Amiens – Rouen (Ligue Magnus 2018, demi-finale, match 3)

301

De retour au Coliséum après une victoire en terres normandes, les Gothiques, dont le niveau de jeu est monté en puissance tout au long des play-offs, doivent continuer sur cette belle lancée pour espérer faire douter les Dragons. Pour les aider, un Coliséum plein à craquer, et un public remonté comme on ne l’avait pas vu depuis longtemps : une belle soirée en perspective.

Et les locaux ne tardent pas à entrer dans leur match. Surprenants dominateurs de leurs vis-à-vis, les Picards mettent une grosse pression d’entrée, et Rouen ne s’attendait certainement pas à cette entame. Des maladresses inhabituelles poussent les Rouennais à la faute, puis un surnombre grotesque oblige les hommes de Fabrice Lhenry à jouer deux fois d’affilée en infériorité numérique. Comme depuis le début de la série, aucune de ces opportunités n’est transformée, notamment grâce à Matjia Pintaric très solide entre ses poteaux.

Il faudra attendre 8 minutes pour voir la première action dangereuse des visiteurs : l’ancien Amiénois Kévin Dusseau fait parler sa puissance et envoie un lancer frappé croisé, mais Henri-Corentin Buysse se déploie. Rien n’y fait, les jaune et noir sont gênés par le jeu amiénois. La preuve en est, en double supériorité numérique, les Dragons se retrouvent hors-jeu, et n’arrivent pas à envoyer de lancers dangereux. Mathieu Roy trouve tout de même le poteau alors qu’Amiens est de retour au complet, et Buysse stoppe un 2 contre 1 très mal joué par les Normands. Matija Pintaric réalise ensuite l’arrêt de la soirée : Tommy Giroux trouve le poteau, et Philippe Halley prend le rebond. Le palet se dirige au fond des filets, mais le gardien Slovène bondit et stoppe le palet sur la ligne, à la stupeur générale. Le premier tiers en reste là, mais ce match est digne d’un derby en demi-finale.

Les Gothiques continuent sur leur lancée dans le deuxième tiers. Les hommes de Mario Richer pensent ouvrir la marque, mais le but est logiquement refusé car Jérémie Romand pousse Pintaric dans sa cage. Ce sont bien les Picards qui sont les plus dangereux. Une pénalité est appelée contre Rouen, et alors qu’ils jouent à six contre cinq le temps de la pénalité différée, le canadien Mario Trabucco trouve l’ouverture. Lancé coté droit, il arme un lancer frappé croisé à mi-hauteur, qui trompe le gardien, et les Gothiques ouvrent logiquement le score (1-0 à 27’09’’).

On s’attend à une réaction des Dragons, mais ces derniers ne voient pas le jour. Cependant, et contre le cours du jeu, ils vont égaliser : Florian Chakiachvili envoie un lancer ras de glace de la ligne bleue, que dévie Alex Aleardi. Le palet glisse entre les bottes d’Henri-Corentin Buysse, et le froid réalisme rouennais frappe les locaux (1-1 à 34’08’’). Aleardi semble d’ailleurs être le joueur le plus dangereux, et bute sur le gardien français avec une minute à jouer dans la deuxième période. Les deux équipes se tiennent donc en respect à la fin du tiers-temps, mais c’est bien Amiens qui domine son adversaire du soir.

Le match, et la série, sont très propres des deux côtés malgré l’enjeu et le derby. Rudy Matima écope de l’une des trois seules pénalités amiénoises du match pour un « accrocher », mais une fois de plus, malgré de bons lancers, le pourcentage de réussite en power-play sur la série reste à zéro. Rudy Matima revient donc sur la glace, et c’est au tour de Richard Stehlik d’aller s’asseoir sur le banc de la prison. Le jeu de supériorité amiénois se met en place, mais peu de lancers arrivent à la cage. C’est alors que Kévin Dusseau est à son tour pénalisé. Les Gothiques ont un peu plus d’une minute à jouer à cinq contre trois. Mario Richer tente un coup, et envoie cinq attaquants sur la glace. Cela s’avère payant, car Mario Trabucco signe un doublé, et c’est le premier but marqué en power-play sur la série (2-1 à 46’39’’).

Léo Guillemain passe tout près d’aggraver la marque, sur un lancer après une passe abandon de Tommy Giroux, et Janne Laakkonen bute sur Pintaric, après avoir reçu une passe dans le slot de Trabucco. Malgré ces occasions, le score est toujours de 2-1. Rouen, comme lors du deuxième tiers, égalise sur sa seule grosse occasion : Loïc Lampérier est trouvé par Nicolas Ritz de derrière la cage. L’ancien Briançonnais trouve la lucarne de Buysse et redonne de l’espoir aux siens (2-2 à 57’34). Une dernière occasion se présente pour les locaux : Chad Langlais est pénalisé à cinquante seconde de la fin, et Mario Richer prend son temps mort. Le jeu de supériorité ne donne rien, mais les Amiénois commenceront la prolongation à quatre contre trois.

Comme lors du troisième tiers, Mario Richer n’envoie que des attaquants pour ce power-play. L’égalisation tardive n’a eu aucun effet sur le mental des Amiénois, et ce sont encore eux qui se mettent en lumière, tout d’abord par Trabucco, puis Halley. Le premier est servi devant la cage, mais n’arrive pas à redresser le palet, et le second trouve Romain Bault superbement placé, mais celui-ci tire sur Pintaric. On se dirige vers des tirs de barrage, et la tension est à son comble.

Depuis le début de la saison, les tirs de barrage sont une spécialité pour Henri-Corentin Buysse. Ce soir n’est pas différent, et il stoppe les trois tentatives rouennaises. Rudy Matima convertit son essai, et même si Jérémie Romand manque le cadre, ce sont bien les Gothiques qui l’emportent à l’issue de ce match exaltant.

Contre toute attente, les Amiénois mènent donc 2-1 dans une série annoncée « facile » pour les Rouennais. Amiens aura une chance de plus à domicile avec le match 4, mais les hommes de Fabrice Lhenry ne l’entendent clairement pas de cette oreille.

(compte-rendu signé Cyrille Gavory)

 

 

Amiens – Rouen 3-2 après tirs au but (0-0, 1-1, 1-1, 0-0, 1-0)
Mardi 13 mars 2018 à 20h15 au Coliséum. Spectateurs
Arbitrage de MM. Pierre Dehaen et Geoffrey Barcelo, assistés de MM. Sebastien Levasseur et Thomas Caillot.
Pénalités : Amiens 6’ (4’, 0’, 2’, 0’) ; Rouen 24’ (4’, 4’, 6’, 10’).
Tirs : Amiens 34 (10, 9, 10, 4), Rouen 28 (11, 9, 6, 2).

Évolution du score :
1-0 à 27’09’’ : Valery-Trabucco assisté de Giroux et Prissaint [joueur supplémentaire]
1-1 à 34’08’’ : Aleardi assisté de Chakiachvili et Thinel
2-1 à 49’39’’ : Valery-Trabucco assisté de Laakkonen et Giroux (sup. num.)
2-2 à 57’34’’ : Lampérier assisté de Ritz et Paquet
Pénalty décisif : Rudy Matima
 

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Jérémie Romand
Anze Kuralt – Mario Valery-Trabucco – Janne Laakkonen
Kévin Da Costa – Joey West (A) – Rudy Matima
Thomas Suire – Elie Marcos (A) – Loïc Coulaud
Baptiste Bruche

Défenseurs :
Jonathan Narbonne (C) – Romain Bault
Lauri Karmeniemi – Axel Prissaint
Léo Guillemain – Nicolas Favarin
Ondrej Smach

Gardien :
Henri-Corentin Buysse (26 arrêts)

Rouen

Attaquants :
Marc-André Thinel – Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz
Nicolas Deschamps – Antohny Guttig – Alex Aleardi
Petr Hubacek (A) – David Wohlberg – Joris Bedin
Joran Reynaud – Vincent Nesa – Julien Msumbu

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Chad Langlais – Kévin Dusseau
Richard Stehlik – Philippe Paquet

Gardien :
Matija Pintaric (32 arrêts)

Les statistiques des tirs de la rencontre, par le projet Magnus Corsi :

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :