Russie – Canada (Mondiaux 2021, quart de finale)

photo FHR
365

Canada-Russie : l’affrontement entre les deux pays les plus titrés du hockey mondial – quel que soit le nom sous lequel concourent les hockeyeurs russes – capte toujours l’attention de la foule. L’affiche est toujours considérée comme la plus clinquante, en toute circonstance. Objectivement, ces Canadiens-ci n’ont pas la même aura. Ils ne se sont qualifiés que parce que le Kazakhstan a percuté la dernière haie norvégienne, et parce que les entraîneurs de l’Allemagne et de la Lettonie n’ont pas eu « l’intelligence de s’arranger » pour faire match nul (c’est du moins l’argument de certains commentateurs russes dont la sportivité n’est pas la première qualité).

La Russie devrait donc être favorite. Mais il faut toujours se méfier d’une équipe canadienne, et celle-ci a retrouvé confiance après ses trois défaites initiales. Les deux équipes ont eu le temps de peaufiner leurs alignements qui ne présentent pas la moindre surprise. Shalunov y a perdu sa place dans le camp russe, mais on s’en doutait déjà. Sergei Bobrovsky est titulaire à sa sortie de quarantaine : l’ancien double vainqueur du trophée Vézina de meilleur gardien NHL a été appelé pour ça et le suspense dans le choix du gardien que semblaient entretenir certains Russes ne paraissait destiné qu’à combler le vide avant le jour de match.

La Russie prend immédiatement la possession du palet et il faut attendre la cinquième minute pour le premier tir canadien. Le jeu s’équilibre ensuite en restant à un rythme élevé, avec huit minutes sans le moindre arrêt de jeu. Les Canadiens ont dominé cette séquence mais les Russes ont gardé leur enclave avec beaucoup d’impact physique, à l’instar de Nikita Nesterov qui envoie valser Bunting mais aussi Mikhaïl Grigorenko revenu défendre pour empêcher un tour de cage. La fin de période redevient en faveur des rouges qui obtiennent même un avantage numérique pour une obstruction d’Owen Power. Mario Ferraro dégage cependant un rebond qui traîne. Ce premier tiers-temps intense a donc été gagné… par les défenses.

Ce scénario de ce match, qui peut basculer sur un détail, s’annonce favorable à l’outsider, donc au Canada. En début de deuxième période, après avoir frappé un lancer non cadré, Gabriel Vilardi subit une charge à retardement de Vladislav Gavrikov. C’est Vilardi lui-même qui obtient la plus belle chance du jeu de puissance, sur une passe de derrière la cage de Bunting, mais Bobrovsky bloque le tir. Au retour au complet, Nesterov part en contre-attaque mais son lancer est cueilli par la mitaine de Darcy Kuemper.

2021 06 03 can rus3
photo FHR

Avec peu de temps et d’espace pour agir en zone offensive, cette Russie a-t-elle assez de talent et/ou d’allant pour faire la différence ? Plus les minutes passent, et plus la question devient brûlante. Mais les rouges marquent sur une action qui a été toujours été un de leurs grands classiques dans le jeu installé depuis l’époque soviétique : une passe transversale depuis la bande pour un défenseur monté sur le côté opposé pendant que les adversaires ont les yeux rivés sur le palet. Dmitri Orlov, non couvert par Bunting, reçoit ainsi un service en or de Vladislav Kamenev. Son tir est repoussé par Kuemper mais il déporte le gardien sur le rebond pour servir en retrait Evgeni Timkin – que Vilardi a lâché au marquage – qui envoie le palet dans la lucarne de… Jacob Bernard-Docker (qui essaie un peu vainement de s’improviser portier). Avant la pause, Nesterov perd le palet dans sa zone face à Justin Danforth qui centre au second poteau pour Brandon Pirri, mais celui-ci rate sa reprise sur cette énorme occasion d’égaliser.

Au troisième tiers-temps, Vladimir Tarasenko revient au backcheck en zone neutre sur Andrew Mangiapane qu’il charge contre la bande. Dans sa chute le Canadien est atteint au visage par le bâton du Russe qui prend donc deux minutes de pénalité pour crosse haute. Pendant cet avantage numérique, le meilleur passeur du championnat du monde Connor Brown voit l’espace s’ouvrir pour une passe levée en retrait reprise instantanément par son capitaine Adam Henrique dans le haut du filet pour l’égalisation à 1-1. Nikita Nesterov fait ensuite trébucher Connor Brown mais la Russie défend mieux lors de cette seconde infériorité, à l’instar de Kamenev qui sacrifie son bras devant un lancer.

Mise en difficulté par ces pénalités, la Russie passe la vitesse supérieure lors des dix dernières minutes de jeu qui se déroulent à 5 contre 5. Dmitri Voronkov est le plus à même de s’imposer dans le slot adverse pour les rebonds, mais son tir à bout portant est repoussé par Kuemper. Le défenseur Dmitri Orlov réussit pour sa part à dribbler jusqu’à la cage, sans récolter la récompense suprême. On ne peut s’empêcher de penser que, si les Russes avaient joué comme ça plus tôt, ils n’auraient pas été emmenés en prolongation.

2021 06 03 can rus
photo FHR

Lors de la prolongation à 3 contre 3, on retrouve les mêmes acteurs que sur le but canadien. Connor Brown passe de derrière la cage pour Adam Henrique, mais Sergei Bobrovsky repousse du bouclier. Mais le héros s’appelle Troy Stecher : il met dans le vent deux joueurs à la suite, Morozov puis Nesterov, puis passe du revers à Andrew Mangiapane qui marque dans l’angle ouvert. Rarement on voit tous les hockeyeurs féliciter ainsi non le buteur mais le passeur, à qui tout le monde vient taper sur la tête après cette action fantastique.

Ce Canada, qui aurait pu être éliminé maintes fois, se retrouve en demi-finale face aux États-Unis. Comme souvent comme un groupe est décrété plus fort que l’autre, ce sont les équipes du groupe « faible » qui passent majoritairement lors des rencontres croisées. Mais l’effet est encore plus incroyable cette année puisque les quatre formations du groupe B se retrouveront donc en demi-finales ! De quoi aviver encore plus de regrets au Kazakhstan ou en Lettonie…

Et que dire des Russes qui viennent d’ajouter une page noire à leur longue liste de déceptions infligées par les Canadiens. Voilà pourquoi certains auraient préféré que Lettons et Allemands fassent une combine pour éliminer la « bête noire ». C’est la quatrième défaite consécutive des Russes contre le Canada en championnat du monde, toujours en phase éliminatoire. Mais contrairement au quart de finale 2018, les bourreaux ne s’appelaient pas McDavid et O’Reilly, ils répondaient aujourd’hui aux noms, moins prestigieux, de Troy Stecher et Andrew Mangiapane.

Désignés joueurs du match : Sergei Bobrovsky pour la Russie et Owen Power pour le Canada.

Trois meilleurs Russes du tournoi selon leur coach : Aleksandr Samonov, Anton Provorov et Anton Burdasov.

2021 06 03 can rus2
photo FHR

Commentaires d’après-match :

Valeri Bragin (entraîneur de la Russie) : « Avant le match nous avons dit aux joueurs de jouer activement, rapidement, agressivement. L’adversaire a joué défensivement et sans erreurs, l’équipe canadienne n’avait pas de faille. Les Canadiens sont les Canadiens, ils jouent toujours bien, c’est immoral de comparer leurs compositions. Aucun reproche à faire sur l’engagement des joueurs, tous ont travaillé et voulaient gagner. Il fallait être plus agressifs devant le but adverse. Le résultat n’est pas satisfaisant. Je suis énervé, les joueurs aussi. Nous avons pris les meilleurs joueurs, mais certains étaient blessés. Grigorenko a joué blessé, Tolchinsky n’était pas vraiment prêt. Je ne peux pas dire si j’emmènerai l’équipe à Pékin [aux Jeux olympiques], ce n’est pas à moi de le dire. »

Anton Slepyshev (capitaine de la Russie) : « On a vraiment pris un bon départ. Ensuite on n’a pas très bien joué, le Canada a été meilleur que nous. C’était un match serré, une erreur et c’est but. Ça se joue sur un but. Juste un but… On doit jouer plus offensivement, aller plus à la cage. »

Dmitri Orlov (défenseur de la Russie) : « Le championnat du monde est fini. Et je pense que c’est un échec. C’était un match équilibré. Nous aurions pu plus créer. C’est toujours une honte de perdre. C’est dur de trouver les mots. ils ont marqué un but de plus que nous, voilà. Ce qui va se dire dans la presse ? En fait, il y a des défaites amères, elles devraient être oubliées. Ce qui va s’écrire, nous ne devrions pas y réagir, nous sommes des professionnels. »

Gerald Gallant (entraîneur du Canada) : « Nous avons eu deux jours pour nous préparer. Nous avons trouvé un moyen de gagner, nous avons bien travaillé ensemble. C’est une grande victoire pour nous. Nous avons joué contre la plus forte équipe du tournoi. »

Andrew Mangiapane (attaquant du Canada) : « C’est un grand effort collectif. Je voulais qu’il [Stecher] shoote, je le vois feinter une, deux, trois fois, il me le fait la passe, je n’ai plus qu’à finir… Darcy Kuemper nous a donné beaucoup de confiance, il était là quand on avait besoin de lui. Notre jeu va dans la bonne direction, on va continuer de jouer 60 minutes à chaque match et de bonnes choses peuvent arriver. »

2021 06 03 can rus4
photo FHR

 

Russie – Canada 1-2 après prolongation (0-0, 1-0, 0-1, 0-1)
Jeudi 3 juin 2021 à 20h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga.
Arbitres : Tobias Björk et Mikael Nord (SUE) assistés de Daniel Hynek et Jiří Ondráček (TCH).
Pénalités : Russie 6′ (0′, 2′, 4′, 0′) ; Canada 2′ (2′, 0′, 0′, 0′).
Tirs : Russie 25 (8, 9, 7, 1) ; Canada 24 (6, 9, 7, 2).

Évolution du score :
1-0 à 34’32 : Timkin assisté d’Orlov et Kamenev
1-1 à 45’03 : Henrique assisté de Brown et Comtois (sup. num.)
1-2 à 62’12 : Mangiapane assisté de Stecher

Russie

Attaquants :
Anton Slepyshev (C) – Dmitri Voronkov – Mikhail Grigorenko
Sergei Tolchinsky – Pavel Karnaukhov – Anton Burdasov (A)
Aleksandr Barabanov – Ivan Morozov (-1) – Vladimir Tarasenko (-1, 2′)
Evgeny Timkin (+1, 2′) – Vladislav Kamenev (+1) – Artyom Shvets-Rogovoy (+1)

Défenseurs :
Nikita Zadorov – Nikita Nesterov (-1, 2′)
Vladislav Gavrikov (A) – Ivan Provorov
Dmitri Orlov (+1) – Artyom Zub (+1)

Gardien :
Sergei Bobrovsky

Remplaçants : Aleksandr Samonov (G), Igor Ozhiganov (D), Emil Galimov (A). En réserve : Ivan Bocharov (G), Rushan Rafikov, Grigory Dronov (D), Maksim Shalunov (A), Andrei Kuzmenko (blessé), Konstantin Okulov (acromio-claviculaire).

Canada

Attaquants :
Andrew Mangiapane (+1) – Adam Henrique (C) – Connor Brown (A)
Maxime Comtois (-1) – Gabriel Vilardi (-1) – Michael Bunting (-1)
Nick Paul (+1) – Justin Danforth – Brandon Pirri
Brandon Hagel – Jaret Anderson-Dolan – Liam Foudy
Cole Perfetti [2 présences]

Défenseurs :
Owen Power (2′) – Troy Stecher (A, +1)
Mario Ferraro – Sean Walker
Nicolas Beaudin (-1) – Jacob Bernard-Docker (-1)
Braden Schneider [3 présences]

Gardien :
Darcy Kuemper

Remplaçant : Adin Hill (G). En réserve : Michael DiPietro (G), Colin Miller (D, « haut du corps »).

Les commentaires sont fermés.