Division 2 – 1re journée : place au jeu !

434

Le 24 octobre 2020, Colmar recevait Morzine pour le dernier match d’une saison qui n’irait guère plus loin. Un an plus tard, le championnat de Division 2 fait enfin son retour ! Pour l’occasion, huit matchs se sont joués hier soir.

Démarrons par la poule B dont l’entame s’est vu amputer de deux rencontres reportées : avant de s’opposer en coupe de France, Annecy et Morzine n’ont pu s’affronter hier (problème de patinoire). Le match entre Poitiers et l’HCMP sera également reprogrammé.

Dans ces conditions, ce sont les Bélougas de Toulouse-Blagnac qui prennent la tête du classement. Les Titans de Colmar ont fait le long déplacement pour rejoindre les bords de la Garonne. Longtemps au contact dans la partie, les Alsaciens ont encaissé un 3-0 fatal dans l’ultime période. Le jeune local Timothée Champin-Flachaire a marqué un doublé, de même que Dany Coulombe. Le troisième Mathieu, Maxime, est l’unique buteur colmarien (5-1).

Aux côtés de Toulouse, les Lynx de Valence montent sur la plus haute match et l’ont également emporté de quatre buts. Face à Vaujany/Grenoble, les Drômois se sont mis à l’abri en menant de cinq buts après 46 minutes. Les Grizzlys tentèrent de réagir en fin de partie par ses défenseurs Dov Reboh et Maxime Favre-Félix, mais il était trop tard pour renverser le sort de la partie. Le Tchèque Daniel Dlabaja fut l’auteur d’un doublé (6-2).

Le troisième vainqueur du groupe est Roanne, qui a dû s’employer pour s’imposer face à Villard-de-Lans. Malgré l’ouverture du score par Tommy Beaudoin, les Ours ont sérieusement accéléré dans le tiers médian en inscrivant trois buts en trois minutes avec un doublé Jaromir Florian et un but d’Éric Aurard. Les Renards s’en sont remis à leurs anciens strasbourgeois Aurélien Haaser et Eddy Thonnessen pour revenir, avant que la recrue québécoise Jérémy Laframboise ne marque le but vainqueur en supériorité numérique (4-3).

Cap au Nord avec la poule A, et d’emblée un duel pour les « équipes 2 ». Les Ducs d’Angers recevaient les Dragons de Rouen, plus aguerris aux joutes de la Division. Maxime Dordet a ouvert la marque pour les Normands puis Tommy Perret donna un avantage de deux buts dans la dernière période. Les Angevins parvinrent toutefois à recoller au score grâce à Robin Lebrun-Gilbert et Éthan Gourbil, mais les Rouennais forcèrent la décision dans les trois dernières minutes grâce à Théo Gueurif et Hugo Raveaud (2-4).

À Bercy, les Français-Volants de Paris recevaient les Red Dogs d’Amnéville, et se sont imposés dans une relative sérénité, sans avoir été menés mais avec des Mosellans revenus par deux fois à égalité. Les hommes d’expérience Mans Papaux et Oleg Kuzmin (auteur d’ailleurs d’un doublé) ont sécurisé la victoire (5-3).

Paris s’était imposé en Coupe de France face à Wasquehal, repêché dans la compétition au prix du forfait parisien. Les joueurs de la métropole lilloise avaient donc à cœur de lancer enfin leur saison en recevant Courbevoie, qu’ils affronteront justement en coupe. Mission accomplie pour les Lions qui ont géré sérieusement cette affaire, Mattéo Toneatto ouvrant la marque après deux minutes de jeu malgré une infériorité numérique, Martin Lagrise fermant le tableau dans le dernier tiers, et le gardien américain Landon Trutt célébrant son arrivée en France d’un jeu blanc (2-0).

Une rencontre serrée à Meudon-la-Forêt où les Comètes accueillaient les Phénix de Reims. Après un premier tiers-temps nul et vierge, Meudon prit l’avantage grâce à Dzianis Hrybko. Cinq petites minutes d’avantage avant l’égalisation rémoise par Marc-Antoine Brouillette. C’est sur une supériorité numérique francilienne que la décision s’est faite, Adrien Sebag convertissant l’opportunité et inscrivant le but vainqueur (2-1).

Match à rebondissements enfin du côté d’Évry-Viry face à Valenciennes : prenez un premier tiers-temps neutre, qui a vu Clément Lallemand et Rémi Houque marquer pour leur équipe respective, ajoutez un deuxième acte à sens unique pour les Valenciennois grâce notamment à Patrik Jaaskelainen, puis une troisième période a priori neutralisée (bien qu’à la pénalité curieuse d’un officiel valenciennois monté sur la glace !) jusqu’à une fin de match de folie pour l’entente, marquant à la 55e, 58e, puis à 13 secondes du terme en joueur supplémentaire ! Direction les prolongations où 36 secondes suffirent à Jaaskelainen pour s’offrir un triplé (en plus d’une passe qui le place comme meilleur marqueur de la première journée) et signer la victoire des Diables Rouges, qui peuvent au choix se satisfaire du nécessaire ou regretter le point perdu (5-6 a.p).

(Illustration : Dominique Bonnefond)

Les commentaires sont fermés.