Parfaite entrée en lice des Canadiennes

130

Ce dimanche, les deux superpuissances du hockey féminin entamaient leur tournoi aux JO de PyeongChang. Après les Américaines, qui ont déjoué la Finlande, au tour des Canadiennes de rejoindre le Kwandong Hockey Centre, face à la Russie.

Ou plutôt les Athlètes olympiques de Russie (AOR), dénomination rendue par le Comité International Olympique, qui a obligé la représentation des Russes par un drapeau neutre. Qu’importe, l’enjeu reste le même pour la Russie, qui s’attaque à un poids lourd du hockey féminin. Les Canadiennes restent sur quatre titres olympiques consécutifs et n’entendent pas baisser la cadence.

Parmi elles, Ann-Renée Desbiens n’a jamais obtenu de médaille d’or aux Jeux olympiques. La gardienne québécoise de 23 ans fait un come-back remarqué. Desbiens n’avait disputé aucune compétition officielle depuis les Mondiaux 2015 mais la forte sollicitation en préparation témoigne d’une main tendue de la coach Laura Schuler. Desbiens saura-t-elle saisir sa chance dans un alignement où Shannon Szabados fait figure de numéro 1 ?

Solidarité russe

Pour entrevoir une petite chance, les Russes vont devoir faire bloc devant la jeune Nadezhda Morozova (21 ans), préférée à l’autre Nadezhda, l’expérimentée Alexandrova. Surtout que les Canadiennes mettent beaucoup d’intensité dès l’entame de la rencontre. Rapidement, Poulin et Agosta allument les premières mèches. Mais la défensive fait preuve d’une mobilité qui limite pour le moment les bonnes positions de tir pour le Canada. Morozova a donc du soutien devant elle, à l’image de Nikolayeva qui fait un retour défensif remarquable sur Nurse.

Le Canada domine nettement en terme de possession mais la résistance russe en défense, à défaut de construire des actions offensives, semble les perturber et les force à l’imprécision, même lors des deux jeux de puissance de ce premier tiers-temps. Fortino, Jenner, Daoust, les Canadiennes se cassent les dents sur la gardienne Morozova, quand ce n’est pas le bras ou la jambe d’une autre joueuse russe. Mention toutefois à Jennifer Wakefield, qui tape la barre transversale. C’est insuffisant, 0-0 après vingt minutes.

Le Canada se déride

En difficulté, on pourrait revoir les Canadiennes avec un visage sombre. C’est pourtant un grand sourire qu’affiche la capitaine Marie-Philip Poulin au retour des vestiaires, comme si elle souhaitait dérider ses coéquipières. Et ça marche. Jillian Saulnier et Brianne Jenner travaillent derrière la cage, Rebecca Johnston, qui jaillit devant l’enclave, est servie et frappe à bout portant (1-0, 21’55). Le Canada a trouvé la faille. En supériorité numérique, il ne faut que huit secondes à Haley Irwin, à la déviation d’un tir lointain de Johnston, pour valider le jeu de puissance et doubler la mise (2-0, 24’13).

Jusque-là très discrètes en zone offensive, les Russes obtiennent leur plus belle chance à la mi-match. Valeria Pavlova enrhume totalement la défense canadienne, Desbiens fait un première arrêt, puis un deuxième sur un tir en pivot, encore signé Pavlova. L’AOR entraîné par Aleksei Chistyakov tente toujours de se calquer sur le même rythme que le Canada, et parvient à tuer sa quatrième pénalité. Mais le Canada domine tellement les débats que, même à forces égales, les Russes sont débordées. Mélodie Daoust profite d’un nouveau moment de faiblesse de l’AOR en profitant d’un centre de Meghan Agosta (3-0, 35’58). Pour se relancer, les Russes obtiennent ensuite leur premier jeu de puissance, mais leur possession en zone offensive est bien trop fragile pour inquiéter Desbiens.

La Russie obtiendra un autre jeu de puissance en troisième période, plus soigné avec des chances de Sosina, Pavlova et Kadirova, mais Ann-Renée Desbiens semble bien partie pour un blanchissage. En revanche, le calvaire n’est pas fini pour Morozova, une double infériorité numérique de son équipe ne va pas l’aider. Batalova et Goncharenko en prison, Rebecca Johnston profite de cette occasion en réalisant un superbe tir sous la barre, dans un angle très réduit (4-0, 48’41). La Russie commence à prendre à l’eau, à l’image du dégagement de Belyakova dans les patins de Marie-Philip Poulin qui frappe du revers, le puck longe la ligne de but et Mélodie Daoust n’a plus qu’à pousser au fond des filets (5-0, 50’44).

C’en est trop pour le coach Chistyakov qui sort la bien courageuse Morozova pour l’autre Nadezhda, Alexandrova. Celle-ci aura eu au moins le mérite d’enrayer la machine canadienne, réalisant de belles parades face à Agosta, Wakefield (sur la ligne !) et Jenner. Quant à Desbiens, il ne lui restera qu’un dernier tir notable de Lyudmila Belyakova à se mettre sous la dent avant de valider son jeu blanc au buzzer final.

Le mur russe n’a finalement tenu que vingt minutes, le temps que le Canada se remobilise et retrouve son efficacité. Au final, l’addition est lourde mais les Russes bénéficieront d’un jour de repos avant de tenter le même coup mardi face à l’autre poids-lourd, les États-Unis. Le Canada affrontera plus tôt dans la journée la Finlande.

Commentaires d’après-match

Rebecca Johnston (attaquante du Canada) : « C’est sympa de voir ces buts rentrer, c’est sûr. Beaucoup de filles ont eu des occasions franches, et les miennes ont fini par rentrer. En terme d’équipe, je pense que nous avons réalisé du bon travail en terme d’occasions créées. »

Meghan Agosta (attaquante du Canada) : « Nous avons beaucoup de talent dans cette équipe, beaucoup de vitesse, beaucoup d’habilité. Nous avons beaucoup de joueuses qui peuvent contribuer au jeu, et c’est ce dont nous avons besoin. Nous avons besoin que chacune d’entre nous soit efficace. Ce soir, en marquant cinq buts, je pense que l’objectif est atteint. »

Olga Sosina (capitaine des Athlètes olympiques de Russie) : « Je pense que nous nous sommes bien défendues face au Canada durant la première période. Si nous avions pu marquer ou au moins nous créer des occasions, peut-être que l’issue aurait été différente. Après tout, marquer un but permet de donner une impulsion à tout le monde, et c’est ce qui peut changer un match. Si nous avions profité des nos occasions, le match se serait déroulé différemment. »

 

Canada – Athlètes olympiques de Russie 5-0 (0-0, 3-0, 2-0).
Dimanche 11 février 2018 à 21h10 au Kwandong Hockey Centre. 3912 spectateurs.
Arbitrage de Nikoleta Celarova (SVK) et Katarina Timglas (SUE) assistées de Jenni Heikkinen (FIN) et Lisa Linnek (ALL).
Pénalités : Canada 4′ (0′, 2′, 2′), AOR 14′ (4′, 6′, 4′).
Tirs : Canada 48 (15, 9, 24), AOR 18 (5, 7, 6).

Évolution du score :
1-0 à 21’55 : Johnston assistée de Jenner et Saulnier
2-0 à 24’13 : Irwin assistée de Johnston (sup. num.)
3-0 à 35’58 : Daoust assistée d’Agosta et Poulin
4-0 à 48’41 : Johnston assistée de Lacquette et Poulin (sup. num.)
5-0 à 50’44 : Daoust assistée de Poulin

Canada

Attaquantes :
Meghan Agosta (A, +2) – Marie-Philip Poulin (C, +2) – Mélodie Daoust (+2)
Rebecca Johnston (+1, 2′) – Brianne Jenner (A, +1) – Jillian Saulnier (+1)
Natalie Spooner – Blayre Turnbull – Jennifer Wakefield
Laura Stacey – Emily Clark – Sarah Nurse (2′)
Bailey Bram – Haley Irwin

Défenseures :
Laura Fortino – Renata Fast (+1)
Jocelyne Larocque (+2) – Brigette Lacquette (+1)
Lauriane Rougeau (+1) – Meaghan Mikkelson (+1)

Gardienne :
Ann-Renée Desbiens

Remplaçante : Shannon Szabados (G). En tribune : Geneviève Lacasse (G).

Russie

Attaquantes :
Valeria Pavlova (-1) – Lyudmila Belyakova (-1, 2′) – Olga Sosina (C, -1)
Alevtina Shtaryova – Yelena Dergachyova (A) – Anna Shokhina
Yekaterina Smolina (-2) – Yevgenia Dyupina (-2) – Fanuza Kadirova (-2, 2′)
Alyona Starovoitova – Diana Kanayeva – Viktoria Kulishova

Défenseures :
Liana Ganeyeva (-1) – Maria Batalova (A, -1)
Nina Pirogova (2′) – Angelina Goncharenko (4′)
Yekaterian Nikolayeva (-2) – Yekaterina Lobova (-2, 2′)
Svetlana Tkachyova

Gardienne :
Nadezhda Morozova puis Nadezhda Alexandrova à 50’44 »

En tribune : Valeria Tarakanova (G), Yekaterina Likhachyova (A).

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :