Le prochain adversaire des Bleues en plein doute

217

Nous arrivons à mi-parcours de la phase préliminaire du Mondial féminin à Espoo. L’occasion de faire le point après la journée de samedi.

Ça va mal pour la Suède. Avant le début du Mondial féminin, beaucoup plaçaient volontiers la Damkronorna première du groupe B, celui de la France. Mais le nouveau cycle de l’équipe, désormais sous la houlette d’Ylva Martinsen, commence dans la difficulté. Les Suédoises s’étaient déjà cassé les dents en ouverture de la compétition contre l’Allemagne, vainqueur à l’issue de la séance des tirs au but. Ce samedi, la Tchéquie en a remis une couche en battant la Suède 5-3.

Cela avait plutôt bien commencé pour les Scandinaves qui ont mené 1-0 puis 2-1 grâce à Hanna Olsson et Emma Nordin à l’issue de la première période. Mais les Tchèques ont haussé le ton dans le deuxième tiers-temps, par un beau but du revers pleine lucarne de Natálie Mlýnková, son deuxième but égalisateur puisqu’elle avait déjà égalisé à 1-1. Et Vendula Pribylová a même permis à la Tchéquie de prendre les devants 3-2 avant la deuxième pause. Un score logique tant les Suédoises ont subi le jeu de leurs adversaires en seconde période. Et la troisième n’a pas arrangé les affaires de la Suède puisque Denisa Krizová, étrangement seule après un engagement pourtant gagné par la Suède mais rapidement perdu, a permis aux Tchèques de creuser l’écart, 4-2. La splendide déviation d’Erika Grahm à deux minutes de la fin entretiendra l’espoir. Un espoir de courte durée. Fanny Rask manquera une occasion en or d’égaliser, trop tard puisque dans les secondes qui suivent, Tereza Vanišová filera en contre pour marquer en cage vide.

C’est la deuxième fois de l’histoire que la sélection féminine tchèque bat la Suède en compétition officielle, et même la première fois depuis 2013. Pour les Suédoises, c’est une nouvelle contre-performance, elles n’ont engrangé qu’un seul point en deux matchs, bien trop insuffisant pour combler les grandes ambitions de la Damkronorna. C’est donc une équipe en plein doute que rencontrera la France dimanche après-midi…

Déjà tombeuses de la Suède, les Allemandes ont déjà 5 points dans la musette après un nouveau succès gagné cette fois-ci contre les Japonaises. Anna Fiegert a ouvert le score dès la 11e minute de jeu, puis le deuxième but signé Celina Haider à la 47e permettait à l’Allemagne de faire un grand pas vers la victoire. C’était sous-estimer la réaction japonaise puisque les Nippones inscriront deux buts en l’espace de… 11 secondes ! Chiho Osaswa et Hanae Kubo ont permis cet exploit. À trois minutes de la fin, la bilingue franco-allemande Marie Delarbre, postée seule devant le but, éteindra définitivement le danger japonais avec le but gagnant pour l’Allemagne. Jennifer Harss, déjà héroïque contre la Suède, a arrêté les 39 essais du Japon, ce qui porte son pourcentage d’arrêts à 96,3% en deux rencontres.

La Tchéquie et l’Allemagne mènent pour le moment le groupe B. Rappelons que les trois premières équipes se qualifient pour les quarts de finale, les deux dernières sont reléguées.

Classement Groupe B :

1. Tchéquie 6 pts
2. Allemagne 5 pts
3. Japon 3 pts
4. Suède 1 pt
5. France 0

Vendredi soir dans le groupe A, la Suisse avait fait une très mauvaise opération contre la Russie. Evelina Raselli avait pourtant ouvert le score à la 14e minute pour la Frauen Nati, mais Anna Timofeyeva a égalisé à 10 secondes de la première pause. Et catastrophe pour la troupe de Daniela Diaz, Olga Sosina, d’un superbe tir du poignet, a offert la victoire aux Russes… à 37 secondes de la fin du match. Le premier point promis à la Suisse n’a finalement pas été obtenu.

Vingt-quatre heures après cette victoire à l’arraché, la Russie défiait la Finlande, qui avait longtemps résisté aux États-Unis lors de son premier match. Et les Lionnes sont parvenues à obtenir leur première victoire à domicile. Si Petra Nieminen a rapidement débloqué le score, la jeune gardienne Valeria Merkusheva a longtemps permis aux Russes de ne pas sombrer, avec plusieurs parades de grande classe. Mais au milieu d’une équipe qui a peiné à tenir le rythme de l’équipe suomi tout au long de la rencontre, le rempart du Dynamo Saint-Pétersbourg a finalement cédé en troisième période. Sanni Hakala, Vivi Vainikka et Elisa Holopainen ont en effet chassé Merkusheva de la partie en marquant toutes trois à cinq minutes d’intervalle. Vainikka a d’ailleurs réalisé un match à 3 points. Quant à Noora Räty, en bloquant les 18 lancers russes, elle a signé son premier blanchissage du tournoi.

Et puis samedi soir, c’était l’heure des retrouvailles entre les deux meilleures ennemies du hockey féminin, un an après PyeongChang : États-Unis – Canada, devant plus de 3000 spectateurs. Hilary Knight, à l’issue d’un 2 contre 1, et Sarah Nurse, en s’arrachant littéralement sur le rebond, ont lancé les hostilités dès les premières minutes en trouvant l’une et l’autre le chemin des filets : 1-1. Et à l’issue d’un contre supersonique dont elle a le secret après une bévue canadienne, Kendall Coyne Schofield a permis aux Américaines de mener 2-1 au premier intermède. En dépit de l’égalisation de Brianne Jenner (dont il s’agissait de la 100e sélection) au début de la seconde période, Annie Pankowski inscrira d’un puissant lancer le but gagnant des États-Unis, la deuxième réalisation en deux matchs pour la gâchette de l’Université du Wisconsin. Alex Rigsby, qui effectuait son deuxième départ devant la cage américaine, a été créditée de 31 arrêts, contre 27 pour son homologue canadienne, Emerance Maschmeyer.

Classement Groupe A :

1. États-Unis 6 pts
2. Canada 3 pts
3. Finlande 3 pts
4. Russie 3 pts
5. Suisse 0

Meilleures marqueuses :

1. Kendall Coyne Schofield (USA) 4 pts
2. Vivi Vainikka (FIN) 4 pts
3. Elisa Holopainen (FIN) 3 pts
4. Klára Hymlarová (TCH) 3 pts
5. Hilary Knight (USA) 3 pts

Les commentaires sont fermés.

libero tempus dolor id luctus dapibus quis vulputate,