Une victoire qui remonte le moral des Bleus

Norvège - France (Kaufland Cup)

313

C’est la dernière phase de préparation avant le championnat du monde. La défense paraît définitive puisqu’elle compte huit hommes. Jules Boscq a été renvoyé à la maison pour faire place à Enzo Guebey, qui a passé la quasi-totalité des play-offs suisses en tribunes à Zurich et qui doit donc reprendre le rythme de match.

La problématique est encore plus vraie pour Alexandre Texier, qui n’a plus joué depuis janvier et qui revient au jeu ce soir pour l’équipe de France. En plus de Tex, Philippe Bozon a aussi appelé Gabin Ville au poste de centre. Deux centres, Jordann Bougro et Fabien Colotti, ont été retranchés. L’écrémage n’est pas encore fini en attaque car il reste deux joueurs de trop par rapport à l’effectif autorisé aux championnats du monde.

Après deux matches sans le moindre but en Italie et en Slovénie, l’équipe de France a une urgence face à la Norvège : marquer, absolument marquer. Elle compte pour cela sur le renfort d’Anthony Rech, qui a appris sa non-reconduction à Wolfsburg mais qui a fait de bons play-offs après une fin de saison régulière difficile avec un temps de jeu amputé. On le cherche ostensiblement. Sur un engagement en zone offensive remporté par Gabin Ville, Rech fonce à la cage pendant que Yohann Auvitu lui envoie le palet. Il ne conclut pas mais l’action se poursuit par un cycling efficace avec toujours un temps d’avance sur les Norvégiens. Rech se fait oublier en sortant de la zone puis revient libre entre les cercles pour recevoir la bonne passe du revers de Leclerc de derrière la cage (0-1). Un but collectivement bien construit, qui fait énormément de bien au moral.

L’équipe de France n’est pas d’un coup devenue dominante. C’est même la Norvège qui est légèrement devant aux tirs, et qui égalise de manière relativement logique, par sa quatrième ligne et Magnus Geheb, en début de deuxième période. Mais cette configuration de match est aussi positive. Les longues séquences de possession stérile vécues dans les Alpes juliennes ne correspondront pas à ce que les Bleus vivront au Mondial (sauf contre l’Italie). Ils auront beaucoup plus à défendre, et c’est une bonne nouvelle qu’ils le fassent bien. Henri-Corentin Buysse, élu joueur du match avec 30 arrêts, confirme qu’il est bien le numéro 1 logique devant les filets.

Ce match, les Bleus finissent même par le gagner en prolongation. Tim Bozon récupère un palet à droite de la cage, repique au centre et s’ouvre un angle de tir pour défaire Henrik Holm. La France renoue avec le succès et peut même remporter ce tournoi triangulaire si elle bat la Slovaquie. Mais l’essentiel sera de livrer une prestation solide face à un adversaire un cran au-dessus, et motivé par le soutien de son public.

Norvège – France 1-2 après prolongation (0-1, 1-0, 0-0, 0-1)
Vendredi 6 mai 2022 à 18h00 à la Niké Aréna de Žilina. 235 spectateurs.
Arbitres : Vladimír Baluška et Peter Stano (SVK) assistés d’Oto Durmis et Šimon Synek (SVK).
Pénalités : Norvège 2′ (0′, 0′, 2′, 0′) ; France 6′ (0′, 2′, 4′, 0′).
Tirs : Norvège 30 (9, 10, 11, 0) ; France 23 (6, 8, 8, 1).

Évolution du score :
0-1 à 13’46 : Rech assisté de Leclerc et Gallet
1-1 à 23’05 : Geheb assisté de Brekke Henriksen et Rønningen
1-2 à 63’27 : T. Bozon

Norvège

Attaquants :
Mats Rosselli Olsen (-2) – Mathis Olimb (C, -1) – Thomas Valkvæ Olsen (-1)
Andreas Martinsen – Michael Haga – Tobias Fladeby
Ludvig Hoff – Mathias Trettenes (A) – Kristian Jakobsson
Magnus Geheb (+1) – Magnus Brekke Henriksen (+1) – Martin Ronnild (+1)
Eirik Salsten (-1)

Défenseurs :
Emil Lilleberg – Johannes Johannesen (A, -1)
Christian Bull – Max Krogdahl (2′)
Daniel Bøen Rokseth (-1) – Andreas Klavestad (-1)
Håkon Løken Pedersen (+1) – Sverre Rønningen (+1)

Gardien :
Jonas Arntzen

Remplaçant : Jørgen Hanneborg (G). En tribune : Henrik Holm (G), Martin Røymark, Ken Andre Olimb (A).

France

Attaquants :
Sacha Treille (C) – Alexandre Texier (+1, 2′) – Tim Bozon (+1)
Jordann Perret – Valentin Claireaux (A) – Charles Bertrand
Guillaume Leclerc – Gabin Ville – Anthony Rech
Kévin Bozon (2′) – Nicolas Ritz – Peter Valier
Loïc Farnier (2′)

Défenseurs :
Yohann Auvitu (A) – Hugo Gallet (+2)
Florian Chakiachvili – Romain Bault
Pierre Crinon – Enzo Guebey
Thomas Thiry (-1)

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Remplaçant : Quentin Papillon (G). En tribune : Sebastian Ylönen (G), Vincent Llorca (D), Louis Boudon, Dylan Fabre (A). Absent pour motifs familiaux : Damien Fleury (A).

Les commentaires sont fermés.