Voltaire appelé pour défendre Greiss accusé d’extrémisme

61

La polémique n’a cessé d’enfler en Allemagne autour de Thomas Greiss. Tout est parti des réseaux sociaux où certains ont remarqué que le gardien des New York Islanders avait « liké », lors de la campagne présidentielle américaine, des images sur Instagram qui comparaient Hillary Clinton et Adolf Hitler ou qui montraient Trump en chevalier avec une épée ensanglantée et la candidate démocrate décapitée…

Allemagne Fans 170512 392Le président du comité olympique allemand a déclaré qu’un joueur qui communiquait ainsi ne pourrait pas faire partie de l’équipe olympique. À vrai dire, pour ce qui est d’interdire sa présence aux JO, comme de tous ses confrères de NHL, Bettman et les dirigeants de la ligue nord-américaine s’en étaient déjà chargés… Mais cette déclaration donne la mesure du scandale. Le débat (exemplarité des internationaux contre liberté d’expression) agite la presse allemande…

Une heure avant le match contre le Danemark, le vice-président de la fédération allemande Marc Hindelang a été contraint de tenir une conférence de presse : « Il est important pour nous de clarifier que Thomas Greiss n’est pas un extrémiste de droite. Nous avons déjà parlé avec lui avant les Mondiaux, il a retiré les likes pour les images en question. C’est un professionnel qui vit depuis onze ans aux États-Unis et est marié à une Américaine. Les élections sont conduites de manière très émotionnelle et la formation des opinions est différente de chez nous. »

Danemark Allemagne 170512 444Hindelang a ensuite fait un plaidoyer pour la liberté de pensée, avec toutefois une ligne rouge : Hitler. Il a dit que l’équipe nationale reflétait toute la société et suggéré : « Je peux bien m’imaginer qu’il y a en équipe de France des joueurs qui votent Le Pen. »

Enfin, il a conclu en citant Voltaire : « Je désapprouve ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » Citation bien connue que – soit dit en passant – le philosophe français n’a jamais écrite ; c’est une une Anglaise, Evelyn Beatrice Hall, qui a résumé sa pensée ainsi dans un ouvrage intitulé The Friends of Voltaire en 1906, en ajoutant des guillemets qui ont induit en erreur les lecteurs.

Endras ne joue pas. Blessé, il est sur le banc comme remplaçant de Danny aus den Birken. De plus, l’Allemagne vient d’annoncer l’arrivée d’un autre gardien de NHL, Philipp Grubauer (en plus de la star offensive Leon Draisaitl). Faut-il y voir un lien avec cette controverse ? Pas forcément. Faisons a priori confiance en Marco Sturm sur la réalité de la blessure de Greiss. En tout cas, l’arrivée de Grubauer figure depuis longtemps dans ses plans et il a toujours dit qu’il donnerait priorité aux gardiens de NHL.

Danemark Allemagne 170512 482L’ambiance dans les tribunes de Cologne n’est pas à la polémique politique. Le public soutient sans faille son équipe, qui le lui rend bien avec deux buts dans les dix premières minutes. Un tir de la bleue de Yasin Ehliz à travers le trafic ricoche sur le haut du masque du gardien, et Patrick Reimer le rabat dans les airs (1-0).

Le second but est la conséquence de trois duels individuels gagnés chacun à leur manière par les joueurs allemands. Dominik Kahun dribble d’abord joliment Julian Jakobsen à sa ligne bleue défensive. Yannic Seidenberg déborde ensuite Markus Lauridsen dans la bande sur l’aile droite et échappe à sa charge. Le centre du revers est ensuite repris au second poteau par Brooks Macek qui a devancé Emil Kristensen au second poteau (2-0). La défense danoise a semblé peu mobile et dépassée en agilité sur cette action.

Danemark Allemagne 170512 577Mais deux rebonds laissés par Danny aus den Birken remettent le Danemark dans la partie. Posté près de la cage pendant un slap d’Emil Kristensen, Frederik Storm réagit plus vite qu’Abeltshauser. À peine vingt-cinq secondes plus tard, le tir en angle de Mads Christensen aboutit à un rebond offert dans l’axe à Morten Poulsen qui a la cage ouverte (2-2). Aus den Birken doit ensuite arrêter un tir de Mads Christensen, son coéquipier à Munich, pour empêcher les Danois de passer en tête avant la pause.

Les deux équipes ont leur chance en deuxième période. Brooks Macek manque la cage ouverte alors qu’un tir puissant est dévié en sa direction. Le Danemark, quant à lui, obtient un 5 contre 3. Un parfait jeu en triangle est mené par Nikolaj Ehlers à la bleue et Peter Regin à droite, mais la crosse du gardien Danny aus den Birken touche le palet juste ce qu’il faut pour qu’il se mette à sautiller et que la reprise au poteau gauche de Patrick Russell, rendue plus difficile, échoue sur le poteau de la cage ouverte.

Danemark Allemagne 170512 546L’Allemagne domine la troisième période pour essayer de faire enfin la différence. Felix Schütz manque la cible sur passe de Plachta. Un revers de Fauser est paré de justesse par la mitaine de Sebastian Dahm. Le gardien danois fait aussi opposition à une étonnante action solitaire du défenseur Frank Hördler, qui n’aura pas fait le voyage pour rien puisqu’il a provoqué un cinglage de Nicholas Jensen. La supériorité numérique ne donne rien et le temps réglementaire se termine sur un score nul, non sans un dernier arrêt de Dahm face à Reimer à six secondes de la fin.

En prolongation, Dahm frustre encore Dennis Seidenberg par un bon déplacement, et c’est le Danemark qui finit par rafler la mise. À 2 contre 1, Nikolaj Ehlers attire Yasin Ehliz vers la bande et centre pour Peter Regin seul dans l’axe qui marque sous les bottes de Danny aus den Birken. La victoire est pour les rouges et la différence s’est surtout faite entre les deux gardiens… Comme si l’ombre noire de Greiss planait…

L’Allemagne n’a pas encore perdu espoir de qualification en quart de finale, mais elle a grillé son dernier joker ce soir. Elle devra maintenant faire le plein de points face à l’Italie puis à la Lettonie. En plus, elle compte un nouveau blessé : Moritz Müller, le capitaine de Cologne, sorti en première période.

Désignés joueurs du match : Dennis Seidenberg pour l’Allemagne et Morten Poulsen pour le Danemark.

Danemark Allemagne 170512 499 700

Commentaires d’après-match

Peter Regin (attaquant du Danemark) : « J’ai perdu la mise au jeu en prolongation, et pendant la minute et demie qui a suivi, je ne crois pas que nous ayons vu le palet. Nous étions très fatigués mais Nik Ehlers est un des patineurs les plus rapides du monde et il a créé un 2 contre 1. J’ai eu la chance que le palet entre sous les jambières. »

Nikolaj Ehlers (attaquant du Danemark) : « Ils nous ont mis sous une énorme pression dans les dix premières minutes, mais nous sommes revenus. »

Felix Schütz (attaquant de l’Allemagne) : « D’après l’expérience des derniers tournois, chaque point est important. Nous étions tendus contre la Slovaquie, pas dans ce match-ci. Il faut se souvenir que nous avons deux absents avec Patrick Hager et Tobi Rieder et que les lignes ont dû être modifiées. Hagi va maintenant revenir et Leon Draisaitl arrive en plus. Les trois points contre l’Italie sont une obligation. Si on y arrive et si les Lettons ont deux défaites, on aura une vraie finale contre la Lettonie. Mais on doit d’abord battre l’Italie. »

Christian Ehrhoff (défenseur de l’Allemagne) : « Nous avons fait un très bon départ. Bien sûr, nous aurions préféré ne pas encaisser ces deux buts sur des rebonds, mais nous, les défenseurs, devons faire un meilleur travail là-dessus. Je pense que nous avons fait un très bon dernier tiers. Le gardien Sebastian Dahm a fait d’excellents arrêts, le meilleur exemple était en prolongation où Dennis Seidenberg avait tout bien fait. La défaite est frustrante, mais nous avons 24 heures pour nous préparer au prochain match. »

Danemark Allemagne 170512 560 700

 

Danemark – Allemagne 3-2 après prolongation (2-2, 0-0, 0-0, 1-0)
Vendredi 5 mai 2017 à 20h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 18629 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Jan Hribik (TCH) et Marcus Linde (SUE) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Miroslav Lhotsky (TCH).
Pénalités : Danemark 10′ (2′, 4′, 4′, 0′) ; Allemagne 12′ (4′, 4′, 4′, 0′).
Tirs : Danemark 29 (15, 9, 4, 1) ; Allemagne 29 (10, 6, 12, 1).

Évolution du score
0-1 à 08’26 » : Reimer assisté d’Ehliz et D. Seidenberg
0-2 à 09’43 » : Macek assisté de Y. Seidenberg et Kahun
1-2 à 16’09 » : Storm assisté de Kristensen et Jakobsen
2-2 à 16’34 » : Poulsen assisté de Christensen
3-2 à 61’40 » : Regin assisté d’Ehlers et Dahm

Danemark

Attaquants :
Nikolaj Ehlers (+1) – Peter Regin (A, +1) – Morten Madsen (A)
Frederik Storm – Julian Jakobsen (2′) – Nichlas Hardt
Morten Poulsen – Morten Green (C) – Mads Christensen
Patrick Russell – Mikkel Aagaard (2′) – Mathias Bau

Défenseurs :
Jesper B. Jensen – Nicholas B. Jensen (-1, 4′)
Emil Kristensen – Markus Lauridsen
Oliver Lauridsen (+1, 2′) – Mathias Lassen (+1)

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : George Sorensen (G), Philipp Bruggisser (D), Nicolai Meyer (A).

Allemagne

Attaquants :
Yasin Ehliz – Frederik Tiffels (2′) – Patrick Reimer (+1)
Yannic Seidenberg – Dominik Kahun – Brooks Macek
Philip Gogulla (2′) – Felix Schütz – Matthias Plachta (-1)
David Wolf (-1, 2′) – Gerrit Fauser (-1) – Marcus Kink (A)

Défenseurs :
Denis Reul (4′) – Christian Ehrhoff (C, -1, 2′)
Moritz Müller – Dennis Seidenberg (A)
Konrad Abeltshauser (-1) – Frank Hördler
Justin Krueger (+1)

Gardien :
Danny aus den Birken

Remplaçant : Thomas Greiss (G). Absents : Tobias Rieder (ligaments du pied droit), Patrick Hager (suspendu).

 Danemark Allemagne 170512 427 700

Les commentaires sont fermés.