Grand spectacle entre Russes et Tchèques

photos A. Ringuette - IIHF
356

Les Russes sont premiers de leur poule après deux victoires 1-0 et 2-0, mais ils ne sont pas plus satisfaits de leur attaque que les Tchèques. L’entraîneur russe Aleksei Zhamnov a changé toutes ses lignes qui fonctionnaient mal. Le centre de la première ligne Vadim Shipachyov a de nouveaux ailiers, Stanislav Galiev (son coéquipier au Dynamo Moscou) et Andrei Chibisov. L’ancien « covidé » Plotnikov fait son apparition comme annoncé. Dans le camp tchèque, c’est un autre joueur retardé par une quarantaine, Michael Špaček, qui prend place au centre de la troisième ligne et se voit flanqué d’un coéquipier connu, Matěj Stránský, avec lequel il a été champion tchèque la saison passée avec Třinec. En conséquence, Vladimir Sobotka passe à l’aile en étant promu (à la place de Stránský) sur un deuxième trio ultra-expérimenté avec Červenka et Kovář.

Aucun changement en revanche devant les filets : les deux équipes ont fait jouer le même gardien pour leurs trois matches de poule, ce qui veut dire que leurs doublures n’ont aucune pratique depuis très longtemps. Et ce sont justement les gardiens qui font la différence au début du match. Simon Hrubec prend un mauvais but dès la cinquième minute en laissant passer sous son bras droit un tir en angle de Vladimir Tkachyov. Une action qui a été travaillée à l’entraînement : sortie de zone de Nikita Nesterov bien déviée par Nikita Gusev pour l’entrée de zone sur l’aile gauche de Tkachyov (1-0). Ivan Fedotov, lui, signe un arrêt exceptionnel de la mitaine en étendant son très long bras quand David Krejčí reprend une passe transversale de Tomáš Hyka.

Le géant de deux mètres Fedotov n’a toujours pris aucun but dans ce tournoi, mais son compteur s’arrête après 132 minutes, en situation d’infériorité numérique après une obstruction d’Elesin sur Smejkal. Il est masqué par Jan Kovář et ne voit pas partir le beau slap de Tomáš Kundrátek (1-1). La Russie se remet en difficulté en concédant une nouvelle pénalité dans son enclave, pour un cross-check de Sharipzyanov dans le dos de Špaček. À 4 contre 5, Fedotov détourne cette fois de justesse un autre puissant lancer de la ligne bleue de Kundrátek.

Les Tchèques font au moins jeu égal, mais il faut éviter l’erreur fatale. En deuxième période, Lukáš Klok fait une passe dangereuse pour Michael Špaček qui n’est pas dans la meilleure position devant sa cage. Plotnikov en profite pour s’emparer du palet et décaler Mikhail Grigorenko. C’est alors au tour de Šimon Hrubec de faire un arrêt fantastique avec un réflexe salvateur du bras droit.

Nouveau moment-clé à la mi-match : Smejkal retient Nikishin et Sobotka accroche Tkachyov. La Russie bénéfice de 57 secondes à 5 contre 3. Ce n’est pas le fantomatique capitaine Shipachyov (sur le banc pour cette phase-clé) mais Nikita Gusev qui joue le rôle de créateur. Depuis son côté gauche, il réussit deux bonnes passes pour Sergei Plotnikov placé dans le milieu, mais elles ne sont pas converties. Gusev change d’option à 5 contre 4 et donne en retrait à Nikita Nesterov pour une reprise en lucarne qui profite du passage de Slepyshev devant la cage (2-1).

2022 02 12 rus tch2

Le toujours rugueux Dmitri Voronkov lève le coude vers la tête de Lukáš Sedlák qui arrive sur lui pour le charger. Les arbitres revoient l’action à la vidéo et infligent une pénalité de match à l’ailier de Kazan. Seule la moitié des cinq minutes de supériorité numérique est à faire en deuxième période, mais ça suffit pour deux buts tchèques qui renversent le score : David Krejčí reprend une excellente passe transversale de Roman Červenka, puis Michael Špaček arme un one-timer parfait du haut du cercle gauche (2-3).

Les Tchèques ne tuent pas le match pendant la fin de l’avantage numérique en troisième période, mais ils restent installés à 5 contre 5. C’est leur quatrième ligne qui concrétise. Hynek Zohorna gagne le palet dans la bande et son frère Tomáš prolonge le palet vers le défenseur Lukáš Klok pendant que Jiří Smejkal fait écran sur le beau lancer de la ligne bleue (2-4). Mais la Russie réagit dans la minute qui suit. Sergei Plotnikov passe dans le slot à Kirill Semyonov qui réduit le score d’un tir rasant en pivot (3-4).

Le match devient complètement fou. La Russie pratique encore la relance rapide déviée en zone neutre. C’est Arseni Gritsyuk qui se charge de la redirection, et c’est aussi lui qui est décalé par Gusev pour arriver seul face au but. Feinte du revers, et coup droit dans le haut du filet (4-4). Les Zohorna passent près de redonner l’avantage à leur équipe par une magnifique passe de Tomáš pour Hynek, mais c’est la Russie qui passe devant. Andrei Chibisov fait un large tour de cage et lance au but en se retournant. Šimon Hrubec laisse encore passer un tir excentré sous son bras droit, comme le premier but mais depuis l’autre côté (4-5). C’est ensuite l’ex-invincible Fedotov qui concède un but gag, un tir dans un angle impossible (derrière la ligne de fond) de Tomáš Hyka qui ricoche sur l’intérieur de sa botte droite (5-5).

Vladimír Sobotka donne un coup de crosse sur la main de Tkachyov, mais ses coéquipiers tuent la pénalité. Peu après sa sortie de prison, il part à 2 contre 1 et reçoit la passe de Michal Řepík, mais le gardien Ivan Fedotov a fait un bon déplacement. La Russie domine ensuite la fin du temps réglementaire, mais sans résultat.

Les Tchèques monopolisent la rondelle pendant la prolongation à 3 contre 3, avec pas mal de risques pour porter le palet. Ils concèdent une contre-attaque dangereuse mais Lukáš Sedlák fait un excellent repli pour la bloquer. Le rapide Tomáš Hyka, qui fait un bon travail de conservation, est victime d’un cinglage de Nikishin. Filip Pešán utilise son temps mort pour donner ses consignes à 4 contre 3 avec Kovář dans le slot et Kundrátek à la pointe. Sharipzyanov et surtout Elesin font un gros travail pour bloquer les one-timers dans les cercles, respectivement de Červenka et de Krejčí. Mais les Tchèques changent de joueurs, Libor Šulák reçoit le palet à mi-distance et ajuste Fedotov côté mitaine (5-6).

2022 02 12 rus tch3

Quel match ! Les amateurs russes se plaignaient que leur sélection ne leur donnait pas de spectacle ? Ils ont été servis cet après-midi. Ce match peut réconcilier deux pays traditionnels de hockey avec leurs équipes nationales et avec ce sport en perte de vitesse dans ces deux nations.

On y voit plus clair aussi sur le tableau final : les Tchèques termineront septièmes de la phase de poules (sauf victoire allemande face aux Américains demain) et devraient affronter en barrages… la Suisse, qu’ils ont battue aux tirs au but hier.

La Russie, elle, finira sans doute troisième du classement général, comme il y a quatre ans. Elle devrait affronter le vainqueur du barrage entre le Danemark et le perdant de Slovaquie-Lettonie. Un quart de finale supposé facile qui peut la consoler de cette défaite.

Commentaires d’après-match :

2022 02 12 rus tch sulakLibor Šulák (défenseur de la Tchéquie, en photo ci-contre)  : « C’est un beau sentiment de marquer le but décisif contre les Russes. Je suis très heureux que nous ayons gagné ce soir après cette course-poursuite. Comme défenseur, je préfère gagner 1-0 ou 2-1. Le gros point positif pour nous en play-offs, c’est que nous avons joué les powerplays comme il faut. Il faut juste s’améliorer défensivement et ça ira bien. C’est aussi important de se relaxer. Nous ne regarderons pas de hockey dimanche. Si on veut gagner le tournoi, il ne faut pas se préoccuper de ses possibles adversaires en avance. On verra contre qui on tombe. »

Filip Pešán (entraîneur de la Tchéquie) : « C’était très important pour nous de tirer avantage du powerplay. Je pense qu’on a fait un bon match. Nos défenseurs en particulier ont été fantastiques. Ils ont combiné, relancé les palets et ont même été très dangereux sur la ligne bleue offensive. C’est la grande différence avec les matches précédents, ils ont été actifs et ont fait face au forechecking russe. J’ai vraiment apprécié le hockey. C’était fantastique pour le spectateur. Si je devais choisir entre 1-0 et 6-5, je choisirais le second. Le hockey est joué pour les fans. Nous méritions vraiment de gagner ce match. Bien sûr, Hrubec aurait pu arrêter certains des buts. Mais d’une manièe ou d’une autre, il a trouvé un chemin vers la victoire, donc pour moi c’est un gardien qui gagne. »

Aleksei Zhamnov (entraîneur de la Russie) : « Nous devions nous prouver en attaque, à la fois dans le contrôle du palet et dans l’attaque de la cage. Nous avions eu beaucoup de tirs jusqu’ici, mais il n’y avait jamais de trafic devant le but. Les joueurs y sont allés et avaient faim de palet. Nous avons une brigade d’infériorité numérique à qui nous montrons les vidéos des autres équipes. À certains moments, les gars se sont un peu fatigués et la concentration a disparu. À d’autres, ils n’ont pas accompli les instructions. Mais globalement, les gars ont essayé, ils se sont battus, ils se sont jetés devant le palet. Je n’ai de reproche à faire à personne. Bien sûr que nous attendons plus de Vadim [Shipachyov] mais je pense qu’il prouvera sa valeur dans la suite du tournoi. Non, je ne regrette pas d’avoir aligné Fedotov pour la troisième fois. Notre prochain match est dans trois jours. Nous avons un entraîneur de gardiens et il avait confiance en lui. Nous sommes une équipe, donc il ne peut y avoir de reproches individuels. De ce que j’ai vu sur l’écran, Voronkov a tout bien fait, il a couvert le palet avec son corps. Merci aux arbitres… En prolongation, à 3 contre 4, ils auraient dû siffler retard de jeu aux Tchèques à l’engagement. »

 
Russie – Tchéquie 5-6 après prolongation (1-1, 1-2, 3-2, 0-1)
Samedi 12 février 2022 à 21h10 au Palais national omnisports de Pékin. 921 spectateurs.
Arbitres : Mikko Kaukokari (FIN) et Mikael Nord (SUE) assistés de Ludvig Lundgren (SUE) et Lauri Nikulainen (FIN).
Pénalités : Russie 33′ (6′, 25′, 0′, 2′), Tchéquie 10′ (4′, 4′, 2′, 0′).
Tirs : Russie 29 (6, 11, 12, 0), Tchéquie 41 (12, 16, 10, 3).

Évolution du score :
1-0 à 04’51 : Tkachyov assisté de Gusev et Nesterov
1-1 à 12’37 : Kundrátek assisté de Červenka et Stránský (sup. num.)
2-1 à 32’19 : Nesterov assisté de Gusev et Plotnikov (sup. num.)
2-2 à 38’41 : Krejčí assisté de Červenka et Kundrátek (sup. num.)
2-3 à 39’16 : Špaček assisté de Šulák et Sobotka (sup. num.)
2-4 à 43’14 : Klok assisté de T. Zohorna et H. Zohorna
3-4 à 43’50 : Semyonov assisté de Plotnikov et Andronov
4-4 à 46’43 : Gritsyuk assisté de Gusev et Tkachyov
5-4 à 48’22 : Chibisov assisté de Voinov et Shipachyov
5-5 à 48’57 : Hyka assisté de Sedlák et Krejčí
5-6 à 64’29 : Šulák assisté de Krejčí (sup. num.)

Russie

Attaquants :
Stanislav Galiev (+1) – Vadim Shipachyov (C, +1) – Andrei Chibisov (+1)
Nikita Gusev (+2) – Vladimir Tkachyov (+2, 2′) – Arseni Gritsyuk (+2)
Anton Slepyshev (-1) – Pavel Karnaukhov (-1) – Dmitri Voronkov (2’+25′)
Mikhaïl Grigorenko (-1) – Sergei Andronov (A) – Sergei Plotnikov
Kirill Semyonov

Défenseurs :
Nikita Nesterov – Aleksandr Nikishin (+1, 2′)
Egor Yakovlev (A, +2) – Alekandr Elesin (+2)
Sergei Telegin – Vyacheslav Voinov
Damir Sharipzyanov (2′)

Gardien :
Ivan Fedotov

Remplaçant : Aleksandr Samonov (G). En réserve : Timur Bilyalov (G), Artyom Minulin (D), Artur Kayumov (A).

Tchéquie

Attaquants :
Lukáš Sedlák (+1) – David Krejčí (A, +1) – Tomáš Hyka (+1, 2′)
Roman Červenka (C, -1) – Jan Kovář (-1) – Vladimír Sobotka (-1, 4′)
Matěj Stránský (-1) – Michael Špaček (-1) – Michal Řepík (-1)
Jiří Smejkal (-1, 2′) – Tomáš Zohorna (-1) – Hynek Zohorna (-1)
Radan Lenc [1 présence]

Défenseurs :
Libor Šulák (-1) – Vojtěch Mozík (-1)
Jakub Jeřábek (-3) – Tomáš Kundrátek (-2)
Lukáš Klok (+2, 2′) – Ronald Knot (+2)
David Sklenička (-1) [4 présences]

Gardien :
Šimon Hrubec

Remplaçant : Patrik Bartošák (G). En réserve : Roman Will (G), David Musil (D), Michael Frolík (A).

Les commentaires sont fermés.