Division 1 – 1e journée : les Bisons premiers leaders

522

Après un exercice 2020-2021 repensé en raison du contexte sanitaire, la Division 1 faisait hier soir son grand retour en son format original et en public. Les quatorze mêmes formations sont sur la ligne de départ avec pour objectif de briller, et pour certaines l’ambition de rejoindre l’élite dès la saison prochaine.

Dans cette optique tous les points sont importants et il est prudent de réussir son entrée. À ce jeu là, les Bisons de Neuilly sur Marne répondent présents et s’affichent comme les premiers leaders de la saison au sortir de ce premier week-end. En réception des Sangliers de Clermont-Ferrand, les Nocéens auront remporté chacune des périodes pour s’imposer largement en dépit de quatre buts encaissés et d’un triplé de la recrue slovaque Tomas Trnka. Maxence Auvitu lui aura rendu la pareille, bien aidé par l’Américain Mike Gillespie qui prend la tête des marqueurs de la saison avec quatre passes (8-4).

Derrière les Bisons, les Corsaires de Nantes auront souffert mais l’emportent à Montpellier. Ce sont en effet les Vipers qui sont rentrés aux vestiaires avec une avance d’un but, marqué par un ancien taulier du championnat danois Mike Daugulis. Martin Lacroix a de son côté pu compter sur ses habitués dans le deuxième acte, grâce à Paul Schmitt, Matthew Brenton et Frédéric Bergeron. Plus rien ne sera marqué malgré la sortie de Vilim Rosandic en fin de partie (1-3).

Prendre trois points en déplacement est précieux et c’est également ce qu’ont pu se dire dans le bus du retour les Corsaires de Dunkerque après un succès arraché à Chambéry. Soucieux de se refaire après la mauvaise surprise du week-end dernier à Valenciennes en Coupe de France (défaite 2-1), les Nordistes ont pourtant été rapidement menés de deux buts inscrits par Vinny Crivello. Mais ils surent réagir grâce au letton voyageur Juris Upitis, au transfuge de Nantes Hugo Sarlin et à l’infatigable Vit Budinsky, auteur d’un doublé. La licence bleue Flavian Dair a réduit la marque, mais ce fut insuffisant pour permettre aux Éléphants de revenir dans un dernier tiers resté vierge (3-4).

Prendre trois points tout court est avantageux, et le Mont-Blanc s’y est employé en recevant les Dogs de Cholet dans son palais de Megève. Mais que ce fut compliqué pour les Yétis qui ont longtemps couru après le score. La faute d’abord à un ancien de la maison, le Finlandais Ville Vepsäläinen, auteur de l’ouverture du score. Éric Léger a rapidement réagi mais les Dogs reprirent l’avantage dans le deuxième vingt grâce à leur ontarien passé par l’Italie Marc Beckstead. Mont-Blanc revint dix minutes plus tard par Alex Renaud, puis Léger dût attendre la 57e minute pour marquer le but vainqueur (3-2).

Même écart mais situation différente au Rïnkla où Brest aux ambitions retrouvées recevaient les Remparts de Tours. Après une première période où les deux équipes se neutralisèrent, les Albatros ont profité de l’indiscipline tourangelle pour marquer deux fois en supériorité par son gros CV Tomáš Kubalik. C’est paradoxalement suite à une pénalité appelée contre ce même Kubalik que Tours a débloqué son compteur par Guillaume McSween, mais l’équipe n’aura su exploiter son 6 contre 4 de fin de match pour décrocher les prolongations (2-1).

Ce ne fut en revanche pas le cas à Caen où la rencontre face à Strasbourg est allée au bout du chronomètre. Pour ce match âpre aux 42 minutes de pénalité cumulées, il ne fallait pas rater le deuxième tiers qui fut le seul prolifique, Pierre-Antoine Devin répondant à Flavien Fondadouze. Il a ensuite fallu cinq tireurs en fusillade pour qu’Oula Uski trompe Vladimir Hiadlovsky, tandis que Ronan Quemener mit en échec l’ensemble des Strasbourgeois (2-1 t.a.b).

Ambiance de feu enfin à Épinal, et ses passionnés tout à leur joie de retrouver les tribunes de Poissompré dans cette affiche face au champion en titre Marseille, tant est si bien qu’ils purent rester bien plus longtemps que prévu ! Kévin Altidor a ouvert le score mais Thomas Raby égalise cinq minutes plus tard. Marseille prend ensuite l’avantage grâce à une double supériorité numérique convertie par Maxence Leroux. Dans la dernière période, Anthony Rapenne remit les équipes à égalité et plus rien ne sera converti jusqu’aux tirs au but qui présenta quinze tours ! À l’issue de la séance initiale, Gaëtan Villiot avait marqué pour Marseille, Dominik Fujerik pour Épinal. Filip Nemcek et Artyom Dmitrichev se rendirent coup pour coup en milieu de séance, puis au quinzième passage Anthony Rapenne ne parvint à tromper Misa Pietila tandis que Nicolas Deshaies convertit de son côté (2-3 t.a.b).

(illustration : Denis Broyer)

Les commentaires sont fermés.