Lyon – Toulon (Division 3, match d’interclassement)

457

Avant le début de ce match retour et au regard du score du match aller (remporté 5 à 1 à l’extérieur par les Lions), on peut se demander quelle sera l’attitude des Lyonnais. Vont-ils chercher à préserver leur invincibilité depuis le début de la saison ou vont-ils gérer l’avance acquise au match aller ?

Les premiers instants du premier tiers-temps donnent le ton avec Lyon à la manœuvre. À 1’42’’, ce sont pourtant les Lions qui concèdent la première pénalité, un accrochage d’Aloïs Franzino : les quelques tirs excentrés sont sans réel danger pour le portier des Lions Sydney David. De retour à égalité numérique, Lyon reprend ses bonnes intentions et accule Toulon dans sa zone. À la cinquième minute, Axel Fanget décoche un tir bien capté par Jason Gibson. Dans la foulée, Xavier Carrichon tente un tour de cage, repoussé par Gibson, Franzino récupère le rebond mais bute une nouvelle fois sur le gardien toulonnais. Damien Raux combine alors avec Franzino, permettant à Dominik Kysilka de tirer de près, mais l’action se termine par une nouvelle parade du gardien des Boucaniers. Les attaques lyonnaises continuent encore pendant près de trois minutes lors desquelles les Toulonnais écartent tant bien que mal le danger, notamment après un slalom dans la défense de Romain Ginier permettant un nouveau tir de Mouret.

Il faut attendre la mi-tiers pour voir le premier tir de Toulon avec un slap plein axe de Steven Brodeur arrêté sans laisser de rebond par David. Lyon domine dans presque tous les domaines du jeu avec notamment sa ligne « de parade » Franzino / Raux (positionné en attaque) / Kulha, dangereuse dès qu’elle est sur la glace, mais se heurte au gardien Jason Gibson, très en verve en ce début de partie.

À 13’21’’ Raux est puni pour « accrocher ». Copie (presque) conforme du premier power-play, Toulon s’installe dans la zone de Lyon, mais mis à part un tir de loin d’O’Brian Brodeur arrêté par David, les Lyonnais se dégagent sans trop de peine. Au retour à cinq, Raux passe en retrait pour Franzino qui bénéficie d’un tir ouvert une nouvelle fois arrêté par Gibson. Le Toulonnais Raphaël Descourtieux est sanctionné pour une charge incorrecte, mais 32 secondes plus tard, Mouret se voit chasser à son tour pour un accrocher après un duel dans la bande. À 4 contre 4, Toulon en profite pour ouvrir le score contre le cours du jeu : O’Brian Brodeur récupère un palet dans sa zone, repique vers le centre et déclenche un tir du poignet depuis le haut du slot dans la lucarne de David (0-1, 18’30). En fin de tiers, Franzino et Raux combinent de nouveau mais sans succès. Toulon rentre ainsi aux vestiaires avec un avance d’un but grâce à son réalisme et à la performance de son portier Gibson. Nettement dominateurs, les Lyonnais peuvent s’en vouloir d’avoir concédé trois pénalités dans le tiers.

2122 lyon (2)

La deuxième période commence sur les mêmes bases que le premier. Les Lions pressent et bloquent les Boucaniers dans leur zone. Franzino sert des passes à Kulha qui tire deux fois hors cadre. Ce n’est qu’au bout de cinq minutes dans la période que Toulon arrive à déclencher son premier tir avec un lancer lointain de Thomas Merbah arrêté par David. Lyon accentue sa pression, Kulha de près s’offre une nouvelle occasion et pousse Descourtieux à la faute. Pendant ces deux minutes d’infériorité numérique, Kysilka et Franzino sont à la manœuvre et permettent à Ginier puis à Robert de prendre de bons lancers, sans succès. Maxence Dopeux s’offre également deux tirs en fin de jeu de puissance sans pour autant passer le dernier rempart toulonnais.

Les Boucaniers subissent le jeu et fonctionnent en contre, comme en témoigne cette action de Jean Cazaubon Weitzel qui prend un tir sur lequel David concède un rebond que ne peut exploiter Merbah. La mi-match dépassée depuis plusieurs minutes, la domination lyonnaise finit par payer puisque Florian Portier parvient à délivrer les Lions (1-1, 34’35).

Les Lyonnais semblent soulagés d’avoir enfin percé la muraille des Boucaniers après presque 35 minutes d’une domination stérile. La joie sera de (très) courte durée. Sur une descente à 2 contre 1 orchestrée par Steven Brodeur, c’est Hervé Harivel qui vient battre David (1-2, 35’05). L’expérimenté Slovaque Kulha (45 ans) prend alors les choses en main avec un tir à bout portant puis une autre tentative, lancé en profondeur, mais sans succès. La ténacité de la première ligne lyonnaise est finalement récompensée à la trente-neuvième minute par l’égalisation de Franzino, bien aidé par Kulha (2-2, 38’06).

Score de parité donc à la fin de ce deuxième tiers. Lyon a la possession du puck et cherche à créer des espaces et des décalages en enchaînant les entrées de zone en contrôle, mais les Lions manquent de tranchant et cherchent peut-être trop le beau jeu au lieu de lancer à la cage pour profiter de rebonds et/ou en installant du trafic devant le gardien. De leur côté, les Boucaniers cherchent à exploiter au mieux les possibilités de contres grâce notamment au talent de la fratrie Brodeur.

2122 lyon

Le dernier tiers est à peine commencé que Kulha déborde la défense des Boucaniers, relaie avec Raux qui transmet à Franzino, fonçant à la cage. Coincé par son défenseur et pris dans son mouvement, l’attaquant des Lions percute à pleine vitesse Gibson, qui peine à se relever. Après quelques instants de flottement et l’intervention du staff varois, le portier reprend finalement sa place. Il est rapidement mis à l’épreuve : il arrête du gant une tentative de Robert puis s’interpose sur une action amenée par un jeu de passes entre Kulha et Franzino, et terminée par un tir de Raux. Comme lors des deux premières périodes, il faut attendre plusieurs minutes pour voir les Boucaniers adresser le premier lancer sur la cage lyonnaise.

A la 46e minute, un défenseur toulonnais tente une relance en profondeur plein axe depuis le coin derrière son but, passe interceptée par Raux alors posté seul dans l’enclave. Celui-ci ne manque pas de profiter de l’offrande (involontaire) de son adversaire pour fusiller Gibson (3-2, 45’09). Quelques instants plus tard, lancé en profondeur par les inévitables Kulha et Raux, c’est Kysilka qui conclut un breakaway en feintant Gibson (4-2, 47’11).

Les Toulonnais sont touchés mais certainement pas coulés. Moins de 2 minutes après, O’Bryan Brodeur réalise une action d’éclat : il récupère le palet dans sa zone défensive, accélère et parachève son coast-to-coast par un tir en angle qui trompe David, un peu friable sur ce but (4-3, 48’29). Le match est relancé d’autant plus que les Lyonnais concèdent un surnombre à 49’47’’. Malheureusement pour Toulon, les deux minutes de supériorité numérique ne donneront rien.

L’intensité du match recule d’un cran jusque dans les cinq dernières minutes où Toulon passe plus de temps en zone offensive et déclenche quelques tirs dangereux (notamment par Roman Novotny et Alexandre Ruster) bien arrêtés par David qui rassure sa défense. Alors qu’on s’attend à ce que Toulon sorte Gibson au profit d’un sixième joueur, les Boucaniers n’arrivent pas à conserver durablement la possession. Pire, sur un palet mis en fond de zone défensive toulonnaise, Fréderic Figon-Gage gagne son duel dans le coin, récupère le puck et le transmet à Kulha bien seul devant le filet. Il se décale et du revers place la rondelle hors de portée de Gibson (5-3, 59’46).

Lyon s’impose finalement 5 buts à 3 et conserve son invincibilité ainsi que le momentum avant le début des play-offs. La première ligne d’attaque Franzino – Raux – Kulha aura été de tous les bons coups et aura fait la différence. Si on devait mettre un bémol au tableau général, on rappellera que les Lions ont été menés au score sur ces deux matchs d’interclassement. Ils devront se montrer plus réalistes en play-offs pour s’éviter des frayeurs inutiles. Quant aux Boucaniers, ils auront livré un match courageux, leur abnégation et leur jeu en contre auront fait douter les Lions pendant plus de la moitié du match.

(Article de Nicolas Puccio, illustrations de Roger Sauvageot et Aline Roul)

2122 toulon
(Toulon, ici contre Briançon)

Lyon – Toulon 5-3 (0-1, 2-1, 3-1)
Samedi 12 mars 2022 à 20h30 à la Patinoire Charlemagne. 1206 spectateurs.
Arbitrage de Didier Hagopian et d’Arthur Bonnefoy
Pénalités : Lyon 8’ (6’, 0’, 2’), Toulon 4’ (2’, 2’, 0’)

Évolution du score :
0-1 à 18’30 : O. Brodeur assisté de Novotny
1-1 à 34’35 : Portier assisté de Ginier
1-2 à 35’05 : Harivel assisté de S. Brodeur
2-2 à 38’06 : Franzino assisté de Kulha
3-2 à 45’09 :  Raux, sans assistance (la feuille de match indique une assistance pour Franzino)
4-2 à 47’11 : Kysilka assisté de Kulha et Raux
4-3 à 48’29 : O. Brodeur
5-3 à 59’46’ : Kulha assisté de Figon-Gage et Kysilka


Lyon
(2′ pour surnombre)

Attaquants :
Aloïs Franzino (2’) – Damien Raux (2’) – Martin Kulha
Romain Ginier – Frédéric Figon-Gage (C) – Maxence Dopeux
Rémi Mouret (2’) – Hugo Petrozzi – Benjamin Robert
Florian Portier – Leo Filippi – Pavel Alexandre Voitik

Défenseurs :
Xavier Carrichon – Dominik Kysilka
Lydéric Puravet – Axel Fanget
Marcell Szelig

Gardien :
Sidney David

Remplaçant : Luke Bonello (G). Absents : David Kubovcik, Hugo Gaillochet, Mattéo Baravaglio, Sylvain Loua, Alexandre Estienne.

Toulon

Attaquants :
Jean Cazaubon Weitzel – Remi Landau (C) – Thomas Merbah (A)
Steven Brodeur – O’Brian Brodeur – Roman Novotny (A)
Hervé Harivel – Raphaël Descourtieux (4′) – Emmanuel Anais
Vivien Capocci – Yann Arrighi – Vincent Derupaz

Défenseurs :
Alexandre Ruster – Thibaut Frachon
Kevin Richard – Joris Fougera

Gardien :
Jason Gibson

Remplaçant : Cyprien Bautru (G)

Les commentaires sont fermés.