Amiens – Rouen (Ligue Magnus – demi-finale – match 4)

131

À la surprise générale, ce sont les Gothiques qui mènent dans cette série à l’aube du match 4. Dominateurs sur tout le match 3, mais poussés aux tirs de barrage par une équipe de Rouen opportuniste, les Amiénois peuvent rêver, et remporter un troisième match à domicile. Cependant, on s’attend à une grosse réaction des Dragons, peu habitués à se faire bousculer, notamment en play-offs. L’équipe qui aura le mieux récupéré après un match intense aura un gros avantage dans une série très serrée.

Florian Chakiachvili a posé beaucoup de problèmes cette saison aux Gothiques

Comme on s’y attend, les Normands rentrent parfaitement dans la rencontre. La vitesse et la technique de l’attaque rouennaise leur permet d’obtenir une faute après seulement trente secondes de jeu, et Mario Valery-Trabucco va s’asseoir sur le banc des pénalités. Mais comme lors des trois premiers matchs, le jeu de supériorité rouennais est (trop) prévisible, et les hommes de Mario Richer s’en sortent sans encombre. Fabrice Lhenry, au vu du match peu convaincant de la veille, a décidé de modifier ses lignes et de placer David Wohlberg entre Loïc Lampérier et Marc-André Thinel. Ce choix s’avère rapidement payant. L’Américain tente un « wrap-around », repoussé par Henri-Corentin Buysse, mais il continue son effort, prend son rebond et ouvre le score après seulement quatre minutes de jeu. (0-1 à 3’54’).

Les offensives normandes continuent sur la cage amiénoise, entrecoupées de deux supériorités numériques picardes. Celles-ci ne donnent rien, le manque de fraîcheur se faisant grandement ressentir. Alors que l’on joue à quatre contre quatre, le palet ressort de la défense amiénoise dans l’axe, pour Florian Chakiachvili étrangement seul. Le défenseur international français ne se fait pas prier, reprend instantanément et augmente la marque pour son équipe (0-2 à 10’39). Rouen est dominateur, et semble vraiment avoir élevé son niveau de jeu par rapport à la veille, profitant de la fatigue (et peut-être de la nervosité) des Gothiques.

À l’image d’Alex Aleardi, omniprésent dans la rencontre, les Dragons n’ont pas laissé de répit aux Amiénois.

Les Normands remettent le patin sur la glace avec la ferme intention d’aggraver le score d’entrée de second tiers. C’est chose faite après seulement une minute de jeu : Anthony Guttig envoie un lancer croisé superbe qui trouve la lucarne du portier Amiénois, et les Rouennais ont une confortable avance de trois buts (0-3 à 21’21).

Dans la foulée, les locaux sont une fois de plus pénalisés, et on se dit alors que les Gothiques craquent complètement. C’est au contraire le début d’une mini-révolte, emmenée par Mario-Valéry Trabucco. En infériorité, le Canadien récupère la rondelle et s’offre un but en solitaire, d’un lancer côté mitaine qui trouve la lunette de Matija Pintaric (1-3 à 23’55). Cela a pour effet de remobiliser les joueurs et le public du Coliséum, plutôt silencieux jusque-là. Une fois de plus en infériorité, les Amiénois peuvent réduire la marque, car Loïc Coulaud et Kévin Da Costa partent en contre. Anthony Guttig est obligé de faire faute pour les arrêter, mais, une fois de plus, le jeu de supériorité est stérile.

La révolte amiénoise s’éteint peu à peu, et les Dragons reprennent le contrôle du jeu et du palet. Henri-Corentin Buysse doit se déployer par deux fois, dont une occasion dangereuse amenée encore une fois par Florian Chakiachvili, mais le score en reste à 1-3.

Mario-Valery Trabucco, à l’image ici, sauve l’honneur.

Les hommes de Fabrice Lhenry semblent contrôler en début de troisième tiers, avec deux buts d’avance. Il est vrai que l’on voit mal Amiens revenir, mais on le sait, au hockey, tout peut aller très vite. Après un énième jeu de supériorité non converti, les Gothiques semblent se rendre à l’évidence : Rouen est trop fort ce soir. Mais un coup dur viendra entacher la victoire des Normands : Richard Stehlik quitte ses coéquipiers, et semble touché au bas du corps. Cela ne semble pas affecter les Dragons outre mesure, car Nicolas Deschamps aggrave la marque d’un lancer à mi-hauteur (1-4 à 54’03’). Amiens n’y arrive pas, et les Rouennais semblent être partout sur la glace, leur aisance technique et de patinage se faisant grandement ressentir. Le score en reste là, et les deux équipes reviennent à égalité dans la série, avant de revenir vendredi à l’île Lacroix pour un match 5 qui s’annonce disputé.

C’est le premier match de la série qui se joue à plus d’un but d’écart, et on a ressenti les limites des Amiénois ce soir. Combatifs, mais éreintés et très nerveux, les Gothiques n’ont pas su profiter de l’avantage de la glace pour prendre ce troisième match dans la série et peut être rêver d’une finale. Cependant, la route est encore longue, et la balance peut pencher d’un ôoté comme de l’autre tant ces deux équipes sont proches !

 

Amiens – Rouen 1-4 (0-2, 1-1, 0-1)
Mercredi 14 mars 2018 à 20h15 au Coliséum. 2854 spectateurs
Arbitrage de MM Laurent Garbay et Benjamin Gremion assistés de MM Jérémie Douchy et Gwilherm Margry
Pénalités : Amiens 10’ (4’, 4’, 2’), Rouen 12’ (6’, 2’, 4’)
Tirs : Amiens 21 (3, 10, 8) ; Rouen 41 (14, 19, 8)

Évolution du score :
0-1 à 03’54 : Wohlberg assisté de Lampérier et Thinel
0-2 à 10’39 : Chakiachvili assisté de Lampérier et Roy
0-3 à 21’21 : Guttig assisté de Langlais
1-3 à 23’55 : Valery Trabucco assisté de Narbonne  (inf. num.)
1-4 à 54’03 : Deschamps assisté d’Aleardi et Dusseau

Amiens :

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Jérémie Romand
Anze Kuralt – Mario-Valery Trabucco -Janne Laakkonen
Kévin Da Costa – Joey West (A) – Rudy Matima
Thomas Suire – Elie Marcos (A) – Loïc Coulaud
Baptiste Bruche

Défenseurs :
Jonathan Narbonne (C) – Romain Bault
Lauri Karmeniemi – Axel Prissaint
Léo Guillemain – Nicolas Favarin
Ondrej Smach

Gardien :
Henri-Corentin Buysse (37 arrêts)

Rouen :

Attaquants :
Marc-André Thinel – David Wohlberg – Loïc Lampérier (A)
Nicolas Deschamps – Antohny Guttig – Alex Aleardi
Nicolas Ritz – Petr Hubacek (A) – Joris Bedin
Fabien Colotti- Vincent Nesa – Julien Msumbu
Joran Reynaud

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Chad Langlais – Kévin Dusseau
Richard Stehlik – Philippe Paquet

Gardien :
Matija Pintaric (20 arrêts)

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :