’abord plus chanceux, quand le bout du manche de son bâton repousse un tir de Provorov. Mais il tient moins de cinq minutes. Un lancer de la bleue de Zadorov est alors dévié par Shalunov. Deux minutes plus tard, après un tour de cage de Voronkov, Slepyshev décale Grigorenko qui marque un quatrième but, mais Zakharov demande son challenge car Slepyshev a percuté le gardien dans l’intervalle. Mais comme Bailen gênait aussi Kolosov, cette obstruction n’a pas été suffisante pour annuler le but et l’appel vidéo coûte une pénalité au Bélarus. Au moins se déroule-t-elle sans but supplémentaire…

Le Bélarus essaie-t-il de passer à l’attaque ? Oui, ses trois avants vont même en fond de zone offensive… Les arrières Antonov et Korobov se font effacer en un contre un par deux passes russes, et le défenseur russe Nikita Nesterov se retrouve seul face à la cage biélorusse pour le 5-0 (ci-dessous). Cinq buts en seize minutes et demie. C’est le premier tiers le plus cinglant dans ce championnat du monde sans gros scores. On pourrait craindre un total écrasement.

2021 06 01 rus blr3
photo FHR

Mais on connaît la Russie. Quand elle mène largement, elle active le mode « facilité ». Elle la joue tranquille et est même menée aux tirs au deuxième tiers-temps (4 à 5). Elle concède même deux grosses occasions. Tout d’abord un 2 contre 1, sur lequel Danila Klimovich choisit le tir, que Samonov repousse du bouclier. Puis une grosse erreur individuelle de Dmitri Orlov, joker que les Russes espéraient voir devenir le défenseur numéro 1 après sa grande forme de fin de saison à Washington. Mis sous pression, Orlov renvoie le palet du revers vers son gardien et le donne carrément à Mikhaïl Stefanovich devant la cage, mais Samonov est encore à la parade pour dévier le tir de l’extrémité du gant.

Après ces alertes, la Russie reprend le contrôle du match avec un jeu équilibré. À huit minutes de la fin, le capitaine russe Anton Slepyshev accélère en zone neutre pour appeler la passe en profondeur de Grigorenko, partir en fond de zone et passer en retrait à Dmitri Voronkov dans l’enclave (6-0). Un slap d’Orlov en avantage numérique frappe aussi le masque de Kolosov, à qui l’arbitre laisse le temps de se remettre.

Le gardien russe Aleksandr Samonov met la pression en finissant par un blanchissage (19 tirs quand même), après un match déjà solide hier contre la Suède. Il communique bien avec ses défenseurs. Il semble évident que Sergei Bobrovsky n’a pas fait tout ça (traverser l’Atlantique et se soumettre à la quarantaine) pour être remplaçant, mais le titulaire du moment a vraiment élevé la barre en cours de tournoi. La moindre faille de Bobrovsky sera doublement scrutée.

Désignés joueurs du match : Sergei Drozd pour le Bélarus et Dmitri Voronkov pour la Russie.

Trois meilleurs joueurs du Bélarus selon leur coach : Danny Taylor, Egor Sharangovich et Dmitri Znakharenko.

2021 06 01 rus blr1
photo FHR

Commentaires d’après-match

Francis Paré (attaquant du Bélarus) : « Nous avons encore beaucoup de travail à faire. Même d’un point de vue personnel, jouer contre ces défenseurs de NHL a été une expérience, un monde différent, qui me montre qu’à 33 et bientôt 34 ans, il me reste beaucoup de travail. […] Pour être franc, cela a été horrible, la bulle a été comme une prison. Ma famille me manque tellement : ma femme, ma fille, mon fils nouveau-né à Minsk. Demain, ce sera un long voyage en bus. Cela a été long, mes coéquipiers ont été vraiment bons. C’était agréable de connaître Bailen et Platt, je connaissais Prince et Taylor, on s’est bien entendu, mais j’ai hâte de rentrer à la maison, de parler français et de manger une bonne poutine. […] Je pense qu’on doit se rendre compte qu’on ne peut pas gagner en comptant sur notre seul talent. On doit travailler dur et suivre le plan de jeu chaque seconde, sinon on va se faire manger vivant, on va être relégués l’an prochain. On n’est pas là pour ça, on veut se maintenir et montrer que les jeunes comme Sharangovich et Protas sont de classe mondiale. »

Mikhaïl Zakharov (entraîneur du Bélarus) : « Il n’y a rien de positif. Les deux derniers matches sont négatifs, il n’y a rien de bon à en retirer. Après des buts rapides, c’est dur de revenir. Les gars se sont battus pendant deux périodes, mais le gardien russe ne nous a pas laissé une chance. Si nous voulons réussir, le gardien doit être de KHL et jouer 75% des matches. Shostak a joué deux matches en KHL, ce n’est pas assez. Sans gardiens, c’est difficile. Des mauvais choix de mon staff ? Bien sûr, il y en a, puisque l’objectif n’est pas rempli. J’aurais dû plus parler aux entraîneurs, j’aurais dû plus demander au Dynamo Minsk d’entraîner des joueurs pour l’équipe nationale. Il est irréaliste de jouer au championnat du monde avec des joueurs du championnat biélorusse. Je ne suis pas inquiet pour ma place, je ne m’y accroche pas. »

Nikita Nesterov (attaquant de la Russie) : « Mes partenaires m’ont aidé à inscrire un doublé. Nous avons fait le match en première période et nous nous somme relaxés ensuite. Nous avons joué confortablement et préparé simplement les quarts de finale. Demain, nous penserons au Canada, pour l’instant il n’y a rien à dire. Il y avait un supporter à notre match ? Merci Andrei pour le soutien, nous l’avons senti. Merci beaucoup à lui. »

2021 06 01 rus blr2
photo FHR

Russie – Bélarus 6-0 (5-0, 0-0, 1-0)
Lundi 31 mai 2021 à 20h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. 1 spectateur.
Arbitres : Andre Schrader (ALL) et Christoph Sternat (AUT) assistés de Jonas Merten (ALL) et Elias Seewald (AUT).
Pénalités : Russie 6′ (0′, 2′, 4′) ; Bélarus 12′ (2′, 4′, 6′).
Tirs : Russie 32 (17, 4, 11) ; Bélarus 19 (4, 5, 10).

Évolution du score :
1-0 à 00’36 : Nesterov assisté de Grigorenko
2-0 à 04’29 : Galimov assisté de Gavrikov
3-0 à 09’06 : Barabanov assisté de Zadorov et Nesterov
4-0 à 10’52 : Grigorenko assisté de Slepyshev et Voronkov
5-0 à 16’28 : Nesterov assisté de Tarasenko et Barabanov
6-0 à 52’08 : Voronkov assisté de Slepyshev et Grigorenko

Russie

Attaquants :
Anton Slepyshev (C, +2) – Dmitri Voronkov (+3) – Mikhail Grigorenko (+3)
Emil Galimov (+3, 2′) – Maksim Shalunov (+2) – Anton Burdasov (A, +2)
Aleksandr Barabanov (+1) – Ivan Morozov – Vladimir Tarasenko (+1)
Sergei Tolchinsky – Vladislav Kamenev (+1) – Artyom Shvets-Rogovoy (2′)

Défenseurs :
Nikita Zadorov (+3) – Nikita Nesterov (+3, 2′)
Vladislav Gavrikov (A, +1) – Ivan Provorov
Dmitri Orlov (+3) – Artyom Zub (+2)

Gardien :
Aleksandr Samonov

Remplaçants : Ivan Bocharov (G), Igor Ozhiganov, Evgeny Timkin. En réserve : Sergei Bobrovsky (G, quarantaine), Rushan Rafikov, Grigory Dronov (D), Pavel Karnaukhov (A), Andrei Kuzmenko (blessé), Konstantin Okulov (acromio-claviculaire).

Bélarus

Attaquants :
Danila Klimovich (-1) [puis Paré] – Egor Sharangovich (C, -3) – Geoff Platt (A, -3, 4′)
Nikita Komarov (A, -2, 2′) – Sergei Drozd (-2) – Aleksei Protas (-2)
Stanislav Lopachuk (-1) – Vladislav Kodola (-1) – Mikhail Stefanovich (-1)
Artyom Demkov – Andrei Belevich – Francis Paré (-2) [puis Klimovich]

Défenseurs :
Ilya Shinkevich (-4) – Nick Bailen (-3)
Dmitri Znakharenko (2′) – Andrei Antonov (-1)
Stepan Falkovski (-2) – Evgeni Lisovets (-1)
Ilya Solovyov – Dmitri Korobov (-1, 2′)

Gardien :
Konstantin Shostak puis à 04’29 Aleksei Kolosov

En réserve : Danny Taylor (G), Kristian Khenkel (D, blessé), Vladislav Eryomenko (D), Herman Nesterov, Shane Prince, Sergei Kostitsyn (A).

Les commentaires sont fermés.