Les Canadiennes rejoignent les rivales en finale olympique

139

Verrons-nous encore le grand classique du hockey féminin en finale olympique ? Alors que les Américaines se sont aisément qualifiées après avoir battu la Finlande (5-0), c’est au tour des Canadiennes de rentrer en piste, face à la Russie.

Contrairement à leurs voisines du sud qui avaient connu un accident de parcours en 2006, les Canadiennes ont toujours atteint la finale du tournoi olympique féminin, depuis sa création 1998. Les Athlètes olympiques de Russie, battues 5-0 en phase préliminaire, peuvent-elles les en empêcher ? En tout cas, les Russes n’ont jamais battu le Canada en compétition officielle, ni aux Jeux olympiques, ni aux Championnats du monde. Elles tenteront toutefois de s’inspirer de leurs benjamines, puisque l’équipe russe U18 féminine avait fait sensation en début d’année en battant le Canada à Dmitrov, bastion d’une dizaine de joueuses de la sélection olympique.

Faux départ pour les Russes

Shannon Szabados, déjà auréolée de deux titres olympiques et désignée numéro 1 par la coach Laura Schuler, prend place devant la cage canadienne. Aleksei Chistyakov joue lui un coup de poker en titularisant la plus jeune de ses gardiennes, Valeria Tarakanova (19 ans), qui n’a pas joué un seul match complet à PyeonChang. Tarakanova n’a été alignée que pendant 34’38 en phase préliminaire, chassée du match par les Américaines après quatre buts encaissés.

Le Canada s’installe très rapidement dans le camp russe. Et rapidement, les favorites vont débloquer le tableau de marque. Blayre Turnbull et Natalie Spooner travaillent dans le coin droit, Spooner s’empare du palet et file derrière la cage mais le délivre entre-temps à Jennifer Wakefiekd, qui bat Tarakanova côté gant (1-0, 01’50). Les Russes ne pouvaient pas débuter de pire manière, leur réaction se résumant à un tir lointain de Shokhina, saisi de la mitaine par Szabados. Et de l’autre côté, Nurse réussit à toucher le poteau, après avoir débordé côté droit. Les Athlètes olympiques de Russie sont sous pression, et Goncharenko se permet de faire la police devant sa gardienne, c’est la première pénalité à la 7e minute.

Mais les Russes se sortent brillamment de cette première infériorité numérique, et connaissent même un temps fort de possession en zone offensive, sans pour autant mettre en difficulté Szabados. En tout cas, pas avant quelques minutes avec une occasion en or de l’AOR. Alevtina Shtaryova est lancée couloir gauche et passe à l’opposé à Anna Shokhina, qui frappe. Shannon Szabados fait l’arrêt de la jambière mais laisse un rebond. Yelena Dergachyova, qui a une porte ouverte devant elle, loge le puck dans le dos de Szabados, qui peut souffler un grand coup. Les Russes ont cru à leur premier but, les Canadiennes croiront à leur deuxième. Postée à droite, Laura Fortino frappe, le palet touche le pied de Tarakanova et flirte avec la ligne de but. Fortino peut lever les bras au ciel, le palet ne franchit pas la ligne. Une déviation de Shtaryova et un tir dans l’axe de Poulin constitueront les derniers dangers de cette première période.

La malédiction des débuts de période

Finalement, les Russes ne sont pas surclassées et conservent un court handicap au tableau d’affichage. Mais si elles ont encaissé un but rapide en première période, elles connaissent la même issue en deuxième. Mélodie Daoust percute en zone offensive et sert Marie-Philip Poulin, qui bat du revers Valeria Tarakanova (2-0, 23’10). On retrouvera ensuite Poulin sur le banc des pénalités. À défaut de s’installer durablement en zone offensive, les Russes se créent deux occasions nettes lors de leur premier jeu de puissance. Tout d’abord, Olga Sosina réalise une puissante reprise de volée, Yekateria Nikolayeva est au rebond et oblige Szabados à un arrêt réflexe. Puis la gardienne du Canada doit écarter une puissante frappe de Batalova.

Les Canadiennes ont passé sans encombre la petite tornade russe et se ruent de nouveau à l’assaut du but adverse. Jenner et Wakefield sont les plus dangereuses lors d’un nouveau jeu de puissance canadien. Des Canadiennes qui poursuivent leurs efforts à forces égales mais, avec le soutien de l’importante communauté russe, l’équipe de Chistyakov ne craque pas davantage. Les deux équipes se rendent même coup pour coup, au sens premier du terme. Smolina assène une violente charge en zone neutre à Jillian Saulnier, elle sera sanctionnée. Anna Shokhina est elle sonnée par une crosse haute de Lacquette, cette dernière ne sera pas pénalisée.

2-0, le score est encore honorable pour les Russes. Mais malheureusement, elles vont retomber dans leurs travers en encaissant un autre but en début de période. Nous sommes à l’amorce du troisième tiers-temps, le palet circule derrière la cage de Tarakanova, Jennifer Wakefield le récupère et frappe, le palet passe sous la manche de Tarakanova pour rebondir à l’intérieur du but (3-0, 41’59). C’est un mauvais pion qu’encaisse la jeune gardienne de Nizhny Novgorod et, à croire qu’elle est atteinte psychologiquement, elle encaisse un autre but 31 secondes plus tard. Laura Stacey remonte le puck côté droit et délivre un centre qui semble anodin, Sarah Nurse vient gêner Tarakanova et Emily Clark, dans la confusion, en profite pour marquer (4-0, 42’30). Déjà remplacée en cours de jeu face aux États-Unis, Valeria Tarakanova est chassée et remplacée par l’expérimentée Nadezhda Alexandrova.

La Russie a craqué mais elle produira par la suite deux splendides actions. D’abord par Lyudmila Belyakova, qui enrhume Larocque dans le camp canadien, mais elle est contrée de justesse par Lacquette. Puis par Valeria Pavlova, qui met dans le vent Saulnier et force une parade de Szabados. Alexandrova tient un temps sa petite invincibilité, laissant notamment mourir dans le petit filet un centre dangereux de Lacquette pour Daoust. Mais elle ne pourra rien lors de la dernière pénalité russe. Mélodie Daoust s’infiltre de nouveau avec élégance en zone offensive, elle sert Haley Irwin qui frappe, le rebond revient à Rebecca Johnston qui tire une première fois sur la transversale puis au fond des filets à son deuxième essai (5-0, 54’08). Ce sera le score final, en dépit de deux dernières occasions de Nurse et Daoust, détournées par Alexandrova.

Les Russes ont eu plus de répondant que la Finlande face aux États-Unis. Mais le résultat est identique. Les Canadiennes l’ont emporté à l’usure et tenteront de décrocher une cinquième médaille d’or consécutive aux Jeux olympiques, aux dépens des grandes rivales américaines.

Commentaires d’après-match

Jennifer Wakefield (attaquante du Canada) : « Je pense que nous étions tout simplement prêtes pour la finale. Je n’avais pas trop pensé à cela. C’est ce pourquoi nous nous entraînons depuis quatre ans. C’est vraiment génial, c’est ce que nous voulions. Vous ne voulez pas du match de consolation [pour la médaille de bronze, NDLR]. C’est vraiment génial de sortir de ce match et de jouer la finale. Ce sont les Jeux olympiques, c’est la quintessence du hockey féminin. »

Olga Sosina (attaquante de la Russie) : « Si vous observez tous nos matchs, vous remarquerez que nous avons progressé durant le tournoi. Nous nous sommes créé davantage d’occasions durant ce match. Mais une fois encore, nous avons eu trop de pénalités. Maintenant, nous devons passer à autre chose et obtenir cette médaille de bonze. »

 

Canada – Athlètes olympiques de Russie 5-0 (1-0, 1-0, 3-0).
Lundi 19 février 2018 à 21h10 au Gangneung Hockey Arena.
Arbitrage de Katie Guay (USA) et Melissa Szkola (USA) assistées de Lisa Linnek (ALL) et Johanna Tauriainen (FIN)
Pénalités : Canada 4′ (0′, 2′, 2′), AOR 16′ (4′, 4′, 8′)
Tirs : Canada 47 (11, 14, 22), AOR 14 (6, 4, 4)

Évolution du score :
1-0 à 01’50 : Wakefield assistée de Spooner et Turnbull
2-0 à 23’10 : Poulin assistée de Daoust
3-0 à 41’59 : Wakefield assistée de Fortino et Turnbull
4-0 à 42’30 : Clark assistée de Stacey et Mikkelson
5-0 à 54’08 : Johnston assistée de Daoust et Irwin (sup. num.)

Canada

Attaquantes :
Meghan Agosta (A, +1) – Marie-Philip Poulin (C, +1, 2′) – Mélodie Daoust (+1)
Rebecca Johnston – Brianne Jenner (A) – Jillian Saulnier
Natalie Spooner (+2) – Blayre Turnbull (+1) – Jennifer Wakefield (+2)
Laura Stacey (+1) – Emily Clark (+2) – Sarah Nurse (+1)
Bailey Bram – Haley Irwin

Défenseures :
Laura Fortino (+2) – Renata Fast (+2)
Jocelyne Larocque (+1) – Brigette Lacquette (+1, 2′)
Lauriane Rougeau (+1) – Meaghan Mikkelson (+1)

Gardienne :
Shannon Szabados

Remplaçante : Geneviève Lacasse (G). En tribune : Ann-Renée Desbiens (G).

Russie

Attaquantes :
Valeria Pavlova (-1) – Lyudmila Belyakova (-1) – Olga Sosina (C)
Alevtina Shtaryova (-1) – Yelena Dergachyova (A, -1, 2′) – Anna Shokhina (-1)
Yekaterina Smolina (-2, 2′) – Yevgenia Dyupina (-2, 4′) – Viktoria Kulishova (-2)
Alyona Starovoitova – Diana Kanayeva – Fanuza Kadirova
Yekaterina Likhachyova (-1)

Défenseures :
Yekaterian Nikolayeva (-3) – Maria Batalova (A, -2, 2′)
Nina Pirogova (-1) – Liana Ganeyeva
Angelina Goncharenko (-1, 2′) – Yekaterina Lobova (-1, 4′)
Svetlana Tkachyova

Gardienne :
Valeria Tarakanova puis Nadezhda Alexandrova (G) à 42’30

En tribune : Nadezhda Morozova (G).