Brest – La Roche-sur-Yon (Division 1, quarts de finale, match 2)

254

Les Albatros englués.

Deuxième match de ces quarts de finale en autant de jours. Pas de round d’observation entre les deux équipes. Il faut dire qu’elles ont largement eu le temps de faire connaissance la veille lors de la courte victoire brestoise (3-2). Une entrée de zone visiteuse rondement menée fait rapidement mouche. Le collectif yonnais offre un beau jeu de passes conclu de manière limpide par une frappe de Rajnoha bien libéré du marquage défensif par le service de Farkasovsky (0-1 à 2’15’’).

Un faire trébucher de Louis Boucherit sanctionné permet à Brest de recoller rapidement au score. Le de puissance local installé permet à l’inévitable Kolodziejczyk d’envoyer le disque dans le trafic devant l’enclave où attend Benjamin Lagarde au second poteau du gardien Peksa pour une reprise victorieuse (1-1 à 3’40’’). Les Albatros sont ensuite pris en flagrant délit de manque de rigueur et de concentration. Une pénalité pour surnombre purgée par Stuart (4’23’’) est suivi d’un retard de jeu de Clément Colombin (5’28’’). En double supériorité numérique, La Roche-sur-Yon fait le métier et Hugo Laporte troue Ruby d’un lancer frappé lointain (1-2 à 5’48’’).

Un mauvais départ pour les Bretons qui tentent de réagir mais se heurtent à une défense adverse coriace guidée par un Marek Peksa au style parfois kamikaze mais efficace. Jaroslav Kristek en fait les frais en se faisant débouter sur trois bonnes opportunités (11’, 15’, 16’).

La Roche tient son but d’avance jusqu’à la pause et alerte Ruby au retour des vestiaires par Rajnoha (22’25’’) et Machacek (24’13’’). Brest patine davantage à l’approche de la mi-match et cela se ressent. Le bloc emmené par Cullen Bradshaw met ainsi sérieusement la défensive du HOGLY en difficulté mais sans résultat néanmoins. Cet élan est brisé sur une incursion de Hoomaian stoppée irrégulièrement. Le lancer de pénalité accordé sur l’action est concrétisé par l’attaquant américain d’un palet glissé entre les jambières de Ruby (1-3 à 37’07’’). Le break est fait.

Un but important pour les visiteurs qui, contrairement à Brest ce soir, font preuve de réalisme et déjoue efficacement les tactiques adverses. À court de solutions, Brest s’englue dans le piège qui se referme au fur et à mesure que le chrono avance. Les Albatros ont pourtant des occasions mais la mire est mal réglée. Stuart et Kolodziejczyk (45’ et 53’) tapent le poteau tandis que Lagarde ne cadre pas une belle opportunité (47’).

Le but qui aurait pu relancer la machine brestoise ne vient pas et le coup de poker tenté par une sortie de Ruby (57’25’’) ne paie pas puisque Farkasovsky contre parfaitement Graham Avenel en sortie de zone et ajuste le filet désert (1-4 à 58’54’’). La troisième bloc 100% français des visiteurs est récompensé de son bon travail par un ultime but à deux secondes du gong dans une défense locale totalement relâchée (1-5 à 59’58’’).

Le HOGLY vient tout simplement d’infliger la plus grosse défaite de Brest sur sa glace de la saison et depuis belle lurette même. Les Bretons ne se sont tout simplement jamais remis d’un démarrage loupé. Derrière au score, ils n’ont jamais trouvé la contre tactique efficace face à des Yonnais coriaces. Un visage décevant de cette équipe bretonne pourtant capable de belles prestations comme face à Neuilly la semaine passée.

Les Vendéens ont rempli leur objectif en venant chercher une victoire en dehors de leur glace. Ils ont maintenant l’occasion de réaliser une sacrée surprise en disputant les deux prochains matchs à Arago. En cas de victoires, ils enverraient le dauphin d’Anglet en vacances prématurées. Prochaine étape mercredi.

 

Brest – La Roche-sur-Yon 1-5 (1-2, 0-1, 0-2)
Dimanche 11 mars 2018 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 561 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Rousselin assisté de Jérémie Collin et Joffrey Yssembourg
Pénalités : Brest 8′ (4’, 2’, 2’), La Roche-sur-Yon 6′ (2’, 2’, 2‘).
Tirs : Brest 28 (11, 7, 10), La Roche-sur-Yon 18 (9, 7, 2)
Évolution du score :
0-1 à 02’15’’ : Rajnoha assisté de Farkasovsky et Holecko
1-1 à 03’40’’ : Lagarde assisté de Kolodziejczyk et Gréverend (sup. num)
1-2 à 05’48’’ : Laporte assisté de Hoomaian et Vienneau (double sup. num.)
1-3 à 37’07’’ : Hoomaian (tir de pénalité)
1-4 à 58’54’’ : Farkasovsky (cage vide)
1-5 à 59’58’’ : Mony assisté de Durant et Donald

Brest

Attaquants :
Benjamin Lagarde – Bryan Kolodziejczyk – Graham Avenel
Erwan Pain (A) – Cullen Bradshaw – Adam Stuart
Alexandre Lubin – Jaroslav Kristek – Jonathan Avenel (C)

Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Alan Dana
Clément Colombin – Aleksi Laine
Antonin Marcelle – Michal Dobron

Gardien :
Jordan Ruby (sorti de 57’25’’ à 58’54’’)

Remplaçants : Quentin Dubos (G), Maxime Foulon, Jérémy Cormier, Ondrej Rusnák, Bastien Lardière, Niko Suoraniemi. Absent : Gaëtan Cannizzo (rupture du tendon d’Achille)

La Roche-sur-Yon

Attaquants :
Bohus Farkasovsky – Peter Holecko (A) – Kamil Rajnoha
Petr Machacek – Steve Lebel – Justin Hoomaian
Antoine Mony – Andrew Donald (C) (quelques présences de Doryan Besseau) – Quentin Durand

Défenseurs :
Mark Corbett – Corey Hale
Justin Vienneau (A) – Hugo Laporte
Louis Boucherit – Gaétan Magne

Gardien :
Marek Peksa

Remplaçants : Renan Sarrazin (G), Emmeran Letac, Victorien Jambert, Mathias Lalanne, Valentin Jacques. Absents : Cyril Selin (genou), Benoît Barreteau.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :