Red Bull Munich – Eisbären Berlin (finale de DEL, match 4)

88

Le quatrième match de cette finale peut consacrer les Eisbären qui ont encore livré la marchandise dans le match 3 à domicile (2-1). Mais il manquait peu de choses pour que Munich revienne au score. Cette fois les Bavarois sont dos au mur et n’ont plus le choix que de remporter la partie pour aller jouer le titre dans une cinquième manche.

Serge Aubin, qui dirige le groupe berlinois, maintient son discours et semble paré pour gagner : « Une tâche difficile nous attend. Mais nous savons à quoi nous attendre. Nous devons jouer comme nous l’avons fait la dernière fois et capitaliser sur nos opportunités. Si nous jouons passionnément, nous aurons une chance de gagner. Nous devons être prêts à nous battre et à garder nos émotions sous contrôle. Munich va tout jeter dans la balance. Il faut être prêt à ça. »

L’enchainement des matchs dans un calendrier ultra-serré pèse sur les organismes et le préparateur physique des Eisbären, Daniel Mawer, précise la situation : « Notre équipe est très en forme. Cela aide également à une régénération plus rapide. La chose la plus importante avec un calendrier serré, est de dormir suffisamment, de bien manger et de boire suffisamment. Nos physiothérapeutes moi travaillons tard pour que nos joueurs soient le mieux préparés possible lorsqu’ils sortent sur la glace. »

Les joueurs de Don Jackson ont un adversaire redoutable dans cette finale, mais ils ne lâcheront rien ! Justin Schütz s’échappe dès le début de match. Il s’enfonce dans la zone offensive, efface Kai Wissmann et place un revers sur Niederberger, qui dévie le puck (1’15). Et les Munichois insistent dans cette première période, le jeu va vite et sur un tir lointain, Boyle dévie le puck, en faisant écran devant Mathias Niederberger. Le palet rentre et c’est la folie dans le public. Mais après appel à la vidéo, le but est refusé. Boyle était dans la zone du gardien. (7’39).

Peu de temps après, sur un jeu en zone défensive berlinoise, un duel gagné permet à Franck Hördler d’hériter du palet. Avec vision et justesse ; il envoie une très longue passe à Matt White, qui allait entrer en zone offensive. Il fonce, à pleine vitesse, et place le puck sous la barre de Henrik Haukeland (8’41 : 0-1). C’est la valse des émotions…

Le but est indigeste mais le temps a jouer est encore long. Le sentiment d’urgence prédomine et Munich envoie du patin. Ortega s’infiltre dans un dribble fantastique et délivre le palet à Ben Smith, devant la cage. Mais Niederberger fait l’arrêt sur la reprise (15’18). Les Berlinois tentent de prendre de l’avance, sentant le danger sur leur cage. Le duo Pföderl / Noebels entre en zone et ce dernier effectue la reprise ras glace, bien dévié par Haukeland sur un mouvement latéral au sol (17’00).

Le premier tiers a encore donné une partie de très haut niveau, mais encore une fois c’est Berlin qui a saisi une occasion pour marquer.

munich6

En deuxième période, les Bavarois démontrent un collectif magnifique pour repartir de leur zone. Ils remontent la glace en quatre passes et Ortega conclut par une reprise à bout portant. Là encore, Niederberger reste solide (22’17). Mais à la suite d’une conquête de palet, lors d’une mise en jeu dans la zone munichoise, la rondelle fait le tour de la cage et Nielsen la dévie devant le gardien (24’52 : 0-2).

L’écart se creuse et Berlin insiste ! Sur un nouveau shoot à la cage, le palet sort de la zone mais Blaine Byron se précipite pour fermer la zone et le maintenir en jeu. À nouveau le puck passe derrière les buts et Noebels transmet à Pföderl qui envoie un « plomb » à la cage, poteau rentrant (25’43 : 0-3).

L’addition est lourde mais Munich tente encore. Ben Street qui s’échappe, mais Niederberger se couche au sol, et fait l’arrêt de la jambière. Les occasions bavaroises ne sont pas concrétisées et tout le problème est là (35’56). Et les choses ne s’arrangent pas car Ehliz est envoyé en prison. Wissmann lance dans le trafic et White dévie le puck, qui traverse les jambières de Haukeland (36’34 : 0-4).

Dans la troisième période, la situation est totalement bloquée. En fin de match, les Munichois donnent tout ce qui leur reste. Le jeu s’installe, Blum envoie le puck sur le gardien et le palet rebondit devant la ligne de but. C’est Nielsen qui nettoie la zone en urgence (56’13). Don Jackson tente tout de même de sortir le gardien et l’opération est punie par Matt White qui conclut par un triplé (59’50 : 0-5). Décidément tout réussit aux joueurs de la capitale, maintenant certains de conserver leur titre.

Cette finale a présenté un hockey de très haut niveau avec énormément d’intensité. Mais les détails et l’efficacité devant la cage ont fait la différence. Berlin a été impérial dans ce registre et démontre encore que cette équipe est bien la référence en Allemagne. Avec neuf titres de champion remportés depuis 2005, le club de la capitale se place parmi les meilleures formations qui ont écrit l’histoire du hockey allemand.

La légende du club continue. Cette collecte de titres se prolonge, comme si elle prolongeait l’autre histoire, celle du Dynamo Berlin. Les Eisbären sont situé géographiquement à l’Est de la ville et de nombreux fans, eux, perpétuent cette histoire, dans les travées des patinoires en brandissant les drapeaux et maillots rouge grenat orné du D majuscule, au milieu des effigies de l’ours polaire. À cette époque, leur club avait glané 14 titres du petit championnat de l’ex-RDA. Mais tout cela est une autre histoire…

Commentaires d’après-match :

Serge Aubin (entraîneur de Berlin) : « C’est une sensation indescriptible. Ce fut beaucoup de travail. Nous nous sommes battus pour cela toute l’année. Nous avons fait face à de l’adversité lors des séries éliminatoires, mais nous avons grandi ensemble en tant qu’équipe. Je suis incroyablement fier de mon équipe. »

Frank Hördler (capitaine de Berlin, neuf fois champion) : « Je suis ravi de la performance de notre équipe. Je suis heureux d’avoir été récompensé en tant que joueur le plus utile des séries éliminatoires. Mais pour moi, c’est une récompense de toute l’équipe. La profondeur de notre équipe a été essentielle à notre succès. »

Matt White (attaquant de Berlin) : « Respect à mes coéquipiers. Ça a été un long voyage pour arriver ici. Nous avons tous beaucoup sacrifié pour réussir. Un grand merci également à nos familles. Je suis content de mon triplé aujourd’hui, mais le succès de l’équipe est plus important. Nous avons joué avec concentration jusqu’à la fin aujourd’hui pour que la dynamique ne change plus. Nous sommes restés calmes et avons fait du bon travail. »

Don Jackson (entraîneur de Munich) : « Nous avons joué plus de temps dans leur zone et avons une chance en plus, mais la rondelle n’est pas entrée. Ils ont marqué les buts. La différence est là. »

Munich – Berlin 0-5 (0-1, 0-3, 0-1)
Mercredi 4 mai 2022 à 19h30 à la Olympia Eishalle.  5533 spectateurs.
Arbitres : Marian Rohatsch et Andre Schrader
Pénalités : Munich 8′ (4’, 2’, 2’) ; Berlin 6′ (2’, 4’, 0’)
Tirs : Munich 32 ; Berlin 23

Évolution du score :
0-1 à 08’41 : White assisté de Hördler et Wissmann
0-2 à 24’52 : Nielsen assisté de White et Jensen
0-3 à 25’43 : Pföderl assisté de Noebels et Byron
0-4 à 36’34 : White assisté de Wissmann et Noebels (sup. num.)
0-5 à 59’50 : White assisté de Nielsen et Niederberger (cage vide)

Red Bull Munich

Attaquants :
Austin Ortega – Ben Smith – Yasin Ehliz (4’)
Justin Schütz – Patrick Hager (2’) – Filip Varejcka
Frank Mauer – Max Kastner – Philip Gogulla
Trevor Parkes – Ben Street – Frederik Tiffels

Défenseurs :
Zach Redmond – Andrew McWilliam
Daryl Boyle – Maksymilian Szuber
Jonathon Blum (2’) – Max Daubner

Andrew O’Brien

Gardien :
Henrik Haukeland [sorti à 56’25]

Remplaçant : Danny Aus Den Birken (G). Absents : Yannic Seidenberg, Nicolas Appendino, Konrad Abeltshauser (surnuméraires).

Eisbären Berlin

Attaquants :
Marcel Noebels – Blaine Byron – Leonhard Pföderl
Matt White – Frans Nielsen – Kevin Clark
Giovanni Fiore – Mark Zengerle – Manuel Wiederer
Johann Södergran  – Sebastian Streu – Dominik Bokk

Défenseurs :
Jonas Müller (2’) – Morgan Ellis
Frank Hördler – Kai Wissmann (2’)
Nicholas Jensen  – Simon Després
Erik Mik

Gardien :
Mathias Niederberger

Remplaçant : Tobias Ancicka (G). Absents : Yannick Veilleux (blessé), Zach Boychuk.

Les commentaires sont fermés.