La France prend une belle revanche en Suisse

964

Battue sur un score de tennis 24 heures plus tôt (6-0), l’équipe de France se doit de faire meilleure figure à la patinoire des Vernets, que son entraîneur Philippe Bozon connaît très bien après ses nombreuses saisons passées à Genève. Il n’y a plus à espérer de renfort miraculeux puisque le forfait de Pierre-Edouard Bellemare a été officialisé dans la journée : il fallait malheureusement s’y attendre puisque l’international français n’avait pas joué le dernier match de play-offs de Vegas (et la remontée malheureusement historique de San José au dernier tiers-temps). Sa blessure au genou survenue au match précédent prendra plusieurs semaines à soigner.

Philippe Bozon devra donc faire sans les cinq meilleurs joueurs français (tant que Texier est en play-offs) et doit composer ses lignes avec les joueurs à disposition. Il les a modifiées pour ce second match. Le nouveau premier trio rassemble Sacha Treille, Nicolas Ritz et Anthony Rech. Le duo Tim Bozon – Claireaux, qui fonctionnait bien, est maintenant flanqué de Damien Fleury. Le duo Guttig-Bertrand est complété par Perret et Guillaume Leclerc est en quatrième ligne avec Valier et Berthon. Les paires défensives ont aussi changé : Thiry remplace Janil, et les deux premières paires ont été interverties, avec un nouveau « duo massif » Manavian-Crinon. Le gardien titulaire Florian Hardy retrouve sa place.

Si la Suisse s’attend à un deuxième succès aussi facile, elle va vite déchanter. Elle se procure certes les premiers tirs, mais les Français prennent ensuite le dessus en mettant une belle pression sur l’équipe locale. Après trois occasions, dont une barre transversale trouvée par Sacha Treille, l’ouverture du score est marquée par Fleury… depuis l’arrière de la ligne de but. Pas un but glorieux pour le portier servettien Robert Mayer, en concurrence pour le poste de troisième gardien au Mondial avec Gauthier Descloux (les deux premières places semblant promises à Genoni et Berra).

Il faut dire que Patrick Fischer a lui aussi modifié ses lignes par rapport à hier. Il se ravise bien vite car ses joueurs majeurs, les renforts nord-américains en particulier, semblent bien moins en vue qu’hier. Après vingt minutes aux côtés du duo valaisan Praplan-Hischier, Grégory Hoffmann retourne sur une deuxième ligne transparente en première période… et c’est lui qui égalise à la mi-match, d’un tir précis et puissant dans la lucarne opposée. Kevin Fiala, dont Hofmann a pris la place, se réveille lui aussi en reprenant une belle passe de Rathgeb, mais Florian Hardy signe un splendide sauvetage. Malheureusement, une minute plus tard, une relance manquée de Manavian et un rebond malchanceux sur Crinon (palet dans le genou puis dans le visage) permettent à Alessio Bertaggia de reprendre face à la cage ouverte et de marquer son quatrième but en quatre matchs d’Euro Hockey Challenge. Sa sélection est loin d’être garantie après l’arrivée des finalistes de championnat, mais ce joueur petit mais très énergique aura en tout cas tout fait pour.

La troisième période commence par une pénalité de Noah Rod… et une occasion non convertie par Jason Fuchs en infériorité numérique. Quand Rod sort de prison, il sert Nico Hischier qui marque un but semblable au premier qu’il a marqué à Sierre hier : il accélère sur l’aile gauche et ajuste Florian Hardy comme il l’avait fait avec Ylönen. À 3-1, la victoire suisse semble fort probable. Mais Michael Fora est pénalisé pour faire trébucher et Damien Fleury marque alors en reprenant en one-timer une passe de Chakiachvili. La tension monte sur ce but et Sacha Treille est sanctionné pour attitude antisportive. La France tue cette pénalité.

Bientôt, la Suisse se retrouve avec deux hommes de moins quand Bertaggia dégage le palet au-dessus du plexi et rejoint Hollenstein en prison. Philippe Bozon appelle son temps mort avant cette séquence à 5 contre 3 puis 5 contre 4. C’est au moment où la Nati revient à quatre que Florian Chakiachvili égalise de la ligne bleue. Les hommes de Philippe Bozon passent les deux dernières minutes en infériorité, après un retenir de Dusseau, mais ils tiennent le résultat nul jusqu’à la sirène.

La prolongation tourne vite en la faveur : Fischer aligne ses joueurs NHL Hischier et Fiala à l’offensive à 3 contre 3… et ils se font prendre à revers. Charles Bertrand signe un tir précis dans le haut du filet et offre à la France une très belle revanche, idéale pour la confiance. Elle aura fait preuve d’une efficacité maximale avec 4 buts en 14 tirs.

Avant un dernier match de préparation à Cergy vendredi, la France termine donc ce groupe d’Euro Challenge – bien sûr gagné par les Russes – avec un total très honorable de 6 points en 6 rencontres, sachant que la Suisse et la Lettonie en ont 4 avant leur double confrontation… qui ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices avec la nouvelle tombée d’une menace de suspension de 4 ans sur l’entraîneur letton Bob Hartley pour avoir aidé un de ses joueurs de l’Avangard Omsk (Zernov) à échapper à un contrôle de l’agence russe antidopage ! Il y a donc bien plus grave qu’une défaite un peu lourde, que les Bleus ont su très vite effacer.

 

Suisse – France 3-4 après prolongation (0-1, 2-0, 1-2, 0-1)
Samedi 27 avril 2019 à 19h00 à la patinoire des Vernets, Genève. 5820 spectateurs.
Arbitrage d’Anssi Kalevi Salonen (FIN) et Micha Hebeisen (SUI) assistés de Roman Kaderli et Franco Castelli (SUI).
Pénalités : Suisse 10′ (0′, 2′, 8′, 0′) ; France 18′ (2′+10′, 4′, 0′, 0′).
Tirs : Suisse 32 (9, 11, 12, 0) ; France 14 (5, 2, 5, 2).

Évolution du score :
0-1 à 10’30 : Fleury assisté de Gallet et Hecquefeuille
1-1 à 29’08 : Hofmann
2-1 à 34’22 : Bertaggia assisté de Frick
3-1 à 44’25 : Hischier assisté de Rod
3-2 à 48’26 : Fleury assisté de Chakiachvili (sup. num.)
3-3 à 52’56 : Chakiachvili assisté de Fleury (sup. num.)
3-4 à 60’51 : Bertrand

Suisse

Attaquants :
Vincent Praplan (+1) – Nico Hischier – Grégory Hofmann (+1) [puis Fiala à 20′]
Andres Ambühl (A, +1) – Philipp Kurashev (+1) – Kevin Fiala [puis Hofmann à 20′]
Damien Riat – Jason Fuchs – Denis Hollenstein (C, 2′)
Noah Rod (A, 2′) – Samuel Walser – Alessio Bertaggia (2′)
Marco Müller

Défenseurs :
Romain Loeffel (-1) – Joël Genazzi
Andrea Glauser (+1) – Samuel Kreis
Michael Fora (+1, 2′) – Lukas Frick (+2)
Yannick Rathgeb (2′) – Janis Moser

Gardien :
Robert Mayer puis à 29’08 Gauthier Descloux

En réserve : Christian Marti, Christoph Bertschy.

France

Attaquants :
Sacha Treille (2′) – Nicolas Ritz – Anthony Rech (+1, 2′)
Tim Bozon – Valentin Claireaux (A) – Damien Fleury (C)
Jordann Perret – Anthony Guttig – Charles Bertrand (+1)
Peter Valier (-2) – Eliot Berthon (-1) – Guillaume Leclerc
Cédric Di Dio Balsamo (-2)

Défenseurs :
Pierre Crinon (-3) – Antonin Manavian (-3)
Hugo Gallet (+1) – Kévin Hecquefeuille (A, +2)
Olivier Dame-Malka (2’+10′) – Thomas Thiry (-1)
Kévin Dusseau (2′) – Florian Chakiachvili

Gardien :
Florian Hardy

Remplaçant : Sebastian Ylönen (G). En réserve : Henri-Corentin Buysse (G), Jonathan Janil, Teddy Da Costa.

Les commentaires sont fermés.

Phasellus eget lectus nec risus tristique diam