Des Bleues héroïques si proches…

384

Dans un groupe B très ouvert, où toutes les autres équipes ont obtenu au moins un point, les Bleues se retrouvent au pied du mur. Pour sauver sa place en élite mondiale, la France doit impérativement remporter ses deux derniers matchs.

Mais l’avant-dernier adversaire est la Suède, une équipe que personne ne voyait rater les quarts de finale avant le début du Mondial féminin. Pourtant, les Suédoises sont elles aussi au pied du mur après n’avoir obtenu qu’un seul petit point en deux matchs. Après la défaite en fusillade contre l’Allemagne, la Damkronorna inquiète après avoir été bousculée, au sens propre comme au figuré, par la Tchéquie.

C’est donc une Suède en plein doute qu’affrontent ce dimanche après-midi les Françaises.

Mais le défi demeure d’envergure pour la sélection entraînée par Grégory Tarlé à l’occasion de cette opposition inédite, attendue par certaines qui ont joué en Suède cette saison : Marion Allemoz, Lore Baudrit, Betty Jouanny et Gwendoline Gendarme. Caroline Baldin (photo ci-contre) retrouve elle pour la troisième fois en trois matchs la cage bleue, et la Suède aligne aussi sa titulaire, Sara Grahn.

Les Bleues très vite sollicitées

Fanny Rask est la première à se montrer dangereuse, d’abord en convoitant un rebond que repousse Caroline Baldin, puis en réalisant une remise pour Nordin quelques secondes plus tard. La France est dans le bain, encore plus lorsque Eloïse Juré écope de la première pénalité du match à la 5e minute. Mais Baldin est là, faisant face à un slap de Nylén Persson et sur un tir à bout portant de Nordin. La tempête suédoise s’abat sur les Bleues mais elle s’essouffle, la pénalité est tuée même si Baldin doit effectuer un nouvel arrêt, de la jambière, devant Holmgren. Josefine Holmgren que l’on retrouvera quelques secondes plus tard, sanctionnée à son tour.

C’est sur ce premier jeu de puissance français qu’Estelle Duvin offre la première occasion franche côté bleu, décochant un lancer puissant, capté par Sara Grahn. Erika Grahm fait elle un travail remarquable en fore-check pour bloquer les sorties bleues mais, en fin de supériorité, Betty Jouanny parvient à obtenir le puck tout en se démarquant, Grahn réagit en papillon.

L’arrêt du match et le but bleu

Holmgren quitte la prison, et la Suède repart à l’assaut. Baldin doit alors s’employer de la mitaine devant Nordin, puis bloquer un débordement de Grahm. Et à la 15e minute, la gardienne bleue réalise un arrêt magistral : Olivia Carlsson frappe, le puck ricoche, et c’est de la crosse que l’Iséroise bloque la trajectoire du palet, revenu à cause d’Olofsson qui rodait dans les parages. Un arrêt à la Florian Hardy à Bercy, magnifique ! Et ce n’est pas fini puisque, seulement quelques secondes plus tard, les Françaises vont ouvrir le score. En zone offensive, Marion Allemoz remporte l’engagement, Lore Baudrit tente d’abord sa chance, le palet est repoussé et revient à Lara Escudero, qui marque en pivot (1-0, 15’18).

Le vent a tourné. Galvanisées par ce but, les Françaises poussent les Scandinaves dans leurs retranchements, à l’image de Raphaëlle Grenier et Marion Allemoz qui permettent à Lore Baudrit de s’offrir un nouveau lancer. Les Tricolores mènent 1-0 après un premier tiers-temps remarquable de rigueur, d’énergie et de combativité.

La Suède retrouve ses couleurs

À l’amorce de la seconde période, les Suédoises sont parties pour rectifier le tir, en témoignent les bonnes occasions de Grahm et Winberg. Si Grahn doit s’employer sur un rebond devant Allemoz, c’est bien la Suède qui a pris le match à son compte et donne bien des sueurs froides à la défense française. Et à la suite d’un cafouillage, cette dernière va céder, Melinda Olsson profitant de ce moment de flottement général pour battre Caroline Baldin (1-1, 26’55).

Cette erreur est un coup de massue pour des Bleues qui sont désormais acculées. Nordin du revers, Holmgren de loin, les Françaises serrent les dents, et Baldin est sollicitée de toutes parts. Et malheureusement, un nouveau coup dur s’abat sur l’équipe de France. Emma Nordin frappe le poteau, le palet revient vers Baldin qui doit faire volte-face et se coucher sur le ventre, mais le palet est toujours vivant et il profite à Pernilla Winberg, qui marque malgré le trafic (1-2, 34’01). Dur à encaisser, ce puck capricieux…

La France est moins à son aise dans cette deuxième période. Pourtant, à la 37e minute, il manque quelques centimètres à Escudero pour trouver la lucarne. Et une minute plus tard, Olofsson fait faute sur Chloé Aurard, qui chute la tête la première. La Damkronorna est néanmoins solide sur cette infériorité numérique, et repousse tardivement l’installation du jeu de puissance bleu. Frustrant, tout comme cette période et ces satanés deux buts. Estelle Duvin craque nerveusement au buzzer en frappant de la crosse Fanny Rask.

Frustrées mais pas abattues

Un but de retard, une infériorité à gérer à la suite du mauvais geste de Duvin, cette troisième période est un défi pour les Bleues. Elles parviennent à tuer cette pénalité d’Estelle Duvin face à un powerplay suédois trop imprécis et en manque de fluidité, tout comme celle de Vix quelques minutes plus tard. Les Bleues s’accrochent et connaissent de nouvelles bonnes séquences, en dépit du peu d’espace, notamment grâce à Passard, Duvin et Aurard, qui démontrent leur belle capacité à conserver le palet. Et de son côté, Caroline Baldin continue les sauvetages, détournant les essais de Nordin, Adolfsson, Nylén Persson et Johansson. Et à la 51e minute, Emmanuelle Passard n’est pas loin de couper un centre-tir d’Estelle Duvin, dommage.

Les minutes défilent, et une faute de Parment sur Johansson à neuf minutes de la fin n’inspire rien de bon. Mais, alors que Baldin capte une reprise de volée de Nylén Persson, Erika Grahm charge injustement Marion Allemoz, pénalité. Lors de ce 4 contre 4, Estelle Duvin est remarquable sur le fore-check, mais aussi sur le repli défensif puisque l’attaquante des Carabins de Montréal bloque de la crosse in-extremis un tour de la cage de Lisa Johansson. Frustration pour Johansson… qui se fait pénaliser. Deux Suédoises au cachot alors que la pénalité de Léa Parment se termine, la France a alors plus d’une minute à 4 contre 3 puis à 5 contre 3. L’occasion est belle, les Françaises sont à pied d’oeuvre, Athéna Locatelli et Passard se montrent dangereuses mais Sara Grahn demeure vigilante, et la Suède s’en sort.

Il reste alors deux minutes, temps-mort demandé par le coach Grégory Tarlé, Caroline Baldin quitte sa cage pour une joueuse de champ supplémentaire. La France déploie ses dernières forces, tente de trouer la muraille suédoise mais elle tient le coup, tant bien que mal. Et très mal à quelques secondes de la fin lorsque Sofia Engström perd le puck dans son camp face à la pression pleine de détermination de Lore Baudrit, aidée par Emmanuelle Passard, qui s’empare du puck et fait le tour de la cage, et dans la mêlée, Grahn évite de justesse l’égalisation bleue. Rageant…

La France s’incline et se voit mathématiquement reléguée en Division 1A. Mais quel match, quelle opposition ont offert les Bleues face à une équipe installée en élite mondiale depuis la création du Championnat du monde féminin en 1990, qui a participé à tous les tournois olympiques, et qui a gagné quatre médailles aux Mondiaux et aux JO. Les Bleues ont tout donné et joué sans complexe. Clairement, la défaite est frustrante car les Françaises sont passées près d’une performance remarquable. Mais dans leur attitude, elles ont montré qu’elles avaient leur place parmi les meilleures des meilleures, à l’image de Caroline Baldin et de ses 38 arrêts. Gardons en tête qu’il reste un match de groupe, demain lundi contre l’Allemagne, puis un autre de classement. Pour finir sur une bonne note.

 

Élues joueuses du match : Marion Allemoz pour la France, Melinda Olsson pour la France.

France – Suède 1-2 (1-0, 0-2, 0-0).
Dimanche 7 avril 2019 à 16h00 à la Metro Areena d’Espoo. 553 spectateurs.
Arbitrage de Nicole Hertrich (ALL) et Miyuki Nakayama (JPN) assistées de Julia Kainberger (AUT) et Jacqueline Spresser (USA).
Pénalités : France 8′ (2′, 2′, 4′), Suède 8′ (2′, 2′, 4′).
Tirs : France 20 (10, 4, 6), Suède 40 (14, 15, 11).

Évolution du score :
1-0 à 15’18 : Escudero assistée de Baudrit et Allemoz
1-1 à 26’55 : M. Olsson assistée de H. Olsson
1-2 à 34’01 : Winberg assistée de Rask et Nordin

France

Attaquantes :
Lore Baudrit (A, +1) – Marion Allemoz (C, +1) – Lara Escudero (+1)
Chloé Aurard (-1) – Estelle Duvin (-1, 2′) – Emmanuelle Passard (-1)
Léa Parment (2′) – Betty Jouanny (-1) – Clara Rozier (-1)
Margot Desvignes – Morgane Rihet (A) – Amandine Cuasnet
Jade Vix (-1, 2′)

Défenseures :
Athéna Locatelli (-1) – Gwendoline Gendarme (-1)
Léa Villiot – Raphaëlle Grenier
Alexandra Harrison – Louanne Mermier
Eloïse Juré (2′)

Gardienne :
Caroline Baldin [sortie à 57’46 »].

Remplaçante : Caroline Lambert (G). En réserve : Margaux Mameri (G).

Suède

Attaquantes :
Pernilla Winberg – Emma Nordin (C) – Fanny Rask
Hanna Olsson (+1, 2′) – Melinda Olsson (+1) – Erika Grahm (A, +1, 2′)
Lisa Johansson – Sabina Kuller – Olivia Carlsson
Sara Hjalmarsson – Isabell Palm – Sofie Lundin
Lina Ljungblom

Défenseures :
Jessica Adolfsson (-1) – Maja Nylén Persson (-1)
Mina Waxin – Johanna Olofsson (2′)
Sofia Engström (+2) – Josefine Holmgren (A, +2, 2′)
Johanna Fallman

Gardienne :
Sara Grahn

Remplaçante : Lovisa Selander (G). En réserve : Julia Åberg (G).

Les commentaires sont fermés.