Une rigueur toute finlandaise

162

Le tenant du titre finlandais remet en jeu sa couronne IIHF deux ans après le sacre à Bratislava. Le premier adversaire des éliminations directes est la République Tchèque à la trajectoire bien différentee. La sélection conduite par Jukka Jalonen s’est montrée solide et rigoureuse dans son groupe B. Elle fut la seule équipe (du tournoi) à avoir pris au moins un point lors de toutes les rencontres jouées, n’enregistrant qu’une défaite aux tirs au but face au Kazakhstan. La Finlande a terminé à la deuxième place, derrière les États-Unis, et la qualification n’a jamais été franchement un sujet de doute. Tout le contraire de la République Tchèque, au début de parcours chaotique (deux points après trois rencontres jouées) et qui a dû s’employer pour aller chercher la qualification, obtenue notamment aux dépens des Suédois dans un match couperet avant même de le savoir. Forte d’une dernière victoire face à la Slovaquie, la Tchéquie s’est emparée de la troisième place du groupe A.

Les Tchèques se mettent les premiers en évidence. D’abord par Dominik Kubalík qui trouve le poteau depuis l’aile, puis par la paire Chytil – Kubalik qui sollicite le gardien finlandais. Zadina s’essaye à son tour à deux reprises quelques instants plus tard. Il faut attendre pratiquement dix minutes de jeu pour voir les Finlandais commençaient à réagir sous la domination blanche. Cela passe par Turunen qui cherche à surprendre le gardien d’Omsk après un tour de cage, puis par Innala qui s’essaie à un lancer puissant en entrée de zone. Hrubec doit encore s’employer devant Pakarinen au rebond dans l’enclave.

La Tchéquie se crée la meilleure occasion avec Klok décalé à merveille mais Olkinuora réalise un superbe arrêt. Le même Klok est moins à la fête trente secondes plus tard en perdant seul un palet permettant aux Finlandais de partir à 2 contre 1. Il fait faute et se retrouve pénalisé. Il passe à un rien d’une sanction immédiate : quelques instants suffisent et Pakarinen reprend avec succès (mais avec le corps !) une passe de Lundell. Les arbitres revoient longuement l’action, où l’on ne voit jamais vraiment le palet autrement qu’une fois la ligne franchie. Sans certitude sur le but, ils décident de le refuser. Le temps pour Hrubec de réaliser un magnifique arrêt sur un gros lancer de Kaski depuis la bleue, et les hommes rentrent aux vestiaires sur un score nul et vierge, plutôt logique au vu de la physionomie du tiers-temps.

filip hronek
Filip Hronek

Le jeu reprend sur un boulet de canon d’Ohtamaa, qui vient fracasser la barre transversale tchèque. Le jeu est équilibré et si la Finlande essaie de prendre le jeu à son compte en s’installant en zone offensive, la République Tchèque procède en se projetant rapidement vers l’avant quand le palet est récupéré. C’est ainsi que Flek prend de la vitesse et met à contribution le gardien finnois. La Finlande tient une chance sur un mauvais changement de ligne, Innala ne convertit pas. Mais sur la mise au jeu suivante remportée une nouvelle fois par la Finlande, le palet circule jusqu’à Pakarinen qui prend un bon lancer, Hrubec intervient mais Jere Innala est cette fois plus chanceux au rebond pour l’ouverture du score (1-0, 32’55).

Les joueurs de Filip Pešán ont à cœur de réagir rapidement, comme l’essaye Kubalík. L’expérimenté Kontiola parvient à jouer la montre de manière originale, en posant un palet capté au gant mais en ne le touchant pas avec la palette, attendant qu’un joueur tchèque le fasse pour déclencher le coup de sifflet : cela fait toujours quatre secondes de gagné, le temps que les adversaires comprennent son petit jeu ! Zadina est trouvé en bonne position mais il loupe totalement son one-timer. La chance des Tchèques viendra peut être de la première supériorité, pour une faute de Pakarinen, décidément partout sur cette glace jusqu’alors mais qui le sera moins avec cette méconduite. Un excellent travail finlandais empêche totalement le jeu de puissance adverse de se mettre en place.

Au dernier acte, le défenseur Filip Hronek tente d’alerter Olkinuora, toujours aussi solide. Du côté de la Finlande, on reste sur un jeu de position qui permet quelques opportunités comme avec Määttä ou Ohtamaa. Kovář est à son tour dangereux en essayant de smasher un palet en hauteur. Puis Zadina sort de derrière la cage pour tenter de forcer la décision, sans succès. Les minutes s’égrènent et la République Tchèque semble dépourvue de solutions, tant le jeu défensif finnois est en place à l’instar d’un Olli Määttä absolument énorme dans cette partie. Tentant l’électrochoc, Pešán prend un temps mort et sort Hrubec à plus de deux minutes du terme. Kubalík prend sa chance à la ligne bleue mais c’est arrêté par Olkinuora, comme devant Kovář, Zadina ou un deuxième essai de Kubalík totalement seul à mi-distance. Le gardien du Metallurg Magnitogorsk est une fois encore l’homme de cette fin de rencontre et termine le travail pour envoyer la Finlande en demi-finale.

Sans se mettre à l’abri, finalement sans même dominer, la sélection à la croix bleue envoie un signal fort en termes de maîtrise, tant elle ne semble jamais vraiment inquiétée. L’assise défensive fait grande impression, et quand l’équipe est mise un peu plus au défi, elle s’appuie sur un Olkinuora qui se dirige très certainement vers le titre de gardien de ces Mondiaux. La République Tchèque n’a pas démérité, mais elle a totalement buté sur un système établi au point que les Finlandais s’offrent le luxe de ne pas faire le jeu sur l’ensemble de la partie. Le carré final réunit les quatre équipes du groupe B, un terrain connu pour des Finlandais en quête d’un titre à conserver.

Désignés joueurs du match : Jussi Olkinuora pour la Finlande, Šimon Hrubec pour la République Tchèque.

Désignés joueurs du tournoi pour la République Tchèque : Filip Hronek, Šimon Hrubec et Dominik Kubalík.

tch filip pesan2
Filip Pešán

Commentaires d’après-match :

Filip Pešán (entraîneur de la République tchèque) : « Nous savions que nous allions affronter la meilleure défense du tournoi, qui attendrait la moindre hésitation avec un système extrêmement sophistiqué en zone neutre. Nous voulions jouer plus activement et mettre le palet plus profondément derrière leurs défenseurs, ce que nous avons bien fait au début où les Finlandais étaient nerveux. Néanmoins, nous nous sommes relâchés ensuite, nous sommes arrivés en retard sur les palets et nous n’avons pas su forcer les Finlandais à la faute. Un powerplay, ce n’est pas assez. [Regrette-t-il de ne pas avoir aligné Špaček ?] Je maintiens mes choix, même si cela paraît vain. Même à la fin, des gars comme Jiří Smejkal et Matěj Stránský ont joué les dernières minutes parce qu’ils ont la force physique pour se battre pour un but. C’est ce qu’il nous manquait dans les matches précédents. Comme nous étions faibles en infériorité numérique, nous avons choisi Adam Musil en treizième attaquant pour les mises au jeu et les infériorités. »

 

Finlande – République Tchèque 1-0 (0-0, 1-0, 0-0)
Jeudi 3 juin 2021 à 20h15 à la Riga Arena.
Arbitres : Andrew Bruggeman (USA) et Olivier Gouin (CAN) assistés de Dustin McCrank (CAN) et Brian Oliver (USA).
Pénalités : Finlande 12′ (0′, 2′+10′, 0′) ; République Tchèque 2′ (2′, 0′, 0′).
Tirs : Finlande 24 (10, 11, 3) ; République Tchèque 28 (8, 9, 11).

Évolution du score :
1-0 à 32’55 : Innala assisté de Pakarinen et Kontiola

Finlande

Attaquants :
Saku Mäenalanen – Hannes Björninen – Marko Anttila (C)
Arttu Ruotsalainen – Anton Lundell – Niko Ojamäki
Jere Innala (+1) – Petri Kontiola (A, +1) – Iiro Pakarinen (+1, 2’+10′)
Teemu Turunen – Mikael Ruohomaa – Jere Sallinen

Défenseurs :
Tony Sund – Miika Koivisto
Olli Määttä – Oliwer Kaski
Atte Ohtamaa (A, +1) – Ville Pokka (+1)
Petteri Lindbohm – Kim Nousiainen

Gardien :
Jussi Olkinuora

Remplaçant : Harri Säteri (G). En réserve : Janne Juvonen (G), Axel Rindell, Mikael Seppälä (D), Peter Tiivola, Jere Karjalainen, Valtteri Puustinen (A).

République Tchèque

Attaquants :
Dominik Kubalík (-1) – Jan Kovář (C, -1) – Jakub Vrána (-1)
Jakub Flek – Robin Hanzl – Filip Zadina
Matěj Stránský – Filip Chytil – Radan Lenc
Lukáš Radil – Jiří Smejkal – Tomáš Zohorna (A)
Adam Musil

Défenseurs :
David Musil – Filip Hronek (A, -1)
David Sklenička (-1) – Lukáš Klok (2′)
Libor Šulák – Andrej Šustr

Gardien :
Šimon Hrubec [sorti à 57’44]

Remplaçants : Roman Will (G), Libor Hájek. En réserve : Petr Kváča (G), Michal Moravčík, Ondřej Vitásek (D, deux côtes cassées), Matěj Blümel, Michael Špaček, Jiří Sekáč (A).

Les commentaires sont fermés.