Brest – Cholet (Division 1, 15e journée)

36

Énième retour 

Après avoir accueilli la réserve choletaise il y a tout juste une semaine, c’est au tour de l’équipe fanion de fouler la glace du Rïnkla Stadium devant 502 spectateurs seulement dont une poignée de supporters des Dogs. Les joueurs du Maine-et-Loire s’accrochent à la huitième et dernière place qualificative synonyme de play-off mais les Albatros comptent bien les distancer. Sean McGovern, fraîchement recruté par les visiteurs, occupe le centre de la deuxième ligne d’une équipe évoluant à quatre blocs. L’entraineur Julien Pihant tourne à treize attaquants et cinq défenseurs.

À Brest, Sylvain Codère, qui n’annonçait aucun changement dans les alignements dans la presse quotidienne régionale, titularise pourtant Jakub Schwartz comme troisième centre et cloue sur le banc Alex Dulude. En défense la paire de défenseurs productifs Gréverend – Doyle est dissociée après plusieurs matchs où ils ont subi des pertes de palets dangereuses.

Les Dogs présentent un alignement homogène. L’expérience, y compris en Ligue Magnus, de certains joueurs (Kristin, Majernik, Jestin, Mrena, Baluch…) est un atout. Les Bretons sont très timides en début de rencontre et les Dogs en profitent pour prendre le jeu à leur compte débouchant sur une ouverture du score méritée. Sur une incursion, Valère Vrielynck dans l’axe tire en direction de Dubé-Rochon. Le palet est contré sur un défenseur Brestois, le disque revient sur le Choletais qui retente sa chance. Le gardien repousse mais Lukas Zeliska est le premier au rebond (0-1 à 7’56’’).

Peu pénalisés ces derniers temps, les Albatros font preuve d’indiscipline et écopent de deux prisons (Power à 13’11 et Jonathan Avenel à 14’28’’) les réduisant à trois pendant quarante-deux secondes. Les blocs d’infériorités travaillent très bien et le danger est écarté. Les choses s’enveniment un peu par un faire trébucher de Mathieu Jestin sur Karel Richter. L’ex-Gapençais tombe de tout son long et le défenseur lui donne un coup de crosse dans le dos à terre (18’23’’). Fou furieux, l’attaquant tchèque se relève et se frictionne avec Jestin. Les deux prennent la direction du cachot.

À quatre contre quatre, les Bretons sont tout heureux d’égaliser sur un beau tir d’Erwan Pain dévié par le défenseur-offensif Charlie Doyle qui dévie en pleine course (1-1 à 18’44’’). C’est bien payé quand on dirige seulement trois tirs sur Saez dans la période initiale. Décidément indisciplinés, les locaux sont à nouveau sanctionnés juste avant la pause par une faute d’Alan Dana (19’46’’). Ils débutent donc à trois contre quatre au deuxième tiers.

Une infériorité qui coûte cher et qui prend à froid les Brestois. Les Dogs installent rapidement leur jeu de puissance en carré. Borovsky situé entre la bleue et le cercle d’engagement décale sur sa gauche pour un lancer sur réception puissant de Miroslav Kristin qui trompe Dubé-Rochon (1-2 à 20’21’’).

Brest réagit après une bonne récupération de Cannizzo qui lui permet de lancer Bernard en échappée mais l’attaquant Canadien s’enferme sur son revers et ne parvient pas à glisser le palet derrière Saez (22’30’’). On sent les Bretons fébriles et des Dogs qui ont du mordant. Vryelynck (24’10’’) et Grofek (30’) ont de belles occasions tandis que Brest loupe des frappes et est sanctionné.

Ben Power s’agace après une crosse haute sifflée et écope d’une méconduite (31’06’’). Les choses se compliquent après une mise en jeu remportée en zone offensive par McGovern. Le palet circule entre Dogs et Vrielynck tente sa chance à la surprise de Dubé-Rochon qui encaisse un troisième but (1-3 à 33’19’’). Il n’est pas impossible que le défenseur brestois en opposition au tir ait gêné la vue de son gardien ou bien dévié la trajectoire du palet.

Après une ultime pénalité tuée dans ce tiers, Brest rentre aux vestiaires avec deux buts de retard largement mérité. Les pénalités sont nombreuses mais même au complet les Albatros n’impressionnent guère et n’ont adressé que huit tirs sur Saez depuis le début du match. Les applaudissements accompagnant la rentrée des joueurs aux vestiaires donnent l’impression d’être de politesse.

La dernière période du temps réglementaire s’annonce décisive avec un prochain but qui donnera le ton de la fin de match. Ou bien Brest parvient à revenir à une longueur et tout est relancé. Ou bien l’écart grandi et les Dogs peuvent gérer leur fin de match. On l’a déjà vu face à Anglet et Val Vanoise, les locaux sont capables de faire basculer un match assez rapidement.

Sanctionnés d’un surnombre, les Choletais voient s’écrire le scénario qu’ils voulaient absolument éviter (43’07’’). La pénalité est en passe d’être tuée mais Bernard effectue un ultime tir dévié par Richter en lucarne opposée qui relance totalement la partie (2-3 à 45’07’’). C’est au tour de Cholet de cogiter. A trop laisser l’adversaire venir ils commettent des fautes et Mrkvicka est sanctionné d’un cinglage (46’36’’). Le jeu de puissance est trop peu installé pour espérer une égalisation néanmoins.

Les visiteurs sont toutefois dans le dur comme en témoignent les dégagements interdits successifs. Julien Pihant sent son équipe à bout de souffle étant bloqué pour changer les lignes après les dégagements refusés. Il pose son temps mort pour faire souffler et redonner des consignes (51’25’’). En vain puisque l’égalisation se produit moins de deux minutes après sur une déviation à nouveau. Cette fois Pain est le buteur sur une lourde frappe de Gyesbreghs (3-3 à 52’48’’).

Une égalisation qui force les Dogs à ressortir de leur niche et repartir de l’avant mais la dynamique est locale. Brest est même proche de refaire le coup de la victoire dans le money-time sur un temps fort à trois minutes de la fin du temps réglementaire par l’intermédiaire du bloc emmené par Kolodziejczyk. Mais Saez repousse les sollicitations (57’).

Il faut donc une période supplémentaire pour départager les deux équipes. Cholet semble plus à l’aise à trois contre trois et passe plus de temps que l’adversaire en zone offensive. Le nouveau Sean McGovern étant notamment diablement habile pour presser et gratter les palets devant ou derrière la cage de Dubé-Rochon.

Et pourtant Brest parvient à l’emporter sur son deuxième tir de la prolongation seulement. Au niveau de son but, Aleksi Laine d’une passe précise trouve la palette de Power en plein élan à la ligne rouge centrale. Il met dans le vent du revers Bergeron en position de défenseur, fonce vers la gauche de la cage et centre pour Lagarde qui inscrit le but vainqueur (4-3 à 65’47’’).

Bien mal embarqués, les Brestois refont le coup vu face à Anglet et Val Vanoise. Un retour et une victoire in-extremis. Un scénario qui démontre du caractère mais aussi un certain penchant à se mettre dans des difficultés les forçant à réagir. L’indiscipline est le point noir d’un match où il est vrai que l’arbitrage aura été tatillon. Heureusement le travail en infériorité était efficace. On a d’ailleurs bien vu que la dernière période était blanche de pénalité pour eux et cela s’en ressentait sur la dynamique de l’équipe.

Cholet peut s’en vouloir. Le travail était fait et bien fait jusqu’à un ultime tiers raté abordé trop à la reculade. Il aurait fallu ajouter un ou deux buts de plus sur les nombreuses situations de supériorités numériques notamment à cinq contre trois. Sean McGovern semble être une bonne pioche. L’attaquant Canadien a démontré ses qualités de centre en remportant beaucoup de mises en jeu y compris en zone offensive. La troupe de Pihant sera sans nul doute une plaie à jouer en play-off, étant donnée l’expérience impressionnante de plusieurs joueurs dans l’effectif.

Brest – Cholet 4-3 a.p (1-1, 0-2, 2-0, 1-0)
Samedi 10 décembre 2016 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 502 spectateurs
Arbitrage de Nicolas Cregut assisté de Leevan Thiebault et Théo Armbruster.
Pénalités : Brest 22′ (8’,4’+10’, 0’), Cholet 10′ (4’, 2’, 4’).
Tirs : Brest 18 (3, 5, 8, 2), Cholet 22 (7, 10, 1, 4)

Évolution du score :
0-1 à 07’56’’ : Zeliska assisté de Vrielynck
1-1 à 18’44’’ : Doyle assisté de Pain et J. Avenel
1-2 à 20’21’’ : Kristin assisté de Borovsky (Sup. num)
1-3 à 33’19’’ : Vrielynck assisté de Zeliska
2-3 à 45’07’’ : Richter assisté de Bernard et Lagarde
3-3 à 52’48’’ : Pain assisté de Gyesbreghs
4-3 à 65’47’’ : Lagarde assisté de Power et Laine

Brest

Attaquants :
Jonathan Avenel (C) – Erwan Pain (A) – Graham Avenel
Benjamin Lagarde – Bryan Kolodziejczyk – Benjamin Power
Jessyko Bernard – Jakub Schwarz – Karel Richter
Bastien Lardière (uniquement en infériorité à partir de 34’28’’)
 
Défenseurs :
Vadim Gyesbreghs – Aleksi Laine
Gaëtan Cannizzo – Charlie Doyle
Aurélien Gréverend (A) – Alan Dana

Gardien :
Sébastien Dubé-Rochon
 
Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Alex Dulude, Thibaut Chatellard, Jérémy Cormier.

Cholet

Attaquants :
Miroslav Kristin – Frédéric Bergeron – Tomas Grofek
Valère Vrielynck – Sean McGovern – Lukas Zeliska
Kévin Marias-Maguill – Stefan Majernik – Alexandre Lubin
Tomas Baluch (A) – Quentin Guineberteau (C) – Thybaud Rouillard
Arnaud Tharreau

Défenseurs :
Mathieu Jestin – Martin Borovsky
Radovan Trefny – Tomas Mrkvicka
Florian Aubé – Andrej Mrena (A)
Jacques Evrard

Gardien :
Thibault Saez

Remplaçant : Matthieu Depanian (G). Absents : Hugo Sarlin, Thomas Cornu.

Les commentaires sont fermés.

leo. quis, tempus Nullam consequat. accumsan diam Phasellus