Valenciennes – Dunkerque (Coupe de France, 1er tour)

527

Dunkerque fait son entrée en compétition officielle par un court déplacement, non pas chez les Lions de Wasquehal qu’il a l’habitude d’affronter (et d’éliminer) en Coupe de France, mais plus au sud, sur la glace de Valenciennois renforcés ces derniers mois. Vaincus à Raffoux en amical, ces derniers avaient surmonté un premier tiers-temps raté pour rivaliser avec les pensionnaires de Division 1, avant de poursuivre leur avant-saison de façon spectaculaire, portés par des nouveaux venus vite intégrés.

ankudinov andrei

L’avantage d’une division se double d’un autre atout pour les Corsaires, la présence en nombre de supporters venus assurer l’ambiance dans l’antre du voisin. La hiérarchie paraît se confirmer rapidement, et la rondelle circule allègrement dans les crosses flandriennes. Lubomir Dinda saisit l’opportunité pour tester son lancer à deux reprises, obligeant Viskari à s’employer. Arrivé dans la dernière ligne droite de la préparation, Andrei Ankudinov donne un aperçu de son talent aux abords de la cage, peu après avoir été renversé par le costaud Samuel Hatto, voyant son bâton voler dans les airs.

La première incursion valenciennoise est cependant la bonne ; l’assaut du duo Houque – Daneau est écarté timidement par la défense aux abords de la cage, une aubaine pour Patrik Jääskeläinen (1-0 à 05’26″). Pas le temps de pavoiser pour les Hennuyers, car l’entraîneur-joueur Romain Sadoine inaugure la geôle suite à un coup de genou. Le jeu de puissance animé par les attaquants russo-lettons se montre peu dangereux, seul le capitaine Vít Budínský peut occuper le Finlandais depuis le cercle gauche.

Au retour du banni, les Diables Rouges montent en puissance et passent près du break. Antoine Houque, omniprésent face à son club formateur, parvient à conserver la rondelle à l’entrée de la zone, son tir est repoussé vers Jääskeläinen qui trouve le poteau. Duquenne est ensuite inquiété par Olivier Binet-Bérubé de la ligne bleue, concédant le rebond à son ancien équipier Destoop, trop excentré pour conclure. Les hommes de Pierrick Rézard ne peuvent reprendre le contrôle du jeu avant le premier coup de sirène, hormis un dribble d’Ankudinov pour désarçonner une défense assez sereine.

upitis jurisCe premier acte se termine par une explication virile envoyant Estienne et Daneau en prison et le jeu reprend à 4 contre 4. À la manœuvre, Andrei Ankudinov se fait déposséder la rondelle par Rémi Houque, parti en vain défier son ancien gardien. Séquence trompeuse car les Maritimes sont ici plus convaincants, et enchaînent les possessions dans le camp de Valenciennois en quête d’un second souffle. Pierre Vervoort perce une première fois, une passe de Sarlin dans la course de Visockis prend la défense à revers et un accrocher du capitaine Destoop, auparavant déséquilibré par un numéro du Russe passé par la KHL ouvre la voie à un nouvel avantage numérique. Servi par Upitis de l’arrière de la cage, Dinda reprend en force vers un Viskari toujours vigilant pour fermer la cage sur un caviar d’Ankudinov, présent pendant la quasi-totalité de la séquence. Sur la deuxième vague, Guillemain se casse également les dents sur le joueur qui a débuté au SaiPa.

Valenciennes est moins présent dans le camp dunkerquois. Son fer de lance Daneau se fait surtout remarquer défensivement, souffrant de la jambe en contrant le tir de Mika. Après une nouvelle alerte d’Ankudinov, servi par Budínský depuis l’autre aile au cours de la quatrième infériorité numérique, les rouges terminent le tiers médian en position de force. Une faute de Budínský leur offre une grosse minute de double supériorité, mais Jääskeläinen est bien surveillé et ne peut armer sa reprise… devant attendre plusieurs minutes pour trouver la faille, sur un nouveau rebond consécutif à une montée de Thomas Cornu (2-0 à 40’51″).

L’arrière-garde du HGD montre en effet des signes de fébrilité, mis en exergue peu avant par une passe mal ajustée de Dinda vers Young. De l’autre côté, les Diables utilisent tous les moyens pour contenir les assauts, un plongeon de Cornu face à Kenny Martin, ou encore un patin face à Ankudinov. Lorsque Guillemain peut enfin lancer, Viskari poursuit, du gant, son sans-faute. La nervosité gagne même Juris Upitis, impuissant face à la virtuosité de Patrik Jääskeläinen, à l’affût de la moindre erreur d’une défense qu’il n’hésite pas à bousculer. En tribunes, les travées investies par les Dunkerquois sont désormais réduites au silence, à l’heure où les lancers lointains, parfois non cadrés, se succèdent pour une équipe clairement en rodage.

20211002 valenciennes dunkerque 2Dans les cinq dernières minutes, une charge incorrecte de Vervoort et une obstruction de Mika alourdissent les cales du navire corsaire. Duquenne doit œuvrer pour maintenir l’écart sur un essai de Binet-Bérubé et un tir dévié de Cornu, la déviation de Destoop sur un centre de Hatto frôle sa cage. Ce dernier, ancien Brestois arrivé en début de semaine, s’illustre également par une remontée de palet incisive de la droite, reprise par le jeune Amaury Lhermitte. Toutefois, Valenciennes ne prend pas de risques démesurés pour autant et concède même deux dégagements interdits. Surpris par Radek Mika de la gauche, Ville Viskari voit quant à lui le blanchissage lui échapper (2-1 à 59’23″), quelques secondes après que Rémi Houque a manqué de peu la cage désertée. Andrei Ankudinov peut haranguer ses troupes pour la dernière mise au jeu, il est trop tard. Dunkerque quitte la Coupe dès son entrée, la faute à un manque de solutions offensives et d’imagination devant un bloc bien positionné en défense.

Réalistes et laissant peu d’espaces et faisant preuve de solidité dans les duels, les Diables Rouges ont confirmé les bonnes dispositions entrevues en préparation et font le plein de confiance avant l’entame du championnat. Cette soirée fera date, près de cinq ans après leurs victoires face à Cergy-Pontoise et Meudon alors qu’ils évoluaient encore en Division 3.

Désignés meilleurs joueurs de la rencontre : Guillaume Duquenne pour Dunkerque et Ville Viskari pour Valenciennes

 

Valenciennes – Dunkerque 2-1 (1-0, 0-0, 1-1)
Samedi 2 octobre 2021 à 18h40 à la patinoire Valigloö. 822 spectateurs.
Arbitrage d’Armand Bornais assisté de Cyril Debuche et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Valenciennes 12′ (6’, 4’, 2′), Dunkerque 12′ (2’, 4′, 6’).
Tirs : Valenciennes 16 (6, 1, 9), Dunkerque 32 (8, 15, 9).

Évolution du score :
1-0 à 05’26″ : Jääskeläinen assisté de Houque
2-0 à 40’51″ : Jääskeläinen assisté de Cornu
2-1 à 59’23″ : Mika assisté de Broutin
Valenciennes

Attaquants :
Zackary Daneau – Patrik Jääskeläinen – Rémi Houque
David Fritz-Dreyssé (A) – Amaury Lhermitte – Justin Vitale
Marcolino Paredes – Loïc Destoop (C) – Samuel Hatto

Défenseurs :
Thomas Cornu (A) – Romain Sadoine
Audric Carpentier – Olivier Binet-Bérubé
Roderick Saez – Lucas Morel

Gardien :
Ville Viskari

Remplaçants : Pacome Courtoison (G), Louis Mundubeltz, Maël Harmegnies, Antoine Moreau.

Dunkerque

Attaquants :
Sacha Guillemain – Juris Upitis – Andrei Ankudinov
Aleksandrs Visockis – Hugo Sarlin – Vít Budínský (C)
Baptiste Léo – Joseph Broutin – Jonathan Estienne
Pierre Vervoort – Kenny Martin – Benjamin Clou

Défenseurs :
Lubomir Dinda – Adam Young (A)
Martin Poirier – Ricards Birzins
Mathias Thomas – Radek Mika (A)

Gardien :
Guillaume Duquenne [sorti de 58’51″ à 59’09″]

Remplaçant : Adrien Vazzaz (G). Absents : Clément Thomas, Lévy Raux.

Les commentaires sont fermés.